La main d’œuvre bientôt obsolète?….

Des engins toujours plus performants, qui remplacent avantageusement l’homme. Plus de récoltes à « la main » dans les champs, (sauf pour des crûs d’exception pour le raisin), plus de bûcherons pour le bois, plus de caissiers, de pompistes, etc.. C’est le progrès… Les machines aident en soulageant pour les travaux de force, mais à long terme? On est étonné par la complexité de ces engins, et surtout par l’ingéniosité des concepteurs. Aurons nous bientôt un revenu universel, pour palier au manque d’emplois? De la plus banale à la plus sophistiquée, elles sont partout ces aides qui s’avèrent indispensables. Nous avons pas mal d’articles sur ces robots, vont ils nous remplacer? Certains diront qu’on en est loin, mais en sommes nous si loin que ça? Si vous ne trouvez pas de boulot, faites des stages pour piloter ou réparer ces monstres, c’est le métier d’avenir. Si la Terre pouvait hurler..

coffee_robot-620x412

https://www.youtube.com/watch?v=HQFvjYHsZ_w https://www.youtube.com/watch?v=3xVbsHJnFqg

Voir N°3

Voir N°4

Voir N°5

Travail de Titans pour quelques ouvriers « surveillants » la manœuvre?

 

27 commentaires

  • Mais bien sur que la main d’oeuvre est « obsolète ».

    Tout du moins dans une vision économique libérale.

    N’y a-t-il pas un superbe paradoxe à voir la productivité exploser depuis les années 50, et de voir parallèlement exploser le nombre de chômeurs ?

    La réponse est simple, il s’agit de l’utilisation croissante de la technologie pour remplacer la main d’oeuvre salariée.

    Un objet aussi anodin que vos cartes bancaires, aura contribué à faire disparaître des dizaines de milliers d’emplois, pour ne pas dire des centaines de milliers.

    L’informatisation y contribue tout autant.

    Suffit d’avoir écouté la radio ce matin, pour voir l’impact des NTIC sur l’emploi des guichetiers de la Société Générale…

  • La main d’oeuvre obsolète ???
    vous retardez de 5 ans, ce sont les « services », le tertiaire qui est menacé !!! juges médecins ingénieurs etc…

    réveillez vous …

  • Nez

    C’est pour cela qu’il faut re-réfléchir et à la place de l’homme dans la société, et à l’énergie.
    … mais à chaque fois nous avons un prétexte pour quand même nous servir de l’automate … faire une queue plus longue pour prendre un ticket, pour aller prendre de l’argent au guichet de votre banque plutôt qu’au distributeur est une vraie démarche que peu de personnes qui ont le choix font …mais petit à petit chacun comprend …

  • engel

    Ah ce besoin de tout faucher, de tout débroussailler!
    A ce niveau là, c’est compulsif et surtout con!

    …Vivement le pétrole à plus de 300 euros/baril.

  • Trollzilla Trollzilla

    ‘Lut,
    Ce qui me sidère c’est que plus grand monde n’est prêt (ou capable…) de réparer ou de comprendre quoi que ce soit ; société de ***sommation = perte de savoir & connaissance + assistanat à outrance.
    De là découle la déresponsabilisation foyer de notre inculture volontaire.

    Et oui il y a de grosses différences et pas que sémantiques entres un travail et un métier.
    Le second demande bien souvent un long apprentissage et c’est là où le bât blesse.
    Nous ne sommes que des apprentis en tout domaines, quid de la maîtrise ? Une vanité ou un synonyme affable d’incompétence en tout sauf, peut-être, dans un seul domaine ?

    Le corollaire étant certaines « lois » propres au troupeau de gnou…

    http://tavier.free.fr/serveur/divers/loi/loi.htm

  • firebird2

    Cette vidéo dit tout je trouve
    https://mrmondialisation.org/quand-les-humains-n-auront-plus-besoin-de-postuler/

    Et la seule solution que je vois pour le moment est le revenu de base ou salaire à vie

    • Philippe30

      Hélas la solution déjà appliquée de la guerre permet de diminuer la population.

      Reconstruire ce qui a été détruit , pour certains pays annulés leurs dettes et pour les autres devenir des pays encore plus esclaves des vainqueurs.

      Les USA n’ont jamais autant gagné autant d’argent que durant les 2 guerres mondiales ……

      Philippe

      • firebird2

        Oui c’est possible qu’ils nous la refasse encore celle là.
        Après je suis papa depuis 4 mois, donc je vais tout faire (avec mes maigres possibilité) pour l’éviter

  • GROS

    Il ne faut pas perdre du vue la raison pour laquelle on met en place des robots, automatismes, et autres mécanisations : rendre les tâches humainement moins pénibles, et améliorer le quotidien. Dès lors, je me moque bien que les robots prennent mon emploi, tant que cela ne conduit pas à perdre mes revenus.

    Car c’est là le point : l’homme n’a pas besoin de travail, il a besoin de revenus. Or, notre système économique fonctionne de telle façon que le travail est principalement le critère de répartition des « richesses » (monétairement parlant) entre les personnes.
    Tout le monde ne peut pas faire de grandes études, n’a pas les capacités physiques ou intellectuelles de faire les métiers spécifiques et pointus dans lesquels les robots n’ont pas encore trouvé leur place. De ce fait, cela conduit à des inégalités toujours plus grandes, pour ne pas dire une séparation de plus en plus marquée entre d’un côté des personnes vivant à l’aise et de l’autre les miséreux. C’est face à ce constat que l’idée de l’instauration d’un revenu minimum forfaitaire pour tous permettant de vivre décemment prend son sens.

    J’entends d’ici certaines personnes hurler au communisme, et à l’assistanat d’une société rendue paresseuse. Mais qu’importe les étendards et les épouvantails dressés contre cette idée, et les mauvais procès d’intention : il faudra bien un jour accepter que la « valeur travail », qui avait du sens au temps d’une société en développement qui avait besoin de sueur et d’huile de coude, n’en est plus une aujourd’hui. Tout simplement car elle n’est plus adaptée à une société développée, industrialisée, automatisée : quel bonheur d’avoir de l’eau potable au robinet et de ne pas avoir à aller chercher l’eau à une fontaine et la filtrer ; quel bonheur d’avoir de la lumière et du chauffage en appuyant sur un bouton et de ne pas avoir à aller abattre des arbres et faire sécher le bois ; quel bonheur de se déplacer en voiture et de ne pas avoir à entretenir, soigner, et nourrir des chevaux. Ce ne sont que quelques exemples, mais on ne se rend plus compte de la chance que nous avons et on persévère à vouloir toujours plus, toujours plus vite… au détriment des plus fragiles, des ressources, et de l’environnement.

    Soit l’humanité prendra conscience que la « valeur bien-être » doit primer sur le reste et adaptera son système économique en conséquence, soit elle s’embourbera dans son système actuel et en crèvera (volonté de croissance, dettes, consommation à outrance, menant à inégalités et insécurité, destruction de l’environnement et des ressources).

    Hélas, j’ai bien peur que l’humanité ne fera jamais preuve d’une telle présence d’esprit. L’égo et la cupidité de nos dirigeants nous le montre chaque jour… :-(

    • Maigre

      oops….. :S tu es malade mon GROS lapin ??
      Qu’es ce qu’il t’arrive ?

    • AntOne

      Tout à fait, l’ajjout de robot, et une evolution »sans doute dangeureuse ».
      Meme sans l’ajjout de Robot, nous avons pu voir a differentes époques que chaque sociétes evoluées de façon quasis continue, mais par cycle.
      La suppression des agriculteurs au detriment de l’usine, l’ouvrier au detriment de l’employé terciaire ect ect.

      A mes yeux egalement il existe une frontiere entre evolution progressiste qui peut etre perverse et une evolution perverse qui n’est rarement progressiste.

      Bref bon commentaire du type que tout le monde appel un troll.
      Oh mais alors c’est un discourt de troll, vu que j’en suis 1 egalement.

    • Le veilleur

      Gros je suis d’accord avec toi, le minimum vital nous suffit, pas besoin de la dernière voiture, du dernier canapé en cuir, télé, iPod, ou Massey Ferguson… pour être heureux. Le bonheur ne se trouve pas dans l’accumulation de bien matériel, notre planète souffre déjà assez de surconsommation.

      Par contre un revenu de base décent pour tous (est non le RSA qui ne suffit pas a vivre décemment) afin de pouvoir acheter le minimum vital et se loger va devenir dans l’avenir de plus en plus évident car nous sommes de plus en plus nombreux et les machines nous ont déjà remplacées.

      Ma mère me disait qu’à son époque, vous pouviez quitter votre emploi pour en retrouver un autre le lendemain. Aujourd’hui vous avez 20 personnes qui attentent des mois sur une seule annonce d’emploi. Ce n’est pas normal d’être dans une société qui ne crée pas d’emploi, dans ces cas-là, il est légitime que notre gouverne-ments ne laisse pas sa population sans un revenu approprié à sa survie.

      De plus, vouloir faire entrer des migrant sous prétexte qu’il vont travailler pour 5 euros de l’heures afin de sauver les entreprises qui veulent délocaliser est un suicide collectif cousue d’avance.

      Je pense que tant qu’il y aura des gens pour occuper le peu d’emploi qu’il nous reste, ils ne donneront pas de revenu de base pour ne pas décourager ce peu de travailleur. Donc pour moi dans l’avenir, les inégalités, la misère et le tôt de chômage vont s’accroitre encore inévitablement.

      • AntOne

        Tout à fait le veilleur.
        Le probleme ne vient pas des robots, mais de la société et des oligarques qui ont depuis longtemps refusés le role que leurs richesses leurs donnent.

        Les robots c’est le progres.
        Ce n’est pas l’automatisation du marché du travail qu’il faut critiquer.
        Mais le manque d’investissement des puissants, sur le marché de la reconvertion professionnelle.

      • Arnaud M

        On en revient à Marx : pas de problèmes si les robots (le moyen de production) appartiennent à la communauté et que le produit de leur travail revienne à cette même communauté.

        Reste le problème de l’énergie pour faire fonctionner les robots, tant qu’on sera dans ce système on ne pourra bénéficier de l’énergie libre (trop dangereux avec les psychopathes au pouvoir).

      • AntOne

        +1 arnaud, merci d’etre plus précis que moi ;)

      • Nous retombons sur la sempiternelle question de la répartition de la plus-value créé par l’association du Capital et du Travail.
        Le Travail étant devenu mécanisé, robotisé, informatisé,…, il n’a que de moins en moins besoin de la main d’oeuvre salariée dans nos sociétés occidentales.

        Alors que la productivité, et donc la production de richesses, n’a cessé de croitre.

        Le Capital et la Finance en font leurs choux gras, pendant que le prolétariat salarié se paupérise, court à la recherche d’emplois de plus en plus précaires, de moins en moins payés, et en étant culpabilisé, pour ne pas dire accusé d’être responsable.

        Notre société produit bien assez de richesses pour subvenir aux besoins de toutes et tous.

        Mais ce ne sont pas les Citoyens et Citoyens qui en ont le contrôle et la disposition, puisque nous n’avons pas le pouvoir, et que celui ci est entre les mains des oligarques à la solde du Capital et des Banksters&Co.

        CQFD

    • Mars Makers

      Entièrement d’accord avec cette analyse, et surtout l’idée de ce type de revenu, jumelé à une valorisation de la valeur du travail, qui, du point de vue économique, ne vaut plus grand chose. La robotisation permet ce rééquilibrage, dégageant ceux qui ne souhaite pas avoir une activité économique de la nécessité de le faire.
      Un tel système économique risque tout de même de créer une fracture éducative entre ceux qui souhaitent travailler, souvent en hyper spécialistes, et ceux qui ne le souhaitent pas.
      Aux vues de l’actuel rétrécissement de la maîtrise du langage, donc de la pensée, la confusion entre savoir et connaissance, entre opinion et idée, qu’il devient complexe de les expliquer, alors que cela relève au tout au plus d’un Brevet des Collèges… Il ne faudrait pas succomber à nos créations robotiques !

      • rouletabille rouletabille

        C’est pas la MO qui est obsolète,c’est l’exploitation qu’on en fait .
        Au lieu de répartir le travail qui reste entre les gens,genre 4 à 5 Heures de travail par jour (la production via robots C’EST 1000 X la production d’il y a 100 ANS)
        Plus de chaumage ,..
        NON
        On Presse les travailleurs à travailler + (en les payants MOINS) et ainsi on créent des Chômeurs idiots qui cherchent du travail alors qu’il n’y en à plus.
        hahahahahahaahah

        Ou sont les cons ???
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    • engel

      Pour une fois, je suis entièrement d’accord avec ton analyse et ta conclusion.
      Oui que le progrés MAÎTRISÉ et PARTAGÉ est bon.

      Mais quel dommage que la psyché humaine patine face cette (r)évolution d’une incroyable vélocité.
      Et c’est là le terrible danger. En ce moment, la science va trop vite pour que l’homme puisse l’intégrer harmonieusement dans sa destinée civilisationnelle.

      En somme, nous avons d’un coté:
      « Une masse humaine désuète en recherche de nouvel idéal pour lutter contre sa propre obsolescence »
      Et de l’autre:
      « Une élite ayant intégrée la pléthorique inutilité de l’espèce « bipédique carbonée ».

      Il est évident que nous sommes à un tournant de notre humanité.
      Espérons que pour la première fois de notre histoire nous fassions preuve de sagesse.

      • Nevenoe Nevenoe

        Le raisonnement de Gros se tient et est assez logique.
        Après la mise en application c’est autre chose.

        La main d’œuvre est de plus en plus obsolète et au final nous n’aurons plus besoin que de individus capables d’inventer, d’imaginer et de concevoir, la partie main d’œuvre étant réduite à sa plus simple expression.
        A ce moment là, et c’est déjà ce vers quoi nous tendons, nous aurons une minorité de personnes « utiles » et une majorité de « poids morts », de « boulets » qui vivront de minimas sociaux, autant le dire honnêtement de charité.

        C’est là que la Georgia Guide Stone peut s’avérer prophétique « Maintenez l’humanité en dessous de 500 000 000 d’individus en perpétuel équilibre avec la nature »

      • engel

        Oui c’est LE danger.

        ..Vu qu' »ils » n’ont jamais historiquement hésité à sacrifier des centaines de millions de vie, afin d’assurer la continuité prospère de leurs lignées.

        La bonne question:
        -Se « tassement démographique » va-t’il se faire progressivement et en douceur, ou brusquement et en violence extrême?

  • socoa

    Le revenu de base est viable, et il permet la suppression des centaines d’allocations divers et variés,les milliards de ses administrations; il est libérateur et ouvre les portes d’une nouvelle société plus égalitaire et surtout plus centré sur l’épanouissement de chacun. Ceux qui qualifient d’utopique cette véritable révolution sont très loin d’en connaitre les vertus. Avant que Benji nous ponde un sujet spécifique sur le revenu de base, je vous invite à visionner ce doc:
    http://www.youtube.com/watch?v=9bjY0h7au80
    C’est possible, c’est parfaitement « bancable », ça tien la route sous tous ses aspects économiques et sociétales, c’est juste trop égalitaire pour l’état profond.
    Les expériences menées en Afrique sont concluantes, un pays nordique s’y essaie depuis peu. Les Suisses n’en n’ont pas voulu récemment mais au moins ils ont ouvert le débat.
    C’est une solution intelligente à la disparition du travail.
    Faites circuler…