Algérie : L’opposition piégée ; ou quand le destin a battu «les cartes» de la fin d’un «système» ! Par Djerrad Amar..

Des manifestations un peu partout, les peuples ne veulent plus subir, ils veulent avoir leur mot à dire, qu’on les écoute enfin, et le font savoir. En Algérie, la situation et l’analyse de Djerrad Amar vue de l’intérieur. Partagez ! Volti

******

Auteur Djerrad Amar

Des opposants présumés du «système» qui se lamentent de sa proche disparition ?

En ayant joué hypocritement le rôle, depuis des années, d’opposants parfois farouches au «système» politique, économique, social, ils n’avaient jamais cru à son possible effondrement !

Ils jouaient ce rôle, faisaient de la figuration, pour des citoyens qui les croyaient en militants, en engagés, en relayant leurs discours ; armés de leur bonne foi ! 

Ils jouaient ce rôle en profitant de ses bienfaits en argent et privilèges qu’il octroi, en passe-droit qu’il permet, en pouvoir qu’il procure et en stabilité qu’il assure !

Quand le destin a battu «les cartes» de la fin de ce «système», par d’impressionnantes contestations populaires fermes et irréversibles, approuvées par l’Armée avec la stupéfaction de beaucoup, ces opposants, qui ne s’y attendaient pas, se retrouvent déroutés, ne sachant plus comment s’y prendre face à de contraignants dilemmes risquant de les anéantir.

Par un tour de passe-passe et afin de garder leur crédibilité, ils trouvent le stratagème «destruction/conservation du système» en tentant de chevaucher les «hirak» des débuts pour espérer les orienter vers des revendications qui ne mettraient pas en danger leur existence. Échec face à la détermination des centaines de milliers de manifestants qui tiennent au rejet du 5ème mandat, la déchéance et la poursuite judiciaire des pontes compromis du système, le changement radical du système de gouvernance, mais aussi l’exclusion des manifestations de tous les responsables de parti politique ou de figures jugées  du «régime» !

La multiplication des poursuites judiciaires et des arrestations de hauts responsables civils et militaires, dans ce contexte des revendications, avec le concours des services de l’Armée, a fait que l’objectif de ces «opposants» reste inaccessible ; ils innovent alors, la controversée «période de transition» qu’ils s’emploient à imposer dans le but de la «gérer» eux-mêmes sans élection, en objection à la Constitution qui, pourtant,  prévoit précisément la solution à cette crise ! Il suffisait d’y exiger des conditions réalistes comme le changement de la loi électorale, l’organisation et la supervision des élections !

Le refus du «pouvoir» de s’aventurer dans cette voie a fait que ces «opposants», dont les tenants du pouvoir honni, répondent encore par une autre tactique : organiser des pseudo-hirak déviants, regroupés autour de ce qu’ils nomment «l’Alternance démocratique», portants des slogans antinomiques à ceux du véritable «hirak» ; s’attaquant sottement à l’Armée en visant son chef d’Etat-Major et/ou exigeant des choses incongrues ou inappropriées. S’ils le présentent comme étant aussi «l’homme du système», il leur sera difficile de nous expliquer pourquoi il n’intervient pas pour protéger ces mêmes «hommes du système» !

Le véritable «hirak», après avoir obtenu l’essentiel, arrête son mouvement pour ne pas servir de faire-valoir. S’attaquer à l’Instance qui a aidé à arrêter ou à présenter devant la justice ceux du système corrompu, que le véritable «hirak» réclamait était bien une grossière manœuvre ! Trop absurde pour l’accepter ! Quelle est cette «force» qui peut aider à poursuivre en justice ces «intouchables», qui peut aider à «nettoyer ces écuries d’Augias» (en paraphrasant un chef de parti), si ce n’est que la Force Armée ! Le duel n’a jamais été entre l’Armée avec son Etat-major et les véritables «hirakistes» !

Il y a donc bien un objectif visant à dévier les revendications populaires pour conserver du système son âme utile en y adjoignant la leur !  

A notre sens, il est vain d’emprunter cette voie trompeuse, anti-constitutionnelle en plus d’être hostile à l’Armée. Le processus de changement des hommes et du système étant irréversiblement engagé !

Il nous semble que si échec il y aurait à s’entendre pour une solution légale même avec la promesse du pouvoir légal actuel et de l’Armée de ne pas participer (s’ingérer) aux solutions qui pourraient être dégagées et proposées, il ne restera, constitutionnellement, pour des raisons de sécurité et de stabilité, comme arbitre, que l’Armée !

Devant cette limite, l’Armée peut légalement prendre en charge d’autorité la transition démocratique avec la volonté d’assainir le paysage politique actuel très compromis, par la dissolution tous les partis politiques pour leur permettre de réapparaître suivant de nouvelles règles tout en assainissant bien d’autres choses !

A. Djerrad

19 commentaires

  • Avatar SANTE

    Si l »Algérie était rester française, elle n’en serait pas là.
    https://www.contre-info.com/20-aout-1955-massacre-del-halia
    Mais peut-être qu’elle va finir par redevenir française. il suffit de voir les habitants de Hong Kong ressortirent le drapeau britannique.
    les vietnamiens préfèrent les investisseurs français!

  • Avatar predateur

    je suis allé à paris il y a une quinzaine de jour ,des décennies que je n avais pas vu la capitale , j ai eu l impression que la france était devenue africaine https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    • Avatar Madsick87

      Car être Français c’est être « blanc » ?
      Et Paris, c’est la France ?
      C’est très réducteur tout ça.
      La Guyane, la Guadeloupe, les Antilles, la Réunion jusqu’à preuve du contraire c’est le territoire Français.

      Allez aux USA, au Canada ou en Australie, vous aurez la sensation d’être entouré d’Européens car c’est un fait vous serez pas entouré de gens de souche mais d’immigré Européens ( installés depuis plusieurs générations comme des « immigrés Africains » peuvent l’être en France ).
      Bref les « Européens de souche »sont indéniablement la population la plus immigré du monde et celle qui s’en plaint le plus même quand ils sont hors de leur continent d’origine, l’Europe.
      Rappelez tout les gens de type Européen en Europe, vous verrez que le continent va être étroit, même en sortant tout les gens « de couleur » du vieux continent, la place va cruellement manqué….

      • Avatar predateur

        oh !!!!!!mais je sais très que ce que j ai dit c est pas bien du tout https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

        • Avatar Madsick87

          Moi ce qui me gènes c’est pas tant le « constat » que vous faites mais ce qu’il impliques si on vas pas un peu plus loin dans la réflexion.
          Donc je me demandes qu’est ce qui fait que les populations migrent, et qui y gagnes.
          -Les richesses se concentrent, tout le monde veut sa miette ( migrant, gilet jaune, extrème droite, extrême gauche etc ), je voies la les raisons de ces migrations ( ancienne et présente).
          -Et qui y gagnes ? Surement pas les Français de la base ni les immigrants…. Je regardes donc du coté des grands possédants et au miracle, ça devient très clair vu que c’est les mêmes qui asservissent les hommes aux 4 coins de la planète.
          Je continues donc dans l’analyse historique : quand un peuple devient hostile aux classes dominantes, on leur trouves chaque fois un ennemi extérieur ou intérieur, ce qui a le mérite de permettre une purge des « dissidents » et de relancé l’économie ( moins de chômage et plus de travail ) vu que les morts ne postulent pas et qu’il faut reconstruire ou au minimum réparé les dégâts causés par les affrontements. La boucle est bouclé , on peut repartir sur un nouveau cycle d’asservissement.

          • Avatar predateur

            par habitude le peuple est devenu hostile aux classes dominantes , mais d expérience quand un dominant ( un patron par exemple ou un maire ) est évincé , celui qui le remplace même s il vient du peuple aura le comportement d un dominant ,même parfois pire que celui qu il remplace
            chez les animaux c est identique ,encore que les dominés chez eux ne passent pas leur temps à remettre en cause le pouvoir du dominant

            • Avatar Madsick87

              Quand je parles de dominants, je ne parles pas d’un maire ou d’un directeur d’entreprise. Je parles de multinationale , de cartel bancaire et de gros financiers capable de spéculé à grande échelle.
              J’ai écrit : « Je regardes donc du coté des grands possédants » par exemple ceux qui ont le pouvoir à une poignée d’acquérir tout les journaux (et donc de géré l’info), les ressources naturels et même les politiciens ( via le lobbying et /ou la corruption si il y a une différence entre ces deux mots ).

    • @Pré dateur
      Quand je lis tes commentaires j’ai l’impression que la France est devennue conne.

  • Capitou Capitou

    Si l’Algérie n’aurait pas été colonisée par la France, elle n’en serait pas là.

    Et si l’état français n’aurait pas organisé l’immigration, pour construire / reconstruire la France grâce à une main d’œuvre sous-payée, Paris n’en serait pas là non plus.

    • Avatar Madsick87

      Et sans guerre, les banquiers sauraient plus à qui proposé de l’usure….
      Je lisais le livre de Louise Michel sur la « Commune », et qui prête de l’argent aux communards et au « gouvernement » ? La banque d’ou sortes certains de nos présidents dont l’actuel.
      L’histoire bégaye, elle répètes souvent les mêmes noms…..

  • Une petite seconde de conspi;
    L’algérie a rejetté la tutelle des gouvernements français.
    Elle s’est tournée et reste fidèle a ses alliances (URSS/Russie). A l’occasion de remaniement politique le peuple manipulé par certains de l’ouest se rebelle car l’algérie achetent de l’armement russeet refuse obstinément les systemes d’armes us.
    Cherchez l’erreur.

Laisser un commentaire