Investir à tout prix dans la Française des jeux

Non, ce n’est pas un article racoleur vous poussant à investir dans la Française des Jeux dès l’introduction en bourse lancée à partir du 7 Novembre et jusqu’au 20 Novembre. Mais plutôt un article de débat et d’analyse nous posant à comprendre pourquoi on nous en parle tant depuis quelques temps ? La bourse qui est pourtant si risquée et si boudée des épargnants français. On voudrait nous faire croire que le bon coût se trouve dans ce futur investissement.

A qui tout cela profite ?

Et il est là le premier intérêt, l’Etat qui détient 72% des parts de la FDJ aujourd’hui souhaiterait s’en séparer de 52% en espérant empocher 1 milliard d’euros dans l’opération. C’est la 3ème tentative de privatisation après celle du gouvernement Fillion et gouvernement Hollande, mais cette fois-ci tout est fait pour réussir.

Alors pour cette réussite, on n’oublie vite que 90% des clients particuliers perdent de l’argent chaque année dans les investissements boursiers. Alors est-ce de la manipulation ? quels leviers sont actionnés pour la réussite de cette privatisation ?

La Française des Jeux est populaire

Au yeux des Français, la FDJ est une société doté d’un business model très rentable, hors si la somme totale des mises s’élève à 17 milliards d’Euros par an, son chiffre d’affaires atteint 1.9 milliards et ses bénéfices seulement 325 millions d’euros (17% de rentabilité) en 2019.

La Française des Jeux jouit et gardera normalement son monopole, lui permettant comme toujours, d’augmenter sa rentabilité par une augmentation des prix ou une baisse des taux de redistribution.

Alors oui sans modification des règles du jeux, un revenu régulier (sous forme de dividende?) peut être espérer, le risque semble être faible.

Des conditions avantageuses

Quand on veut, on peut! Et comme l’Etat veut, elle peut vous mettre des conditions avantageuses. Pour garantir ce succès populaire, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, souhaite qu’une décote de 2% soit appliquée sur le prix de l’action achetée ainsi qu’une action soit offerte pour 10 actions achetées (sous conditions de la conserver au moins 18 mois.)

Bien entendu ces conditions sont sous réserve de validation de l’AMF (l’autorité des marchés financiers), mais elles semblent plutôt avantageuses pour l’actionnaire, largement de quoi absorber les frais limitant le seul risque aux risques du marché en lui même.

L’Etat perd-t-elle vraiment de l’argent dans cette privatisation ?

C’est la question qui revient, pourquoi la France se sépare t-elle de sa vache à lait ? Mais en réalité l’état n’est pas perdant car son principal revenu de la FDJ réside dans la taxe sur les mises. Privée ou publique, l’Etat récupérera quoiqu’il arrive ses 3 millards d’impôts annuels sur la société. Un jackpot bien plus important que les bénéfices de la société.

Alors on investit ou pas ?

Je laisserai cette question en suspens car rappelons que tous ces facteurs favorables ne doivent pas être la conséquence d’une sur-cotation de la valeur de la FDJ.

**Note : J’ignore si c’est une incitation cachée à investir dans la FDJ. J’ai accepté cet article parce qu’il peut expliquer la vente de la FDJ que tout le monde s’accorde à trouver contestable, puisque c’est une manne financière qui tombe dans le tonneau des Danaïdes de l’état et beaucoup ne comprennent pas cette énième vente d’une société qui rapporte gros. C’est le seul impôt que les français, même les plus pauvres acceptent de payer le sourire aux lèvres, avec le fol espoir d’encaisser le jackpot….Le débat est ouvert!!

6 commentaires

  • Avatar cbliblo

    Merci pour cette validation, je suis l’auteur de cet article.
    Il n’y a pas d’incitation à investir dans la FDJ, bien au contraire. J’invite à plus de prudence car pour moi cet environnement bruyant incite les particuliers, qui s’ils achètent une action surcotée seront perdants.

    En premier lieu, j’ai rappelé les risques. Ensuite, j’explique pourquoi la FDJ est populaire et pourquoi cette pression politique pourrait influencer sur le prix de l’action et je conclue par une question ouverte ou j’invite à la prudence (sur-cotation possible ?).

    Je sais que le débat sera ouvert ici, je me réjouis d’avance.

  • Tiens, j’en parlais il y a peu.

    Acheter ? Non, pas de suite.

    Non car une privatisation est toujours surenchérie lors de la mise sur le marché.
    Exemple : EDF…

    Plus tard pour la même raison , mais aussi:
    – une société qui a peur , joue aux jeux d’argents
    – une société qui va mal , joue aux jeux d’argents
    – une société corrompue, joue aux jeux d’argents.

    Suffit d’aller en ville , dans les cités, et de voir les sommes folles que les lascars tentent de blanchir….

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Avatar predateur

    encore un bon conseil gratuit ,si vous voulez investir sur du long terme en toute sécurité prenez des parts dans un GFA 2/3 % d interet

Laisser un commentaire