Le temps des moutons est revenu !..

Ces nouvelles technologies qui nous envahissent et inquiètent à juste titre, si notre libre arbitre est menacé. Et c’est pour « demain » si on n’y prend garde. Partagez ! Volti

******

Sylvain Devaux pour La Robolution

Le temps des moutons est revenu ! Il vient juste de sortir et je ne l’ai pas encore lu, mais cela ne saurait tarder. Je vous parle du dernier livre du philosophe Garpard Koening qui a mené une longue enquête sur l’Intelligence Artificielle. Cette fois il n’est pas question de savoir si la machine surpassera l’homme mais sur notre rapport avec cette nouvelle technologie et son développement. Pas de démonstration sur les problématiques d’emploi ou même éthiques mais une analyse de nos comportements qui s’avère particulièrement intéressante. Il publie donc aux éditions de l’Observatoire « La fin de l’individu : Voyage d’un philosophe au pays de l’Intelligence artificielle ».

Dans plusieurs interviews, il délivre le même message qui est celui de la perte de libre arbitre au détriment de cette IA formatée pour le plus grand nombre. L’individu menacé par le groupe et des décisions qui ne laissent plus la place à la différence. J’ai déjà longuement évoqué ce sujet mais ce voyage de Gaspard Koening est intéressant puisque ce regard d’un philosophe qui a réalisé une centaine d’entretien avec les meilleurs de la discipline à travers le monde nous met enfin face à l’évidence. Je vous parlais d’une décision bancaire contraire à une analyse d’IA qui serait difficile à défendre par un individu qui devrait alors convaincre sa hiérarchie…combien seront en mesure de pouvoir le faire demain ?

Cette menace sur notre libre arbitre inquiète Gaspard Koening qui voit la « délégation de nos capacités à choisir » d’un très mauvais œil. Je vous parlais vendredi dernier des propriétaires de voitures électriques dotées d’un système de conduite assistée qui se reposent trop sur cette technologie, trop distants de concentration nécessaire à la conduite, et qui conduit à un nombre d’accidents plus élevé. Pour Gaspard Koening, le volet le plus fascinant de son enquête s’est déroulé en Chine. Chine qui mise sur l’IA pour surpasser les Etats-Unis mais qui n’a pas la même approche. Cette IA qui favorise le groupe au détriment de l’individu colle parfaitement au modèle communiste chinois…bien moins ailleurs et en particulier en Europe.

Ce combat semble bien difficile puisque la base de l’IA est le nombre pour déterminer un fonctionnement optimisé en fonction de ce même nombre. Gaspard Koening plaide pour une privatisation des données personnelles…qui seraient objet d’une contrepartie financière sur les plateformes…ça risque de coincer un peu…

Sylvain DEVAUX

_________________

Complément

Quel avenir pour l’individu et ses libertés à l’ère de l’intelligence artificielle ? Pour répondre à cette question urgente, Gaspard Kœnig a entrepris un tour du monde de San Francisco à Pékin, d’Oxford à Tel Aviv et de Washington à Copenhague. Il a rencontré plus de 120 professeurs, entrepreneurs, intellectuels, politiques, économistes, artistes, et même un magicien.

Au fil de ce périple émerge une véritable philosophie de l’intelligence artificielle (IA). Celle-ci ne menace pas l’existence d’Homo sapiens et les robots ne voleront pas nos emplois.

En revanche, en déployant des techniques d’optimisation, de prédiction et de manipulation à grande échelle, l’IA remet en cause le fondement même de nos Lumières : l’idée d’un individu autonome et responsable.

L’intelligence artificielle nous prépare ainsi des droits sans démocratie, un art sans artiste, une science sans causalité, une économie sans marché, une justice sans coupable, des amours sans séduction… à moins que nous ne reprenions le contrôle en forgeant pour nous-mêmes un droit à l’errance. Un récit philosophique pour notre époque, fourmillant d’informations, d’anecdotes, d’états d’âme et aussi d’humour.

De quoi rendre l’IA plus facile à comprendre et, espérons-le, à maîtriser !

La fin de l’individu : Gaspard Koenig Voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle

6 commentaires

Laisser un commentaire