Gilets Jaunes : L’épine dans le pied de Macron…

Nous sommes à un tournant de notre histoire, après des décennies d’aveuglement, les yeux s’ouvrent enfin. Depuis notre NON à l’Europe et à l’€uro en 2005, nous n’avons cessés d’être pris pour des abrutis qui ne comprennent rien à rien. Notre soumission au système n’est pas venu d’un coup, ça a été mis en place par petites doses. Nous avons été obligés d’accepter les desiderata de cette commission européenne que nous avons refusée et, nous n’avons rien dit! Sarkozy nous l’a mis bien profond avec son traité de Lisbonne, nous n’avons toujours rien dit!

Nous n’avons cessé de mettre en garde, d’alerter sur l’enfumage généralisé qui se mettait en place insidieusement, sous couvert de paix sociale, avec des déferlantes de « cadeaux sociaux », inutile d’en faire la liste, elle est disponible sur le site du gouvernement. Toujours que des « oui mais » et, cette peur qui en a paralysé plus d’un. Beaucoup sont endettés, avec des enfants à élever, une maison à payer ou une voiture bientôt obsolète, ou sans tout ça, locataire avec juste les frais courants, qui s’ajoutant, deviennent trop lourds et mettent le foyer en péril. Dans ces ces là, nous n’avons pas vraiment envie de chercher la petite bête et on attend, jusqu’à saturation et, quand on a plus rien à perdre, on hésite plus, on fonce…

Aujourd’hui, tout le monde se rend compte que la France vit sur son prestige passé, le paraître, notre économie est dans le rouge vif, la dette enfle tous les mois. Notre France n’est plus, elle est soumise à Bruxelles. Quelle que soit la marionnette sur le trône éjectable de France, elle sera impuissante, soumise à Bruxelles. Vivre en France, veut dire en être réduit à vivre des subsides de l’état pour les plus fragiles et, être esclaves consentants avec un travail payé au lance pierres pour les « chanceux » qui ont encore un boulot. Regardez les avantages alloués aux plus fragiles pour conserver la paix sociale et, les désavantages qu’il y a à se lever le matin par tous les temps, pour gagner un salaire insuffisant pour permettre de vivre et, qui est souvent équivalent aux aides sociales attribuées. Il n’est pas question d’être jaloux, juste être lucides.

Tout le monde est dans la rue, pour montrer à l’oligarque jupi’t’es’rien que, ça va chauffer pour ses plumes, s’il persiste à mettre son ego surdimensionné sur un piédestal et, oublier ce pourquoi 18% de veaux-tants l’ont élu, SERVIR LE PEUPLE et PAS L’ASSERVIR. Les autres on fait la même connerie que les fois précédentes, ils ont voté contre le FN. C’était plié d’avance comme à chaque fois. Il a tout oublié, celui qui se prend pour un grand monarque, mais vrai petit dictateur. N’oubliez pas ce que vous mettrez dans l’urne dorénavant, vous donnerez un chèque en blanc au prochain « élu », qui agira au nom de la France et en votre nom, sans qu’il ne vous demande votre avis, vous élirez un « nom », en aucune façon vous ne voterez pour des lois ou des actions qui concernent votre pays, vous consentirez à tout.  Depuis 2005 plus aucun référendum n’a eu lieu pour nous consulter sur les projets politiques, ils font et feront ce qu’ils veulent.

Donc! le petit chef, avec sa petite autorité, et sa grande gueule, engage des guerres envers des pays souverains, vend des armes à des régimes criminels et nous n’avons rien à dire. De plus, le tas de parasites (pas tous) qui ont des « responsabilités » et, abondent dans le sens de ce gouvernement fantoche, nous coûtent des millions en « salaires » et autres indemnités et privilèges, car ces parasites, sont censés œuvrer pour nous, ils devraient être porteurs de nos voix, nous pouvons rêver. Il est grand temps que le peuple se rappelle au bon souvenir de cette caste de profiteurs.

Il y a des gens sincères et incorruptibles mais, ceux là sont inaudibles pour le moment.

Cette présomptueuse gravure de mode, qui n’a de cesse de nous ridiculiser à l’international, doit redescendre sur la terre de France et faire son devoir, s’il n’en est pas capable, il n’a qu’à démissionner. L’UPR demande sa destitution, et une pétition circule pour aussi demander sa destitution, ça fait beaucoup, il a trahi le peuple, qu’il en paie le prix. Ce n’est qu’un pion mis en place par la finance, pour détruire le reste, de ce que ses prédécesseurs Sarko et Hollande ont commencé, la dilution de la France. Mais, devant l’apathie du peuple, il a mis le turbo et ça nous est resté en travers. La colère accumulée depuis des décennies, ressort puissance 10.  En 18 mois, il a cru gérer le pays et ses habitants comme une entreprise, avec le peuple employé comme variable d’ajustement.

Cet individu hautain et prétentieux, a toujours eu le costume de banquier, jamais celui de président beaucoup trop grand pour ses frêles épaules et, son jeune âge.

Nous avons un devoir envers nos compatriotes, quel que soit le degré de colère, nous devons protéger l’intégrité physique de tous, ne pas accepter les débordements de factions qui se fichent du pouvoir d’achat et, de la détresse de tous. Ils ne veulent que détruire et saccager. Il y a trop eu de blessés et de morts.

Maintenant, le peuple ne veut pas de porte parole, avec qui le pouvoir en place va-t-il pouvoir engager le dialogue pour sortir de cette crise ? Que nous le voulions ou pas, il va falloir un interlocuteur et de préférence, il faut que ce soit celui qui prend les décisions et ce ne peut être que le locataire de l’Élysée. Personne ne pourra prendre des décisions ou faire des promesses, à la place de l’intéressé. Réfléchissez..

Nous les « sans dents », illettrés », « fainéants », « gaulois réfractaires », incapable de traverser la rue pour décrocher un boulot, avons dans nos rangs, des esprits ouverts, des personnes capables de tenir tête aux spécialistes en langues de bois et manipulations en tous genres. Trouvons les et faisons leur confiance. Sans ça, il n’y aura pas de sortie possible, nous sommes des millions avec des revendications aussi diverses que variées et, si nous parlons d’une seule voix pour l’essentiel, il n’y a pas de place pour la cacophonie, sinon, ce sera la guerre civile, tout le monde en a conscience et, ce n’est pas ce que nous voulons. (J’espère)

NOUS ! PAR NOUS ! POUR NOUS !

Volti

29 commentaires

Laisser un commentaire