Pétition : Contre l’Impunité des multinationales et le libre-échange

Pendant que le peuple demande une vie meilleure, l’état s’apprête à signer un énième accord qui fera la part belle aux multinationales, leur octroyant tous les droits. À l’heure de la décroissance et de la protection de notre planète, les vampires sont à l’affût pour démanteler tous les droits qui devraient nous protéger et ce, à tous les niveaux. Avec bien entendu la complicité de l’état qui n’a plus à démontrer de quel côté il s’agite, et quelles poches il doit remplir. Partagez ! Volti

******

Source FOODWATCH

Bonjour,

Et un de plus : après l’accord de commerce CETA entre l’Europe et le Canada et le JEFTA avec le Japon, le Parlement européen va voter ce mercredi 13 février un accord à deux têtes avec Singapour : un accord de commerce et un accord de protection des investissements.

Si ces accords sont adoptés, c’est une mauvaise nouvelle, pour au moins deux raisons. Mais cela n’est pas une fatalité : rejoignez la coalition et dites stop à l’impunité !  

1. Ces accords de libre-échange considèrent à peu près tout comme des barrières au commerce à supprimer ou à contourner. Ils vont bien au-delà des questions commerciales et menacent la protection des droits sociaux, des consommateurs et de l’environnement, l’agriculture et l’alimentation (normes sur les pesticides, OGM, etc.).

Malgré les promesses du gouvernement français après le CETA pour plus de transparence et une meilleure prise en compte des « enjeux sanitaires et de développement durable dans les accords commerciaux », les accords s’enchaînent, sans changement. Plusieurs sont en cours de négociation : Vietnam, Indonésie, Mexique, Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay ) etc..

Des droits démesurés accordés aux multinationales : stop ! SIGNEZ LA PETITION

2. La protection des investisseurs plutôt que celle des populations ?

Savez-vous qu’avec ces accords une multinationale peut attaquer une décision d’un Etat ou de l’Europe, qui viserait par exemple la santé ou l’environnement ? Grâce à ce qu’on appelle le Règlement des différends entre investisseurs et Etats (RDIE, ISDS en anglais). Ce mécanisme d’arbitrage est d’ores et déjà utilisé : l’entreprise suédoise Vattenfall a ainsi attaqué le gouvernement allemand suite à sa décision de sortir du nucléaire, réclamant 4,7 milliards d’euros de compensation. Et demain, quelle multinationale attaquera potentiellement une décision prise en France pour mieux protéger les citoyens ?

C’est bien simple : c’est I-N-A-C-C-E-P-T-A-B-L-E. Vous aussi, vous pouvez faire entendre votre voix à nos côtés pour mettre fin au système d’arbitrage et défendre « Des droits pour les peuples, des règles pour les multinationales ». Cette pétition lancée dans 16 pays par 150 organisations a déjà récolté près de 470.000 signatures en quelques jours. On ne lâche rien !

Il est temps de mettre la démocratie, les droits sociaux et la transition écologique au centre de l’Europe, pas de les sacrifier sur l’autel du libre-échange.

Ensemble, nous pouvons faire bouger les choses. Merci de signer et partager.

L’équipe foodwatch France.

SIGNATURE

Note : ** Quand une multinationale attaque un état, c’est le peuple qui paie. **

8 commentaires

Laisser un commentaire