Cash Investigation : « L’eau : scandale dans nos tuyaux » (intégrale)…

Il est des jours où je me dis que les esprits sont en communion. Encore un article sur l’eau que certains d’entre vous ont pu voir. Pour les autres, c’est Crashdebug qui vous  propose l’intégralité du reportage d’Elyse Lucet et de son équipe.

Pixabay

Après avoir vu ce documentaire je comprends pourquoi Veolia n’a pas hésité à me couper plusieur fois mon eau (ou a en réduire le débit) lorsque je ne pouvais pas payer mes factures, et ceci en toute illégalité….
C’est par ce qu’il ne sont pas à ça près ! Car ce sont tous des BANDITS DE GRAND CHEMINS qui mériteraient la PRISON !, par exemple les Nîmois payeraient leur eau de 30 a 40 % trop cher, un autre exemple est celui des marchés des stations d’épuration en région parisienne qui seraient sur-évalué de plus de 100 millions d’€uro (30%), (et dont le prix de la gestion de l’eau en région parisienne aurrait augmenté de 60% en 10 ans. !…) alors à votre avis pourquoi une telle sur-évaluation ?, ou vas tout cet argent ? (on sait qu’il part de notre poche) mais in fine ou arrive t-il ???
C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce documentaire exceptionnel, et d’intérêt public, vous comprendrez aussi mieux au passage pourquoi le gouvernement d’Emmanuel Macron (LREM) tente de faire taire les magazines d’investigations Français comme Cash Investigation….

Update 16.03.2018 : La corruption en France, la République en danger : un livre de Gilles Gaetner

Voir le reportage

Source Crashdebug

Et aussi :

8 commentaires

  • xc

    Pour la réponse de Christophe Piednoël, directeur de la com du groupe Saur
    http://www.midilibre.fr/2018/03/15/nimes-l-agglo-et-saur-douches-par-cash-investigation,1640618.php
    Moi, je ne prends parti.

  • Bormes

    L’eau est un bien commun de l’HUMANITE et nous DEVONS en prendre soin,
    L’eau ne devrait JAMAIS être privatisé !

  • Thibaultraa

    Une situation à double tranchant :

    D’un coté, des journalistes qui exigent l’application des traités européens et du respect du droit…

    De l’autre, des industriels Français qui tentent de conserver « le territoire » et les affaires de France en France, dans la totale illégalité en refusant cette concurrences de tous contre tous… à tout prix…

    Dans un troisième temps, dans ce barnum et ce foutoir, il y a la population qui ne tire de tous cela aucun avantage et beaucoup d’inconvénient! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • predateur

    les villes ou communes ont délègué volontairement la gestion de l eau ,quelques unes reprennent la main
    https://www.lesechos.fr/27/11/2014/lesechos.fr/0203970599990_gestion-de-l-eau—le-secteur-public-gagne-du-terrain.htm
    ce qui démontre que les gouvernements successifs ,qui nous disent que la privatisation va nous faire faire des économies, est une utopie
    la privatisation de l eau étaient une solution pour palier à l incompétence des élus et du maire dans biens des cas ,il est de même pour la gestion des forêts ou bois communaux ,délégués à onf ,qui fait au passage une grosse ponction sur les ventes de grumes

    • Bormes

      La privatisation de monopole d’état est une hérésie, le privé recherche de la rentabilité pour un maximum de profit pour les actionnaires, cela sans entretenir correctement les infrastructures, car c’est ce qui coute le plus cher.
      Du coup les couts pour le contribuable explosent pendant que l’infrastructure se dégrade…

      Les autoroutes, les réseaux d’eau, de gaz, d’électricité, les aéroports, les ports, les rails, l’armée, etc, etc …

      Cela n’a aucune utilité, sauf pour le bénéfice de groupe privé, le tout sur recommandation, ( en fait obligation) de l’europe.

  • nours77

    -Quand le Figaro publie une fake news contre les producteurs de Cash Investigation
    Paris, le 14 mars 2018 – Dans son édition du 13 mars, Le Figaro publie une brève dans sa rubrique « confidentiel » qui met en cause Premières Lignes, producteur du magazine Cash Investigation pour France 2, le jour de la diffusion d’une vaste enquête sur les marchés publics de l’eau.
    L’agence de presse Premières Lignes avait été alertée par un insider d’un mail anonyme qui circule dans le milieu des acteurs du traitement de l’eau. Un tissu d’allégations mensongères visant à dénigrer la société de production. Ce que dans notre milieu, nous appelons une barbouzerie ou une fake news, selon la génération du journaliste qui s’exprime.
    https://www.pltv.fr/quand-le-figaro-publie-une-fake-news-contre-les-producteurs-de-cash-investigation/