Les 12 salopards, ces fruits et légumes saturés de pesticides…

Les Douze Salopards, ce n’est pas juste le nom d’un grand classique du cinéma où des criminels sont chargés de tuer des nazis dans une mission suicide, c’est aussi un best-of annuel de fruits et légumes qui contiennent le plus de traces de pesticides… et vous devriez en être informé.

L’information nous vient du Environmental Working Group, un think-tank nord-américain qui lutte pour une alimentation plus saine.

Chaque année, le groupe édite une liste de fruits et légumes qui contiennent des traces anormalement élevées de pesticides. En boutade avec le titre du film The Dirty Dozen, la liste représente ces 12 salopards dont la consommation pourrait s’avérer problématique à long terme, sans qu’il existe d’étude approfondie sur les causes à effet d’une telle consommation.

La liste est érigée sur base des inspections officielles menées notamment par l’Agence canadienne d’inspection des aliments et la USDA. Fait interpellant, on retrouve dans cette liste les fruits et légumes parmi les plus consommés par la population nord-américaine, et probablement autant en Europe. Les chiffres qui suivent représentent donc le nombre de pesticides détectés dans chaque aliment.

Attention cependant, cette liste concerne un nombre de pesticides dans un même fruit ou légume, même en très petite quantité. On ne parle donc pas ici de toxicité. En effet, on retrouve des résidus de pesticides dans l’urine de près de 90% des canadiens. En Europe, 44% des tests urinaires montrent des traces de glyphosate, le fameux composé principal du RoundUp jugé probablement cancérogène par l’OMS. On ignore exactement l’effet cocktail que cela peut représenter sur la santé. La même liste a été remaniée par le magazine canadien L’épicerie en fonction des cas d’infraction détectés par rapport aux normes en vigueur dans le pays. Le résultat apparaît très différent comme le montre ce graphique mais tout autant inquiétant.

« Ce sont de faibles doses, mais à répétition et pendant de longues périodes, qui vont avoir des conséquences à long terme comme le développement de cancers ou le dérèglement des systèmes endocrinien, neurologique, reproducteur, etc. » s’inquiète Onil Samuel, toxicologue à l’Institut national de santé publique du Québec.

Cependant il n’est nullement question de se priver de fruits et légumes, ce qui pourrait être encore plus mauvais pour l’organisme : la très grande majorité des études démontrent que les fruits et légumes protègent des maladies cardiaques, du diabète et de certains cancers. Ils sont une source indispensable de fibres, de vitamines, de minéraux et d’antioxydants. Pour ceux qui le peuvent, les filières « bio » et raisonnées se développent rapidement, proposant des alternatives avec moins ou pas du tout d’intrants chimiques. Si vous n’avez pas forcément les moyens d’acheter biologique, sachez que la liste inverse existe et se nomme « les 15 propres » !

La liste nord-américaine « peu contaminée » pour 2015 :

  • avocat
  • maïs sucré
  • ananas
  • chou
  • petits pois sucrés congelés
  • oignon
  • asperge
  • mangue
  • papaye
  • kiwi
  • aubergine
  • pamplemousse
  • melon
  • chou-fleur
  • patate sucrée

Légumes et fruits bien appétissants mais débordants de pesticides

Source Aphadolie via:

https://www.ewg.org/release/apples-top-dirty-dozen-list-fifth-year-row

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/712746/fruits-legumes-pesticides-lepicerie

https://mrmondialisation.org/les-12-salopards-ces-fruits-et-legumes-blindes-de-pesticides/

Guide de pesticides 2016 : https://www.vertmanature.com/14-salopards-a-eviter-et-15-sortables-guide-des-pesticides-2016/

Fruits et légumes sont les plus contaminés par les pesticides 2018 : https://www.consoglobe.com/pesticides-fruits-legumes-pollues-3076-cg

Voir aussi:

Le Père Daniël Maes, prêtre flamand vivant en Syrie, expose la vérité, que la presse occidentale feint d’ignorer

La dynamique d’une cellule dans un organisme… La toute première vidéo 3D

54 commentaires

  • Pommes, Pommes de terre ou fraises poussent trés bien sans pesticides. Union européen = pourriture

  • Rainette

    Pour les veinards qui possèdent un jardin, cultiver sans produits beurk le plus possible de légumes et de fruits. Ce n’est malheureusement pas faisable pour tout le monde. Il y a des années que je n’achète plus de fruits dans le commerce. Depuis que j’ai appris que les pommes pouvaient avoir eu jusqu’à 35 ou 40 traitements chimiques dans la saison. Je vais au verger (bio) en cueillir chaque automne. Elles se conservent jusqu’en mars/avril. J’ai des fraisiers,des pruniers, des pêchers et une vigne. Je suis une veinarde et j’en suis consciente.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Leveilleur

    Pour ma part quand je fais un jardin, j’achète des pieds de tomates bio et j’utilise du purin d’ortie comme engrais naturel et je peux vous garantir que mes tomates produisent tout autant qu’avec du chimique tout en respectant la bio diversité du jardin, bon je sais, ce que je dis n’arrange pas les affaires de Monsanto, ne pas pouvoir produire bio en grande quantité n’est qu’une idée reçu car tout ce dont nous avons besoin se trouve déjà dans la nature.

  • predateur

    si vous pouviez vous passez de mettre des photos d illustration qui ne correspondent en rien au sujet , ou qui ne tendent qu à influencer le lecteur https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
    j en conclus que rien de tel , qu une bonne entrecôte pour rester en bonne santéhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    je n ai vraiment pas de bol , plusieurs années que je cueille les pommes d une petite vieille ,pour ça consommation personnelle et qu au bout d un mois il faut déjà en balancer un gros pourcentage, car il y en a bcp de véreuses……
    https://www.contrepoints.org/2015/09/24/222943-20-raisons-de-ne-pas-consommer-bio-1ere-partie
    les commentaires sont aussi interessants que l article

    ah j oubliais , je croyais avoir vu un article ,ici, qui mettait en avant la culture en butte
    je lis aujourd hui ,que ce n est pas le nirvana du jardinage , pourtant à l époque on tentait de nous le faire croire https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    • M.G. M.G.

      Ce n’est pas parce que les buttes ne conviennent pas à Danielle que tout le monde va les renier, nous ne sommes pas des moutons. La culture sur butte reste une technique qui a sa place dans de nombreuses circonstances, tout est une question de terrain, de climat et de philosophie. Il n’y a qu’une seule méthode que nous devrions éviter à tous prix, c’est celle qui détruit les 260 millions d’animaux au M2 que constituent la faune du sols par le labour et les multiples poisons qui y sont déversés …

      M.G.

      • Rainette

        Tout à fait d’accord avec toi M.G. Je fais mon jardin sans retournement du sol, sans produits chimiques depuis environ 10 ans. J’ai eu de la peine au début parce ma terre est plutôt sableuse et donc acide. Pour cette raison je n’ai pas tenté les buttes car la terre y sèche encore plus vite. Je me suis contentée de récupérer d’épaisses planches de chêne non traité (merci le voisin sympa qui m’en a fait cadeau) et d’y mettre la terre récupérée dans les allées que j’ai creusées. Je dois avouer que j’ai mis du compost et du fumier de temps en temps ce que ne fait pas notre jardinier paresseux. Les résultats sont un peu différents selon les années. L’an dernier pas terrible. Je croise les doigts pour cette nouvelle saison.

        • M.G. M.G.

          En 2017 nous avons connu des aléas climatiques que la végétation n’a pas vraiment aimé : grosses gelées fin avril qui ont compromis pas mal de cultures, puis canicule dès juin ! 2018 me semble mieux partie … si on ne se choppe pas un coup de Trafalgar climatique inattendu …

          https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif M.G.

      • Pour creuser des sillons assez profonds, faut pas être sur la roche en pente…

      • predateur

        ah le fameux non labour , si le fait de labourer détruisait la vie du sol ,il y a bien longtemps que l on n aurait plus rien à manger
        d ailleurs des agris qui avaient supprimé le labour pour pratiquer l agriculture de conservation( un bien grand mot) reprennent la charrue et pleurent à chaude larme l interdiction à venir du ghypho
        dans le même registre , des éleveurs qui n ont que des prairies permanentes et qui ont abandonné la vilaine agriculture conventionnelle pour passer en bio ,au bout de cinq, cherchent des surface supplémentaire car ils n arrivent plus à être autosuffisant pour l aliment

        • predateur

          j ai pas pu finir le commentaire et impossible d y revenir https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

        • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

          fais toi 2 carré de terre un que tu becheras et l’autre qui sera recouverts de dechets végétaux . un an après compte les verres de terres dans une portion de chaque
          Pour tes éleveurs faut peut-être pas avoir plus d’animaux que la terre peut en nourrir.
          50 ans de chimie pour une avalanches de nouvelles maladies mais y a aucun rapports ça doit -être à cause des musulmans ou du réchauffement climatique https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

          • predateur

            pour l elevage , c est surtout que les vers de terre ne font pas tout ,
            pour les nouvelles maladies , avant la deuxiéme moitié du 20 éme siécle les paysans et les ouvriers ont les envoyés à la guerre tout les 30 ans environ, ce qui réduisait considérablement les mortalités pour les mêmes raisons que maintenant
            le comptage des vers de terre,,j y ai assisté ,et peu de différence entre du conventionnel et de l agriculture de conservation , au grand regret de l ingénieur qui animait l atelier https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

          • M.G. M.G.

            Comme tu le dis, les vers ne font pas tout. Il peut bien y avoir des vers en pagaille dans le sol, s’il n’y a plus de bactéries tes cultures ne seront pas nourries …

            M.G.

          • predateur

            pourriez vous m indiquer la région de france où il ne pousse plus rien , car la terre est devenue stérile en raison des mauvaises pratiques des incompétents agriculteurs ??????

        • M.G. M.G.

          Je ne suis pas d’accord avec ceci :

          si le fait de labourer détruisait la vie du sol ,il y a bien longtemps que l on n aurait plus rien à manger

          Si nous arrivons encore à produire à manger sur des sols labourés c’est parce que nous compensons la destruction de la vie du sol par de multiples apports (engrais notamment)

          des agris qui avaient supprimé le labour … reprennent la charrue et pleurent à chaude larme l interdiction à venir du ghypho

          Parce qu’il ne connaissent pas parfaitement (ou ne veulent pas savoir) le fonctionnement d’un sol. S’ils pensaient passer instantanément d’une culture destructrice à une culture naturelle sans incidences sur les rendements ils se mettent le doigt dans l’œil, la terre a besoin de temps pour renaître de ses cendres. De plus, puisque tu évoques le Glyphosate, avoir recours à un herbicide, qui plus est chimique et nocif pour le vivant, est un non-sens totale quand on sait que l’utilisation d’un engrais vert sur une parcelle avant sa mise en culture permet d’aérer le sol grâce à son système racinaire, tout en évitant la battance en ne le laissant pas à nu, et va finalement nourrir celui-ci lors de sa décomposition en surface une fois fauché. Du 3 en 1 !

          Si les agriculteurs n’avaient pas détruit ce substrat vivant qui entre en symbiose avec les plantes pour les nourrir tout le long de leur croissance, il n’auraient jamais eu besoin d’utiliser d’intrants chimiques pour obtenir une récolte.

          La course aux profits et les promesses de subventions ont eu raison des agriculteurs, les faisant basculer dans le piège du productivisme industriel, un aller simple pour l’enfer. Combien en sont mort d’ailleurs … Aujourd’hui ils sont de plus en plus nombreux à s’en mordre les doigts et se retrouver face à une impasse financière lorsqu’il s’agit de revenir aux fondamentaux d’une agriculture naturelle, car cinq années minimum de jachère sont nécessaires pour qu’une parcelle soit de nouveau fertile. Cinq années sans ressources qui engendrent cette peur du manque qui les fait se mettre à prier saint Glypho …

          M.G.

  • Dans l’article, les moins pollués: l’oignon, mais il faut penser qu’il peut être irradié.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Si tu prenais des vacances ? je crois que ton esprit a besoin de repos !https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

Laisser un commentaire