Venezuela : attention aux sources d’information ! ..

Nous savons que ce sont les USA qui veulent la destitution de Maduro, élu démocratiquement par son peuple, pour mettre à sa place la marionnette Guaido, inféodé aux intérêts US.. À ne pas manquer pour ceux que ça intéresse, depuis Caracas, les journalistes Marco Terrugi et Romain Migus et le cinéaste Thierry Deronne répondront à toutes vos questions sur la situation au Venezuela, ce mardi 12 février à 19h heure française, nous organisons un Facebook Live depuis mon compte : https://www.facebook.com/migusromain/ (page ouverte au public, pas besoin d’inscription, par contre pour poser des questions…. ??) Partagez ! Volti

******

Source RT.France

Les informations qui nous parviennent du Venezuela sont issues de sources dont les orientations politiques n’ont rien de neutre. Les agences de presse occidentales relayent fréquemment la voix d’organisations liées de manière étroite à l’opposition.

La forte médiatisation de la crise que traverse actuellement le Venezuela donne lieu à une profusion d’informations que l’on serait tenté de croire neutres ; or, bien souvent, leurs sources revêtent un caractère partisan pro-Maduro ou pro-Guaido qu’il n’est pas toujours aisé de déceler. Andrés Antillano, professeur à l’université centrale du Venezuela, explique que «les médias sont très polarisés et se placent de manière très nette pour le gouvernement ou pour l’opposition». Il considère en outre que la presse au Venezuela est «un acteur politique qui a contribué à jeter de l’huile sur le feu».

Outre les reportages réalisés sur place, les principales sources d’information des médias français sont les agences de presse, en tête desquelles l’AFP. Dans l’une de ses dépêches, classée urgente, tombée dans la nuit du 23 au 24 janvier, quelques heures après l’auto-proclamation de Juan Guaido comme président du pays ad interim, on lisait par exemple : «Treize personnes ont été tuées en deux jours dans le cadre des manifestations antigouvernementales qui ont secoué le Venezuela, a indiqué à l’AFP une organisation non gouvernementale de défense des droits humains.» Quelques heures plus tard, une autre dépêche AFP, également signalée comme urgente, faisait état de 26 morts.

Derrière le terme d’«organisation non gouvernementale de défense des droits humains», l’AFP fait en réalité référence à l’Observatoire vénézuélien des conflits sociaux (OVCS), une institution que l’agence de presse présente tantôt comme une ONG… tantôt comme une «organisation d’opposition au gouvernement de Nicolas Maduro.» Au total, entre le 23 et le 29 janvier, l’AFP publiera pas moins de 9 dépêches s’appuyant sur des informations de l’OVCS – dépêches abondamment reprises par tous les grands médias français, sans davantage de précisions quant au biais dont peut légitimement être soupçonné cette source.

Le flou entourant les morts lors des manifestations

D’où l’OVCS tire-t-il les chiffres qu’il communique ? Difficile de le savoir. Nous avons donc tenté de la contacter par le biais des réseaux sociaux afin d’obtenir plus de détails, sans succès. La portée d’une telle information est pourtant loin d’être anodine : en affirmant, par une formule elle aussi empreinte d’ambiguïté, que 13 personnes ont été tuées en deux jours «dans le cadre des manifestations antigouvernementales», l’organisation laisse en effet entendre que ces victimes seraient des opposants à Nicolas Maduro.

La liste des décès recensés par l’OVCS entre le 23 et 24 janvier vient rappeler la nécessité, bien connue et pourtant trop souvent éludée, du recoupement des sources. En témoigne par exemple le cas d’Efren Sandalio Castillo, un homme de 43 dont de nombreux témoignages sur les réseaux sociaux affirment qu’il était en effet un opposant politique et qu’il aurait été abattu, ses proches accusant la garde nationale d’avoir tiré à balles réelles lors des manifestations. «La garde nationale utilise des pistolets à grenailles de plomb», assure cependant Romain Migus, spécialiste du Venezuela. «C’est impressionnant comme une blessure de flashball (ou LBD40) mais ce n’est pas létal», ajoute-t-il. 

L’armée vénézuélienne tire-t-elle à balles réelles sur les manifestants ? En l’absence de preuves permettant de trancher cette question, toute réponse définitive semble moins dictée par la recherche de la vérité que par des intérêts politiques. 

Deux autres noms figurant sur sa liste posent en revanche des questions quant à la rigueur voire l’honnêteté du travail de l’OVCS : ceux d’Antonio Cardenas Blanquez et de Luis Alberto Martinez. Ces deux jeunes hommes de 22 et 32 ans ont été tués par balles, le 23 janvier, en banlieue de Caracas, en marge d’une manifestation, mais plusieurs sites d’informations locaux évoquent dans leur cas un fait-divers n’entretenant «aucun rapport avec la manifestation» : les deux jeunes hommes auraient tenté de cambrioler une boulangerie et auraient été abattus par le commerçant, comme l’explique notamment Noticiascol.

Signe supplémentaire de la prudence avec laquelle ces informations, souvent relayées sans vérification ni contextualisation, doivent être envisagées : les circonstances de certains décès listés par l’OVCS sont parfois très floues, et la version des faits ne fait pas toujours consensus. C’est le cas du décès de German Cohen, un jeune homme de 33 ans visé dans la ville de Merida par un coup de feu avant d’être brûlé vivant. Si son meurtre a bien eu lieu en marge d’une manifestation anti-Maduro le 23 janvier, des témoignagesaffirment que c’est la foule des manifestants qui s’en serait pris à lui, empêchant même l’intervention de la garde civile. Des médias affirment que le jeune homme souffrait de troubles psychiatriques et qu’il a provoqué les manifestants de l’opposition en assurant être un soutien de Nicolas Maduro. …/…

Lire l’article complet

Source RT-France

Pour aller plus loin :

Venezuela: Les 5 gros mensonges de Macron, médias et Cie

Investig’Action – Michel Collon

Si vous voulez participer

MERCI DE DIFFUSER AU MAXIMUM.

Ce mardi 12 février à 19h heure française, nous organisons un Facebook Live depuis mon compte : https://www.facebook.com/migusromain/

Depuis Caracas, les journalistes Marco Terrugi et Romain Migus et le cinéaste Thierry Deronne répondront à toutes vos questions sur la situation au Venezuela.

FAITES TOURNER L’INFORMATION DANS VOS RÉSEAUX et à mardi 19h.

Voir aussi :

Venezuela : Guaido vise les comptes «escrow» de PDVSA pour financer le renversement de Maduro

Des rumeurs d’ouvertures chez Gazprombank de nouveaux comptes au nom de Petroleos de Venezuela (PDVSA) ont été démenties. Mais l’ouverture aux Etats-Unis de comptes bancaires nourris par les saisies étasuniennes d’actifs vénézuéliens est confirmée…/…

Et cet article du Saker-Francophone

Venezuela : échec de l’aide américaine

Un jour à peine après la tentative de coup d’État américain au Venezuela, la feuille de route américaine était déjà assez évidente : …/…

6 commentaires