[Made in Lux] Une ferme pas comme les autres à Rollingen…

Visite d’une ferme biodynamique en direct du Luxembourg. Merci Itsmie.

Rien à voir avec les images de poules décharnées des grandes exploitations, marchant dans les excréments et les cadavres : ici, les poules ont l’air en pleine santé. Tom Kass (photo) en a près de 200, qui peuvent accéder à un vaste verger derrière le poulailler. (Photo : Alain Rischard)

À Rollingen, des vaches, veaux, cochons et autres poules ont des goûts de luxe : ils vivent dans la ferme biodynamique de Tom Kass. Une ferme qui entend rompre avec l’agriculture conventionnelle.

Cet éleveur militant veut montrer que l’agriculture, une des mamelles de l’identité luxembourgeoise, peut être réalisée «autrement», entre tradition et modernité, mais surtout dans le respect des animaux. Qui bénéficient de visiteurs aux petits soins!

Un bon paysan, dit-on, se lève avec les poules et se couche après elles. Pas de tout repos. Alors, imaginez celle de fermier militant! «Parfois, on a 60 visiteurs d’un coup. Avec toutes ces visites pédagogiques, cela fait trois mois que je suis à fond», souffle Tom Kass. Ce matin, j’ai eu un groupe de 8 jeunes qui sont venus apprendre à nourrir les animaux. Cet après-midi, j’aurai un anniversaire avec des enfants.» Avec, comme chaque jour, une ferme à faire tourner.

Tom Kass trouve néanmoins le temps de nous présenter son rêve devenu réalité : une ferme biodynamique. Biodynamique? «L’agriculture biodynamique, c’est l’agriculture la plus simple, car on se contente de faire ce qui est logique. Par exemple, lorsqu’un veau naît, on ne le sépare pas de sa mère, au contraire, elle le nourrit jusqu’à ce qu’il puisse ruminer et manger des végétaux. On laisse l’animal comme il a été créé. Par exemple, on n’enlève pas les cornes des vaches. Et la reproduction est naturelle, avec des taureaux.»

Le menu est bien plus sain que dans d’autres fermes…

Autre exigence : redonner aux animaux un menu plus naturel. «À l’école, j’ai appris qu’une vache mange 15 kilos de matière sèche, comme le foin. Mais dans la plupart des fermes, ils donnent presque 7,8 kilos de graines, pour augmenter la productivité. Mais cela donne des vaches plus faibles. Chez nous, la grande partie de leur alimentation, c’est du foin.»Les vaches vivent aussi plus longtemps que dans une exploitation conventionnelle, où une laitière vit en moyenne 5 ans. Lui vise au moins le double. De race Montbéliarde, ses vaches ne peuvent pas produire 80 litres de lait par jour comme certaines, mais «au moins, elles sont en bonne santé», dit-il.

Tom Kass n’était pourtant pas prédestiné à devenir militant. Ses parents pratiquaient une agriculture conventionnelle – «mais pas trop intensive». Mais lors de sa formation universitaire, et aussi grâce à sa femme, Tom a découvert l’agriculture biodynamique. Et une conviction : «Je veux montrer qu’on peut faire l’agriculture autrement.»

En octobre 2011, le couple Tom Kass et Anja Staudenmayer obtient un crédit d’investissement de 2 millions d’euros pour la construction de ce complexe biodynamique. Un projet de loin le plus important du secteur depuis plusieurs années.

La ferme où les enfants nourrissent les animaux…/…

Lire l’article complet

Article de Romain Van Dyck pour Le Quotidien.lu

Voir aussi sur:

actu-environnement

Les abeilles sauvages, sujet d’un plan ministériel

Les abeilles sauvages font l’objet d’un nouveau plan d’action ministériel, présenté par la ministre de l’Ecologie. Au menu : lobbying européen pour un moratoire sur tous les insecticides néonicotinoïdes et déploiement de bonnes pratiques. …/…

Les jardiniers peuvent désormais utiliser le vinaigre blanc pour nettoyer leurs outils.

Le vinaigre est désormais autorisé pour nettoyer les outils, conformément au règlement européen n°2015/1108 du 8 juillet 2015. Il peut également servir pour éliminer les bactéries et champignons présents dans les graines. Cette autorisation fait suite à une demande de l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab) datant du 24 avril 2013 ainsi que de la mairie de Paris du 17 mars 2014. …/…

14 commentaires