NATACHA POLONY : Le boycott une arme citoyenne ? ?…

Proposé par Planète360

D’autres vidéos à voir

Vous pouvez lire aussi cet article de Le Grand Soir, Emmanuel Macron, ou l’oligarchie au pouvoir.

**Si les français avaient un peu plus de culture économique et politique, le miroir aux alouettes aurait-il aussi bien fonctionné?**

Extrait:

…/…

Sarkozy pensait que l’Afrique Noire n’avait commencé à exister qu’après avoir été colonisée par les Européens. Il avait l’excuse d’être un inculte profond qui ne savait pas que l’homme le plus riche de tous les temps fut Kanga Moussa, un empereur du Mali du XIVe siècle dont la fortune équivalait à trois fois celle de Bill Gates et qui ne se déplaçait jamais sans une suite de 70 000 personnes. Une telle richesse au sommet impliquait forcément une organisation, une civilisation, une culture phénoménales. Macron ne s’embarrasse pas de tout cela : il se contente d’insulter en évoquant le kwassa-kassa de Mayotte, d’affirmer, faussement, que les femmes africaines font sept à neuf enfants, après avoir décrété que la Guyane française est une île. Ah, le vernis des grandes écoles !

…/…

Chez Rothschild, il pilote le rachat de Cofidis par le Crédit Mutuel puis l’acquisition, pour neuf milliards d’euros, de la branche lait maternel du groupe Pfizer par Nestlé, ce conglomérat qui a rendu dépendantes au lait en poudre des générations de mères africaines.

…/…

Macron a donc rapidement choisi le camp de la grande bourgeoisie, beaucoup plus haute que la sienne propre ou celle de sa belle famille. Son mépris pour la classe ouvrière date de loin. Il traite des travailleuses bretonnes d’« illettrées », il conseille à un ouvrier de « bosser » pour pouvoir se payer un costume comme le sien. Et puis il y a ce bref mais désormais célèbre épisode où on le voit deviser en marche (sic) avec le ministre Le Drian qui lui demande si les « concertations » (en fait des discussions informelles) avec les syndicats se sont bien passées. « Oui, ben c’est bien normal, parce que je ne leur ai rien dit. » Causez toujours, les syndicats, ça rentre par une oreille, ça sort par l’autre et ça ne m’empêchera pas d’anéantir cent ans de conquêtes sociales.

Une chose est sûre, complot ou pas complot : nous eûmes droit à l’élection la plus mise en scène de notre histoire contemporaine. A la grande joie, semble-t-il de nombreux électeurs, comme le releva Olivier Tonneau dans son blog Mediapart.

…/…

 

21 commentaires

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Natacha a raison et ses propos, sous d’autres formes, ont été souvent débattus ici.
    Elle parle de la conscience du consommateur, mais quelle conscience ? j’ai rarement, très rarement vu des personnes se soucier de l’origine de leurs achats, et même celles qui s’en inquiétaient ne savaient pas à 99% du temps ce qu’il y avait en dessous, c’est-à-dire la façon et les conditions dans lesquelles les produits étaient fabriqués.
    Je ne leur jette pas la pierre car j’ai été comme elles et je sais qu’il y a encore bien des choses que j’ignore, mais au moins je m’informe et je rectifie le tir s’il y a lieu de le faire.

    j’ai tenté le coup l’autre jour en questionnant des personnes qui achetaient des chocolats d’une marque bien connue, vous savez ceux qui sont entourés de papier doré dans des boîtes transparentes et qui sont si bons… personne, je dis bien personne n’a pu me répondre et quand j’ai avancé quelques mots sur leur fabrication, leur origine etc… elles ne m’ont même pas regardé en face et sont parties prestement avec leurs achats se sentant probablement un peu fautives mais après tout, cela ne les regardait pas n’est-ce pas ?

    • Ne t’en fais pas GDP, ils achètent des chocolats pour les offrir, alors peu importe la composition et d’où ils viennent. C’est une corvée bien plus qu’un plaisir.
      Cela m’arrive d’acheter des produits pas chers sans trop regarder d’où ils viennent. Par exemple un tee-shirt.
      Je n’ai pas résolu le problème suivant: si on boycotte certains produits, on prive des milliers de travailleurs de leur emploi. Emploi d’esclaves, certes, mais emploi quand même. Bien sûr, cela pénalise peut-être les grands groupes. Mais ce ne sont pas eux qui mourront de faim.
      Lorsque des enfants rapportent une misère à leur famille car il n’y a qu’eux qui peuvent bosser, ou bien que leur misère se rajoute à celle du grand frère ou de la mère, ils peuvent survivre tant bien que mal. Si les esclavagistes les virent, comment vont-ils survivre ? Y aura-t-il un patron avec une éthique qui va prendre la relève ? Non, certainement pas. Du moins cela ne fait pas partie de mes croyances.
      Donc c’est un sacré dilemme.

      Ceci sur ce plan là. Ceci dit, oui, le boycotte est une arme collective intéressante. Il faut juste en voir les tenants et les aboutissants.

      • ROSSEL

        @ biquette
        Les immenses roseraies d’Ethiopie produisent des fleurs à bas coût en monopolisant une eau qui auparavant servait à la culture vivrière des habitants. En achetant ces fleurs on cautionne l’expropriation des petits paysans, leur asservissement et leur empoisonnement (utilisation sans contrainte de produits chimiques dangereux) par des vampires internationaux de mèche avec un gouvernement local corrompu tout en poignardant dans le dos les producteurs français. Cet exemple n’est qu’un parmi tant d’autres. Il vaut mieux acheter moins, quitte à ce que le prix soit un peu plus élevé, mais acheter mieux. Au final, en dehors des suceurs de sang, tout le monde sera gagnant. Cela implique bien entendu d’abandonner une logique consumériste dont nous sommes tous plus ou moins atteints.

  • boco

    Faut éviter d’acheter les produits des sociétés des pays colonialistes, ça c’est sûr !

    Alors je vous conseille les produits du Bangladesh, de Madagascar, …, non commercialisés par une multi-nationale occidentale qui affame les peuples avec notre complicité !

    Dans les pays pauvres ces mêmes multinationales assassinent le peuple avec des tarifs prohibitifs en vendant des sachets de quelques grammes à prix fort !

    Supprimons également le protectionnisme des normes européennes pour que ces petits pays puissent vendre en europe et aux u.s. !

    Une experte internet sans doute ?
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

    • ROSSEL

      « Alors je vous conseille les produits du Bangladesh, de Madagascar, …, non commercialisés par une multi-nationale occidentale qui affame les peuples avec notre complicité ! »
      Je pense que le « commerce équitable » n’est qu’une fumisterie de plus qui donne bonne conscience à celui qui achète à prix d’or à des margoulins surfant sur le sentiment de culpabilité des occidentaux. Si on veut aider les gens des pays dits pauvres, il faut au contraire boycotter les produits qui en proviennent. Il est scandaleux de voir arriver dans les boutiques bios des graines de tef plante endémique à l’Ethiopie qui fourni une farine destinée à confectionner les galettes d’ingera qui sont la nourriture de base des habitants de ce pays. Cet achat est présenté comme « solidaire » alors qu’il appauvrit encore un peu plus les habitants de ce pays hormis bien sur les spéculateurs. Cette logique contre-productive est la même que celle adoptée par les soutiens aux migrants dont les réseaux de passage sont aux mains des mafias qui travaillent en liaison avec certaines ONG pour le plus grand profit du NOM.

      • ROSSEL

        « Supprimons également le protectionnisme des normes européennes pour que ces petits pays puissent vendre en europe et aux u.s. ! »
        Encore une fausse bonne idée. L’ensemble de la production de ces pays serait monopolisé par des spéculateurs qui préféreraient exporter quitte à affamer les populations afin de gonfler leurs bénéfices. Cette situation existe d’ailleurs déjà et si elle enrichit sur le papier les pays du Tiers-Monde en gonflant leur PNB, cette manne profite à une toute petite minorité qui se goinfre sur le dos de l’immense majorité.

      • ROSSEL

        « Dans les pays pauvres ces mêmes multinationales assassinent le peuple avec des tarifs prohibitifs en vendant des sachets de quelques grammes à prix fort ! »
        Exact. En changeant les habitudes alimentaires par la promotion du mode de vie occidental ces multinationales gagnent sur les deux tableaux : en pillant les denrées des pays pauvres et en y important des articles présentés comme prestigieux. En faisant la promotion de son lait en poudre, Nestlé est responsable de la mort de dizaines de milliers de bébés jusqu’alors allaités par leurs mères. L’eau nécessaire à la préparation des biberons n’était que rarement stérilisée soit pour cause d’un certain indéniable je m’en-foutisme, soit parce que les ressources à la confection d’un feu se raréfient.

  • KromoZom KromoZom

    Petit rappel si besoin est, le boycott ou appel au boycott de produits israélien est strictement interdit dans notre beau pays des libertés.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    ce qui n’empêcherait personne qui voudrait le pratiquer.

  • Oui, bien sûr, on peut chercher les produits éthiques, bio-équitables, … quand on a les sous. Il faut au maximum les encourager… si on le peut.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Ce que tu écris est très vrai Biquette mais c’est un sacré dilemme ! ce sont les exploiteurs qu’il faudrait pouvoir éliminer, mais comment faire sans nuire à ceux qui ont absolument besoin d’un salaire de misère pour survivre ?…
    Le bio-équitable, oui, mais là encore est-on sûr qu’il est réellement équitable ?

    @ Boco : si tu arrives à trouver en provenance directe des produits du Bangladesh, et de Madagascar, que je connais particulièrement car j’ai encore de la famille là-bas, donne-moi les adresses… car à moins de passer par des associations sûres, il n’y a pas de solution.

    • boco

      A part quelques copains malgaches, pas facile.
      Sinon, en voyageant, mais bien trop épisodique et facilement critiquable ! Eviter les spéculateurs, les arnaqueurs, sur place, quand on commence à connaitre.
      Avec les associations de passionnés d’un pays sans doute, mais généralement plus orientées voyages et culture.
      Bien peur qu’il n’y ait pas de miracles, les pauvres anciennes colonies sont vouées à rester sous l’emprise vorace de l’occident…
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

      • ROSSEL

        « Bien peur qu’il n’y ait pas de miracles, les pauvres anciennes colonies sont vouées à rester sous l’emprise vorace de l’occident… »
        Tant que ces pays seront aux mains de canailles qui exploitent leurs peuples en complicité avec les multinationales, il n’y a pas de miracle à attendre effectivement. Ces multinationales se moquent bien de l’occident. Elles sont apatrides et n’ont pour objectif que de se remplir les poches. Les peuples d’occident seront bientôt déclassés car plus solvables. Les nouvelles classes moyennes de Chine et d’Inde prennent la relève.

  • Natacha Natacha

    Bonsoir ! ?
    Bien sûr le boycott est une nécessité. Plus que jamais !
    Notre pouvoir est dans notre manière de consommer, d’acheter. Nous sommes ce changement que nous voulons.
    En donnant l’exemple de la responsabilité dans la sobriété, nous favorisons le local, l’associatif éthique au sens vrai du terme et nous nous nous sentons en cohérence.
    On ne va pa acheter des tomates en décembre, hein ? !
    On ne va pas acheter des écharpes qui coûtent la vie à des Indiennes quand des femmes organisent et animent des associations qui les libèrent, hein !
    On peut acheter de vraies merveilles sur des marchés, fabriquées par de vrais artisans et / ou , pour toutes les bourses.
    Il suffit de chercher pour trouver et agir avec discernement.
    Et c’est la saison pour le montrer.
    Je l’aime bien cette Natacha . ?

  • ROSSEL

    Le boycott est à la portée de chacun. En plus d’apporter concrètement sa petite pierre à l’édifice, il est un moyen simple d’agir en accord avec soi-même. Les actions les plus modestes qui ne cherchent pas la publicité sont parmi les plus nobles.

  • Natacha Natacha

    Vous pouvez aussi faire du
    crowdfarming. ?