Armoise : bienfaits thérapeutiques…

Marre des médicaments et de leurs effets secondaires? Essayez la phytothérapie. Si vous n’êtes pas habitués ou ne connaissez pas les vertus des plantes médicinales, vous devez avant tout, vous informer. Comme tout ce qui est actif, les précautions d’emploi doivent être suivies à la lettre. Rien n’est anodin, surtout avec les huiles essentielles, qui doivent être diluées. Dans le doute, consultez un spécialiste en phytothérapie et suivez ses conseils. Contre indiqué pour les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants et les insuffisants rénaux.

La découverte des bienfaits thérapeutiques de l’armoise, appelée autrefois » ponema » par les Gaulois, ne date pas d’hier. Cette plante herbacée est réputée pour son pouvoir fortifiant. C’est aussi un excellent stimulant digestif, antispasmodique, anti-inflammatoire, diurétique, antifongique et un puissant antibactérien.

Nom scientifique : Artemisia vulgaris

Noms communs : armoise vulgaire, armoise commune, armoise citronnelle, artémise, herbe royale, herbe aux cent goûts, herbe de feu, herbe de la Saint-Jean

Noms anglais : artemisiamugwort

Classification botanique : famille des astéracées (Asteraceae )

Formes et préparations : infusions, moxas, gélules, huiles essentielles, cataplasmes, poudres, emplâtres, diffusions atmosphériques

Les propriétés médicinales de l’armoise

Utilisation interne :

Soulage les troubles digestifs : coliques, diarrhées chroniques, douleurs viscérales, sensations de distension, flatulences.

Stimule la sécrétion du suc gastrique, favorisant ainsi l’appétit.

Puissant vermifuge : élimine les vers intestinaux.

Utilisation externe :

Utilisée en frictionsoulage les maux de ventre, les douleurs thoraciques et les contractions musculaires ressenties au niveau des membres inférieurs, après des efforts physiques intenses.

Traitement des phlébites et des varices : stimule la circulation sanguine.

En médecine traditionnelle chinoise, utilisation du bâtonnet d’armoise séchée en moxibustion pour soigner les différentes affections.

Calme les crises d’épilepsie, chasse les insectes nuisibles, par diffusion de son huile essentielle

Indications thérapeutiques usuelles

Cette plante aux multiples vertus est usuellement recommandée pour apaiser les règles douloureuses. Sa propriété emménagogue permet de traiter les troubles de la menstruation chez la femme, comme les dysménorrhées et les aménorrhées, en augmentant les contractions utérines.

L’armoise est souvent conseillée dans le traitement des troubles digestifs, des douleurs articulaires et musculaires, de l’anorexie, des spasmes, de l’insomnie ainsi que pour l’expulsion des vers intestinaux. Cette plante présente aussi des effets antibactériens, toniques et diurétiques.

Autres indications thérapeutiques démontrées

Grâce à ses actions antifongiques, antiparasitaires et antibactériennes, cette médication naturelle présente la faculté de traiter les différentes infestations de parasites, telles que l’infection urinaire, le catarrhe nasal ou l’inflammation des voies aériennes, ainsi que l’infection bronchique. Ce diurétique peut être aussi utilisé dans le traitement des œdèmes et de l’hypertension artérielle. Son usage en cas de rétention d’eau est réellement efficace.

Cette plante médicinale agit en outre comme un inhibiteur de la monoamine oxydase ou I.M.A.O., soit comme un antidépresseur.

Histoire de l’utilisation de l’armoise en phytothérapie

Les premières utilisations de l’armoise remontent à l’Antiquité. Cette plante herbacée, originaire des régions tempérées comme l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie, a été à l’époque associée à la femme et à ses problèmes de santé. C’est la raison pour laquelle on l’a baptisée Artémise, terme dérivé du nom de la déesse Artémis. Ses propriétés médicinales sont en effet similaires aux actions bénéfiques apportées par cette divinité grecque, comme la facilitation de l’accouchement, le soulagement des femmes ayant des règles douloureuses et la régularisation du cycle menstruel. En Orient, dans certains pays asiatiques comme la Chine, cette plante est utilisée en moxibustion pour apaiser les douleurs et cautériser les lésions. De nos jours, cette médication est surtout recommandée pour stimuler l’appétit, guérir les différentes affections touchant l’appareil respiratoire et l’appareil digestif, ainsi que pour favoriser la circulation veineuse.

Description botanique de l’armoise

Plante vivace de 50 à 150 cm de haut, l’armoise est facile à identifier grâce à ses tiges florifères élancées, rougeâtres, un peu velues et striées. Ses feuilles oblongues, découpées en segments et auriculées à la base, sont de couleur vert foncé sur la face et blanc cotonneux sur le revers. Ses petites fleurs tubuleuses jaunes ou rougeâtres sont regroupées en un capitule solitaire. Celles-ci dégagent une odeur très forte, parfois désagréable. La période de floraison de cette plante herbacée se situe entre les mois de juillet et d’octobre. L’armoise produit des akènes ovoïdes, d’environ 2 mm de long, pourvus de petites épines. Les organes de la plante utilisés en phytothérapie sont notamment les feuilles et les sommités fleuries.

Composition de l’armoise

Parties utilisées :

La plupart des principes actifs aux bienfaits thérapeutiques de la plante se localisent dans ses feuilles et ses sommités fleuries.

Principes actifs :

Les principes actifs contenus dans ses feuilles sont les alcools sesquiterpéniques, les lactones sesquiterpéniques et les acides sesquiterpéniques. Des flavonoïdes, des coumarines, des polyines, des stérols et des triterpènes y sont également présents. L’essence extraite de ses sommités fleuries renferment également des lactones sesquiterpéniques, dont l’artémisine, des thuyones, de l’hydroxycoumarine, des flavonolglycosides, des polyines, des coumarines, des tanins et de nombreux oligo-éléments tels que le calcium, le potassium, le zinc, le magnésium, le phosphore, le souffre et l’iode.

Utilisation et posologie de l’armoise

Dosage :

En phytothérapie, cette médication naturelle est proposée sous forme de poudre, de gélule, d’huile essentielle et de feuilles séchées à infuser. Dans tous les cas, il est indispensable de respecter les doses prescrites dans la notice d’utilisation pour éviter les complications.

Les gélules, réservées uniquement à l’adulte, sont préconisées en cas de perte d’appétit ainsi que pour traiter l’anorexie et les dérèglements du cycle menstruel. La dose à prendre en journée est limitée à 5 gélules par jour, soit 1 625 mg.

Les feuilles séchées sont utilisées en décoction pour soulager les spasmes musculaires, notamment ceux des muscles de l’utérus. Près de 20 g de cette plante sont à infuser pendant 15 minutes dans 1 litre d’eau chaude. Il est recommandé de prendre 2 ou 3 tasses de la solution obtenue, à n’importe quel moment de la journée, en cas de douleurs articulaires ou musculaires. Chez les femmes ayant des problèmes d’aménorrhée ou de dysménorrhée, le traitement doit débuter 10 jours avant la période habituelle des règles.

L’huile essentielle d’armoise s’utilise en friction sur les parties douloureuses du corps, douleurs dues à la fatigue, aux contractions des muscles ou à une affection particulière telle que le rhumatisme. Il est important de la diluer dans de l’huile végétale pour éviter d’irriter la peau. La posologie à respecter est de 30% d’huile essentielle et 70% d’huile végétale.

Précautions d’emploi de l’armoise

La prise de l’armoise vulgaire par voie orale doit être précédée d’une consultation médicale. A forte dose, cette plante médicinale peut en effet devenir toxique.

Contre -indications

Le traitement à base d’armoise est contre-indiqué chez les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants. Les sujets ayant des problèmes d’allergie et des problèmes d’insuffisance rénale ou hépatique doivent s’abstenir de prendre de l’armoise.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquemment notés sont les allergies de contact provoquées par les lactones sesquiterpéniques contenus dans la plante et les pollens dans ses fleurs.

Le non-respect des doses prescrites peut également causer des irritations gastriques et intestinales, voire une intoxication.

Interactions avec des plantes médicinales ou des compléments

Pas d’interaction connue.

Interactions avec des médicaments

Les médications naturelles à l’action diurétique telles que l’armoise sont incompatibles avec les anti-inflammatoires.

Avis du médecin

Les bienfaits de l’armoise :

La capacité de l’armoise à calmer les douleurs causées par les règles et les contractions musculaires s’explique par sa propriété antispasmodique. Cette plante agit également comme un stimulant utérin et des fonctions digestives, d’où sa faculté de déclencher et régulariser les flux menstruels, ainsi que de traiter les troubles digestifs.

Avertissement

Pour profiter des vertus médicinales de l’armoise, il est impératif de respecter les doses prescrites. Les feuilles séchées à infuser peuvent être administrées sur une longue période, mais à très faible dose.

Afin de prévenir les risques de surdosage, le mieux est de consulter un spécialiste avant d’entamer un quelconque traitement.

La recherche sur l’armoise

Les dernières études cliniques effectuées sur l’armoise ont permis de prouver ses réelles efficacités dans le traitement du paludisme et des formes les plus résistantes de la malaria. Cette plante médicinale est capable de bloquer la reproduction du parasite responsable de ces maladies, grâce à la présence d’artémisine dans sa composition.

Publié par Aphadolie

Sources:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Artemisia_vulgaris

http://www.lemonde-des-plantes.com/armoise-artemisia-vulgaris/

http://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/armoise.htm

http://www.who.int/medicines/publications/traditional/ArtemisiaMonograph.pdf?ua=1

http://www.medisite.fr/dictionnaire-des-plantes-medicinales-armoise-commune.48630.8.html

Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) – Artemisia vulgaris . Pharmacopée française 1987

Soin et Nature, pharmacie française spécialisée dans les produits de soins naturels, inscrite à l’Ordre des pharmaciens sous le numéro 00123792/A

Voir aussi:

 

 

 

19 commentaires

    • PS: Cliquez sur les liens dans la page, vous aurez un mode d’emploi avec les dosages pour les huiles essentielles.
      H.E.B.B.D.= Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie
      Toutes les informations concernant les HE dans toutes les pages sont tirées du fascicule du Dr Ph. Bego: « Connaître l’essentiel sur les huiles essentielles » – Editions MDB

      • Graine de piaf Graine de piaf

        Depuis longtemps je me soigne avec les HE alors je les connais assez bien, c’est très efficace, mais il ne faut pas faire n’importe quoi avec si on n’a pas les connaissances pour cela, elles peuvent être dangereuses dans certains cas si mal utilisée.

  • Passetec Passetec

    L’Artemisia annua est plus efficace contre le paludisme et surtout est très efficace contre les cancers !!!
    https://www.artemisia.biologique.bio/category/proprietes-bienfaits/
    et
    http://maison-artemisia.org

    • Pour les cas de fatigue et de rhumatismes des frictions avec quelques gouttes de ravensare en HE et une de cinéole sont une alternative a l’armoise si elle ne fait pas d’effet.

    • gneu

      Hello,

      Pour l’utilisation de l’artemisia annua en cas de traitement contre le cancer, penser à bien se supplémenter en Fer.
      A conjuguer avec un régime ultra-pauvre en sucre voire une diète cétogène.

  • Plus de 70 personnes se sont connectés sur le lien.
    Pas une ne s’est donné la peine de laisser un commentaire sur l’article de Voltigeur. Les grillons qui ratissent n’ont plus accès a la page. J’ai retiré l’acces au site.
    Seul Passetec à contribué. Je comprends mieux pourquoi Benji voulait se séparer du blog.

    • M.G. M.G.

      Effectivement, dommage pour les autres.
      En même temps c’est un peu ça le woueb, consommer sans payer https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      M.G.

      • Ouaip. Mais les sauterelles qui broutent auraient pu laisser une contribution. Voltigeur s’est crevé le cul pour leur mettre des infos et faire un article utile, et rien.
        Je peux mettre des acces a ceux qui en auront besoin, mais maintenant plus d’acces iibre pour tout le monde comme c’était le cas depuis des mois..

        • Kool

          Thierry65, l’inquisiteur des consciences!!!
          La photo et les infos de l’article, ils viennent de quelle source, avant les liens internet?
          Cela me fait penser aux très bons livres de Bernard Bertrand, « L’herbier oublié » et les autres du même auteur et collection.
          Et pour les avoir lu, le seul commentaire qui me démangeait, c’était à propos de ton arrogance.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

          • Thierry, de quoi parles-tu ? Tu me sembles bien aigri…
            Perso, j’ai déjà toutes ces infos, m’intéressant à la question des plantes médicinales, et des plantes comestibles.

          • Abrutos, pas kool.
            cela vient de moi et d’un pote.
            Tu t’es pas tapé des heures en php. Moi si. Maintenant en voyant tes remarques, je constate que 90% des moutons ont vraiment le cerveau pasteurisé.
            Et quand je vois que vous n’avez meme pas un remerciement pour Voltigeur vous, toi entre autres me dégoutez.
            Bien le bonsoir aux autres. Peut être a la revoyure.

  • L’artemisia annua associée à la cardère (en teinture mère – alterner) pour traiter la maladie de Lyme.

  • Bien qu’il n’y ait pas de liens directs apparents, je vais vous conter ceci: de plus en plus de médicaments sont enlevés du marché alors qu’ils fonctionnaient très bien, dans ma prime jeunesse. Seulement, ils contenaient soit des opiacées, soit de l’éphédrine, soit … va savoir !
    Et pour les autres, il faut une ordonnance. Or pas question de passer chez le toubib pour une trachéite, et même une bronchite, tant qu’on peut la gérer. Sauf que…
    Donc plus moyen de se soigner dans ce foutu pays !
    Alors on en revient aux médecines douces, celles-là même qui font grincer des dents les labos pharmaceutiques qui ne rêvent que de les clouer au pilori.
    Et aux astuces de grands-mères !
    Y a-t-il plus de risques que d’avaler des médicaments qui vont vous détraquer autre chose ? Pas si sûr. Il faut juste se prendre en main, avoir quelques connaissances, et du discernement.

  • J’aimerais avoir des retours d’expériences ou des pistes :
    Mon caniche, un gentil petit beauceron de 40 kg semble hélas être atteint d’un cancer au niveau de la cavité orbitale. La progression semble lente , il a 7 ans mais vu que c’est un chien LOF…..
    Bref , j’ai tenté l’argent , puis la médecine chimique.

    Avez vous des idées, conseils ?
    Des adresses pour de la prele?

    Merci pour les infos @tous !

    • Il y a un labo espagnol qui a de très bon résultat sur les humains et des animaux avec des champignons. C’es un peu cher mais je connais un gars qui en fais en france. tu auras les infos par volti, je ne veux pas les mettre ici.

    • verisheep

      Régime BARF: http://www.b-a-r-f.com/
      Ma chienne a un cancer des poumons, en phase terminale.
      Diagnostiquée il y a presque 2 ans, il lui restait quelques semaines à vivre, il fallait la gaver de cortisone et creuser un trou dans le jardin.
      Aujourd’hui elle est en pleine forme, sans médication chimique.

      EDIT: Viande crue avec os, je complète les rations de légumes avec du curcuma frais.
      carottes/épinards crus + haricots verts cuits + un peu de fromage blanc + huile de colza et d’olive + vinaigre de cidre + curcuma + algues, le tout mixé (environ 15 cl/jour). Je prépare ça en gros et je congèle dans des gobelets jetables, ça me fait des doses journalières…

      Jamais de glucides (riz, pâtes, pommes de terre, …) les chiens ne les digèrent presque pas et les sucres (rapides comme lents) nourrissent le tumeurs.