Des chiens renifleurs dressés à détecter le paludisme

Qu’est ce que le paludisme ?

Le paludisme, ou malaria, est une infection parasitaire transmise par le moustique. Le parasite est présent dans toutes les régions intertropicales chaudes et humides sauf aux Antilles françaises, à Tahiti, à la Réunion et en Nouvelle Calédonie. Le parasite est donc transmis sur place mais on peut aussi trouver des cas de paludisme dits « d’aéroport », lorsque les moustiques sont transportés accidentellement dans la soute des avions. Lorsque la maladie est détectée à temps et que le traitement est bien conduit, la malaria se soigne après plusieurs jours. En revanche, si elle n’est pas détectée et que le traitement n’a pas été administré à temps et/ou est de mauvaise qualité, son évolution est mortelle.

Le flair des chiens : une aide précieuse

C’est donc pour limiter la propagation du paludisme que l’association britannique Medical Detection Dogs entraîne des chiens renifleurs à détecter cette maladie avant l’apparition des premiers symptômes grâce à un objet insolite : des chaussettes sales. En effet, ces chiens au flair incroyable sont capables de détecter des odeurs présentes en très faible concentration. Ils peuvent par exemple sentir l’équivalent de deux cuillères à café dans deux piscines olympiques ! Les races de chiens les plus communes dans ce travail sont les labradors, les malinois et les bergers allemands.

Les chiens de l’association ont été dressés pour passer devant tout un lot de chaussettes sales et pour s’arrêter devant le sous-vêtement contaminé par le paludisme. Nos amis à quatre pattes se sont entraînés pendant des mois sur des chaussettes d’enfants de Gambie dont certains avaient été testés positifs au parasite du paludisme mais n’avaient pas de fièvre. Sur la peau humaine, le parasite génère une odeur distincte que les chiens sont capables de sentir, même s’il n’y a qu’une infime trace. C’est pourquoi après ces mois de travail avec les dresseurs, les chiens ont correctement détecté 70% des chaussettes appartenant aux enfants contaminés. Ce résultat encourageant, présenté le 29 octobre 2018 à la conférence annuelle de la société américaine de médecine tropicale à la Nouvelle-Orléans (Louisiane), pourrait même être encore amélioré car pour cette expérience, les chaussettes avaient été congelées et les odeurs ont pu se dissiper peu à peu. Les chiens seront donc entraînés sur une plus grande quantité de chaussettes « fraîches » à l’avenir.

Les chiens pourraient alors être amenés à travailler dans les aéroports où ils seraient capables de sentir les parasites du paludisme pour éviter aux pays qui l’ont éradiqué d’être de nouveau contaminés. Mais cela serait également d’une très grande aide à tous ceux qui sont contaminés par le parasite mais qui ne le savent pas encore pour être soignés avec un médicament anti-paludisme de manière immédiate et efficace. C’est un travail qui pourrait sauver de nombreuses vies dans le monde entier sachant que les victimes de cette maladie sont au nombre annuel de 445 000 selon l’Organisation Mondiale de la Santé. C’est également un nombre qui ne cesse d’augmenter selon eux.

Comment éviter la contamination ?

Si vous envisagez de voyager dans un pays connu pour être impaludé, vous devez alors prendre quelques précautions pour ne pas être contaminé, mais également pour ne pas transporter de moustiques dans vos bagages jusqu’à votre pays de résidence lors du retour. Chaque année le Comité des Maladies liées aux Voyages et d’Importation (CMVI) diffuse des recommandations pour la prévention du paludisme. Ces recommandations consistent en l’utilisation conjointe de la de la protection contre les piqûres et de la chimioprophylaxie, qui consiste à prendre des médicaments antipaludiques en prévention. Il existe plusieurs types de médicaments antipaludiques et le choix devra donc se faire selon le pays de destination, toujours sur conseil d’un médecin.

La protection contre les piqûres, appelée lutte antivectorielle, consiste à utiliser des moustiquaires de lit imprégnées, à diffuser des insecticides en continu, à utiliser des répulsifs cutanés et à porter des vêtements légers couvrants. Quant aux bracelets anti-insectes, les appareils à ultrasons, les papiers autocollants et gluants, sachez qu’ils sont inefficaces contre ce type de moustique.

Dans les régions impaludées, des moyens sont mis en place pour éradiquer la maladie et les habitations sont pulvérisées avec des insecticides efficaces de trois à douze mois mais cela ne vous empêche pas d’être vigilant. Lorsque vous rentrez de ces pays, pensez à bien vérifier vos bagages avant de partir !

6 commentaires