Notre-Dame de Paris

Comment, ainsi que le prétendent tous les « me…..rdias main-stream » . . . une charpente de cathédrale comme N-D de Paris, constituée de poutres de sections bien conséquentes, (c’était pas du bois de cageot!) en chêne « millénaire » pour la plupart d’entre elles, ce bois non-résineux, très dense, supposé hyper-sec et extrêmement difficile à enflammer spontanément, comment donc une telle structure a-t-elle pu entrer aussi intensément en combustion quasi-instantanée – en quelques dizaines de minutes – et s’étendre avec une telle rapidité à des zones aussi vastes de la « toiture » ?
Alors que . . .

1) Les ouvriers, déclarés au nombre de DOUZE – de l’entreprise Le Bras en charge du chantier – n’y travaillaient plus à cette heure-là, ce soir-là ! >>> lien : lefigaro.fr Incendie de Notre-Dame de Paris : la principale entreprise chargée des travaux se défend – 16 avril 2019 – Par  Claudia Cohen

2) Techniquement parlant, avant que la chaleur ne soit devenue tellement intense qu’elle ne les fasse fondre, les « tables » (plaques de couverture du toit) en plomb, auraient pu (et dû) servir « d’étouffoir » au feu, privant la zone de charpente « supposée » enflammée d’un apport en oxygène, lequel, sans leur présence constituant une véritable « chape » , aurait pu être naturellement apporté par la convection thermique verticale faisant monter de l’air « frais » du dessous, et s’évacuant en chaleur et fumée par le « haut » pour les alimenter ?

3) Un bruit ressemblant à une détonation, semblant provenir de l’intérieur, aurait été entendu vers 18 h 45 par un journaliste radio de KTO interviewant des fidèles en train de sortir de la cathédrale après les vêpres (lien https://stopmensonges.com/notre-dame-de-paris-evidence-du-caractere-volontaire-de-lincendie/
lire particulièrement le 1er alinéa)

4) Les deux agents de sécurité en service ce soir-là à Notre-Dame, alertés par des alarmes électroniques du système de surveillance de la cathédrale, auraient immédiatement réagi, mais, suite à un « bug informatique », se seraient rendus à un endroit très éloigné de la localisation du foyer, et auraient ainsi perdu pas mal de temps avant d’y arriver (lien : https://www.dhnet.be/actu/monde/notre-dame-de-paris-deux-temoins-particulierement-interessants-et-un-bug-informatique-5cb7043c9978e269d50abe72

5) Un journaliste du « TIME’S » relaie une info reçue par TWITTER d’un ami jésuite officiant à Paris (N-D), mais il supprime ce « Tweet » au bout de seulement quelques minutes (lien :
https://exoportail.com/notre-dame-un-journaliste-du-time-evoque-sur-twitter-un-incendie-volontaire-dapres-une-source-jesuite-mais-supprime-son-tweet-apres-quelques-minutes/

Ceci m’amène à me poser quelques questions « personnelles » :

– N’y a t-il jamais eu, au fil des décennies contemporaines, inclus dans des « programmes techniques » de travaux de restauration, de réparation ou de sauvegarde de cet édifice historique hautement symbolique, lesquels programmes étaient supposés conçus et décidés par des gens catalogués comme « techniquement à la hauteur », un budget et une tranche de travaux dédiés à l’ignifugation de l’ensemble des structures de charpente – à l’aide de pulvérisation de produits physico-chimiques considérés comme des « retardants efficaces » – pour éviter, lors d’un incendie toujours hypothétiquement possible, une telle dévastation aussi brutale que rapide ?

– Commencent à circuler sur le NET bon nombre d’interrogations & de supputations sur les « capacités » de bois de construction « à l’ancienne », tels que ce chêne, hyper-sec & multi-centenaire, à pouvoir s’enflammer TOUT-SEUL et sans adjonction d’agents chimiques inflammatoires , un peu comme le ferait de l’amadou avec une simple étincelle (?)

– N’étant pas « complotiste » par choix ou conditionnement, mais plutôt « analyste rationnel » par conviction, je me demande si il n’y aurait pas comme une sorte de « coïncidence » avec l’embrasement de la Mosquée « Al-Aqsa » à Jérusalem, le même jour, et, approximativement, dans le même créneau horaire ( lien : https://youtu.be/R4W3YZsgN3A

– Même aux USA, un ancien journaliste du New-York Times, comme Anand GIRIDHARADAS, se pose la question de savoir pourquoi les « millionnaires » français, qui ont tous bénéficié de la suppression de l’ I.S.F. sont aussi contents de cet « accident » providentiel qui va leur permettre de défiscaliser encore quelques millions d’€uros de plus, alors que se pointe de manière de plus en plus perceptible la menace des « contre-coups » (fiscaux) de l’action des Gilets Jaunes .

– Et je me demande aujourd’hui pourquoi, ce soir-là, notre « CHER » président macron s’est exprimé publiquement en disant qu’il « partageait NOTRE DOULEUR – N’est-ce pas la sienne aussi (?), en tant que Français, président de surcroît, ou bien est-il tellement inféodé au deep-state que ce n’est pas (ou plus) « son » problème ?

Qu’est-ce qu’il doit être « content » de cet événement qui « tombe à point » pour lui permettre de parler d’autre chose que son bla-bla-blatant monologue habituel, pontifiant , soporifique et tellement déconnecté !

Pierrouli

Note Volti : En complément, une vidéo proposée par Christine G sur le sujet et ++ … Crédible ou pas, c’est vous qui voyez…

jim le reveilleur

70 commentaires

Laisser un commentaire