Le vrai chiffre du chômage en France? 30%! Preuves et explications

Nous le savions bien, la France comme les Etats-Unis ne sont pas en grande forme quel que soit le domaine, nous pouvons même apprendre que pour les États-Unis, c’est encore pire que tout puisque le rêve américain est littéralement devenu un cauchemar, 38 points clés le prouvent! Mais ce que nous ne savions pas, c’est que le taux de chômage serait aussi élevé et catastrophique en France que dans le pays le l’Oncle Sam… 30%! Vlan! Un bilan qui va faire beaucoup de mal à nos chers politiciens…

Comment douter après cela des propos de Egon Von Greyerz, : « l’économie mondiale est sur le point de s’effondrer, dans un Monde déjà en faillite« , et si les symboles sont nombreux dans le domaine, la France en est un des plus significatifs… Le mur se rapproche, quoi qu’on en dise, il se rapproche….

blog_chomage_hausse

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Les chiffres en eux-mêmes ne mentent pas. Ils sont comme la monnaie qui en soit ne rapporte rien. Les chiffres, comme une monnaie sont par définition neutres. C’est ce que l’on en fait ou la façon dont on les analyse qui va faire toute la différence.

A ce premier phénomène d’interprétation, s’en rajoute un autre que je n’ai jamais compris et qui pourtant est la règle année après année… ce que j’appelle la peur des chiffres.

Qui n’a pas entendu un journaliste ou un intervenant politique dire « pas trop de chiffres car c’est compliqué les chiffres et je ne voudrais surtout pas perturber l’abruti de citoyen »… sauf que le citoyen n’est pas un crétin, qu’il sait lire, écrire et compter et que si on prend le temps de lui expliquer il comprendra bien évidemment les choses sans trop de problème.

Pourtant, il ne faut surtout pas critiquer les chiffres et toute analyse soit « embête » parce que réfléchir c’est fatigant, soit est tout simplement interdite par la bienpensence fût-elle économique…

Si vous n’êtes pas d’accord vous êtes un complotiste… forcément. Pourtant la façon même de présenter les calculs et les résultats amène à une distorsion phénoménale de VOTRE appréciation de la réalité. Car l’idée sous-jacente ici, c’est bien de déformer votre vision des choses par une présentation biaisée des éléments de réflexion que sont les statistiques.

Prenons l’exemple du déficit budgétaire… De cette façon vous ne voyez pas ou nettement moins la faillite se profiler…

On vous explique que ce n’est pas grave, que le déficit budgétaire est de 4% du PIB … Autant dire pas grand-chose. Après une telle information, vous n’achetez pas d’or, vous reprenez même un peu d’assurance-vie (en fonds euros donc de la dette bien moisie de votre Etat en faillite).

Pensez donc… il n’y a pas de quoi fouetter un chat avec 4 petits pour cents de découvert à la fin de l’année.

Pourtant, ce que vous devriez calculer ce n’est pas le « déficit par rapport au PIB », puisque dans ce cas, le PIB ne représente pas du tout les revenus de l’Etat MAIS du pays. C’est comme si vous alliez voir votre banquier et que vous lui expliquiez doctement que votre découvert de 20 000 euros… représente même pas 0,0001% du chiffre d’affaires de votre employeur puisque vous êtes en CDI chez Total !!! Essayez et on en reparle ensemble après.

Donc évidemment il faut comparer votre découvert par rapport à vos revenus, et les revenus de l’Etat ce sont ses recettes donc tous les impôts cumulés.

Pour faire les choses à la louche, en 2014 l’Etat a dépensé 400 milliards, il en a rentré 326, ce qui fait un déficit de 74 milliards d’euros… mais ces 74 milliards, ce n’est pas au PIB c’est-à-dire la richesse des autres qu’il faut le reporter, mais aux 326 milliards d’euros de revenus et donc de recettes.

Vous obtenez donc 27% de découvert par rapport à vos dépenses.

Chaque année l’Etat dépense donc 27% de plus que ses recettes (et encore j’ai pas pris l’année la pire).

Et vous pensez que l’on va pouvoir encore très longtemps dépenser 27% de plus tous les ans que ce que l’on gagne… la réponse est non, mais pour que vous ne fassiez pas le raisonnement tout seul, on vous explique que notre déficit n’est QUE de 3,8% du PIB. C’est sans doute plus rassurant mais c’est pour vous enfumer.

Faisons la même chose pour le chômage !! Le taux de chômage est donc de 30% !!!

On calcule le chômage par rapport à la population active.

Savoir quel est le nombre de chômeurs doit vous permettre d’avoir une réponse à deux questions. Quelle est votre probabilité d’être au chômage et accessoirement qu’elle est la capacité de votre économie privée à créer ou pas du travail.

Compter les fonctionnaires, qui par définition ne sont jamais au chômage, est d’une bêtise intellectuelle et statistique qui évidemment confine au mensonge. Il s’agit-là encore de vous faire croire que le chômage est un drame personnel (VOUS avez un problème si vous êtes au chômage) plutôt que de prendre le risque qu’il s’agisse d’un drame collectif (NOUS avons collectivement un problème et vous êtes plutôt une victime).

Donc évidemment pour calculer le véritable chiffre du chômage il faut prendre en compte dans la population, non pas les fonctionnaires, qui par définition disposent (encore) de la sécurité de l’emploi, mais que les gens susceptibles d’être au chômage.

Petit calcul rapide.

Au dernier pointage toutes catégories confondues et en rajoutant les RSA qui ne sont pas inscrits à Paul emploi, nous avons en gros 7 millions de personnes sans emploi.

En face une population active totale d’environ 28,6 millions de personnes.

Un nombre total de fonctionnaires de 5,6 millions.

Soit 28,6 – 5,6 = 23,6 millions de gens dans la vraie population active de ceux qui risquent d’être un jour au chômage.

Nous obtenons donc un taux de chômage de 7 millions sur 23,6 soit 29,6%…

En clair, chaque année nous avons presque 30% de la population active, hors fonction publique, qui est au chômage et cela progresse chaque année un peu plus.

La durée moyenne au chômage est de presque 14 mois (13,6 mois) et c’est une moyenne; entre hommes et femmes il y a des différences, entre jeunes et vieux aussi.

Cela veut donc dire que tous les 14 mois vous avez 30% de chance d’être au chômage.

Cela veut dire que si vous travaillez, tous les 4 ans vous avez 100% de chance d’être licencié…

On ne vous le dira jamais comme ça, car le système souhaite nous maintenir dans une attitude d’ânes qui avancent avec une carotte devant le nez mais que nous n’attraperons jamais.

Je voulais, en vous faisant ces calculs et en les partageant avec vous, vous permettre de comprendre la gravité de la situation et l’effet redoutable de ce double problème constitué par un déficit en réalité de 27% et un taux de chômage de 30% !!!

C’est pour cette raison que j’ai créé ma lettre STRATEGIES dans laquelle je vous propose des solutions certes patrimoniales mais également autour du triptyque PEL (Patrimoine, Emploi Localisation) pour vous rendre plus résilient, plus robuste, plus résistant face à la crise. J’explique tout ici.

Ce qu’il faut comprendre c’est que dans le meilleur des cas, les taux de rendement resteront proches de zéro ou négatifs car avec 27% de déficit chaque année aucun Etat ne peut supporter une augmentation des taux d’intérêt sans tomber en faillite. Cela veut dire que dans le meilleur des cas, chaque année la probabilité augmente pour que VOUS soyez au chômage. Cela veut dire, que dans le meilleur des cas nous assisterons à une augmentation de plus en plus importante de la misère et de la précarité.

Dans le pire des cas, nous affronterons un effondrement économique, dont la probabilité pour le moment reste sous contrôle en raison de la capacité des grandes banques centrales à coordonner leurs actions… mais cela n’exclut en aucun cas une possibilité d’accident.

Cela veut dire, que dans tous les cas, demain sera plus difficile qu’hier, même si mamamouchi voit tous les ans la reprise surtout lors de son allocution du 14 juillet.

En attendant, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Source: Charles SANNAT sur Insolentiae

 

 

 

11 commentaires

  • pierrefronse

    Je suis un peu dubitatif, le taux de chomage étant aux US de 5,3% en juin 2015 (http://www.statistiques-mondiales.com/chomage.htm) et en France autour de 10,8%. Et ce avec semble t’il une forte manipulation des chiffres à la baisse, notamment, récemment on voit paraitre que le chomage aurait baissé de 0,7% ce trimestre alors qu’il y a eu 25% de radiation admainistratives et que les chômeurs qui ont quitté les effectifs de Pôle Emploi en déclarant avoir trouvé du travail représentent moins de 20% de ceux qui en septembre ne sont plus comptabilisés dans ses rangs… Ce qui est certains c’est que les Etats Unis et les pays hors UE mettent des mesures protectionistes à tour de bras (panneau solaire, pétrole,…), quand en europe cela est interdit par les traités européens notamment l’article 63 du TFUE. Voir les analyses de l’UPR.

  • Le veilleur

    Bon bein, on à plus qu’à s’habituer à être au chômage et RSA parce que lutter contre des moulins à vents ne sert à rien, il n’y a plus assez de travail pour tout le monde, comme nos anciens en avaient, la faute en parti aux machines qui ont remplacé la main d’œuvre.

    Bon regardons le bon côté des choses, cela nous laisse du temps pour nous occuper de nous, des autres, pour créer, pour nos rêves, pour notre famille, pour notre évolution, enfin tout ce que l’on ne pouvait pas faire avant faute de temps.

    Mais il faudra bien régler cette histoire de revenu de base pour tous car la vie en France est chère et il me semble difficile de vivre en ville avec 450 euros par mois. Bon après, la bonne nouvelle c’est que dans ce futur, les villes appartiendront aux fonctionnaires et à quelques grosses enseignes de magasins comme en Grèce.

    En Grèce la plupart des habitant sont retournés vivre dans leur campagne natale cultiver les légumes faute de travail et de moyen. A mon avis, on en prend bien le chemin.

    • pierrefronse

      Vous n’avez raison qu’en parti. L’automatisation des procédés réduit la main d’oeuvre c’est indéniable. D’ailleurs l’automatisation à réduit fortement ce que représente le cout de la main d’oeuvre dans un produit manufacturé. Ce qui devrait réduire les délocalisations. Mais ce n’est pas la cas et je vous invite à lire mon commentaire plus haut qui évoque les autres raisons de l’explosion du chomage. Il n’y en France pratiquement plus d’industrie. Or une industrie forte est une source d’emploi mais aussi l’assurance de maitriser des procédés et techniques importantes pour nos sociétés. Les lignes de production de cellules solaires photovoltaiques Chinoises peuvent sortir d’aussi bon rendement que nos labos en europe …

    • « En Grèce la plupart des habitant sont retournés vivre dans leur campagne natale cultiver les légumes faute de travail et de moyen. »
      –> liens ?, sources ?, preuves ?

      Merci…

  • Mata Hari Mata Hari

    Je cite Charles Sannat :
     » Au dernier pointage toutes catégories confondues et en rajoutant les RSA qui ne sont pas inscrits à Paul emploi, nous avons en gros 7 millions de personnes sans emploi. »

    Si, justement une grande partie des RSA sont inscrits à Pôle Emploi, je le sais, je l’ai été moi-même, et même, lorsqu’on m’a dit que j’étais dispensée de recherche d’emploi, j’étais inscrite ! ( Il y a quelques années )

  • JEAN PN

    Les socialauds ne vont pas nous faire avaler aussi facilement des couleuvres. Quand ils disent que le chômage baisse leur connerie monte !
    Faut arrêter les magouilles et nous prendre pour des cons !

    • Le veilleur

      Comment ça, tu ne crois pas les socialauds ??? il parait que le chômage a baissé ce mois-ci. Les merdiats ont dû toucher une prime pour répandre ce genre de mensonge avant les élections de décembre. Le torchon brûle en haut lieux et la propagande se propage avant chaque élection, il faut trouver les moyens de manipuler les chiffres du chômage par tout les moyens mais en espérant que cette fois, les Français ne se laisse plus berner.

  • Bardamu

    » Au dernier pointage toutes catégories confondues et en rajoutant les RSA qui ne sont pas inscrits à Paul emploi, nous avons en gros 7 millions de personnes sans emploi. »

    —>

    Certains RSA sont inscrits. Depuis Sarko, c’est une obligation. Par contre, n’apparaissent pas dans les chiffres, tout ceux qui n’ont aucun intérêt a s’inscrire, à commencer par les moins de 25 ans.

    Sinon à la rentrée c’est toujours le même cirque. Les vendangeurs, emplois aidés et autres EVS, etc … sortant des stats le temps de quelques semaines à quelques mois, les politiques en profitent pour faire leurs show sur la baisse des chiffres.