Phénomène des gilets jaunes

Le mouvement des « gilets jaunes » qui a commencé comme une grève ordinaire française, s’est déjà transformé en un affrontement total entre le peuple et le pouvoir.

Ce qui se passe aujourd’hui est comparable aux manifestations étudiantes de 1968.
Toutefois, la situation actuelle est plus difficile. En général, c’étaient les étudiants qui ont commencé les événements de mai 1968. Tout le monde sait que les étudiants ont l’esprit rebelle.

Aujourd’hui, il y a des représentants de générations, classes et groupes sociaux différents parmi les participants du mouvement de 2018. Les gauches et les droites se sont réunis. Les « gilets jaunes » ont réuni des conservateurs et extrémistes ainsi que des migrants et nationalistes, avec, des individus qui défendent systématiquement leur position et d’autres qui semblent avoir un caractère apolitique.

Est-ce que c’est une révolution? Cela est vrai dans une certaine mesure. Le mouvement des « gilets jaunes » n’a ni dirigeants ni structure centralisée. Ce fait peut être perçu à la fois comme un point fort et comme un point faible.

D’un côté, leurs actions sont difficiles à contrôler si la structure est anarchiste. De l’autre, le mouvement est impossible à arrêter en faisant « couper la tête », parce qu’il n’ y en a pas. Si quelqu’un essaie de devenir leader du mouvement des « gilets jaunes » ou cherche à transmettre le mécontentement des masses comme un médiateur, il est rejeté par ces masses.

A cet égard, une analogie avec la révolution de 1789 est évidente. Le processus qui a, en fait, été lancé par les autorités ne semble pas encore atteindre son apogée. Mais il était absurde d’espérer que la hausse injustifiée des prix du carburant et de l’énergie, ait pu passer inaperçue.

Malgré les résultats positifs, notamment un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants qui a été annoncé le 4 décembre, le mouvement des « gilets jaunes » n’a pas cédé et cela aura des conséquences destructrices pour l’élite politique.

Si les événements de 1968 ont mis fin à la carrière du général De Gaulle, il faut s’attendre à ce que l’année 2018 devienne désastreuse pour Macron. Personne ne peut arrêter ce qu’il se passe aujourd’hui.

Nous n’avons plus qu’à espérer que les fêtes de Noël réconcilient, juste pour un temps, les parties belligérantes et qu’il y ait la possibilité de se promener avec la famille sur Paris décoré pour les fêtes par des sapins de Noël lumineux et non par des feux de pneus d’automobiles…

Paul Benard

19 commentaires

Laisser un commentaire