Communiqué de la CGT – Hôpital de Dax…

Vous avez peut-être vu passer cette information, des faits inexplicables à l’hôpital de Dax. Au delà du sensationnalisme sur la présence fantomatique de ce Belphégor , il y a un réel malaise au sein de cet hôpital. La casse de nos services publics continue et, ce sont les malades et le personnel en sous effectif, qui en font les frais. S’il y a de l’argent pour aller guerroyer, pour payer les somptuaires dépenses de l’état, entretenir les politiques et leurs privilèges, il doit y en avoir pour le fonctionnement de nos services publics. À moins que le sérénissime banquier locataire de l’Élysée, ne veuille là aussi, privatiser. Il serait grand temps pour les citoyens de demander à l’état, un audit détaillé de toutes les dépenses. Où passe l’argent de nos impôts ?? Ch.Sannat nous dit: La France est richissime de ses 1 000 milliards d’impôts et taxes !Partagez ! Volti

Source Aphadolie

Entre Belphégor et la fantomatique politique de soins d’Agnès Buzyn…
Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, Fonction publique

La presse française et même internationale fait des choux gras de la présence et des agissements d’un mystérieux « visiteur » au sein du Lanot, structure gériatrique de l’hôpital de Dax.

Baptisé Belphégor, c’est tellement plus « romantique et « vendeur », cet intrus qui suscite tant de curiosité auprès de la presse inquiète au plus haut point les personnels de l’hôpital et les familles des patients. Comment est-il possible, en effet, qu’une personne dont on ignore aujourd’hui les intentions, puisse aussi facilement pénétrer dans une structure dont la population est par définition fragile ?

La CGT, qui depuis des mois, mène des actions autour de la problématique des moyens humains, des conditions de travail, de la sécurité des agents et des patients en lien direct, quoiqu’en dise la direction de l’Hôpital, avec les mesures d’économie imposées et contenues en filigrane dans le plan santé de la ministre Buzyn, s’insurge de l’écart d’exposition médiatique qui existe entre le romantisme de l’affaire Belphégor et la souffrance des acteurs de la santé.

Pour rappel quelques chiffres :

2015 : Plan de redressement à l’hôpital de Dax : 60 suppressions de postes.

Depuis, de nombreuses réorganisations (mise en place du travail en 12 heures, mutualisation des moyens, procédures dégradées, dénonciation de l’accord des 35 heures, suppression de 5 RTT pour une économie de 30 postes en 2018).

En 2018, la direction agite le chiffon rouge et annonce un déficit prévisionnel de 3 Millions d’Euros cherchant à culpabiliser le personnel et le « préparant » à de nouveaux sacrifices. Mais le personnel, avec la CGT et une intersyndicale, commence à dire stop et à s’organiser dès le 21 juin 2018 en déposant un préavis de grève qui sera suivi d’actions régulières tout l’été mobilisant un nombre important d’agents de toutes catégories et de tous services, ce qui est historique pour l’hôpital de Dax sur le fond et la forme. 80 médecins de l’hôpital créent un collectif à la même période pour dénoncer les conditions de travail du personnel.

Ces mobilisations exemplaires de dignité et de lucidité commenceront à porter leurs fruits avec le paiement d’heures supplémentaires au titre de l’année 2018 pour un total de 480000 € soit l’équivalent de 12 postes de travail, heures supplémentaires en hausse de 21, 76% par rapport à l’année précédente. Mais c’est également un constat d’échec de la politique menée par l’établissement qui fait le choix de recourir aux heures supplémentaires plutôt qu’à l’embauche ou aux remplacements.

Début 2019, la direction annonce un déficit revu à la baisse : 1,3 Millions au lieu des 3 millions annoncés…

Aucun domaine n’échappe à la volonté dogmatique de baisser les dépenses, et c’est là que le bien médiatisé Belphégor réapparait. A l’Hôpital de Dax, le domaine de la sécurité fait également les frais de la chasse drastique aux économies : les agents de sécurité (privé) ne sont plus présents que le soir y compris le week-end…c’est ainsi qu’il a été demandé au personnel masculin de faire acte de présence la nuit, en heures supplémentaires pour « rassurer » l’agent présent la nuit…Aucun volontaire ne s’est déclaré, faute de personnel.

La question du visiteur du soir ne saurait être prise à la légère, des moyens doivent être mis en œuvre pour donner les moyens de travailler correctement. Les agents sont en souffrance depuis de nombreuses années en raison des conditions de travail qui se dégradent au détriment également des patients.

L’inquiétude monte, certains agents du Lanot sont aujourd’hui en arrêt de travail.

La CGT exige que des solutions soient trouvées tout de suite et que l’on mette tous les moyens nécessaires pour accueillir et soigner dignement la population.

Pour le Syndicat CGT CH DAX

Elisabeth LASSERRE

Secrétaire Générale

Contact : Elisabeth LASSERRE – Secrétaire Générale Syndicat CH DAX : 05.58.91.49.60

19 commentaires

Laisser un commentaire