Glyphosate : Le scandale n’est pas là où on l’attend…

Il y a des guerres qui sont silencieuses, ce sont celles des intérêts de firmes, qui œuvrent en coulisses pour asseoir leur monopole, accroître leurs bénéfices et, les dividendes de leurs actionnaires. Je suis fondamentalement contre toutes utilisations chimiques dans nos champs et ailleurs depuis toujours mais, pour que le débat puisse avoir lieu, encore faut-il donner la parole aux utilisateurs du glyphosate et, écouter leur arguments pour tenter de comprendre. Vos avis sont les bienvenus. Partagez ! Volti

******

Par #glyphosate Pétition adressée à M. Le Président de La République

Il y a peu de rationnel dans ce débat surexposé par les médias où on entend tout et son contraire. Je constate de façon navrante que les organisations professionnelles agricoles, syndicats, chambres d’agricultures ne se sont pas saisies publiquement de ce sujet et l’on laissé aux opposants de tous bords qui n’ont aucune compétence technique en matière d’agriculture et de phytopharmacopée. Il me semble important en tant qu’acteur de la filière agricole de remettre les choses à leur place de façon à donner un peu de rationalité au débat.

Pour mieux comprendre, commençons par un bref rappel historique :

Cette molécule, découverte en 1950 est utilisée en Europe comme désherbant depuis 1974 sous la marque Roundup de Monsanto. Au début de sa commercialisation, ce produit était considéré comme « quasi-bio ». Tout le monde se souvient de la publicité à la télévision avec le chien qui déterre l’os sous la terre imbibée de Roundup. Cela fait donc plus de 40 ans que cette molécule est utilisée dans nos champs. Les diverses agences de santé et de sécurité sanitaires connaissent bien le sujet pour l’avoir étudié depuis toutes ces années, et ont un recul inédit pour statuer scientifiquement sur les répercussions à long terme liées à l’usage de ce pesticide, bien plus que pour la plupart des autres produits phytosanitaires qui restent peu de temps sur le marché. En 2000, le brevet de la molécule Glyphosate tombe dans le domaine public et depuis, Monsanto partage le gâteau avec une quarantaine de concurrents qui commercialisent ce produit à un coût modique. Le Glyphosate devient le pesticide numéro un dans le monde. Dans ce contexte, le Groupe Bayer acquiert  la marque Monsanto en 2016 et rapidement après survient l’affaire des Monsanto Papers qui discrédite le Glyphosate.

Ce que savent les agriculteurs :

Dans les locaux phytosanitaires des agriculteurs, se côtoient de nombreux produits chimiques qui sont pour la plupart extrêmement nocifs lorsqu’ils sont non dilués. C’est indiqué noir sur blanc sur les bidons : dangereux pour les milieux humides, cancérogène, perturbateur endocrinien, etc… Mais,  sur le bidon de glyphosate, il n’y a pas de message aussi alarmant. C’est un des produits phytosanitaires les moins dangereux du marché en l’état des connaissances scientifiques, même en considérant que c’est un cancérogène probable. Cela soulève une question majeure : Pourquoi tout à coup s’en prend-t-on à ce produit en particulier alors même qu’il semble être moins nocif que beaucoup d’autres ?

Qui a intérêt à voir le Glyphosate disparaitre ?

Une information importante mais qui est curieusement restée discrète vient éclairer le débat. Il est surprenant de constater que les fuites discréditant le glyphosate arrivent quasiment en même temps que l’autorisation de mise sur le marché d’une nouvelle molécule proposée aux états unis par Bayer en substitution du Glyphosate, ainsi que de nouvelles variétés de maïs et soja OGM dépendantes de ce nouveau produit : le Dicamba, un agent chimique, extrêmement volatile,  reconnu tératogène chez l’homme, dérivé de l’acide benzoïque. Il est important de noter qu’une molécule très proche n’avait pas obtenu d’autorisation de mise sur le marché en Europe mais qu’une nouvelle formule a été présentée aux autorités et devrait obtenir le sésame pour envahir l’Europe. Ce nouveau produit, bien plus nocif que le Glyphosate, sera évidemment vendu bien plus cher aux agriculteurs qui en plus de mettre leur santé en danger devront mettre la main à la poche.


Bayer peut donc se féliciter de la disparition annoncée du glyphosate, et il a peut-être œuvré pour cela en coulisses. Il va pouvoir, grâce à ce jeu de dupes, retrouver sa place de monopole, au détriment de tous, et avec les applaudissements des écologistes et d’une large majorité de français qui n’auront rien vu venir !

Echec et Mat !

M. Le Président, vous pouvez enrayer ce sombre scénario en accordant le renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché du Glyphosate. Vous avez parfaitement connaissance des éléments que je cite dans cette requête. 

La question est : qui allez-vous choisir : votre peuple ou Bayer?

PÉTITION

38 commentaires

  • predateur

    sauvez le soldat ghyphosate ????c est qui l auteur de l article ????

  • sombre

    Donc pour éviter que un produit PIRE que le glyphosate soit utilité, ont dois garder un produit dangereux. C’est quoi cette conclusion à deux balles ?

    Moi j’ai ma solution : le glyphosate vous le mélangez à du dicamba et vous le servez en cocktail à Matignon… et on espère que les survivants retiendront la leçon

  • Claude Janvier

    Aucune confiance dans Monsanto, aucune confiance dans Bayer. Monsanto est un empoisonneur criminel. Au delà de cette constatation, c’est aussi un criminel affameur et sans scrupules. Il faut se rappeler quand même que Monsanto a voulu imposer une seule semence de riz en Inde, afin d’engranger des bénéfices et affamer tout un pays. Faire confiance à Monsanto revient à faire confiance au serpent kâ dans le livre de la jungle.
    Quand à Bayer, je rappelle que cette société est née de l’éclatement de IG Farben en 1945. IG Farben, entre autre, fabriquait le gaz zykon B dont les nazis se servait pour exterminer les juifs. Les dirigeants ont « mystérieusement » échappés à de lourdes sanctions au tribunal de Nuremberg. IG farben ensuite a été dissout, mais s’est transformé après guerre en : Bayer, Hoechst et BASF. No comment

  • Agri

    Au lieu de taper sur les paysans français, arrêtez déjà les milliers de tonnes d’ogm traités au glyfo de rentrer en France sans ça il y en aura toujours dans nos assiettes. Les produits français ne contiennent pas d’ampa. De plus l’ampa n’est pas que produite par le glyfo, les lessives industriels en fabrique aussi et ne sont pas traités en station. Et si la France passe en bio c’est l’économie qui s’effondre demander au danois comment ils ont fait.
    On va parlé salaire la T de blé est au tour des 160 euros. Le roumain la vend au même prix que nous, essaye de vivre comme un roumain avec 300 euros par mois et on en reparlera.

    • sombre

       » Et si la France passe en bio c’est l’économie qui s’effondre »
      Source ?

      Après recherche je suis tombé sur ça :
      https://blogs.mediapart.fr/sylvain-bermond/blog/091017/lagriculture-biologique-une-chance-pour-lemploi
      Une phrase parmi d’autres qui semble allé dans le sens du bio :  » Un calcul assez simple nous indique alors qu’une conversion totale de l’agriculture française au « bio » pourrait entraîner la création de 240 000 emplois »

      Quand à la l’écologie ; la pollution engendré par l’agriculture conventionnelle représente un cout pour l’ensemble des citoyens… qui se chiffre en milliards d’euro. Un cout que ne paie pas directement les agriculteurs pratiquant l’agriculture conventionnelle.

      • predateur

        la chance, ce sera surtout de trouver des volontaires pour répondre aux offres d emplois en agriculture , à moins que les pays de l est puissent combler ce déficit de bras ….bien des élevages laitiers ne trouvent plus de personnels pour la traite ,pourtant bien évoluée depuis cinquante ans …

        • sombre

          T’en fait pas pour ça, y’en aura du bouseux qui prendront plaisir à torturer des animaux …

          • predateur

            ah ….la traite c est une torture …..?????https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

            • sombre

              Séparer les veaux de leurs génitrices, les emprisonné , les inséminés de force à répétition pour qu’elles produisent du lait , et quand elles sont éreintés et qu’elles ne donne plus assez de lait les envoyés à l’abattoir … oui l’industrie du lait c’est de la torture. Les traire, c’est juste voler le lait qui était destiné aux veaux.

              • predateur

                inséminée de force …..si on faisait un état des lieux des femmes qui font leur devoir conjugal par obligation ,pour avoir la paix …tu verrais surement que 2 ou 3 IA par vache sur une année pour avoir l IA fécondante c est loin d être le bagne …..
                d ailleurs je me demande si un taureau pour une trentaine de vaches ,c est mieux en terme de transmission d infection, comme les métrites ….puis je ne suis pas sur que le mâle en question plaise à toutes les vaches ,c est une question d hormone rien de plus …..

                • sombre

                  Si tu remplace la vache par une humaine, peut être que tu comprendrais mieux. Les mécaniques spécistes – qui font que l’homme se suggère plus important, précieux, différent de l’animal et qui déconsidère la souffrance animal – sont bien implémenté dans les esprits donc je t’en veux pas.
                  L’humain à eu ( et à encore, selon les pays) les mêmes type de considération face à l’homme de couleur, la femme, l’homme d’une religion différente. Ça évoluera avec le temps.

                  • predateur

                    aprés le temps ….je ne sais pas ….mais par la propagande surement https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
                    je n ai jamais vu d animaux assister un humain pour un accouchement ,mais des humains assister des naissances d animaux ..oui ….dans bien des cas
                    si vous n êtes pas capable de voir une différence ,c est bien dommage
                    pour la plupart des espéces la journée consiste à chercher de la nourriture ,à dormir et de ne pas se faire bouffer par plus fort que soi
                    pour se reproduire ,chez eux, c est en général se foutre sur la gueule avec les autres mâles ,quand chez l homme il suffit de rouler en BMW …..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
                    demande à akasha elle va t expliquer ….

      • Pimpin

        @sombre
        Oui, moi je pense aussi que si la France passe en bio c’est l’économie qui s’effondre.
        En effet, les prix vont monter et les distributeurs se fourniront à l’étranger, là où l’écologie n’a pas cours et où les salaires sont de misère. Pour contrer ce phénomène il faudrait obliger les distributeurs à s’approvisionner en France, ce qui est interdit par l’UE qui est en fait LE problème.
        Vous noterez aussi cette affaire de l’obligation des distributeurs de faire plus de 10% de marge, soi-disant pour qu’ils payent plus les producteurs ! Foutaise ! pour protéger les producteurs c’est à eux qu’il fallait imposer ces 10 %. Mais voilà, les distributeurs auraient alors acheté à l’étranger …

    • engel

      Agri,
      Ton constat n’est que la suite logique et imparable de la U.E-Politique, faite d’une monnaie unique et d’une disparition de nos frontières, …sans aucune harmonisation réelle!

      Une solution serait de retrouver notre souveraineté nationale. Mais en contrepartie, faudra aussi que le monde agricole réapprenne à faire ….sans les aides de la PAC!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Thibaultraa Thibaultraa

      Salut Agri, je suis allé acheter des graines de persil, le gars m’a dit que l’interdiction du Glypho allait générer l’utilisation de produit plus toxique et plus durablement toxique.
      Si tu es dans la partie, donne des infos!

    • Pimpin

      En France les agriculteurs n’utilisent le glyphosate qu’en petite quantité avant les semailles pour nettoyer la végétation existante. Ce produit disparaît très rapidement et devient introuvable dans le sol et les récoltes.
      Aux US et dans d’autres pays le glyphosate est utilisé à haute dose pendant la croissance de la plante OGM protégée contre ce produit. Résultat, on en trouve dans les produits finis.

  • Et pas un seul ne pense a supprimer les produits chimiques quels qu’ils soient?

  • J’ai un très gros doute concernant l’affirmation dans l’article de la faible nocivité du glyphosate.

    Il est exact que c’est en comparaison d’autres produits, mais ils ne sont pas cités…

    S’agit-il d’autres herbicides ? D’insecticides ? De fongicides ?

    Si quelqu’un peut avoir accès à un guide Acta phytosanitaire récent 2017 ou 2018, il serait intéressant de vérifier cette affirmation.

    Ce serait également intéressant de voir le nombre de produits agréés en Bio…

    Je n’ai pas la cinquantaine d’ €uros pour investir dans cette « bible » des produits phytos, mais les étudiants en lycée agricole, ou les pros qui ont l’obligation de passer le certi-phyto doivent pouvoir y jeter un oeil.

  • ecs

    bonsoir,
    ce qui me derange dans le Rup. c’est comme l’article le dit, que ce produit est placé au banc des accusés par des personnes qui souvent ne connaissent pas l’agriculture ou du moins se servent de ce produit à des fins électorales.
    L ‘agriculture à changé après la guerre de 40, il a fallut pour éviter une guerre civile nourrir la France, l’Europe etc,;…. a cette époque il n y avait plus rien (route, transports, cultures, essence,….. ) les tickets de rationnement ont d’ailleurs continués bien apres la guerre.
    Les gouvernements n’avaient de choix que de lacher les cordons de la bourses aux agriculteurs afin qu’ils puissent acheter des machines, de la phyto, des fermages, avoir de la main d’œuvre.

    Alors que cela plaise ou pas, cette époque à été le départ de l’agriculture du 20 eme siecle, basée sur un seul mot d’ordre, nourrir l europe et rien d’autre, afin de remonter la pente.

    Des process se sont mit en place, des cours d’agriculture, de facon de faire, le tout mèlé de culture paysanne, d’ancien savoir faire. Il est donc aujourd’hui facile de critiquer les gens qui ont donné a manger à nos pères, grand père, et arrière grand parents.

    Alors oui aujourd’hui il y a matière à reflexion, mais n’oublions pas que l’agriculture ne se change pas comme une roue de vèlo, ca prend des années, des dizaines d’année et les valeurs d’aujourd hui seront peu etre différentes dans 5 – 10 ans.

    Alors plutôt que de crier au scandale et de laisser croire que seul le bio (qui n a souvent de bio que le nom) est l’avenir, n oublions pas que lorsque la production européenne chutera, les Amériques fourniront l’Europe avec des aliments encore plus toxique que le round up, mais là il sera trop tard.

    Ca me fait penser aux idiots qui disent que les voitures électriques ne poluent pas, et tombent des nues lorsque vous leur dite qu’au bout du fils de recharge, il y a une centrale à charbon,……

    Bonsoir, de la part de qq1 qui n’utilise plus de phyto depuis plus de 20 ans et qui produit moins qu’avant, parceque le tout phyto augmentait les rendements.

    • Maxandre

      Claude Bourguignon ne connais rien à l’agriculture ?

      Le bio, qui signifie naturel, n’est rien de nouveau.

      C’est pas parce que certains rechargent leur voitures électrique avec pétrole/charbon/nucléaire qu’il faut rejeter l’idée de la voiture électrique qui peut être rechargée avec des centrales hydro-électriques et emmagasiner l’énergie dans des super-condensateurs à base de nanotubes de carbone.

      Le gouvernement, aux service des oligarques, voulait refaire leur stock d’esclaves pour maintenir l’absurdité de la croissance infinie. Ils aiment bien aussi que leurs esclaves mangent des produits qui rendent malades, c’est payant la médecine/pharmaceutique.

  • Pimpin

    Moi aussi je pense que Monsanto est intéressé par la disparition du Glyphosate. Il ne lui rapporte plus rien, la molécule est dans le domaine public. A noter aussi que Monsanto ne défend pas du tout ce produit alors qu’il y a matière à dire. Je suis certain que dès sa disparition Monsanto sortira un nouvel herbicide qu’il vendra au prix fort.

    • Voltigeur Voltigeur

      Question de gros sous, la santé, la planète ! Ils n’en ont rien à faire. Leur seul souci c’est d’être les seuls à gérer l’agriculture, quand tout sera sous contrôle et OGM, on aura atteint le fond. Faudra payer cher pour se nourrir de leurs « pourritures ». C’est une prise de conscience globale , refuser ce diktat. Plus rien ne tient la route, nous sommes les seuls en bas de l’échelle à pouvoir agir en achetant pas, en refusant en masse. Circuit court, partage de semences pures, entraide et solidarité, sinon nous sommes fichus. :(

  • inam56

    Monsanto subit une concurrence sur la vente de glyphosate mais pas sur la vente des semences OGM résistantes.
    Le chlorate de soude, désherbant systémique aussi efficace (interdit il y a 10 ans car il permettait aux gamins de fabriquer des explosifs) n’était pas moins polluant et nocif pour les sols ?

Laisser un commentaire