« L’arnaque au collaboratif. Leader Price et Franprix font livrer les courses par les clients !! » L’édito de Charles SANNAT…

Indécent !! On en sortira pas ! Partagez ! Volti

**************

Auteur Charles Sannat pour Insolentiae

Lorsque je parle du droit opposable au travail, on me rétorque souvent que cela ferait le jeu des grandes entreprises… Tout d’abord, les postes créés dans un tel cadre devraient être uniquement réservés évidemment au secteur non marchand (association, école, etc.) et qu’à certains postes qui ne sont, par définition, pas rentables pour le privé.

Je trouve néanmoins utile de mettre en parallèle à cette peur ou crainte exprimée, et par ailleurs tout à fait fondée, le fait que les entreprises profitent déjà de la détresse financière des peuples et de nos concitoyens qui cherchent par tous les moyens à arrondir leur fin de mois souvent difficile. Tout est bon, et comme tout est bon, le grand méchant capital ne s’y est pas trompé, et cela fait quelques années, technologies aidant, qu’ils ont trouvé le bon filon de l’exploitation bon marché des masses laborieuses.

As du marketing, ils ont trouvé un nom radieux et un concept joyeux permettant à tous de couler des jours paisibles dans la servilité et l’exploitation heureuse.

L’économie collaborative

C’est beau l’économie collaborative, qui pourrait être contre ? C’est tellement chouette, tellement moderne, tellement socialement responsable et autres foutaises du genre.

C’est quoi l’économie collaborative ?

C’est très simple, c’est faire faire par des gens payés à la tache et au lance-pierre ce que vous confiez avant à des salariés dûment appointés.

Uber c’est collaboratif. J’ai une voiture, je peux m’en servir pour transporter du monde ou la louer à quelqu’un qui en a besoin quand je ne m’en sers pas. Collaboratif donc.

Collaboratif quand on s’échange des trucs sur des plateformes en ligne, collaboratif toujours quand on prend l’épargne des uns pour avancer des sous aux autres, collaboratif encore et à tout bout de champ aussi pour les livraisons, à pieds ou vélo…

Et justement à pieds, cela tombe bien pour Franprix et Leader Price qui font livrer les courses non plus par des livreurs, mais par le voisin de la voisine qui fait ses courses en même temps, du coup, il remontera bien l’immeuble avec les courses de la voisine…

Vous rendez-vous compte que l’on monétise ici le lien social ? Proposer à son voisin de remonter le truc dont il a besoin, ou à l’ancien du dessous de lui faire ses courses, c’est la base du lien social (autre terme à la con où plus on parle de lien social, plus il y a de liens économiques), le « fondamental » de la solidarité de proximité.

Même cela disparaît. Absurde.

Chez Leader Price et Franprix, on peut se faire livrer ses courses par son voisin

Voici l’article du Figaro, novlangue « môôderne » dans le texte inclus en série.

« Leader Price et Franprix lancent de nouveaux services de livraison collaboratifs entre voisins. »

Comment c’est beau, du « collaboratif entre voisins »… Bon, du collaboratif entre voisins, mais payant parce que sinon ce ne serait pas vraiment « collaboratif » n’est-ce pas. Ce serait de la solidarité, de l’entraide, de l’amour de son prochain, et ça, franchement, c’est à vomir, car… cela ne rapporte rien. L’amour ne s’achète pas, pour tout le reste il y a Visa ou Mastercard.

« Il est désormais possible de se faire livrer ses courses par son voisin. Ce concept, développé par la start-up Courseur en partenariat avec Leader Price, a été mis en place en juin dans 73 enseignes de l’entreprise de hard-discount. Le principe est simple : plutôt que d’aller faire ses courses en magasin, vous pouvez demander à un voisin de s’en charger à votre place. Pour cela, il suffit de se connecter sur l’application Courseur, de rentrer son adresse et sa liste de course. L’application sélectionne alors le magasin le plus proche et propose au client les «courseurs» volontaires pour effectuer la livraison. Le «courseur» sélectionné part alors faire ses achats ainsi que ceux de la personne qu’il doit livrer. À la caisse, il ne paye que pour lui et la personne livrée est débitée plus tard via l’application.

L’enseigne Franprix expérimente cet été un système similaire mis en place avec la start-up Off Course. Contrairement à Courseur, la personne qui effectue la livraison n’est pas forcément un client du magasin, ce qui élargit le cercle des livreurs potentiellement disponibles. Les deux systèmes se distinguent aussi par la façon dont ils rémunèrent les livreurs et dont ils se rémunèrent. Chez Leader Price, la livraison est rémunérée 2,50 euros plus 10 % du montant des courses, le tout à la charge de la personne qui demande la livraison. La start-up ne touche aucun pourcentage sur les transactions, mais est rémunérée par Leader Price. Du côté de Franprix : une livraison rapporte au livreur un pourboire fixe de 4 euros, réglé par l’enseigne. Si Off Course est encore en phase d’essai, la jeune start-up compte à terme toucher 10 à 15 % du montant du panier livré. »

Eh oui, voyez-vous, 2,50 euros pour faire une livraison, c’est juste que dalle, juste rien, une misère, du foutage de gueule social et je vais vous dire pourquoi.

Soit un salarié payé 10 euros de l’heure en brut au SMIC, cela va faire, tout avantage inclus, au moins du 20 euros de l’heure à payer pour l’employeur (on parle bien d’un SMIC), mais l’employeur trouve le SMIC trop cher…

Du coup, comment faire ? Simple : un peu de « collaboratif » fera l’affaire

Reprenons, 20 euros de l’heure donc. Disons globalement que le livreur normalement constitué fasse au mieux 4 livraisons de l’heure, il faut y aller, tout pousser, tout monter, dire bonjour à la vielle rabougrie (il n’y a aucune empathie dans le commerce de masse) ou à la « snobinarde » du 7e étage dont l’ascenseur est en panne et qui n’a commandé que des packs d’eau (limités à 6 par livraison tout de même), pointer les paquets, bref, tout cela prend du temps, beaucoup de temps, et le temps c’est de l’argent, surtout à 20 euros de l’heure.

Du coup, sur la base de 4 livraisons, le coût unitaire d’une livraison est d’environ 5 euros. En réalité, ils en font deux de l’heure est le coût est de 10 €.

En payant 2,50 €, c’est la très bonne affaire pour les grandes chaînes, et c’est de l’exploitation pour les aimables « courseurs » qui se font enfler, mais qui se disent que finalement… 2,50 € pour remonter quelques colis en plus des siens, c’est toujours cela de pris… Et puis dans le collaboratif, cela ne dure jamais longtemps une « collaboration », l’essentiel c’est d’avoir toujours des pigeons, pardon des « courseurs » et, de façon générale, suffisamment de « joueurs ».

Tout n’est qu’une question de tonneau des Danaïdes. En tant que start-up collaborative, je dois remplir plus vite que mon cheptel, pardon… mon nombre de « collaborateur collaborant dans ce nouveau monde génial ultramoderne et top connecté avec aie-Pad » ne se vide des gus, qui comprennent au bout de quelques mois qu’ils s’emmerdent réellement pour 2,5 sous de l’heure bruts et sans retraite…

Quelle est votre valeur ?

Sur quoi tout cela se base-t-il ? Sur votre valeur mes amis.

Quelle est votre valeur ?

Quelle valeur vous accordez-vous ?

2,50 euros de l’heure ? Ne vous méprisez pas. Soyons tous ambitieux, pour nous, comme pour nos proches. Même si l’argent n’est jamais une fin en soi, certains « salaires » sont une insulte à la dignité.

Cessez cela tout de suite. Il n’y a pas de façon facile de gagner l’argent. Il n’y en a qu’une : il faut travailler en ayant conscience de sa valeur et du fait que votre temps est limité. Vous avez au mieux 10 heures de travail par jour pendant 6 jours sur 7. Certaines semaines, vous pourrez toujours travailler 7 jours sur 7, mais vous ne tiendrez pas dans la durée.

Vous n’avez donc au mieux que 60 heures travaillées devant vous.

Vous ne pouvez pas augmenter votre nombre d’heures travaillées. La seule variable sur laquelle vous pouvez agir c’est le prix de l’heure !

60 heures à 2,50 euros ce n’est évidemment pas la même chose que 60 heures à 100 euros ! Cela semble une évidence, mais une évidence que les difficultés financières font oublier à nos concitoyens qui se ruent dans l’économie collaborative pour s’emmerder beaucoup, gagner peu et engraisser quelques start-ups qui, le plus souvent, perdent en plus de l’argent en cassant les équilibres sociaux et salariaux.

La réflexion, pour sortir de la misère, doit être exclusivement orientée vers cette seule question pour vous : « Comment puis-je augmenter mon taux horaire ? » Toutes les autres démarches vous condamnent aux fins de mois difficiles.

L’économie collaborative n’a donc rien de beau, ou de bien, ou encore de « cool ». C’est une déviance abjecte du totalitarisme marchand, d’ailleurs tous ceux qui pensent encore un peu le savent très bien. Voici ce qu’en dit le même article du Figaro :

« Un modèle collaboratif qui tend parfois vers l’ubérisation… Afin de limiter ces dérives, et pour conserver le statut collaboratif de sa plateforme, You2You a limité les gains réalisables par des particuliers à 400 euros par mois. Mais consciente qu’il y a là un nouveau filon, elle a indiqué au Figaro qu’elle allait lancer très prochainement une nouvelle plateforme de livraisons avec des coursiers enregistrés comme autoentrepreneurs »…

Et voilà comment d’un concept sympa comme « l’économie collaborative » on arrive à une réalité sociale à vomir, où les salariés sont remplacés par des tacherons payés à la pièce, le moins possible, et sans plus aucune protection sociale ou couverture, car quand un auto-entrepreneur est malade et ne livre pas, il n’est juste plus payé.

Bienvenu dans le précariat 2.0.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT pour Insolentiae

Voir :

 

 

14 commentaires

  • M.G. M.G.

    Inversion des valeurs ?

    De nos jours, l’argent n’est plus considéré comme un outil permettant d’atteindre un objectif, mais il est devenu lui-même l’objectif à atteindre …

    M.G.

  • donarmando

    Tout a commencé avec les scannettes. On demande aux clients de faire le job de la caisse. Finalement personne ne dit rien et les consommateurs sont contents de travailler gratis pour celui qui leur vend en plus ses produits …

    Les consommateurs paient les bouteilles en verre ou leur capsule nespresso et ils redonnent gratis pour le recyclage (des acteurs qui sont bien ravis de ne pas payer ou rembourser ce que l’acheteur déboursent) . Personne ne dis rien.

    Des jobs à 80 cts (allemagne) ou à 1€ (angleterre) ? Certains s’en offusquent mais ca ne les touchent pas directement donc ca passe (jusqu’à …). Personne ne dit rien.

    Des sites de ventes comme GRou.. vendent des prestations aux consommateurs qui sont ravis de faire bosser pour des clopinettes ceux qui essaient de s’en sortir. Ils en sont ravis, ils ne paient pas la valeur réelle de la prestation … Ca ne les touche pas directement donc ca passe … (Bien sûr ils s’offusqueraient que leur patron leur propose de travailler à ces remises de salaire).

    Les cadres ont soit disant des « forfaits cadres » inclus dans leur salaire et fonctionnent aux objectifs (de moins en moins atteignables). Nombreux sont ceux qui font de nombreuses heures supp sous le dictat de cette pression et parfois ils font presque le job de deux personnes. Personnes ne dit rien … C’est un cadre après tout !!

    Tout ca pour dire que finalement ce n’est que la logique du début… Travailler de plus en plus et de moins en moins rémunérer, ou travailler gratis pour celui qui vous emploie …

  • Claude Janvier

    Il ne reste que la déconnexion de tout de système inutile qui ne sert qu’à enrichir les mêmes. Achetez un camping car ou un bateau, vivez dedans et larguez les amarres….

    • Montet

      Claude, Fô pas rêver…
      « ILS » ont compris comment ramener les moutons au bercail sans employer des méthodes coercitives.
      La fameuse technique « c’est pour votre bien-votre santé-votre sécurité ». Ca suffit amplement pour nous mener à la baguette.
      Il est désormais interdit d’aménager un véhicule en camping-car. Il ne passera plus au contrôle technique (et pas la peine de démonter l’équipement pour le remonter après le contrôle, ça ne marche pas comme ça).
      Question de sécurité évidemment.
      Il faut donc ACHETER un camping-car spécialement conçu à cet effet dès le départ. Il faut être (ancien) retraité pour ce faire ce cadeau.
      Quant à monter sa yourte sur SON propre terrain : yena qui ont essayé. Ils ont eu des ennuis.
      Question d’hygiène des eaux… évidemment.
      etc.
      « ILS » nous ont bien cerné et démasqué et se sont adaptés à nos modes de fonctionnement dissidents.
      Ya plus que le maquis et encore… question de sécurisé incendie en été…
      « ILS » nous tiennent… Auraient-« ILS » gagné ?

      • Claude Janvier

        Non, ils n’ont pas gagné. Un camping car peut se trouver, un bateau de rivière aussi, et pour pas très cher. Un terrain de loisirs aussi avec un mobil home dessus. Bref ! On peut.

        • M.G. M.G.

          Il suffit de le vouloir et ne pas tomber dans la résignation.
          C’est pas donné à tous le monde ….

          M.G.

        • Graine de piaf Graine de piaf

          Je pense que tu crois encore au papa noël soviétique ! quand j’ai construis ma maison je n’ai même pas pu mettre une caravane sur le terrain en attendant la fin des travaux.
          Quant au terrain de loisir avec mobil home c’est niet partout !
          Par contre un camping car, pour ceux qui peuvent encore, et même vieux, pas trop sinon il consommera beaucoup, si tu te déplaces fréquemment tu peux vivre dedans mais il faut bouger sans cesse et ça revient cher.

          • Claude Janvier

            Je pense que tu parles d’un sujet que tu ne connais pas ou pas bien. Il y a moyen de vivre en marge. J’ai eu une période comme ça et ma foi, on peut. Et d’ailleurs j’y reviendrai dans pas longtemps. Quand on veut on peut. Si tu es nihiliste sur le fait qu’on ne peut échapper au système, tu rejoins donc la meute qui ne bouge pas et c’est dommage. Personne n’est obligé de suivre un système.

        • predateur

          il y a un jeune couple qui a envisager de construire lui même sa maison , en rase campagne …..pour pas faire comme tout le monde, avec installation d une caravane en attente de fin de travaux ….
          au bout d un an la demoiselle s est tirée en ville ….
          marre de l isolement ,du manque de confort …..
          de grands utopistes ici
          les camping cars ,il y a des villes qui les interdisent

          • Montet

            Bonne vision des choses d’aujourd’hui Graine de Piaf.
            « ILS » savent comment contrer nos désirs indépendance.
            Soit ils lisent Les moutons enragés, soit il y a un traitre parmi nous qui leur explique nos modes de pensées et de fonctionnement…

            C’est une partie d’échecs et « ILS » ont les blancs.
            « ILS » ont donc un coup d’avance car « ILS » ont commencé la partie.. Nous ne faisons que contrer leur avancée. Nous n’avons pas l’initiative. D’ailleurs nous sommes trop occupés à sauter sur place en regardant un ballon rouler… Mais c’est une autre histoire… quoique

            Alors que faire ?
            Il y a peu une personne m’a dit qu’elle allait partir à l’Ouest d’Ussel dans un petit village pour s’éloigner de tout cela (c’est une illusion car « ILS » sont aussi à Ussel) ; mais bref. je lui ai demandé où étaient les centres hospitaliers les plus proches. Elle m’a répondu « à Ussel Forcément ». Alors nous avons regardé et vu que de nombreux services dont les urgences et la cardiologie allaient être transférés sur Brive ou Tulle.
            Bien embêtant pour quelqu’un de 64 ans qui veut prendre du recul et qui aura forcément besoin de temps à autre d’un petit coup de révision-réparation pour vivre jusqu’à longtemps.
            Donc obligation de résider en zone urbaine, surtout sans véhicule car les nouvelles normes rendent les gens tributaires d’un emprunt pour acheter un véhicule « apte à rouler façon nouvel ordre mondial » c’est-à-dire devant être remplacé tous les 3-4 ans… aïe. Donc : A fond dans le « système »…

            Cette anecdote m’en rappelle une autre. Quelqu’un qui vit dans les Vosges, un petit village à 40 km de la grande ville et avec qui j’ai travaillé. Il a monté un petit laboratoire où il fait des plats cuisinés Bio (labellisés) maison expédiés à Paris et dans les magasins Bios de sa région.
            Il arrive à vivre de son travail et à rester loin de tout grâce aux surplus de la semaine qu’il va vendre sur le marché Bio de la « grosse-grande ville tout est relatif » tous les vendredis. Son véhicule hors d’âge est désormais interdit à la circulation. Trop de points de contrôle superflus mais incontournables désormais.
            Il ne peut en acheter un autre.
            Pas de crédit…. Pas de voiture. Pas de marché… Pas de liquidités… Pas de etc.
            Il est dans la mouise depuis deux mois. Son « modèle économique » alternatif tout en étant tributaire du système » ne fonctionne plus car « ILS » lui ont coupé cette possibilité de vivre un peu en décalage.

            Conclusion. on veut s’échapper mais « ILS » savent comment nous remettre au parcage…. et sans violence aucune…
            L’argent, tout simplement, Le manque d’argent et ce besoin impérieux d’en avoir toujours plus, non pas pour nous enrichir ou vivre dans le superflu mais pour répondre aux nécessités imposées (c’est le mot : imposé) pour nous appauvrir et nous rendre toujours plus tributaires de leur « système ».
            Les normes ! c’est énorme comme ça marche bien pour nous faire bêler.

  • Montet

    Bonne vision des choses d’aujourd’hui GdP.
    « ILS » savent comment contrer nos désirs indépendance.
    Soit ils lisent Les moutons enragés, soit il y a un traitre parmi nous qui leur explique nos modes de pensées et de fonctionnement…

    C’est une partie d’échecs et « ILS » ont les blancs.
    « ILS » ont donc un coup d’avance car « ILS » ont commencé la partie.. Nous ne faisons que contrer leur avancée. Nous n’avons pas l’initiative. D’ailleurs nous sommes trop occupés à sauter sur place en regardant un ballon rouler… Mais c’est une autre histoire… quoique

    Alors que faire ?
    Il y a peu une personne m’a dit qu’elle allait partir à l’Ouest d’Ussel dans un petit village pour s’éloigner de tout cela (c’est une illusion car « ILS » sont aussi à Ussel) ; mais bref. je lui ai demandé où étaient les centres hospitaliers les plus proches. Elle m’a répondu « à Ussel Forcément ». Alors nous avons regardé et vu que de nombreux services dont les urgences et la cardiologie allaient être transférés sur Brive ou Tulle.
    Bien embêtant pour quelqu’un de 64 ans qui veut prendre du recul et qui aura forcément besoin de temps à autre d’un petit coup de révision-réparation pour vivre jusqu’à longtemps.
    Donc obligation de résider en zone urbaine, surtout sans véhicule car les nouvelles normes rendent les gens tributaires d’un emprunt pour acheter un véhicule « apte à rouler façon nouvel ordre mondial » c’est-à-dire devant être remplacé tous les 3-4 ans… aïe. Donc : A fond dans le « système »…

    Cette anecdote m’en rappelle une autre. Quelqu’un qui vit dans les Vosges, un petit village à 40 km de la grande ville et avec qui j’ai travaillé. Il a monté un petit laboratoire où il fait des plats cuisinés Bio (labellisés) maison expédiés à Paris et dans les magasins Bios de sa région.
    Il arrive à vivre de son travail et à rester loin de tout grâce aux surplus de la semaine qu’il va vendre sur le marché Bio de la « grosse-grande ville tout est relatif » tous les vendredis. Son véhicule hors d’âge est désormais interdit à la circulation. Trop de points de contrôle superflus mais incontournables désormais.
    Il ne peut en acheter un autre.
    Pas de crédit…. Pas de voiture. Pas de marché… Pas de liquidités… Pas de etc.
    Il est dans la mouise depuis deux mois. Son « modèle économique » alternatif tout en étant tributaire du système » ne fonctionne plus car « ILS » lui ont coupé cette possibilité de vivre un peu en décalage.

    Conclusion. on veut s’échapper mais « ILS » savent comment nous remettre au parcage…. et sans violence aucune…
    L’argent, tout simplement, Le manque d’argent et ce besoin impérieux d’en avoir toujours plus, non pas pour nous enrichir ou vivre dans le superflu mais pour répondre aux nécessités imposées (c’est le mot : imposé) pour nous appauvrir et nous rendre toujours plus tributaires de leur « système ».
    Les normes ! c’est énorme comme ça marche bien pour nous faire bêler.