Le parlement européen a adopté l’enseignement obligatoire de l’éducation sexuelle et de la théorie du genre dès l’école primaire

Théorie du genre« Des mesures d’égalité des sexes doivent s’appliquer à tous les niveaux du système éducatif, y compris dans les programmes et la formation des enseignants, de manière à mettre fin aux stéréotypes liés au genre ». Voilà donc ce qu’indique le communiqué de presse du parlement européen. Et après, on nous assure que la théorie du genre, ça n’existe pas. Vous trouverez l’intégralité du rapport Rodrigues ici et notamment le passage illustré plus haut qui confirme la volonté de rendre obligatoire l’éducation sexuelle auprès de nos enfants et ce dès 6 ans. Pour ceux qui pensaient que le projet était enterré, détrompez-vous. Il est plus que jamais en bonne voie alors que la population française n’est absolument pas au courant.

Les médias de masse vont-ils encore nous dire que c’est une rumeur complotiste ? Enfin, cette fois-ci, ils ont fait encore plus fort: Ils n’en parlent pas du tout, c’est plus simple d’esquiver le sujet, c’est sûr. Le rapport a été adopté il y a 15 jours pourtant mais aucun média français n’a cru bon de publier un article. Je vous invite au passage a (re)découvrir le document édifiant évoquant les « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe » du bureau régional pour l’Europe et notamment la matrice de la page 38 du document. Si c’est cela que veut mettre en place l’Europe comme éducation sexuelle pour les enfants, ça promet. Fawkes
——–

Rapport Rodrigues : l’idéologie du genre au Parlement européen ?

Le Parlement européen a adopté, le mercredi 9 septembre 2015, le Rapport Rodrigues par 408 votes pour, 236 contre et 40 abstentions.

Intitulée « Emancipation des jeunes filles par l’éducation dans l’Union européenne », la résolution élaborée par la députée européenne portugaise, Liliana Rodrigues, avait été, dans un premier temps, adoptée le 16 juin dernier par la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres au Parlement européen (FEMM).


Ce rapport « vise à assurer l’égalité et l’autonomisation des filles par l’éducation, à se conformer à la Convention d’Istanbul en tant qu’outil pour prévenir la discrimination entre les sexes, à créer une culture de l’école basée sur l’égalité des sexes, à superviser de façon critique les programmes et le matériel d’enseignement, à assurer l’égalité des sexes en ce qui concerne les décisions personnelles et professionnelles et à améliorer le pourcentage de femmes dans les postes à responsabilité et de cadres supérieurs » a déclaré Liliana Rodrigues.

La résolution préconise des mesures d’égalité des sexes qui devraient s’appliquer à tous les niveaux du système éducatif, y compris dans les programmes et la formation des enseignants, de manière à mettre fin aux stéréotypes liés au genre.

Le communiqué de presse du Parlement explicite la finalité du rapport Rodrigues :  « L’éducation aux questions d’égalité des sexes devrait faire partie des programmes scolaires et les matériels didactiques ne devraient pas contenir de contenus discriminatoires, stéréotypés ou sexistes, estiment les députés. Pour promouvoir une éducation sans stéréotypes, les enseignants devraient recevoir une formation sur l’égalité et les programmes et du matériel éducatifs devraient être revus de manière critique. De plus, les États membres pourraient envisager de rendre obligatoire une éducation adaptée à l’âge sur la sexualité et les relations dans tous les programmes de l’école primaire et secondaire. (…). Et pour lutter contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, les députés demandent à la Commission de soutenir l’inclusion d’informations objectives concernant les questions LGBTI dans les programmes scolaires ».

Souhaitant peser sur le contenu de l’éducation et « éduquer les parents », ce rapport, qui contient de nombreuses références à l’idéologie du genre, avait suscité de vives polémiques. Pour en dénoncer les risques, une pétition à l’attention de la présidence du Parlement européen et de la Commission européenne a été signée par plus de 160 000 personnes.

Source: Alliance Vit

La commission des droits de la femme du Parlement européen a adopté le rapport Rodrigues sur l’idéologie du genre et l’éducation

La commission des droits de la femme et de l’égalité des genres du Parlement européen (FEMM) a adopté à la mi-juin, par 21 votes pour et 9 contre, le rapport de l’eurodéputée espagnole Liliana Rodrigues sur l’émancipation des jeunes filles par l’éducation dans l’Union européenne. Le rapport contient de nombreuses références à l’idéologie du genre. La discussion de plusieurs centaines d’amendements a modifié le texte mais l’ensemble reste un document dictatorial qui cherche à définir ce qui sera enseigné à toutes les jeunes filles au sein de l’Union européenne. Il sera soumis au vote en séance plénière au Parlement européen.

L’idée fondamentale du rapport est qu’il faut en finir avec les « stéréotypes de genre » afin de permettre aux jeunes filles d’accéder à tous les métiers, et d’en finir aussi avec toutes les « discriminations » dont les femmes sont victimes : prédominance dans les professions « subalternes » et les métiers moins bien payés. Pour cela il faut peser sur le contenu de l’éducation, mais aussi « éduquer » les parents. Le rapport va jusqu’à préconiser un système de quotas, fût-il transitoire, pour obliger les hommes à travailler dans le domaine des soins. Y compris et surtout dans le domaine de la petite enfance.

Le rapport Rodriguez considère que « seuls les États ont la capacité d’assurer l’enseignement universel, obligatoire et gratuit, condition essentielle pour garantir l’égalité des chances entre les hommes et les femmes », ce qui est une charge à peine voilée contre toute liberté dans l’éducation et constitue une spoliation évidente des droits des parents.

Le rapport Rodrigues sacralise l’idéologie du genre

Tout au long du rapport, et notamment dans ses « considérants », il est question de la notion de « genre » comme d’un « construit social » lié à de nombreux facteurs comme la classe sociale, la culture, la sexualité : cela crée des « injustices » d’autant plus que « l’école contribue à la reproduction des représentations sociales liées au genre », comme le dit le rapport de travail.

Pour lutter contre toutes ces « injustices », le rapport adopté à une large majorité par la commission des droits des femmes veut peser sur les contenus des enseignements tout au long de la scolarité dans les pays de l’UE : pour cela, il faut des « centres de recherche pédagogique » sous la houlette d’« organismes créés par l’Union européenne », des études politiques pour assurer que toute loi future respecte « l’égalité de genre ». Tout cela devra être appuyé par la formation initiale et continue des enseignants, transformes en fidèles petits soldats de la lutte pour l’égalité de genre…

Quant aux responsables d’écoles, ils auront le devoir d’éplucher les manuels et le matériel pédagogique existants pour y traquer les « stéréotypes et préjugés sexistes ». Il faudra, pour être bons citoyens européens, y inclure la « perspective de genre » et « l’égalité de genre » ?

La commission des droits de la femme du Parlement européen adopte le rapport Rodrigues

Ils seront également encouragés « à lutter contre le sexisme présent dans la littérature, le cinéma, la musique, les jeux et d’autres domaines qui contribuent de manière radicale à changer les attitudes, le comportement et l’identité des garçons et des filles ». Et tant pis si les garçons n’ont pas envie de jouer à l’élastique !

En réalité, c’est toute l’éducation qui est à prendre en mains – par l’Etat ! – dans cette perspective : le rapport Rodrigues « réclame la promotion d’une approche holistique de l’éducation formelle et informelle dans les écoles, une approche sensible à l’inclusion des droits de l’homme, de la dignité humaine, de l’égalité des genres et du développement de l’estime de soi, en encourageant les filles et les femmes à prendre des décisions en toute connaissance de cause, tant au niveau personnel que professionnel ». L’école doit se garder de se cantonner à l’instruction : elle doit éduquer, et en l’occurrence modifier, toute la personne humaine.

Article en intégralité+vidéo sur Fawkes-News

 

21 commentaires

  • azteck

    Ton père à dit non ton grand père à dit non si tu dit oui tu est traitre comme les politiques que tu adoube de part ton compartemant.
    :)

  • Big brother Big brother

    Le but de ces mesures abjectes est avant tout spirituel, car en effet, tout l’objet principal est de détruire la part d’innocence de manière la plus précoce possible.

    C’est aussi la concrétisation de tout ce que préconisais Aleister crowley pour « l’éducation » (dépravation) des jeunes enfants.

    Et avant lui, d’autres occultistes tels que Jacob Franck par exemple…

    Libre à chacun de se bercer d’illusions en niant que la spiritualité a une raison d’être, mais force est de constater que l’élite dirigeante impose désormais franchement la sienne.

    Leur fin sera selon leurs œuvres. (Et il me tarde !)

  • Gorditus

    Pour en savoir plus sur ce texte, http://www.medias-droit-bonmenage.fr
    Des extraits de cette résolution du Parlement européen notamment….
    Bonne lecture

  • Plus con qu’un européen, il en faut deux, vous êtes tellement vendus aux américains de mede

  • Mata Hari Mata Hari

     » Eduquer les parents ?  » qu’ils s’éduquent eux d’abord, ces crapauds baveux, infectes et malfaisants dans tous les sens du terme. Le respect d’autrui ne les étouffe pas et le savoir-vivre de base non plus ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
    Depuis que le monde est monde, la vie sexuelle se fait naturellement au fil de la vie, on a pas besoin de ces taupes pour nous apprendre à faire ce qui ne s’apprend pas, mais qui se fait spontanément et le plus naturellement du monde.
    De quel droit ils veulent s’occuper de nos enfants, je leur refuse ce droit, et d’ailleurs je refuse tout d’eux, qu’ils s’occupent de leur propres enfants !

    Education d’état = comme pour la jeunesse hitlérienne

  • blablablietblabla

    bjr , commentaires pathétique , c’est à croire que ***** ont détint sur les européens .
    cool vous pourriez traitez de pd et de gouines les gens qui vous ressemblent pas , vous dénoncez à longueur d’articles les travers de la société comme quoi vous etes en marge .
    ne vous en déplaise une société est faites de genre homo trans trav c’est comme ça , allez dans une cour de récré et vous verrez ce que vous entendrez , un mineur de 1945 n’est plus un mineur (ou un enfant) de 2015 vous n’etes pas mieux que ******** , **********************************

    **MODERATION**
    Tu as le droit de contester les commentaires,
    mais pas d’insulter les autres communautés..

    • verisheep

      C’est bien, ta tolérance vis à vis des musulmans est touchante.
      Merci pour cette leçon de bien-pensance niaise qui prouve que le travail de sape de la pensée porte ses fruits.

      « Homos », « trans » et « trav » seraient donc des genres?
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      Les hermaphrodites, pourquoi pas, mais les travelos déguisés et les mutilés volontaires, pour moi ça rentrerait plutôt dans la catégorie « trouble de l’identité sexuelle » (au mieux).
      Au passage, pourquoi y associer l’homosexualité qui n’a rien à voir avec une remise en cause du genre?

      Si je me déguise en chien, ou si je me fais greffer des gencives de porc, je deviens donc « transpèce », créant de fait une nouvelle espèce animale?

      Pourquoi pas, en fait j’ai toujours été mi-chien mi-cochon dans un corps d’humain, j’en souffre énormément! Mais le problème ne vient pas de moi, c’est la société qu’elle est pas tolérante…

      • Alors je vais vraiment pouvoir être un bélier ? ! ….
        Cool cool …

      • voltigeur voltigeur

        Qu’on laisse les enfants vivre leur enfance,
        ils ont bien le temps de s’intéresser aux « anomalies »
        qu’elles soient sexuelles ou autres.
        C’est bien d’une manipulation qu’il est question là!
        Formater de jeunes esprits non construits, pour en faire
        quoi? :(

      • soubiemyriam

        Merci. Mouahah qu’elle marade.
        On peut aussi admettre zoophilie pédophilie polygamie dans l’éducation sexuel. Histoire que tout le monde soit égaux et considéré normaux…

        Nn mais sérieux à 6 ans le bourré le crâne avec le sexe???

        À Villefontaine qui se souvient la matière qu’enseignant le directeur pour profiter violer des enfants de 6 ans en pleine classe??

        et au faite le programme du genre est déjà là depuis deux ans. L’année dernière l’école à essayé de trainer mon fils à une représentation nommé garçonne et sans donner le nom du spectacle…

        Tout en sous marin.

      • verisheep

        Polygamie? Pourquoi pas… (c’est mon côté « cochon » qui parle, le chien est fidèle, lui!)

      • voltigeur voltigeur

        Faire du monde un gigantesque lupanar, où
        tout est permis, avec la tolérance affichée,
        pour ce qui devrait rester intime et choisi.
        Certaines orientations sont peut être une erreur de la nature,
        mais d’autres sont plus proches de la perversion, que
        d’un mode de vie librement consenti. :(

      • verisheep

        Je suis d’accord avec toi, il est inopportun d’en faire la promotion aux gamins…

        Mais que chacun puisse baiser avec qui il veut ne me choque pas (pour éviter les incompréhensions, précisons que je parle uniquement d’humains adultes et vivants); que certains ou certaines aient plusieurs partenaires, des partenaires du même sexe ou des pratiques exotiques, si les intéressés sont d’accord je n’y vois aucun problème.

      • voltigeur voltigeur

        C’est bien ce que je pense, tout est possible
        si c’est entre adultes conscients et librement consentants. :)

      • endoctrinement …
        dans 20 ans tout le monde trouvera ça normal et ceux qui seront pas d’accord seront « bizarres » …
        ok avec verysheep et Volti …

      • soubiemyriam

        Oui c’est l’enseignement de ceci à nos enfants que je trouve intolérable.

      • Je suis bien de votre avis aussi, je me suis battue des mois pour ouvrir les yeux aux personnes qui étaient totalement conditionnée par la propagande Gender, et qui rejetait le « genre »

        Le problème ici, c’est qu’il ne s’agit pas de « gentil petit cours’ organisé par des professionnels de la pédagogie, mais de propagandiste issus des organismes ABCD et LGBD qui sont directement issus de la culture queer..Ils sont inspiré par exemple par Simone de Beauvoir et son « On ne naît pas femme mais on le devient.» C’est John Money le père du genre, un homme glauque et malsain au possible..Je ne suis pourtant pas une femme qui a froid au yeux, et j’aime le sexe..Mais ici on parle bien d’enfants dont leur orientation sexuelle n’est pas encore faite, et ils sont d’ailleurs encore trop petit pour y penser, Et leur donner des cours orienté ne me parait pas très sain.

        on est donc bien au delà de la simple acceptation et tolérance de l’homosexualité ou ma foi, je n’ai évidemment rien contre. Mais ce qui ne me plait pas, c’est cette politique a imposer une culture gay, qui ne peut être présenté aux plus petit…Ce sera à eu plus tard à s’y intéresser…ou pas. Car là on est dans une influence sur leur libre arbitre, à des enfants ou leur choix et orientation sexuelle, n’est absolument pas à l’ordre du jour…):

        Voyez où on en est :
        https://chrhc.revues.org/943

        « Les « études de genre », terme traduit de l’anglais gender studies, ne sont pas récentes. Explorées par la fameuse universitaire américaine Judith Butler dans les années 70, elles naissent sous la plume et le bistouri d’un sexologue et psychologue néo-zélandais, John Money. C’est lui qui, en 1955, définit le genre comme la conduite sexuelle qu’on choisira d’habiter, hors de notre réalité corporelle.(…) »

        Extrais de : http://tinyurl.com/obasptd

        Akasha.

  • Et si on ne trouve pas ces pratiques normales on devient un réac= un ringard= un facho= un nazi, point.
    C’est ce qu’on appelle museler l’adversité.
    Les gauchos bobos sont passés maîtres dans cet  » art « .

  • Liloup

    En ce qui concerne les droits de la femme, cette loi semble plutôt normale, quoique il n’y aurait pas lieu de faire une loi si les gens n’étaient pas si stupides et archaïques, une masse non négligeable basant encore les notions de pouvoir et de droit sur la force physique, mais aussi sur la puissance financière des individus (les deux sont à considérer), qui prévalent sur las qualités humaines et l’intelligence.

    Chez un enfant éduqué normalement, la compréhension se fait naturellement, à son rythme. L’essentiel est qu’il ait de bons exemples autour de lui…

    À mon avis l’éducation, dans la plupart des cas, ce serait plutôt les parents qui devraient la recevoir, ces parents qui les premiers devraient éduquer leurs enfants, répondre à leurs attentes et à leurs questions. Si on ne sait même pas faire ça, ce n’est pas la peine d’être parent…
    Mais il y a trop de diversité dans chaque enfant, chaque famille; ça ne sert à rien de mettre tout le monde dans le même sac, ce que l’Éducation nationale a tendance à faire depuis des décennies. Ils pataugent depuis des années, pondant des lois qui ne résoudront rien, car les gens n’évoluent pas très vite, parfois même, régressent…

    Tout cela est du bla bla, donc, inutile de paniquer…Et il y a quand même parmi les éducateurs, les professeurs des gens qui réfléchissent, non ?

    Il faut respecter l’enfant, sa compréhension de la vie se fait de manière naturelle, alors, l’aider sans le prendre pour un débile, ni le bassiner avec des sujets qu’il n’est pas prêt à entendre, à l’âge où certains prennent encore le biberon.
    En revanche, s’il est prêt et qu’il y a un désir de connaître, on peut l’initier très tôt aux lettres, aux chiffres, à la musique ou art en général, à sa culture, quoi, et il n’y a pas d’âge pour commencer, cela peut se faire bien avant l’école.

    Il est vrai que des rapports que j’ai lus, je ne sais pas s’ils sont officiels, pondus par des européistes tordus payés au mot, qui concernent l’éducation des 0/4 ans notamment, est assez farfelu, mais ne peut être appliqué sans qu’il n’y ait d’erreurs d’interprétations chez les enfants comme chez certains parents…On fait confiance aux profs pour ne pas prendre tous les écrits à la lettre et ne pas chavirer.
    On parle beaucoup de sexe. Dans le texte cité en lien, page 38, un truc loufoque où on a l’impression que tout est uniquement sexuel. Le mot sexualité est employé à toutes les sauces, alors que ce n’est pas ça qu’on a fait voter, c’est l’éducation de TOUS pour ce qui concerne les droits de la femme…Mais ceci, je le répète, est du blabla…
    Le chantier est trop vaste de vouloir établir l’égalité des sexes dans le monde, puis l’égalité des droits entre citoyens, sexe mis à part, qui elle aussi, est très importante…

    Mais cela durera aussi longtemps qu’il y aura des guerres, aussi longtemps qu’on vendra et fabriquera des armes de guerre…

    Agir localement, expliquer, instruire, essayons…Mais ne nous y prenons pas comme des manches..!
    Puis pour passer un message, il faudrait avoir de bons médias…Ce n’est pas gagné..!

    On en revient toujours à la même conclusion : le fléau à combattre, c’est la connerie !

    • Nevenoe Nevenoe

      Qu’est ce que tu entends par « éduqué normalement » et « bons exemples  » ?
      C’est quoi les « droits des femmes » , de quelles femmes ? de quels pays ? de quelles cultures ? de quelles religions ?
      Tu fais appel à un tas de concepts qui semblent aller de sois, comme si toute l’humanité avait le même mode de pensée et les mêmes références morales et culturelles ?

      Il faut sortir un peu, parcourir le monde et discuter avec les gens de cultures différentes de la tienne.

      Putain et c’est moi le facho !!!

      Du coup Facho ce n’est plus une insulte mais un compliment : fier d’être un facho parce que je pense que c’est nous qui avons compris l’humanité dans ses différences et ses spécificités et que nous les acceptons, les défendons et les aimons telles qu’elles sont

      • Liloup

        Je vous aurais traité de facho, moi ?
        Où ça ? Alors que je ne vous ai jamais parlé et que je ne vous connais pas !

        Je ne devrais même pas vous répondre, mais « éduquer ses enfants normalement », ça commence par les aimer, donc les respecter, répondre à leurs questions, les écouter, les éduquer du mieux possible, garder son calme et leur éviter toute forme de violence physique ou morale.

        Les droits de la femme, que j’associe aux droits d’égalité en général, si vous ne reconnaissez même pas de quoi il s’agit, tant pis pour vous, vous ne comprendrez jamais.
        Et le respect des individus, quelles que soient leurs conditions et leurs origines, qu’en pensez-vous ?

        Il va de soi que je reconnais la diversité et la différence de coutumes et de comportements propres à des individus ou à des groupes.
        Je le dis d’ailleurs dans mon commentaire : « Mais il y a trop de diversité dans chaque enfant, chaque famille; ça ne sert à rien de mettre tout le monde dans le même sac »…
        Ceci dit, il y a des limites à ne pas dépasser, notamment en ce qui concerne la violence…
        Alors, j’ignore ce que vous avez compris.

        Et vous, que pensez-vous donc ? Que comprenez-vous de cette loi ? Pensez-vous qu’elle soit utile, néfaste, voire dangereuse ?

        Car le problème est là : je ne suis pas sûre que tout le monde comprenne la même chose.
        Moi, je m’exprime. du moins, j’essaie de le faire au mieux, vous pouvez également le faire !