Le nucléaire n’est pas notre avenir, arrêtons le ! ..

Si vous avez regardé ARTE hier au soir, c’est le prosélytisme nucléaire, « nous sommes les meilleurs », « l’EPR est fantastique », d’ailleurs des centrales EPR tournent en Chine, nous en avons en construction en Finlande etc.. Sans que les nucléocrates s’étalent sur les 13 milliards que nous a déjà coûté l’EPR finlandais, qui n’en fini plus d’être retardé, avec des malfaçons à la pelle, véritable bombe à retardement, alors que l’ASN prévoie un nouveau retard à cause des soudures pour l’ EPR de Flamanville dans la Manche. Retard en Finlande, où tous les acteurs se rejettent la responsabilité. La mise en service de celui de Flamanville devait se faire Mi-2018, selon Jean-Bernard Levy: ce plus gros réacteur au monde (1 750 MW) sera mis en service mi-2018, promet l’électricien français (article 2017). Le gendarme du nucléaire veille mais, l’autorité ne se prononcera pas avant fin 2020 sur la prolongation de la durée de vie du parc d’EDF. Si ces messieurs levaient les yeux, il verraient une boule jaune qui peut nous fournir de l’énergie gratuite pour encore des milliards d’années, pourquoi ne pas investir au lieu de dilapider l’argent pour cette dangereuse énergie qui, vu la baisse de compétences, l’est encore plus. Partagez ! Volti

******

Sortir-du-nucléaire

En janvier, vous avez publié le dossier qui servira de base à la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), texte qui fixera le cap en matière énergétique pour les prochaines années. Or cette PPE prévoit que l’objectif de 50% de nucléaire dans la production d’électricité ne soit atteint qu’en 2035. Elle ne respecte donc pas le cadre défini par la « Loi de transition énergétique pour une croissance verte », qui fixait cette échéance à 2025.

Plutôt que de faire des efforts pour respecter les objectifs légaux, vous préférez modifier la loi ! Une « petite loi énergie » est ainsi censée acter le report de cette échéance à 2035. Présenté le 30 avril 2019 en conseil des ministres, son texte sera ensuite soumis au vote du parlement. Le décret de la PPE pourrait être adopté dès cet été.

Avec le décalage de 10 ans de l’échéance pour la baisse de la part du nucléaire, vous préparez, avec EDF SA, la prolongation et la poursuite du nucléaire. Ceci implique de faire fonctionner jusqu’à plus de 50 ans la quasi-totalité des réacteurs.

Installations vétustes, pièces en fin de vie qui ne peuvent être remplacées, malfaçons et défauts sur de nombreux équipements, problèmes accrus de maintenance découlant des cadences infernales imposées aux travailleurs sous-traitants, déchets qui s’accumulent, etc. : la situation actuelle est déjà plus qu’inquiétante. Alors que l’industrie nucléaire, en situation de quasi-faillite est confrontée à une perte importante de compétences, ce projet de prolongation est une fuite en avant.

Invoquer la lutte contre le changement climatique pour justifier cette prise de risque relève de la mauvaise foi, au vu de l’inaction de la France en la matière. La sécurité d’approvisionnement ne saurait non plus être invoquée. Des réacteurs vétustes seraient maintenus en fonctionnement… principalement pour permettre à EDF d’exporter massivement de l’électricité que nos voisins européens, qui tournent le dos au nucléaire, ne voudront certainement pas acheter, pendant que les déchets nucléaires resteront tous en France.

En prévoyant de prolonger la durée de fonctionnement des centrales et des usines atomiques, vous faites preuve d’irresponsabilité et mettez en danger la population sur plusieurs générations.

Messieurs Macron, Larcher, Ferrand, Philippe, De Rugy, Lemaire, et Mesdames et Messieurs les parlementaires, ne sacrifiez pas notre avenir et celui des générations futures !

Nous, signataires de cette pétition, demandons donc :


 La mise en place en urgence d’une véritable planification de l’arrêt de l’ensemble du parc nucléaire français. Avec fermeture au plus tard à 40 ans de fonctionnement des réacteurs et installations nucléaires

L’inscription dans la loi de la possibilité pour un gouvernement et pour le Parlement de décider de la fermeture de réacteurs pour raison de politique énergétique, et le maintien à minima de l’échéance de 2025 pour la baisse de la part du nucléaire à 50%

 La remise à plat de la politique de gestion des déchets et dans cette attente, l’arrêt de tous les projets de stockage et d’entreposage

SIGNATURE

-_-_-_-_-_-_-_-

Ne manquez pas l’article ci-dessous, les travaux ont débuté depuis 2007…

EPR de Flamanville : le fiasco industriel

La sûreté dépend aussi de la qualité de la construction

Après des travaux préparatoires (creusement et terrassement) qui ont eu lieu d’août 2006 à décembre 2007, le chantier de construction de l’EPR en tant que tel démarre le 3 décembre 2007 avec le coulage du « premier béton ».

Dès lors, le chantier de l’EPR ne sera qu’une longue litanie de malfaçons et « non-conformités », pour l’essentiel identifiées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Mais les réparations apportées s’apparentent parfois nettement à du rafistolage. De plus, sur un chantier qui compterait quelque « 300 000 pièces avec de nombreux raccordements entre elles […] 17 000 conduits de tuyauterie d’une longueur totale de 150 000 m avec 30 000 points de fixation, 20 000 armatures, 1000 appareils et agrégats de procédés techniques et 5000 appareils électriques » [1], il est permis de supposer que des malfaçons échappent à la vigilance des inspecteurs.

Comme le notent à juste titre Bernard Laponche et Yves Marignac, « La démonstration de la sûreté de l’EPR en général est d’autant moins acquise pour le cas de l’EPR de Flamanville en particulier, du fait des défaillances, parfois graves, observées dans la construction de ce réacteur. L’influence des défauts observés dans la qualité d’éléments aussi importants que les soudures ou les bétons sur la sûreté prévue sur papier devra être rigoureusement analysée ; les défauts observés et ceux qui risquent fortement d’être passés inaperçus auront par ailleurs des répercussions sur le fonctionnement du réacteur, et potentiellement sur sa sûreté. » [2]

EDF tente de camoufler les malfaçons
Les malfaçons de l’EPR, un inventaire à la Prévert
Les soudures, dur, dur…
46 supports massifs en acier low-cost à remplacer
Une vanne de 2 mètres montée à l’envers
43 non-conformités sur le pont polaire de 780 tonnes

Et aussi:

La cuve de l’EPR ou les aciers loupés des équipements sous pression nucléaires : analyse et conséquences
L’explosion atomique des délais et des coûts
La cuve – Une défectuosité majeure au cœur de l’EPR

Une conception surprenante de la « sûreté » !
Un réacteur construit pour… savoir construire des réacteurs !
Un réacteur « européen » très franco-français…
Un chantier qui maltraite les travailleurs
Zwentendorf, ou que faire avec un réacteur (presque) achevé ?

Tout savoir sur l’EPR et c’est très inquiétant! https://www.sortirdunucleaire.org/EPR

Et, si vous n’avez pas d’à priori sur Monsieur Jean Pierre Petit…

Mythes et réalités d’un projet nucléaire ITER par JP Petit (complet)

JANUS 6 : Le paradoxe EPR, Le paradoxe d’Einstein-Podolsky-Rosen montre les limites de la capacité de l’être humain à appréhender le réel à travers des images mentales. (JPP)

ITER Mythes et Réalités 5/5 : Fusion nucléaire, ITER versus Z-machines et fusion aneutronique.

Le site de JPP avec ses pensées, réflexions, sur tous les évènements actuels et passés, et des liens pour toutes ses vidéos

Note : Le site est plutôt « brouillon » mais c’est le riche contenu qui compte et, il est mis à la disposition de tout le monde gratuitement.. (Vous pouvez aider Mr Petit si vous voulez)

28 commentaires

  • les pays qui innovent dans le nucléaire sont maintenant la Russie et la Chine.
    L’europe est quasiment obsolete dans le domaine, le savoir est grangrèné par une corruption a tous les niveaux.

  • Tant que les gens ne seront que des gens et non des citoyens il en sera ainsi.

  • JBL1960 JBL1960

    Si ces messieurs levaient les yeux, il verraient une boule jaune qui peut nous fournir de l’énergie gratuite pour encore des milliards d’années
    =*=
    Peuvent pas, ces messieurs du bois joli, portent tous des Ray-ban…

    • supermouton supermouton

      Et l’agriculture s’en sert largement depuis 6000 ans… :-)

    • Avatar xc

      Oui. Mais on ne la voit pas une grosse moitié du temps. Et il n’y a pas de moyen réaliste de stocker l’électricité pour restituer la nuit celle produite le jour. Sans parler des matériaux nécessaires à la fabrication des anneaux solaires.
      Ce peut être une solution pour une installation loin d’un réseau électrique, mais pas généralisable.

      • Avatar verisheep

        Bien sûr que si, il existe des moyens de stockage réalistes et peu polluants:
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Volant_de_stockage_solaire
        http://www.rfi.fr/emission/20190519-generateur-hydrogene-solaire

        Il y à aussi le solaire thermique à concentration:
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_solaire_thermodynamique

        Les systèmes utilisant la gravité, l’air comprimé, etc…

        Ce ne sont pas les solutions qui manquent, seulement l’investissement dans des filières prometteuses.

        • supermouton supermouton

          De tous les systèmes de stockage au delà de quelques minutes ou heures, seules les solutions gravitationnelles fonctionnent, sont fiables, et abordables… ca s’appelle des STEP.
          Si on veut boucher les trous de production sur des périodes raisonnables (quelques jours), il faut des centaines d’installations comme Grand’Maison.
          reste plus qu’a trouver le budget, les emplacement… et l’eau pour remplir tout ça ;-)

          Et ici, on ne parle que de remplacer la production électrique fiable actuelle par de l’intermittent.
          Ca n’attaque absolument pas le chauffage ou le transport…
          Que les écolo-pastèques nous montrent des solutions de remplacement de ces deux pans de la consommation énergétique, et on verra après pour qu’ils bousillent l’électricité qui marche pas mal.

          • Avatar verisheep

            Je t’ai mis des liens, je t’invite à les suivre.

            Le stockage d’hydrogène ou d’air comprimé ne sont pas de « quelques minutes [aucune des solutions citées ne sont de quelques minutes] ou heures ».

            Une combinaison de stockage par inertie, gravité, hydrogène et compression est tout à fait envisageable.

            Mais je m’en fous, je ne suis pas vraiment concerné.
            Vous allez crever, pas moi.

            • supermouton supermouton

              Un foyer de 4 personnes a besoin de stocker une quarantaine de KWh pour passer la nuit , ou une demi journée sans vent… c’est à dire qu’il faut dans chaque foyer un gros modèle de centrale inertielle de 16 tonnes… j’en ris d’avance… les gugusses d’eure et loir qui ont réussi à enfumer avec ce sujet n’ont jamais réussi à faire un matériel qui marche (y compris leur version en béton qui a des problèmes de résonance vibratoires intenables)

              L’hydrogène, parlons en… aujourd’hui, la majeure partie est obtenue par cracking du pétrole… Et si on rêve de d’électrolyse, le rendement total de la chaine est d’une vingtaine de 20% (donc il faut produire UNE fois l’énergie qu’on consomme en direct, et 5X plus pour celle qu’on consommera stockée en hydrogène…).
              En prime, il faudra trouver assez de platine (c’est pas cher monzami) pour faire marcher les piles à combustible. Donc oui, ca marche, mais il va falloir déployer un sacré paquet de moulins à vent pour réussir à produire l’électricité quand ils tournent, et l’électricité quand ils ne tournent pas…

              En ce qui concerne les centrales thermodynamiques, on a eu l’expérience de Themis que j’ai pu suivre de près dans les années 70… pas aussi trivial que ça n’en a l’air. Aujourd’hui, la seconde centrale espagnole PS20 à une capacité de 20MW, pour une surface de 80ha. compte tenu du facteur de charge, cela équivaut à 5MW de nucléaire … pour remplacer notre parc de 65GW, il faudra donc couvrir 10.000 Km2 de terres ensoleillées… au Sahara, je veux bien, ici, ça risque d’être sport :-)
              En prime de l’encrassement permanent des 10.000km2 de miroirs (va en falloir du larbin payé au lance pierre pour laver les carreaux), le matériel vieillit très très vite avec les hautes températures et les sels fondus… la durée de vie est catastrophique… mais on peut même admettre que c’est un problème secondaire comparé à la surface irréaliste nécessaire…

              Je ne commenterai même pas la compression… au rendement et capacité dérisoire… tu devrais relire l’histoire des tramways parisiens à compression par exemple…

              Désolé, on peut retourner le problème dans tous les sens, mais on est devenu des droguées de l’énergie abondante et pas chère, et si on veut remplacer le pétrole (on sera obligé de le faire de toutes façon quand on aura tout siphonné) et continuer à vivre comme on vit, il n’y a que les options nucléaires qui tiennent la route (en avant la surgé).. le reste est sympa (je suis solariste depuis la fin des années 70…) mais ne permet en rien de tenir la société telle que nous la connaissons.
              Il reste l’option décroissance, mais à un niveau que personne n’acceptera… parce que cela consiste à retourner au mode de vie des romains (et non pas cro-magnon comme certains tentent de raconter)

    • Avatar Montet

      JBL1960… Heu la boule jaune c’était avant, pendant mon enfance… Maintenant elle est blanche…

  • Avatar polemile

    Aujourd’hui, la consommation électrique est de 60 000 MW en France. Un pic de consommation lié à l’explosion des climatisations. Pour rappel, la valeur de ce pic est équivalente au pic de consommation hivernal d’il y a 20 ans.
    Donc on peut dire que la population n’est pas dans une logique de réduction de consommation d’énergie. Mettre la clim, c’est carrément gaspiller l’énergie sauf pour des cas particuliers.
    Alors je pose la question, d’où proviennent ces 60 ooo MW?
    En Allemagne, ils ont fermé leurs centrales nucléaires et ils produisent l’électricité à 80% par du charbon, du gaz, du fuel et de la lignite. Leur atmosphère est largement polluée sans compter les masses de CO2 rejetée dans l’air.
    Naturellement cette pollution ne s’arrête pas aux frontières et nous récoltons les alertes aux particules fines, ozone etc…
    En France, il ne reste plus que deux centrales au charbon qui vont bientôt fermer: Cordemais et Le Havre. Ces centrales ne fonctionnent que lors de besoins particuliers, c’est à dire très peu au cours de l’année. Donc, pour la production d’énergie électrique, nous sommes affranchis de la pollution gaz de l’atmosphère. L’énergie est produite à 80 % par les centrales nucléaires et à 20 % par les barrages et les énergies renouvelables.
    Lorsqu’il s’agit de construire des parcs éoliens, c’est bien mais personne n’en veut près de chez lui. Reste le solaire, eh bien çà produit quand il y a du soleil mais pas trop quand il pleut et encore moins la nuit.
    Donc, on va arrêter les centrales nucléaires, connaissez – vous une alternative capable de produire 50 000 MW;
    Pour mémoire, 50 000 MW correspondent à 100 000 éoliennes avec un facteur de charge de 30%.
    Pour ma part, c’est important de réduire la consommation, mais le nucléaire tel qu’il se présente aujourd’hui est le seul moyen qui permettra de faire la transition jusqu’à la découverte d’autres technologies.
    En parlant de l’EPR de Flamanville, c’est une honte technologique. La France, après avoir su construire 50 réacteurs en 20 ans, a perdu tout son savoir faire. Ceci est une conséquence de la politique industrielle menée dans notre pays. Mais ce n’est certainement pas une défaillance de la sureté nucléaire. Bien au contraire, la vigilance des autorités de sureté pointe les écarts entre ce qui doit être fait et ce qui est réellement réalisé. C’est rassurant de constater que la conformité aux exigences ne souffre d’aucun passe droit , et surtout pas celui de l’argent. Ainsi l’EPR dépasse de 3 fois son cout estimé à la conception et accumule des retards de plusieurs années pour réparer la perte de savoir faire technologique et parfois le laxisme des entreprises aux gros capitaux.

  • Avatar bulbo

    Trop d’accord avec Polemile!

    On veut virer la centrale, lancer le tout electrique mais on va faire comment pour charger tout ca?
    L’electricitee ne coule pas toute seule des prises et l’eau ne circule pas toute seule sanas rien faire! ;)
    J’ai franchement l’impression que les gens l’ignorent ou s’n foutent eperdument!
    et pourtant c’est une realité, plus on veut charger une batterie rapidement il faut de l’amperage ! c’est comme ca! Sans parler de l’extraction du lithium qui va generer catastrophe sur catastrophe au niveau planete mais ca chut! c’est pas chez nous..pas grave..

    Qu’en aux clim je suis mort de rire, on nous parle de rechauffement, on realise des mesures de competition par des sondes un peu partout…mais au sol..dans les villes..ou dans les sous sol ..
    Et on ne se demande pas si les clim ne rechauffent pas aussi localement l’athmosphere entre les voitures et les clim de bureau, là aussi les gens ont oublié peut etre que pour faire du froid bennn il faut faire du chaud, comprimer un gaz ca fait enormement de chaleur avant de pouvoir le detendre pour qu’il fasse du froid..dixit voir le fonctionnement d’un frigo ou d’une clim, c’est sur le net il n’y a qu’a chercher pour comprendre, plus d’excuse…

    Par grave on vend des clim c’est la canicule …donc on rechauffe et on vend des clim et on consome..trop fort! Mais pas grave car l’electricité coule de la prise!! peut importe il y en a quand je branche mes appareils!

  • Bien sûr, je suis d’accord avec vous: comment obtenir de l’énergie vraiment propre ? La meilleure est bien celle qu’on ne dépense pas. OK.
    MAIS…
    Si vous avez 26° chez vous, vous pouvez vous passer de clim . Si vous devez dormir avec 30°, c’est autre chose. Je n’ai pas la clim et je la déteste. Mais je ne peux pas tirer sur ceux qui l’utilisent, en particulier les personnes âgées et les personnes fragiles. En été, je dors par terre, tout ouvert, avec les bruits du village (couches-tard et lèves-tôt). Faisable, mais côté confort..

    Idem dans la voiture où, tout à l’heure, nous avions 54° lorsqu’il a fallu la reprendre, et ce malgré le pare-soleil. J’ai déjà eu un thermomètre bloqué à 70° !

    Dans les magasins, elle est souvent excessivement forte. On se gèle ! C’est un gros gaspillage. Leurs produits ne se conserveraient pas par 40° sous les bâtiments qui ne sont souvent que des hangars. Mais pas besoin de la mettre si forte.

    D’un autre côté, oui, nos élites s’en foutent: elles encouragent les voitures électriques et le tout connecté, qui est énergivore et donc pollueur.

    Les éoliennes, on sait maintenant que c’est de la foutaise. Je parle des parcs, pas des petites éoliennes familiales (là, je ne sais pas).

    Encourager le solaire ? Voilà qui ne rapporterait pas à l’Etat. Donc …Il ne faut surtout pas encourager l’autonomie énergétique ! Enfin, si, officiellement, mais par derrière…

    • Avatar polemile

      Le solaire, Biquette, est une énergie d‘appoint sur un réseau électrique. Sa production est aléatoire et doit être doublée de moyens de production capables de compenser les variations liés aux écarts de luminosité. Il faut bien entendu la développer, mais elle ne pourra jamais se substituer aux grosses centrales. Pour l´ utilisation domestique, il faut obligatoirement un stockage de l´ énergie fournie pour pouvoir en bénéficier la nuit ou lors d‘un besoin particulier. Et ce stockage….ce sont des batteries, il n‘existe rien d ‚autre sur le marché actuel. Peut- être des condensateurs, mais ce n‘est pas au point. Pas sûr que le bilan écologique soit positif pour une utilisation domestique des panneaux solaires.
      Par contre, faire chauffer de l´ eau avec des radiateurs solaire, ć est très écolo…..sauf que pour éviter les dépôts organiques qui se développent dans des circuits d‘eau, on y fait circuler du glycol avec un échangeur de chaleur glycol/ eau.
      Je crois qu‘on peut se tourner dans tous les sens, on aura toujours les fesses derrière….

  • Graine de piaf Graine de piaf

    j’ai la clim mais je ne la mets jamais l’été quel que soit le degré de chaleur j’ouvre tout portes et fenêtres la nuit et ainsi je crée des courants d’air, il fait évidemment à peu près 29/30° à l’étage, mais c’est ainsi./
    pourquoi je ne m’en sers pas m’a-t-on déjà demandé ? pour deux raisons ; l’une parce que l’électricité est de plus en plus chère, l’autre parce que c’est une des pire chose pour le climat surtout l’été.
    Et puis quand on a connu la canicule à Paris dans sa jeunesse, on ne parlait pas de dérèglement climatique à l’époque, les températures très élevées étaient courantes, donc on attendait que ça passe, c’est tout et on se rafraîchissait comme on pouvait.

    Nous n’étions pas des chochottes, ni les vieux, ni les jeunes, cela ne nous empêchait pas de vivre, d’aller travailler dans des locaux surchauffés etc… c’était l’été avec ses inconvénients, tout comme l’hiver avec le froid…
    maintenant les gens ne supportent plus rien, ni le soleil – sauf en vacances – ni la pluie, ni le froid, ni le chaud, ni le vent, ni les maladies des gamins, ni… j’arrête la liste serait infinie !

  • Rainette Rainette

    Je pense comme toi GDP mais je crois que notre façon de voir les choses vient sans doute de notre âge. On a connu des temps difficiles qui nous paraissaient normaux puisque, autour de nous, tout le monde vivait la même chose. On a voulu mieux et plus facile pour nos jeunes. Maintenant il faudra qu’ils comprennent que rien n’est acquis dans la vie et encore moins gratuit. Il est bien possible (et même certain) que leur avenir ne soit pas rose. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Il y a des techniques simples a mettre en oeuvre. Arroser avec un petit brumisateur un volet exposé au soleil fait descendre la température de façon conséquente sur l’autre coté. le principe de l’evaporation. mais c’est compliqué de faire tourner trois neurones quand il fait plus de 23°

Laisser un commentaire