30 ans déjà: l’appel à créer une petite cantine gratuite à Paris par un simple clown…

C’est l’histoire d’un mec qui, il y a 30 ans, a lancé une idée comme ça, un peu folle, de créer une cantine gratuite pour les pauvres et les chômeurs qui avaient faim. Avec de la bonne volonté, un simple comique qui savait principalement faire rire nous a montré qu’il savait également pleurer sur ceux qui n’ont rien, ou si peu. À lui tout seul, il a fait bien plus que l’ensemble des politiciens, bobos et bien-pensants dans leur ensemble. C’est le 26 Septembre 1985 que Coluche lançait l’idée des « Restos du coeur », et quel parcours depuis…

5839439199_d9f45e9378_bSource de l’image: Flicker

Depuis leur création, les Restos du coeur ont distribué 30 millions de repas, se sont développé, n’ont jamais cessé d’aider et de conjuguer à tous les temps le mot « Solidarité ». Il y a des anniversaires comme ça qui ne devraient pas être oubliés, ainsi que des mecs qui doivent être remerciés chaque jour qui passe…

Ce qui rend les Restos aussi exceptionnels, c’est que c’est l’une des rares associations (si ce n’est la seule) dont les comptes sont totalement transparents, d’autres devraient s’en inspirer. Quant à l’ensemble des politiciens, bobos et bien-pensants, combien ont réellement fait une avancée dans le domaine pour améliorer les choses?

Y’a pas à dire, il me manque ce mec-là…

8 commentaires

  • soubiemyriam

    Salut.

    Ouai le croque mort l’a amené à travers ciel au paradis éternel… il a intérêt …

    Joyeux anniv aux restos du cœur…

  • C’était juste pour un an ou deux je crois. Belle réussite pour lui, mais quelle tristesse que cela dure depuis si longtemps ! Et les restos ne vont pas fermer de sitôt.
    Merci à tous ceux et celles qui s’en occupent.

  • Sans cet « accident » …curieuse cette manie des gens gênants de décéder jeunes …

  • Mars Makers

    Pour ma génération (45/50 ans), « c’est l’histoire d’un mec » qui a été d’une importance incommensurable.
    Il est le seul a avoir réussi l’alchimie du message engagé par le rire.
    Il a réussi, en avant-garde, à porter une parole qui décryptait notre société, notre monde, nos travers et les possibles dérives, en un regard acéré, drôle et toujours juste.
    Toujours dans l’actualité, plus que jamais même, il a laissé orpheline toute une génération.
    Un petit documentaire plutôt pas mal fait explore cette personnalité hors du commun.

    Sa mort reste un grand mystère, tant du point de vue des circonstances factuelles, que de son projet fou de faire « Les boulots du cœur », sur le modèle des restos. Pour bien connaître Opio, ville tristement célèbre derrière Cannes, et cette route plus particulièrement, il est totalement évident que la version officielle ne tient pas trois minutes. Le documentaire d’ailleurs en retire les éléments importants.
    Penser que son activité politique serait à l’origine de cet « accident » me parait beaucoup moins évident que ces fameux « Boulots du cœur », qui pour le coup auraient été une sorte de marché parallèle et officiel du travail, chose inacceptable pour nos politiques, car hors charges, et hors de contrôle de nos dirigeants… Je vous en laisse juges.

    Pour conclure, il aura été la seule personnalité publique dont la mort m’a réellement bouleversé. J’avais 15 ans, et ce fut là les dernières larmes que je versais pour quelqu’un. Il aura été un libérateur de conscience, un empêcheur de tourner en rond, un visionnaire, et doté d’un immense cœur.

    Nous, qui nous sommes ici autoproclamés ironiquement les « moutons enragés », lui avait eu l’idée géniale de rassembler les esprits rebelles et libres sous le terme d' »enfoiré ».
    Pas ceux qui vendent des disques immondes et fabriquent artificiellement leurs carrières sur son héritage à coup de charity-business, non, mais juste une bande qui, à l’origine, et dans le même esprit que ce site, rassemblait celles et ceux qui avaient bien compris ce que cela voulait dire. En ces temps, ce terme parait désuet et gentil mais à l’époque il dérangeait et donnait des démangeaisons aux culs bénis de tout bord… Comme si aujourd’hui, s’il était encore là, il nous aurait appelé à rejoindre sa bande de « Gros Connards ».

    Tu nous manques enfoiré !

    CeD des Mars Makers

    • Mata Hari Mata Hari

      J’ai été bénéficiaire des Restos pendant  » de trop  » nombreuses années, mais je n’avais pas le choix. Et à une époque, tout en étant bénéficiaire j’ai été aussi bénévole pendant 8 ans et j’étais mieux à même de me mettre à la place des  » sans-dents http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif ,selon la formule consacrée, car j’étais dans la même situation qu’eux ! « . Et j’ai fait le constat au fil des années que l’ambiance chaleureuse et compassionnelle du début à laissé place à une forme d’autoritarisme hiérarchique qui ne me convenait pas du tout !
      Ceci dit je garde un très bon souvenir de certains bénévoles, car pour la majorité ils étaient adorables et surtout sincères !
      Je reposte mon poème que j’avais écrit en hommage à Coluche et aux enfoirés.
      —————-
      LES NAUFRAGES DE LA VIE

      Eh ! Bonjour ma poule.
      Aujourd’hui, aux Restos, il y a foule.
      Ils sont tous là,
      les naufragés de la vie,
      ceux que les rois de France, siégeant dans leurs châteaux,
      vivant dans l’opulence, ont mis sur le carreau.
      Ceux qui n’ont plus de toit,
      ceux qui n’ont plus de lit,
      ceux qui n’ont plus la foi,
      qui croient que c’est fini.
      Ceux qui restent sur le bord de la route,
      ceux qui ont le coeur rempli de doutes.
      Cette femme qu’un homme a lâchement abandonné,
      et cette autre, battue, bafouée, trompée,
      et ces petits vieux, qui malgré leur retraite,
      n’arrivent même plus à payer leurs traites.
      Mais aussi ces réfugiés qui n’ont plus de patrie,
      ils ont cru que la France était leur amie,
      et se sont retrouvés dans des camps surveillés.
      A Sangatte ou ailleurs, ils sont des exilés.
      Et tous ces enfants qui n’ont rien demandé.
      Ce père de famille qui n’a plus de boulot
      et, pour oublier s’accroche au goulot
      d’une bouteille, qui lui donne un espoir éphémère,
      une gorgée encore, peut-être la dernière…?
      Tous ces jeunes aussi, qui n’ont pas de travail,
      et brûlent leur vie comme feu de paille.
      On leur donne aujourd’hui avec un peu de pain,
      de l’amour, des sourires, des petits mots câlins.
      Mais pour cette  » France d’en bas  »
      qui malgré tout ne baisse pas les bras,
      que ce soit l’hiver ou l’été,
      ils sont toujours présents, les Enfoirés
      depuis des années,
      sans jamais rechigner.

      CF alias Mata Hari
      Bourg en Bresse – 9 Janvier 2009

      A mes amis les  » Gueux  » je dédie ce poème,
      Ainsi qu’aux  » Enfoirés « , pour eux, je fais de même.

  • 30 ANS !

    Et ils sont toujours plus nombreux, et nous sommes toujours plus nombreux.

    30 ANS !

    Que rien n’est réglé. Que l’Etat se défausse vers le privé.

    30 ANS !

    Qu’entre les estomacs remplis par les Restos, et le RMI puis le RSA, que les pauvres ne se révoltent pas.

    Devons-nous dire Merci à Coluche pour cette situation qui s’est institutionnalisée ?

    Que dirait-il de la situation actuelle ?

    Peut-être que sans les Restos, nous l’aurions fait cette « Putain de Révolution »…