Les petits élevages bio menacés par Bruxelles. Reporterre..

Bruxelles veut « industrialiser » le bio ou le faire disparaître ? Partagez ! Volti

******

Auteur Marie Astier pour Reporterre via Liliane Held Khawam

La Commission européenne discute en ce moment des règles d’application du futur règlement bio. Or, elles pourraient pénaliser les élevages de volailles les plus vertueux de la filière.

C’est un mode d’élevage méconnu du consommateur. Chez Charles Monville, les poulaillers sont itinérants, déplacés là où l’herbe est la plus verte. Dans chacun, 500 poulets de chair grandissent pendant plus d’une centaine de jours. Puis, ils sont abattus, vendus en direct au consommateur. « Quand j’ai vidé une cabane, je la lave et la déplace sur un parcours où il n’y a pas eu de poulets depuis cinq mois.

L’équilibre biologique est revenu dans la prairie, elle est super saine », raconte-t-il, fier d’ajouter que, depuis son installation comme éleveur bio en 2010 à Bièvres (Essonne), il n’a « jamais eu de problème sanitaire, jamais utilisé un seul antibiotique. Les animaux se portent à merveille ». Le fonctionnement est le même pour sa bande de 250 poules pondeuses.

Dans le langage des normes de l’Union européenne, on appelle cela un système à « bâtiments mobiles ». Ce mode d’élevage en plein air privilégie les petits « lots » de volailles (plutôt 500 poulets par bâtiment que 3.000), facilite l’accès des oiseaux au « parcours » extérieur, est particulièrement adapté à la vente directe car l’éleveur peut approvisionner les clients en continu. Charles Monville a en permanence cinq cabanes habitées, chacune par des poulets d’âge différent, et une cabane en « vide sanitaire » attendant ses nouveaux habitants. « Il est plus facile de nourrir un seul bâtiment fixe de 2.500 poulets que cinq bâtiments de 500 poulets, poursuit l’éleveur. Mais le mobile est plus adapté à mes convictions. » « En cette saison, en mobile, les poules sortent et elles trouvent de l’herbe verte tout de suite, alors qu’en bâtiment fixe, les poules doivent faire 50 mètres pour trouver un brin d’herbe », précise David Léger, éleveur et secrétaire national volailles de la Fnab, la Fédération nationale de l’agriculture biologique.

« On durcit les règles pour les petits élevages, pas pour les gros élevages »

Mais l’évolution du nouveau règlement européen pour l’agriculture biologique pourrait bousculer ces petits élevages. Le futur règlement bio, qui s’appliquera en 2021, a été approuvé l’an dernier à l’issue de quatre années de discussions. Les palabres se poursuivent cependant, car, tout comme en France une loi prévoit des décrets, les directives européennes ont besoin de règles d’application. Et la Commission européenne discute actuellement du détail des normes que devront respecter les élevages bio européens. Elle a rendu sa première proposition de brouillon fin janvier. « On n’est absolument pas satisfaits ! » dit Marie Guyot, directrice du Synalaf (le Syndicat national des labels avicoles de France) et animatrice de l’association européenne des éleveurs ruraux de volailles (European Rural Poultry Association). Même déception du côté de la Fnab. « On durcit les règles pour les petits élevages alors qu’on n’a pas osé le faire sur les gros élevages », estime David Léger.

Dans le détail, les élevages en bâtiments mobiles pourraient, selon les propositions en discussion, voir le nombre de poulets par mètre carré de bâtiment modifié. Actuellement, une « cabane » peut accueillir jusqu’à 16 oiseaux au mètre carré. La Commission européenne voudrait les passer à 10 oiseaux par mètre carré.

Pourquoi s’émouvoir que l’on veuille laisser davantage de place aux volailles ? Tout d’abord, le changement de cette règle pénaliserait principalement les petits éleveurs, car les bâtiments mobiles rassemblent rarement des milliers de poulets. « La physionomie des bâtiments définit le type d’élevage et de système, explique Fiona Marty, qui suit les discussions européennes pour la Fnab. Les propositions de la Commission mettent en danger la diversité des élevages bio, et en particulier les petits élevages. Ils vont devoir revoir leur modèle économique. » Ces éleveurs devraient soit agrandir leurs bâtiments, soit diminuer le nombre d’animaux hébergés dans chacun : donc soit faire des investissements importants, soit diminuer leur production, soit disparaître.

« Je ne sais pas ce qui aiguille la Commission, mais ce n’est pas le bien-être animal », réagit Charles Monville. Ses volailles passent la journée dehors et utilisent le bâtiment principalement la nuit. « Mes poulets, quand ils dorment, se serrent et se tiennent chaud. Si on me dit d’en mettre moins par cabane, ils auront froid. Quand ils sont petits, ils n’occupent même pas un quart de la cabane et quand ils sont adultes, il reste encore une partie vide. Les bureaucrates pondent des règlements sans venir voir ce que l’on fait. » Pour lui, le « cahier des charges » actuel — c’est-à-dire l’ensemble de règles à respecter pour avoir le label bio – est parfaitement adapté. La preuve, « quand j’ai commencé en 2010 j’étais tout seul, maintenant on doit au moins être sept dans la région, tous en bâtiments mobiles. » Pourquoi changer une affaire qui marche ?

L’agrandissement des élevages favorisés

Surtout, les défenseurs de l’élevage fermier bio s’émeuvent que les gros élevages voient, eux, leur vie facilitée. Pour les poulets de chair, la Commission européenne propose de modifier dans ses normes techniques un petit mot qui change tout. Aujourd’hui, un bâtiment fixe ne peut accueillir plus de 4.800 poulets. Le mot « bâtiment » pourrait être remplacé par « compartiment ». Ainsi, les lots de 4.800 poulets pourraient cohabiter, simplement séparés de cloisons, dans le même hangar. « C’est un très gros problème car les très grands bâtiments donnent une image industrielle du bio », explique Marie Guyot.

« Nous demandions aussi la limitation de la taille des élevages de poules pondeuses, poursuit David Léger, mais cela a été refusé. Pourtant, plus un bâtiment est grand, plus il est difficile d’accéder au parcours de plein air pour les animaux. On veut que le cahier des charges prenne en compte les attentes des consommateurs, sinon on va perdre leur confiance. »

…/…

Lire l’article complet

Source Reporterre via Liliane Held Khawam

EuropaCity, grand projet inutile aux portes de Paris, vacille mais vit encore

Le sol, un bien commun en péril. Frédéric Denhez, dans « Le sol », a enquêté sur la dégradation de ce bien commun, garant de notre alimentation et de nos paysages et appelle à une profonde révolution des mentalités.

4 commentaires

Laisser un commentaire