L’agriculture de demain selon Afterres : biologique, prospère, locale, et totalement réaliste !

arton8275-aad5f

Ils sont ingénieurs et ont élaboré un scénario pour l’agriculture de demain, Afterres. Un scénario concret, répondant aux défis alimentaires, environnementaux et climatiques de la France dans trente-cinq ans. Reporterre s’est entretenu avec l’un de ses concepteurs, l’ingénieur agronome Sylvain Doublet.

L’idée leur est venue du scénario Négawatt, qui propose une transition énergétique et une division par quatre des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050. Les ingénieurs en agronomie, en écologie et en énergie de Solagro ont suivi la même voie mais pour l’agriculture. Ils rendaient en 2011 une première version de leur scénario, intitulé Afterres : quelle utilisation des terres en 2050 ?. Cette version a été déclinée par la suite dans 22 régions, puis les méthodes de calcul se sont affinées. Aujourd’hui, Solagro propose la dernière version de son scénario et dessine un futur souhaitable.


Reporterre – Vous fondez votre scénario sur la demande, sur les besoins alimentaires que nous auront en 2050. En quoi votre démarche est-elle originale ?

Sylvain Doublet – On ne savait pas que c’était original ! On pensait que le ministère de l’Agriculture et les syndicats auraient leurs propres scénarios et qu’on pourrait comparer.

En fait, on s’est rendu compte que personne n’avait de scénario agricole piloté par la demande alimentaire de la France et de ses voisins. L’économie d’aujourd’hui ne raisonne plus beaucoup en fonction des besoins, mais plutôt en partant de l’offre.

fetch-uid-.inbox-07ba0

Alors, qu’y aura-t-il dans notre assiette en 2050 ?

On a étudié l’assiette actuelle et on a regardé ce que l’on pouvait changer. On a diminué les surconsommations de sucre et de protéines. On a réduit le gaspillage alimentaire. On a aussi inversé les proportions entre protéines animales et végétales.

L’aliment qui pèse aujourd’hui le plus en grammes par jour, c’est le lait, sous toutes ses formes. En accord avec des nutritionnistes, on a divisé la consommation par deux.

Donc dans notre assiette en 2050, il y aura plus de fruits et de légumes, les céréales deviendront la principale source de protéines, on met deux fois moins de viande – au lieu du steak midi et soir, on ne mangera un steak que le midi -, les quantités de poisson sont aussi divisées par deux en raison de la crise des ressources halieutiques, les fruits à coque sont multipliés par cinq. Cela, par exemple, ce n’était pas prévu, mais tous les nutritionnistes ont pointé que c’était nécessaire pour augmenter l’apport en oméga 3.

fetch-uid-.inbox-2-cdb46

Et à quoi ressemblera la ferme de 2050, que Reporterre avait déjà imaginée ?

Aujourd’hui, on part d’une situation d’hyper-spécialisation des territoires et des fermes. Donc le scénario les a diversifiés pour les rendre plus robustes des points de vue agronomique et climatique. Ensuite, on a regardé si on arrivait à nourrir tout le monde avec ces fermes. L’agriculture doit produire principalement pour nourrir les hommes (Aujourd’hui 80 % des terres nourrissent le bétail).

Sylvain Doublet.

On va diversifier les productions des fermes de grande culture. On va introduire des pois, des pois-chiches, des lentilles dans les rotations. Un autre point important : on prévoit un développement de l’agroforesterie, il y aura des arbres dans les champs.

Article en intégralité sur Reporterre.net

 

13 commentaires

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    Je ne vais pas faire tout un fromage au sujet du camembert :) représentant notre assiette en 2050, mais la part du lait reste à mon goût bien trop élevée. En fait, je la supprimerait définitivement au vu de sa toxicité pour notre corps et en profite pour vous proposer une petite Piqûre de rappel concernant le lait : lesmoutonsenrages.fr/2013/11/21/les-dangers-du-lait-pour-la-sante-intolerances-allergies-et-autres-pathologies/

    Quant aux boissons alcooliques, je suis surpris de la part qu’elles représentent sur la totalité de ce que nous ingurgitons, alors que celle des légumineuses et fruits à coque reste dérisoire …

    M.G.

    • Suffit de regarder par la vitre pour voir les hectares de vignes que nous avons en France…

      Sans parler du Houblon, de la Canne à sucre, voire des betteraves, des patates, et surtout des arbres fruitiers…

      Et de chercher les hectares de cacahuètes, et ce qu’il reste de noyers, noisetiers, néfliers, castagnes…

    • On consomme des produits laitiers en Europe depuis 2 millénaires!
      Ce qui est toxique aujourd’hui ce sont les traitements que subissent les vaches et surtout la transformation industrille.

      De plus, on ne peut pas généraliser. Chaque organisme est différent. Moi, je suis allergique grave au soja , à tous les dérivés de la noix de coco et aux amandes, hors il y en a dans tous les plats végétariens selon le dogme actuel. Je ne mange plus de produits carnés depuis des années, mais j’ai BESOIN de laitages, c’est ainsi. Et je ne suis pas seule, loin s’en faut, dans ce cas.
      Végétarien ne signifie pas végétalien.

      Les ayatollas sont partout, y compris dans nos assiettes. J’observe une dérive dogmatique inquiétante ici en France chez les pros du bio dans l’assiette.

  • pierrefronse

    La FAO avait aussi déjà produit un rapport sur la faisabilité de l’agriculture biologique à l’échelle mondiale. Belle initiative donc que celle présenté dans cet article, sauf que pour passer au biologique à assez grande échelle il faudra convaincre une Commission Européenne complètement acquise aux lobbys de la pétrochimie et des engrais. Cette Commission n’est pas élue et possède le monopole de l’initiative législative (article 17 du TUE) et ce statut est vérrouillé par l’article 48 du TUE qui impose l’unanimité des 28 pays membres pour toute modifications des articles des traités européens et donc des statuts de cette Commission. L’unanimité à 28 c’est très peu probable, voir impossible en pratique. Voir les analyses de l’UPR, présent aux prochaines élections régionales dans la totalité des régions de France (sauf Corse), et à la Réunion !

  • Planete bleu Planete bleu

    Déjà commençons par ne plus utiliser des produits qui détruit la vie et ce qui nous nourries

    La crème solaire est un poison pour les océans

    http://www.lelibrepenseur.org/la-creme-solaire-est-un-poison-pour-les-oceans/

  • Planete bleu Planete bleu

    On n’aura peut-être pas a ce soucier du futur, si sa tourne mal la semaine prochaine

    La semaine prochaine, le CERN va tenter de créer des trous noirs pour prouver l’existence d’univers parallèles!

    http://www.rtl.be/info/magazine/science-nature/la-semaine-prochaine-le-cern-va-tenter-de-creer-des-trous-noirs-pour-prouver-l-existence-d-univers-paralleles-765151.aspx

  • Il y a ça aussi dans le même ordre d’idée positive et écologique

    – Bienvenue dans l’agriculture de demain, libérée des pesticides et du pétrole, et créatrice de dizaines de milliers d’emplois

    http://tinyurl.com/ngjgyge

    Akasha.

  • vico

    sur l’image! elle sont pas bien et belle les vaches http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

    bien sur que la nature est bien plus enrichissante et productive m’en fin! bottons le cul au diable !!!! (retrousser les manches et retrouvons le bon sens nature)

    • Planete bleu Planete bleu

      Si elle sont belle ces vaches vico, sa change des noirs et blanches qu’on voit partout, sa doit être des vaches salers, j’en croisait quand j’allais en Auvergne ou alors des vaches armoricaines, elles ont la même couleur

  • bonjour

    de gré ou de force……

    sinon

    quand l’ « humain disparaîtra…. bon débarras » et celui ci y va à vitesse grand V

  • Salut les enragés, merci pour votre article. Il est clair que le retour à la raison nous fera du bien à tous.

    Je vous propose ce site qui centralise les données et informations sur la Permaculture:
    http://www.permaculteurs.com

    A bientôt et longue vie à vous!