Dossier : L’ortie un véritable cadeau de la nature

C’est l’hiver, la saison idéale pour ramasser quelques orties, une bonne occasion de sortir un peu, de se déconnecter de la réalité, et de bien manger! Car cette plante considérée comme étant une mauvaise herbe est extrêmement bonne en soupe, et ses vertus sont nombreuses. Pour le coup, c’est du bio pas cher, cela serait dommage de s’en priver…

C’est un article assez colossal sur le sujet que je relaie aujourd’hui, mais il vaut réellement le détour, et risque de vous être utile un jour, surtout que dans notre société, beaucoup de personnes ne sauraient même pas faire la différence entre de l’ortie et une quelconque mauvaise herbe… Je me trompe?

800px-Ortie

Présentation
(Extrait de Victor Hugo : Les Misérables)

On croyait deviner qu’il avait dû vivre jadis de la vie des champs, car il avait toutes sortes de secrets utiles qu’il enseignait aux paysans. Il leur apprenait à détruire la teigne des blés en aspergeant le grenier et en inondant les fentes du plancher d’une dissolution de sel commun et à chasser les charançons en suspendant partout, aux murs et aux toits, dans les héberges et dans les maisons de l’orviot en fleur. Il avait des « recettes» pour extirper d’un champ la luzette, la nielle, la vesce, la gaverolle, la queue-de-renard, toutes les herbes parasites qui mangent le blé. Il défendait une lapinière contre les rats rien qu’avec l’odeur d’un petit cochon de Barbarie qu’il y mettait.

Un jour il voyait des gens du pays très occupés à arracher des orties. Il regarda ce tas de plantes déracinées, et déjà desséchées, et dit :

– C’est mort. Cela serait pourtant bon si l’on savait s’en servir. Quand l’ortie est jeune, la feuille est un légume excellent; quand elle vieillit, elle a des filaments et des fibres comme le chanvre et le lin. La toile d’ortie vaut la toile de chanvre. Hachée l’ortie est bonne pour la volaille; broyée, elle est bonne pour les bêtes à cornes. La graine de l’ortie mêlée au fourrage donne du luisant au poil des animaux; la racine mêlée au sel produit une belle couleur jaune. C’est du reste un excellent foin qu’on peut faucher deux fois l’an.

Et que faut-il à l’ortie? Peu de terre, nul soin, nulle culture. Seulement comme la graine tombe à mesure qu’elle mûrit, elle est difficile à récolter. Voilà tout.

Avec quelque peine qu’on prendrait, l’ortie serait utile; on la néglige, elle devient nuisible. Alors on la tue. Que d’hommes ressemblent à l’ortie !

Il ajouta, après un silence :

Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs.

 

Victor Hugo : Les Misérables

 

Un trésor injustement méprisé

Plante commune de nos campagnes et de nos jardins, l’ortie est l’une des plantes médicinales les plus riches et les plus efficaces de nos climats tempérés, mais la majorité de nos contemporains l’ignore.

Connue des Gaulois et des Romains, elle figure dans la plupart des pharmacopées anciennes. Ses vertus médicinales et ses qualités alimentaires ont été fort appréciées par nos ancêtres.

Lorsque, au XIIe siècle, le roi d’Angleterre Guillaume le Roux demanda aux médecins de l’université de Salerne de lui prescrire un régime de vie hygiénique pour son fils, ils rédigèrent le fameux ouvrage intitulé L’École de Salerne dans lequel l’Ortie, l’Ail, le Thym et d’autres « simples » figurent en bonne place.

Paracelse, le célèbre médecin de la Renaissance réservait à l’ortie une place de choix dans ses préparations tandis que Albert Dürer (1471-1528) la peignit sur un tableau célèbre, dans la main d’un ange volant vers le trône de Dieu.

Après plus d’un siècle de mépris, la Médecine officielle l’a aujourd’hui réhabilitée et reconnaît ses qualités de fortifiant, de régulateur du sang et de stimulateur des fonctions digestives.

Une plante dominante

L’ortie commune se reproduit facilement et prospère dans tous les terrains. Elle peut atteindre un mètre de haut. Ses feuilles sont opposées et, comme sa tige, hérissées de poils urticants.

Considérée par les jardiniers et les paysans modernes comme une mauvaise herbe, l’ortie est fauchée, arrachée, piétinée, malmenée, brûlée, combattue avec des pesticides, empoisonnée sans aucune pitié.

Pourtant cette grande dame ne mérite pas ce traitement indigne de la part de l’homme dont elle est la nourricière et la protectrice tutélaire. En effet, non seulement elle constitue un aliment de choix, riche en enzymes, en oligo-éléments et en précieuses vitamines, mais, contre beaucoup de maladies, et des plus graves, elle est le plus efficace des remèdes.

L’ortie prolifère dans les lieux laissés à l’abandon, dans les décharges publiques ou sur les terrains en friche. Comme c’est une plante dominante et tenace, elle réapparaît souvent inopinément dans les jardins les mieux entretenus.

Mauvaise réputation

L’ortie commune doit sa mauvaise réputation aux poils urticants qui garnissent le dessous de sa feuille et de sa tige, secrètant un liquide âcre contenant de l’acide formique et des enzymes analogues à celles de certains venins de serpent. Son contact provoque une démangeaison douloureuse et prolongée. Mais c’est ce liquide irritant qui représente un des éléments essentiels de la plante.

 

Cueillette

Pour cueillir l’ortie à la main, sans douleur, mieux vaut si l’on est douillet, revêtir des gants. Mais un herboriste habile saisira fermement la tige entre le pouce et l’index, sans laisser le reste de la main au contact de la plante.

La plante entière se consomme, en toute saison, mais les propriété actives de l’ortie sont plus actives si on la cueille au printemps, au lever du soleil, ou, lors de sa repousse après qu’elle ait été fauchée. On dit que ses racines sont plus riches au début du printemps ou à la fin de l’automne.

Si l’ortie sauvage, hôte fréquent mais non souhaité de nos jardins et de nos champs est devenue le cauchemar du jardinier et du cultivateur, il n’en a pas toujours été ainsi. Et nos anciens reconnaissaient en elle une des plantes les plus utiles à la santé des hommes et des animaux. Pour l’adepte convaincu de la vertu des plantes l’ortie remplace à elle seule toute une valise de médicaments.

Animaux

Séchée, l’ortie constitue un excellent fourrage et beaucoup de cultivateurs écobiologiques la laissent volontiers proliférer dans leurs herbages à foin et à regain.

Jadis, nos anciens hachaient les orties importunes de leurs jardins potagers et la donnaient à manger aux volailles, aux canards, aux cochons qu’elles protégeaient des parasites et des maladies.

Les maquignons qui connaissaient ses propriétés, mêlaient l’ortie à l’avoine, cela rendait les chevaux plus fringants et leur donnait un poil plus brillant. Mélangée à la pâtée des poules, elle active naturellement la ponte. (Mulot : Opus cit.)

Horticulture

«Mon voisin utilise les orties également pour détruire les insectes nuisibles et ravageurs de son jardin. Il met de grandes quantités d’orties dans un récipient contenant 300 litres d’eau (on peut évidemment utiliser de plus petites quantités d’orties), où il laisse macérer les orties pendant une période de temps assez longue. Avec ce liquide à base d’orties, il arrose ensuite ses autres plantes, empêchant ainsi les insectes nuisibles d’intervenir, sans utiliser de produits chimiques. Les vers n’entrent plus non plus dans les carottes !» (Maria Treben).

Cuisine

Les orties ont été dégustées depuis les temps les plus reculés, soit en légumes (même préparation que pour les épinards), soit en soupes. Mixée elle devient une soupe délicieuse et raffinée (ajouter une ou deux pommes de terre), cuire dix minutes à la cocotte minute, mixer, ajouter du lait ou de la crème fraîche avant de servir. La « soupe d’orties » de nos grands-mères était un véritable régal. Séchée ou cuite, les orties ne sont plus irritantes. Au contraire, nous dit Mésségué, elles sont douces comme un velours sur la langue…

Dans certaines régions de France, on mange les jeunes pousses de l’ortie blanche (qui elle ne pique pas) soit en potage soit en vinaigrette ou même crues comme au XVIIIe siècle.

Les Orties sont en effet des plantes fort nutritives, riches en fer, (indispensable à la reconstitution des globules rouges, et pour la bonne oxygénation des tissus), magnésium, etc. L’ortie représente l’avantage sur les épinards de n’être pas trop acide, donc favorable aux rhumatisants, aux goutteux, et aux arthritiques. Elle contient en outre de la sécrétine, excellent stimulant hormonal des glandes digestives de l’estomac, de l’intestin, du foie, du pancréas et de la vésicule biliaire.

Mangez de l’ortie, nous dit Mésségué, le goût en est délicieux, lorsque les feuilles sont choisies bien tendres, et vous y gagnerez en outre la santé.»

Maurice Mességué
 

Herbier de Santé

Maurice Mességué, dans son Herbier de Santé dit de l’ortie : «L’ortie, cette herbe que l’on dit cruelle parce qu’elle sait se défendre, peut aussi prendre la défense des autres. J’interdis formellement à mes fermiers de l’arracher, le long des vieux murs, des mares, des terrains vagues ou des jardins bien fumés où elle pousse en vagues épaisses ; et j’envoie mes ramasseurs d’herbes en cueillir de grands sacs trois fois par an… »

Aphrodisiaque

Les vertus aphrodisiaques de l’ortie sont connues depuis l’antiquité. Le poète latin Pétrone préconisait, pour renflouer la virilité déficiente des hommes, de les fouetter avec un bouquet d’orties « au-dessous du nombril, sur les reins et sur les fesses ». Mességué corrobore cette qualité stimulante de la plante en nous contant la cure adoptée par l’un de ses vieux amis gascons qui, « incorrigible coureur de jupons, pour se redonner du coeur à l’ouvrage, se roulait périodiquement dans un champ d’orties… »

Vertus médicinales

L’ortie a un effet thérapeutique de la racine à la tige, des feuilles aux fleurs. La sagesse populaire de nos anciens, préconisait l’urtication, c’est-à-dire la flagellation aux orties, comme révulsif. On l’ordonnait contre les fièvres (typhoïde), les rhumatismes, les crises d’apoplexie et l’absence de règles chez les femmes. Les piqûres du végétal stimulent l’organisme (on disait aux enfants qui revenaient les mollets tout piqués d’orties, qu’ils avaient gagné la santé pour la vie, et qu’en tout cas ils n’auraient jamais plus de rhumatismes). (Mésségué Opus cit.)

En tant que plante médicinale, l’ortie est vraiment prodigieuse. Diurétique (elle est efficace contre les rhumatismes, la goutte, les calculs urinaires, l’énurésie (incontinence) mais également contre la rétention d’urine. Elle est antidiarrhéique : on l’a employée notamment contre le choléra.

Elle arrête les saignements de nez, les crachements de sang, les hémorragies de toutes sortes, ainsi que les écoulement désagréables du rhume de cerveau et des voies respiratoires.

Elle est reconstituante, fait venir le lait chez les femmes qui en manquent, elle régularise les règles ou les fait réapparaître si elles sont interrompues anormalement ; elle est dépurative et combat l’acné et les boutons de fièvre ; elle est vermifuge et révulsive.

En médecine populaire, la tisane à l’ortie est conseillée contre les troubles du foie et de la rate, des crampes et des ulcères d’estomac et intestinaux ou des maladies pulmonaires.

En usage externe, elle donne les meilleurs résultats contre les rhumatismes (ceux des hommes comme ceux des animaux. «C’est avec l’ortie, le chou et la chélidoine que je soigne mes vieux chiens», reconnaît Mésségué. En gargarismes, elle est souveraine contre les infections de la bouche, les aphtes, les gingivites et les angines.

En lotions et en compresses, c’est une herbe de beauté : elle nettoie la peau, fait disparaître l’acné et l’eczéma, et combat la chute des cheveux.

Récolte

Mésségué recommande : «Ne coupez pas toutes les orties qui poussent dans votre jardin ; ne les traitez surtout pas aux herbicides (ce qui est éminemment dangereux pour toutes les autres plantes… et pour votre santé. Loin d’être des « mauvaises herbes », les orties aident bien plutôt à la croissance des espèces fragiles, et notamment des espèces médicinales que vous aurez plantées tout à côté ; une rangée d’orties vous fournira des soupes, des mets délicieux, des médicaments contre nombre de troubles, et… renforcera la teneur de vos autres herbes aromatiques ou médicinales en principes actifs. Récoltez les feuilles, les sommités fleuries des tiges et les racines, en toutes saisons, selon vos besoins ; ne les utilisez que fraîches.»

Préparation et emploi

Infusion ou décoction de feuilles : 2 poignées de feuilles fraîches dans un litre d’eau. (3 tasses par jour). Infusion ou décoction de feuilles et de fleurs (pour l’usage externe : gargarismes en cas d’angine, pansements, lotions de beauté, shampooings contre l’alopécie (chute des cheveux, pellicules, etc.) : jetez 3 poignées de feuilles et de fleurs fraîches dans un litre d’eau.

Bains de mains et de pieds contre l’acné, l’urticaire, les règles douloureuses, pour favoriser la circulation sanguine et surtout contre les rhumatismes : 2 poignées de feuilles fraîches par litre d’eau.

Lotion spéciale

Contre les rhumatismes : hachez trois poignées de feuilles d’orties, deux de feuilles et de fleurs de chélidoine, et deux belles feuilles de chou ; faites-les macérer pendant 48 heures dans deux litres d’eau de pluie ; filtrez. (En applications locales). Suc frais d’orties : prenez-en un grand verre par jour ou utilisez-le à l’extérieur, en compresses, lotions, etc.

Décoction de racines (diurétique, dépurative et reconstituante) : jetez une poignée de racines fraîches et soigneusement nettoyées dans un litre d’eau. (3 tasses par jour).

L’ortie blanche ou lamier blanc (Lamium album)

Famille des Labiacées. Son suc est préconisé contre les métrorragies (hémorragie d’origine utérine survenant en dehors des règles normales), la leucorrhée (pertes blanches), et généralement contre tous les troubles du bas-ventre et de la menstruation. La tisane et l’infusion de fleurs de lamier blanc ont une action dépurative, elles combattent les insomnies nerveuses. En bain de siège (plantes entières) c’est généralement un remède efficace contres les différentes maladies féminines.

Trouvé en version intégrale sur Les Brindherbes

 

17 commentaires

  • Thierry92 Thierry92

    Laisse tomber ce genre de sujet, tout le monde va se jeter dessus.
    Comment vais je faire ma petite soupe avec des pois et deux patates avec mes petites orties quand ils auront tout rasé?
    :)

    • http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif Je me disais la même chose !!
      Je les cueille aussi, quand j’en trouve.

      Le lamier est différent, et ne pique pas. Ici, pas de lamier blanc, juste du mauve.

      • rouletabille rouletabille

        Ouche,je n’y connais rien,mais mon épouse préparais du potage avec et justement,elle m’avais dis (comme avec le sureau,pas n’importe quelle baies)que c’est l’ortie BLANCHE qu’il fallait,ce que vous appelez »lamier blanc »,je peut me tromper,j’avais une épouse extraordinaire dans ce domaine ,les salades de toutes les variétés aussi,les pissenlits etc,mais je vous apprends rien,c’est juste que des souvenirs heureux qui jaillissent.
        bisous
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

    • http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif Je me disais la même chose !!
      Je les cueille aussi, quand j’en trouve.

      Le lamier est différent, et ne pique pas. Ici, pas de lamier blanc, juste du mauve.

      L’ortie est très riche en protéine et remplace avantageusement la viande. De plus, elle est reminéralisante. Une petite merveille de la nature.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    « Beaucoup de personnes ne sauraient même pas faire la différence entre de l’ortie et une quelconque mauvaise herbe… Je me trompe? » …en même temps il suffit juste les toucher, et là t’es vite fixé si s’en est ou pas ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Graine de piaf

    excellent article, merci BENJI.
    quant à les cueillir en hiver, hum ! je voudrais bien, mais ici déjà elles ne poussent pas tellement en raison du climat, et l’hiver ce n’est même pas la peine d’en chercher, le froid a déjà depuis quelques jours tout brûlé ! alors j’attends sagement le printemps qui les ramènera, soit vers la mi-juin !

    THIERRY tu mets des pois avec ? lesquels ?

  • Thierry92 Thierry92

    des pois cassés. avec deux patates cuites dans le jus de cuisson.
    Mixée c’est un délice

  • Yanne Hamar

    Autrefois, j’ai remarqué la disparition des touffes d’orties de mon parc à poules; j’ai guetté et ce sont les poules ayant perdu leurs plumes qui les picoraient. Pas étonnant que les orties soient préconisées en cas d’alopécie .

  • Pelerin

    Ce n’est pas la seule….plantes médicinales, plantes sauvages comestibles….humm miam.

  • Pour les piqures d’orties, je vous recommande une friction avec une feuille de plantain à grandes feuilles lorsque vous en avez sous la main, ou la friction au vinaigre, cela « coupe » la brulure.

    Il est fort simple d’en cultiver, mais elles apprécient les sols frais, riches et azotés.

    Il doit être encore temps de récolter des graines si vous désirez en semer au printemps prochain.

    Bon appétit, et bons usages

  • Elle se replante et reprend assez facilement. Elle fait partie de ces plantes sauvages qui gagnent à être coupées et donc consommées régulièrement.Elle repousse (de) plus belle.

    Très bonne également en pesto, remplacer le basilic par l’ortie.

    On dit que c’est l’or vert du jardin !;-)