BioTech: la commercialisation de la viande synthétique a déjà commencé ! Vincent Held..

Et « Soleil Vert » c’est pour quand ? Youpiii!! Les champs vont être libérés, le climat sauvé, les boites de Pétri ne broutent pas. Sans consulter le peuple, on nous impose cette « mixture » en passant sous silence les effets à long terme de cette « chose » sur la santé, pour peu qu’il y ait des études de faites. C’est une arnaque si on avertit pas le con-sommateur, qui se trouve dans l’impossibilité d’exercer un libre choix. Partagez ! Volti

******

Par Vincent Held via Liliane Held Khawam

Des chicken nuggets produits en laboratoire… et peut-être déjà servis dans votre Happy Meal ! (Image : Cnet)

La perspective d’ingurgiter des chairs créées artificiellement dans une éprouvette vous révulse ? Pourtant, grâce au fameux traité CETA, il se pourrait bien que vous y ayez déjà goûté une fois ou l’autre. À l’occasion d’un passage dans un McDonald’s, par exemple…

On nous aura prévenus…

En janvier 2019, une  présentatrice anglaise avait en effet dégusté un chicken nugget à base de « viande cultivée en laboratoire ». Un aliment synthétique produit par la société californienne Just Inc., qui avait pu l’importer sans encombre sur le sol britannique. Il était donc déjà possible de faire entrer ce type de produits dans l’UE…

Des « chicken nuggets » synthétiques déjà sur le marché !
« D’ici 20 ans, vous mangerez des viandes de substitution » (la photo montre de la viande « cultivée » en laboratoire). En réalité, la viande synthétique est déjà arrivée sur le marché depuis plusieurs mois…

En décembre 2018, la société californienne Just Inc. avait affirmé qu’elle espérait lancer ses chicken nuggets synthétiques sur le marché avant la fin du mois. Le seul obstacle à leur commercialisation ? L’absence d’un cadre réglementaire. Une question qui allait être réglée en mars 2019, grâce à une convention entre les deux agences alimentaires concernées (FDA et USDA).

« Mmh, c’est bon ! ». En décembre 2018, le Wall Street Journal était allé rendre visite à la société Just Inc. en Californie. L’occasion pour le CEO de l’entreprise d’annoncer que son produit était déjà prêt à être commercialisé…

Les chicken nuggets synthétiques de Just Inc. sont donc arrivés sur le marché américain il y a plusieurs mois de cela. Alors pourquoi n’en entend-on subitement plus parler dans les médias ?

D’autant plus que le CEO de la société est parfaitement certain que « des millions de personnes » consommeront bientôt ses produits !

La plus grande chaîne de supermarchés suisses a investi dans la société israélienne Aleph Farms, pionnière du steak de bœuf synthétique. Quant à sa grande concurrente Coop, l’une de ses filiales (Bell Food) a pris des participations dans la société néerlandaise Mosa Meat, qui avait confectionné le premier hamburger synthétique en 2013 déjà
Le fait de vendre de la viande synthétique en supermarché est un objectif affiché du fondateur de Mosa Meat (ici au Forum de Davos, en octobre 2015). Le Prof. Mark Post est d’ailleurs convaincu qu’à terme, sa viande de laboratoire se vendra « quatre fois moins cher » que la viande d’élevage…

Attendez, mais alors… Se pourrait-il que l’on donne déjà à manger des chicken nuggets synthétiques à des foules d’amateurs de fast-food… sans même qu’ils le sachent ?

« On a une catégorie de produits [alimentaires synthétiques] qui est tout simplement incroyable – ils ne peuvent pas être distingués du produit animal original, même par des gourmets extrêmement avisés. » (dixit le Prof. Patrick Brown de l’Université de Stanford… en février 2012 !)

Des nuggets et hamburgers synthétiques déjà en vente chez McDonald’s ?
Au début de l’année 2017, la ‘start-up’ californienne Memphis Meat  produisait déjà des chicken nuggets synthétiques à la chaîne…
La multinationale agroalimentaire Cargill, grand fournisseur de McDonald’s (et qui investit justement dans la viande de laboratoire*), souhaite « réduire les émissions de méthane » liées à sa viande de bœuf. Un objectif parfaitement compatible avec la production de viande synthétique !
Pour l’agence environnementale de l’ONU, la viande d’élevage est l’ennemi numéro 1 de l’humanité – rien de moins. Parmi les solutions envisagées : manger moins de viande… ou passer à la viande synthétique ! En 2015, McDonald’s s’était justement fixé des objectifs de développement durable ONU-compatibles « ciblés sur le bœuf et la volaille » !

Tout ceci pourrait d’ailleurs expliquer une annonce tonitruante de McDonald’s, qui s’était engagée en fin d’année 2018 à réduire l’utilisation des antibiotiques dans sa viande de bœuf. Car c’est un fait communément admis : les antibiotiques ne sont pas nécessaires à la production de viande de laboratoire ! (Celle-ci étant produite in vitro, dans un environnement stérile).

En 2016 déjà, la chaîne d’information nationale canadienne CBC avait annoncé l’arrivée sur le marché non seulement de viandes – mais également d’œufs et de laitages synthétiques !

Une information confirmée récemment par le célèbre magazine économique Forbes, pour lequel « le boeuf sans animal n’est qu’un début » !

Autre indice : en avril 2019, McDonalds avait subitement annoncé que 33% de ses œufs ne provenaient plus de poules « élevées en cage ». Or, cette déclaration inattendue intervenait un mois tout juste après le feu vert des autorités américaines à la commercialisation « d’aliments humains produits à l’aide de technologies cellulaires »…

Une catégorie à laquelle appartiennent non seulement la viande et le poisson, mais également le lait et les œufs synthétiques (comprenez : le blanc et le jaune d’œuf produits sous forme liquide). Or, si les œufs de laboratoire sont relativement peu médiatisés (tout comme le lait synthétique, d’ailleurs), ils n’en existent pas moins depuis plusieurs années déjà.

En mai 2019, Bloomberg avait expliqué qu’une « course » était lancée pour remplacer les œufs naturels par des « protéines d’œuf appétissantes ». L’on y apprenait aussi que le fabricant de viande synthétique Just Inc. avait déjà signé des contrats avec « de gros fournisseurs d’œufs »…
… et cela tombe bien, puisque la demande de blanc d’œuf explose dans le secteur du fast-food industriel (sur la photo, le CEO de Clara Foods, une autre société californienne qui produit du blanc d’œuf artificiel « plus performant que le naturel » – avec le soutien de la banque Barclays)

Enfin, on pourra relever ces deux citations peu banales des dirigeants de Mosa Meat, la société qui avait produit le premier hamburger synthétique en août 2013 :

« On peut modifier les cellules [de viande synthétique] pour les rendre plus riches en omégas-3. […] De sorte que votre médecin pourrait un jour vous prescrire deux visites hebdomadaires chez McDonald’s. » (Prof. Mark Post, co-fondateur de Mosa Meat)

Ou encore :

« Un extrait de bœuf permet de produire 800 millions de faisceaux musculaires [synthétiques], soit « la quantité nécessaire pour la production de 80’000 Big Macs » » (communiqué conjoint de Mosa Meat et du producteur de viande suisse Bell)

On l’aura compris. Le leader européen de la viande synthétique semble particulièrement intéressé à une coopération étroite avec McDonald’s…

Pour le célèbre magazine high-tech californien Wired, « la viande de laboratoire arrive que cela vous plaise ou non ». Et de remettre une couche de cynisme : « McDonalds vend 75 hamburgers chaque seconde. […] La viande synthétique sera-t-elle parfaite dès le début ? Certainement pas. Mais bon, les condiments sont là pour ça. »
Comment faire accepter la viande synthétique ? La leçon de com’ du Prof. Mark Post

Au cours d’un exposé au Forum de Davos, le Prof. Mark Post, qui se trouve être le co-fondateur de la société Mosa Meat, s’était interrogé sur la meilleure manière de convaincre le public d’ingurgiter ses aliments produits en laboratoire.

Or, voilà la conclusion à laquelle était parvenue le scientifique : on peut faire avaler n’importe quoi aux gens, si 1) ils trouvent cela bon et 2) ils ont l’impression que le produit ne présente pas de danger.

Il s’agissait en somme de tirer les enseignements du succès du hot dog : « La plupart des gens ne savent pas ce qu’il y a dedans et la plupart des gens ne veulent pas savoir comment c’est produit – et pourtant ils le mangent. Le point essentiel – à part le fait que ce n’est pas cher – c’est que c’est sûr. Vous avez vu des gens manger des hotdogs – et ils restent en vie. »

Ainsi, pour « surmonter les réticences », il suffira que nous voyions de la viande synthétique « être mangée par beaucoup d’autres personnes » durant « un certain temps ».

Tout indique que ce processus a déjà commencé…

« On peut lui donner un goût qui plaît aux enfants et ajouter des couleurs… »
*GROS PLAN : Les deux principaux fournisseurs de McDonalds misent sur la viande synthétique !
  1. En 2018, le géant agroalimentaire Tyson Foods a racheté la société Keystone, qui fournit à McDonald’s l’intégralité de ses chicken nuggets. La même année, Tyson Foods a également investi dans Memphis Meat, la grande pionnière des chicken nuggets synthétiques ! (cf. illustration ci-dessus)
  2. Tyson Foods fournit 150 millions de livres de bœuf à McDonald’s chaque année. Or, l’année dernière, Tyson Foods a investi dans une ‘start-up’ israélienne qui promettait de produire du hamburger synthétique à 5$ le kilo « en 2019 »
  3. La multinationale agroalimentaire Cargill, qui fournit également McDonald’s en viande à hamburger, a pour sa part investi dans Aleph Farms – la première société au monde à avoir réussi à créer du bifteck de laboratoire ! Une prouesse bien plus exigeante que la production de simples hamburgers…
Et n’oublions pas le poisson ! Car si la viande synthétique a en général pour vocation de « préserver le climat », la viande de poisson synthétique, a, plus précisément, celle de « sauver les océans ».

Vincent Held via LHK

Voir aussi :

/Agriculture: Comment « le prix des pommes subventionne celui du Nutella ». BASTAMAG. Projet de loi. F Ruffin

Commentaires:

lire « planète à gogos » de Frederick Pohl et C.-M. Kornbluth ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan%C3%A8te_%C3%A0_gogos ) de 1953, passage sur la viande artificielle le « Poulgrain » (zelectron)

on lit le résumé :
« Dans un monde largement surpeuplé, les entreprises ont pris la place des gouvernements et détiennent maintenant tous les pouvoirs politiques. Les États n’existent que pour assurer la survie des grandes sociétés trans-nationales. La publicité est devenue extrêmement agressive et est, de loin, la profession la mieux rémunérée. Grâce à la publicité, le public est constamment dupé dans la croyance que la qualité de vie est améliorée par tous les produits mis sur le marché. Certains de ces produits contiennent des substances addictives conçues pour rendre les consommateurs dépendants. »

écrit en 1953. N’est-ce pas étonnant de lucidité ?
et d’horreurs que nous subissons aujourd’hui ? (jean )

12 commentaires

  • Rainette Rainette

    Ce n’était pas la raison pour laquelle je ne mets jamais les pieds (ni le reste) chez Mc Do, vu que j’ignorais ce fait, mais ce sera une raison de plus. Je continuerai à acheter le peu de viande dont j’ai besoin directement chez l’éleveur bio du coin. Triste monde ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Avatar Madsick87

    Ils vendent de la viande chez Mcdo ? C’est effarant, je pensais vraiment pas, vu que ça pourrit pas….

  • Graine de piaf Graine de piaf

    J’espère que nos compatriotes vont, pour une fois, faire preuve d’un peu d’attention à leur assiette, d’un peu de bon sens aussi, mais c’est pas gagné, surtout si le goût est bon, les gosses seront vite accros !

  • Avatar Cyrildu44

    De la viande synthétique comme dans l’usine Trikatel du film « L’aile ou la cuisse » ?

  • Avatar mianne

    A part les lentilles et autres sources de protéines végétales, pour absorber des protéines, j’achète très rarement des steaks hachés surgelés dans lesquels il y a 50% de viande et 50% de soja pour essayer de perdre progressivement le goût de la viande animale . Ayant de l’empathie pour ces malheureux bovidés qui n’ont pas envie de mourir (pas plus dans les abattoirs que dans les arènes à corridas) et consciente de l’horreur qu’on leur fait subir en trahissant brutalement leur confiance après les avoir élevés et choyés, je me demande pourquoi l’on s’évertue à produire ou à importer des tourteaux de soja pour fournir des protéines à ces malheureux bovidés que l’on tue ensuite pour consommer leurs protéines au lieu de consommer directement nous-mêmes ces protéines végétales sans passer par l’intermédiaire de l’animal .
    Nos cousins les gorilles, si proches de nous génétiquement, trouvent leurs protéines dans les végétaux . Pourquoi pas nous ?

  • Avatar lumpenproletariat

    Que l’on remplace tous les steacks hachés low cost par du steack synthétique, aucun probléme ! Pas d’animaux torturés en élévage intensif et en abbatoir, et on aura surement la même qualité.
    A coté de ca peut subsister, une filiére d’élevage de qualité avec des normes drastiques pour le bien être animal et forcément des prix au kilos importants et ce sera, « un trés bon steack à l’occase ».
    Reste à connaitre, la teneur en micro nutriments de cette viande synthétique et voir de quoi il s’agit en étudiant tous les points de vues pour se faire une véritable opinion, sans aucun à priori.

    • M.G. M.G.

      En résumé : de la viande en plastoc pour les pauvres et de la viande de qualité réservé aux riches ?

      Surtout, pas d’inquiétude, c’est déjà dans les tuyaux. En attendant le « soleil vert », nous allons (les pauvres) passer par la case « Tricatel », la finalité étant de tout juste nous maintenir en état de fonctionner durant la période où nous sommes en âge de produire (et reproduire) pour maintenir le système en place. Ensuite on peut crever. D’ailleurs, la nourriture industrielle permettra bientôt de réduire drastiquement le nombre de retraites à verser …

      M.G. (complotiste assumé :) )

      • Avatar lumpenproletariat

        « En résumé : de la viande en plastoc pour les pauvres et de la viande de qualité réservé aux riches ? »

        Mais c’est déjà le cas. La bouffe de merde pour les plus pauvres et la bouffe de qualité à partir de la classe moyenne supérieure. Et même certains, quand ils en ont les moyens, ils mangent de la merde pour pouvoir se payer des conneries pour faire les kékés…

        Cela a toujours été le cas et cela sera toujours le cas. Le lion dominant mange toujours le meilleur morceau et se tape au passage les meilleures femelles … C’est ca la NATURE !!!

  • Avatar Flo500

    Ce qui explique les campagnes mondiales de culpabilisation envers ceux qui mangent de la viande.

    Eh oui, un loup a le droit de manger une brebis ou une vache, mais si l’homme le fait… c’est monstrueux, selon leur argument.

    Et tous les pleurnichards qui nous rebattent les oreilles pour que nous ne mangions plus de la viande n’ont toujours pas fourni une raison valable, sinon qu’on les a rendus coupables
    notamment par ces fausses vidéos qui montrent des vaches en train de pleurer quand elles vont à l’abattoir.

    E ce n’est même pas une question d’OGM et de pesticides, car il y en a autant dans les plantes que mangent les végans.

    • Flo, une personne qui ne porte pas en elle la culpabilité ne peut pas être déstabilisée par une réflexion. Si elle l’est, c’est qu’elle la porte en elle. L’extérieur n’est que le miroir de ce qui est à l’intérieur.

      Et si l’être humain se réclame d’une intelligence supérieure à celle de l’animal, peut-être serait-il bon qu’il ne se comporte pas comme un animal. Si maintenant il se réclame du genre animal, je ne vois aucun problème à ce qu’il se comporte comme tel. Le tout est d’assumer.
      Et heureusement, il y a des animaux qui se comportent mieux que bien des humains…

  • Avatar Flo500

    En bref, la vraie viande sera réservée, comme autrefois, à l’élite. Pas aux « petites gens ».

  • Nous avons des choix drastiques à faire en cette fin de civilisation. N’oublions pas que c’est nous qui avons le pouvoir. Avec ou (presque) sans argent…