Secret des affaires : les rois de la censure !…

François Ruffin, le remuant député de la Somme lance un appel à manifester contre le secret des affaires. Imaginez si cette loi passe, les magouilles et autres empoisonnements passés sous silence. C’est l’impunité assurée pour ces géants qui ne pensent qu’aux profits, et pour qui le consommateur lambda n’est que variable d’ajustement. Tant pis pour les morts ou les handicapés à vie, suite à la prise d’un médicament (médiator, dépakine, vaccins..) Lactalis et son lait frelaté (Magimel), évasion fiscale, travail forcé, atteinte à l’environnement etc etc… TOUT SERA SECRET, et nous ne pourrons plus rien dénoncer, sous peine de sanctions financières ou d’emprisonnement. La dictature est déjà en place, ce n’est qu’un cran de plus contre le peuple et en faveur des industriels et de la finance. De Paris à Washington, les sociétés du CAC 40 ont dépensé au moins 60 millions d’euros pour influencer les politiques
Macron veut protéger les industriels et leurs firmes avec le « secret des affaires ». Alors, le mardi 12 juin, à la Bourse du Travail à Paris, à 19h (retransmise en direct sur internet, on vous tiendra au courant !), attribuons ensemble le « bâillon d’or » au champion de la censure !

Accusé d’avoir déversé de l’acide dans la nature, Arcelor Mittal réagit : diffamation. Les reportages de France 2 dénigrent les agissements de Bolloré en Afrique : réclamons leur 50 millions d’euros pour dénigrement. Une salariée dénonce un système généralisé d’évasion fiscale : mise au placard, harcèlement, et hop pourquoi pas, diffamation. Une association dénonce du travail forcé au Qatar ? Vinci porte plainte ! Et bientôt, grâce à Bruxelles et Macron, ils auront le « secret des affaires ». Un texte qui doit revenir à l’Assemblée pour un vote définitif le jeudi 14 juin.

Alors, contre ça, journalistes, ONG et syndicalistes font front commun.

Qui de Bolloré, de Vinci, du Luxembourg remportera le bâillon d’or ? Venez, participez et votez mardi 12 juin à la Bourse du Travail !

Et qu’on réfléchisse ensemble à comment leur résister.

Ils viendront nous parler de leur lutte :
– Céline Boussié Perso (lutte contre la maltraitance institutionnelle, Comité de Soutien à Céline Boussié)
– Philippe Pascal (ex-inspecteur URSSAF, poursuivi par un patron fraudeur),
– Christophe Lefèvre (syndicaliste CFE-CGC, contre l’entreprise Scor),
– Marine Martin (APESAC, contre Sanofi et l’affaire Dépakine),
– Mauricio Garcia-Pereira (ouvrier en abattoir, lanceur d’alerte sur la maltraitance animale).

Et avec les interventions de :
– Sophie Binet (UGICT CGT)
– Eric Alt (ANTICOR, Sherpa)
– Nicolas Vescovacci (Informer N’est Pas Un Delit, CASH Investigation)

Interview de François Ruffin en direct le 31/05/2018 à 19h.

Thinkerview

2 commentaires

  • KromoZom Y KromoZom Y

    Ça va encore faire pshit. Le français moyen n’en a rien à carrer.
    Tant qu’il y a hanouna et la coupe du monde.

    On s’en fout, c’est loin le cerveau.

  • logic

    La base de l’industrie est de faire du profit, et comme en plus le système est compétitif, ils n’ont de cesse de chercher des solutions pour baisser les coûts de production pour cela il n’y a que deux moyens,
    1 : utiliser des matières premières moins chères
    2: baisser le coût de la main d’oeuvre

    Donc, par essence, l’industriel (dans un système basé sur la conso et la dette) te vend de la merde et exploite les salarié.

    Il faut bien comprendre une bonne fois pour toutes que consommer indus c’est s’appauvrir et s’empoisonner et même polluer….

    arrêtons de combattre des moulins à vent, de grâce!!!!

Laisser un commentaire