Et le prédateur le plus dangereux au monde est…

1017709234

Un groupe de scientifiques canadiens a établi le classement des animaux les plus féroces au monde, écrit le Daily Mail.

Menée par un groupe de chercheurs de l’Université de Victoria du Canada spécialisés en la matière, la recherche a donné des résultats inattendus.

Après avoir analysé plus de 2.000 prédateurs marins et terrestres, les chercheurs ont conclu que leur dangerosité est significativement inférieure à celle de l’être humain, qualifié de « superprédateur »: le développement démesuré des activités de l’homme a déjà provoqué l’extinction d’au moins 332 espèces d’animaux.

En s’appuyant sur des analyses mathématiques, les scientifiques ont démontré que les hommes chassent les poissons et mammifères dans l’océan à un taux quatorze fois supérieur à celui des autres prédateurs. Les humains abattent également les grands carnivores terrestres comme les lions, les loups et les ours neuf fois plus que ces animaux s’entretuent dans la nature.

Selon Chris Darimont, auteur principal de cette étude, publiée dans la revue Science, le comportement humain enfreint un bon nombre de lois de la nature:

« Les autres prédateurs s’attaquent principalement aux jeunes et aux plus faibles, tandis que les humains chassent les animaux adultes, au plus fort de leur potentiel de reproduction, souvent pour le simple plaisir de tuer ».

En 40 ans, l’homme a fait disparaître plus de la moitié des animaux sauvages de la planète, selon l’ONG WWF.

Il y a donc urgence, même si ce ne serait pas la première fois que le règne animal vit une grande extinction. La vie, apparue il y a 3.5 millions d’années, a eu à subir cinq grandes crises décimant la majorité des espèces. Celle qui approche serait la première d’origine humaine. Avec la déforestation, les mises en culture, l’urbanisation galopante, le trafic d’animaux et la chasse, sans oublier la pollution, l’homme compromet les capacités de milliers d’espèces de se reproduire, et à terme, d’exister.

Source: Sputniknews

34 commentaires

  • samlours94

    N’est ce pas dans l’ordre des choses que de disparaitre un jour ?
    Si l’humain est trop con pour corriger VRAIMENT ses défauts, alors il s’autodétruira et finira par disparaitre.
    Je crois qu’une espèce en dessous des 2.000.000 d’individus est considérée comme menacée gravement.
    Croyez vous que l’humain en soit là ?
    C’est la planète que nous risquons de foutre en l’air et ça risque de se faire en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.
    A ce moment là, la question de la survie humaine n’aura plus aucun sens …

  • Le veilleur

    Que les Zorro en mal d’être aimé et reconnu qui se glorifie d’un trophées de chasse combatte ces animaux sans armes et sans technologie et on verra qui est le plus fort.

    Mais à force d’exterminer la nature et les espèces animales, l’homme finira par se détruire lui même car sans la bio diversité et sans la sélection naturelle indispensable à l’équilibre de toute vie sur terre, l’homme ne pourra pas survivre longtemps.

    Il est plus que temps qu’il en prenne conscience et qu’il créait des lois universelles qui protègent sérieusement les espèces animales et végétales et punissent ceux qui encourages notre destruction à tous en massacrant sans retenue par bêtise ou par profits égoïstes.

  • gerard.gutknecht

    Est ce le début de l’apocalypse ?

    https://fr.finance.yahoo.com/bourse/

    https://fr.finance.yahoo.com/actualites/inqui%C3%A9tudes-relatives-%C3%A0-croissance-mondiale-font-plonger-march%C3%A9s-211010164–finance.html

    Le Dow Jones est tombé vendredi à son plus bas niveau de l’année à Wall Street, chutant de plus de 3%, soit plus de 500 points, face aux craintes pour l’économie mondiale.

    L’indice vedette Dow Jones Industrial Average a enregistré son pire déclin en une séance depuis presque quatre ans en perdant 3,12%, soit 530,94 points, à 16.459,75 points, selon des résultats définitifs.

    Il n’était pas tombé à ce niveau en clôture depuis octobre 2014. Par rapport à son sommet de la mi-mai il a désormais perdu plus de 10% ce qui constitue une « correction » en termes boursiers.

    Le Nasdaq, à dominante technologique, a encore plus lourdement baissé, de 3,52%, soit 171,45 points, à 4.706,04 points.

    Particulièrement surveillé par les investisseurs, l’indice élargi S&P 500 a abandonné 3,19%, soit 64,84 points, à 1.970,89 points.

    « Il faut attacher sa ceinture », a reconnu David Levy, de Kenjol Capital Management. « Le sentiment général prend une tournure très négative, et on n’a nulle part où se réfugier. »

    Les principaux indices avaient déjà perdu plus de 2% la veille, et plusieurs analystes estiment que Wall Street, où les valorisations des entreprises sont jugées élevées par rapport à leurs bénéfices réels, est en train d’effectuer un véritable rééquilibrage en baisse, redouté de longue date.

    « C’est normal que le marché se rééquilibre et on s’y attend, d’autant qu’il ne l’avait pas fait de façon conséquente depuis des années, mais c’est extrême aujourd’hui », a jugé M. Levy.

    Après plusieurs coups de semonce depuis le début de l’été, Wall Street semble vraiment rattrapée par les inquiétudes sur la Chine, deuxième économie mondiale après les Etats-Unis. La Bourse de Shanghai a baissé de plus de 30% depuis la fin juin, et a encore chuté vendredi, après l’annonce d’une activité manufacturière à son plus bas niveau depuis six ans.

    Les craintes à l’égard de la Chine et plus largement de l’économie mondiale relancent les inquiétudes relatives à une normalisation trop précoce de la politique monétaire de la Fed, qui maintient ses taux à un niveau presque nul depuis la fin 2008.

    « Je ne sais pas si c’est la perspective d’un resserrement monétaire de la Réserve fédérale (Fed) ou tout simplement le ralentissement de l’économie mondiale », mais « les investisseurs tentent de moins s’exposer au risque, car les marchés financiers sont allés très haut par rapport à l’économie réelle », a résumé Jack Ablin, de BMO Private Bank.

    Dans ce contexte, la chute de Wall Street a particulièrement frappé plusieurs titres qui avaient bondi au premier semestre et dont les investisseurs semblaient désormais remettre en cause le potentiel de hausse: le groupe informatique Apple a chuté de 6,12% à 105,76 dollars, et le service de vidéo en ligne Netflix de 7,58% à 103,96 dollars.

    « On va voir ce qui se passe la semaine prochaine, mais cette semaine a manifestement fait de vrais dégâts dans le sentiment du marché », a conclu Michael James, de Wedbush Securities.

    – HP résiste –

    Parmi les valeurs, le groupe informatique Hewlett Packard, proche de sa scission, a contredit la tendance en prenant 0,44% à 27,47 dollars après avoir fait état d’un bénéfice supérieur aux attentes, malgré des résultats en recul pour la plupart de ses activités, plombées par le dollar fort et la crise persistante du marché du PC.

    L’éditeur de logiciels Salesforce a, de même, gagné 1,96% à 69,15 dollars, après la publication d’une forte progression de son chiffre d’affaires trimestriel.

    La chaîne de magasins Foot Locker, spécialiste des chaussures de sport, a perdu 3,76% à 69,02 dollars, malgré l’annonce d’un bénéfice net trimestriel en nette hausse, notamment grâce à un bond de près de 10% de ses ventes à périmètre comparable.

    Le constructeur d’engins mécaniques John Deere a chuté de 8,12% à 83,29 dollars. Affecté par la moindre demande pour les machines agricoles et de construction, le groupe a révisé à la baisse ses prévisions de bénéfice annuel.

    Considéré comme un refuge, le marché obligataire avançait légèrement. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissait à 2,046% contre 2,070% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,738% contre 2,743% la veille.

  • Grand marabout Grand marabout

    l’espèce humaine est égoïste..
    elle satisfait ses envies,ses modes consuméristes.
    au détriment de ceux,
    qu’elle considère sans intérêts,
    pour assouvir un quelconque plaisir: de distraction,
    de domination,de force..

    ce phénomène étant très développé,chez l’humain mâle..

    Pierre Boule,
    nous avait imaginés en tant que proie muette..

  • Trollzilla Trollzilla

    J’aime bien cette étude qui replace l’homme dans son contexte de « valeurs »…
    http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/12/05/lhomme-au-meme-niveau-que-lanchois-dans-la-chaine-alimentaire/

    Rien à voir avec l’article mais être placé à côté de l’anchois et du cochon est révélateur de la condition et des prérogatives existentielles de l’humain en règle générale.
    Fesses de bouk et porno sont les mamelles de notre idiocratie galopante.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif
    http://www.youtube.com/watch?v=QH3Fx41Jpl4

    • Naao

      Ils ont fait une erreur dans leur étude, sachant qu’en fait on bouffe surtout de la merde, on devrait descendre encore au niveau des mycéliums et des limaces ;)

  • Planete bleu Planete bleu

    Je comprendrais jamais ces chasseurs qui tue pour le simple plaisir de tuer des animaux ou pour l’argent. Qu’ils déposent leurs armes et prennent à la place un appareil photo, se sera plus gratifiant. Pourriez-vous vivre sans la beauté et la diversité des animaux sur notre planète? Moi pas

    Hommage au monde animal

    http://www.youtube.com/watch?v=P9E8nwI3cIs

    ღ Hommage au peuple animal ♥

    http://www.youtube.com/watch?v=DpNSOyrIvs8

  • Naao

    Les guerres rien qu’au XXe siècle ont fait plus de 200 millions de morts.
    L’activité humaine a fait disparaître des milliers d’espèces animales et végétales.
    L’homme est effectivement le prédateur le plus haut dans la chaîne alimentaire, mais détruire les maillons de cette chaîne équivaut à couper la branche sur laquelle on est assis.
    Je pense souvent à mes profs qui me parlaient du « mythe du bon sauvage ». Bande de connards prétentieux soumis à la connerie de leurs maîtres, le sauvage est bon, ce n’est pas un mythe.
    Aucun peuple premier dont les traditions sont multi-millénaires n’a jamais détruit son environnement (d’où la durée de leurs traditions)
    Ça fait des milliers d’années que des gens ont compris que l’homme finirait par se suicider, et qu’ils préviennent en annonçant l’apocalypse et en prêchant l’amour de son prochain, le respect de la nature, la recherche de l’équilibre par l’élévation spirituelle.
    Mais peut-être que c’est finalement vrai, l’homme n’apprendra pas tant qu’il n’aura pas tout pété.
    D’ailleurs quand on parle autour de soi en disant « faut se réveiller, on va être dans une sérieuse merde très bientôt », la réponse standard c’est « ben on avisera quand ça sera le cas » ou « ben justement vu que ça va péter j’en profite tant que je peux encore ».
    Plus le temps passe, moins on peut faire marche arrière, d’ailleurs, c’est surement déjà trop tard. Même si personne n’appuie sur le bouton rouge, un bon coup de vent solaire qui coupe la grille électrique pendant quelques jours ou semaines, et nos centrales nucléaires nous pètent à la tronche.

  • bonsoir

    avoir fait tant d’études pour savoir qu’homosapiens destructor est au sommet de son oeuvre … empoisonnement des éléments vitaux (eau, terre, air… au nom du pouvoir, de l’argent….et de l’avoir….)
    3 espèces à bannir , les banquiers et les banques… les politiciens et les politiques, les religieux et les religions….ainsi que tous leurs vassaux…..

    bonne chance

  • Natacha Natacha

    La nature est bienveillante.
    Tous ses Esprits nous le disent à chaque pulsation de Vie.
    A chacun de se reconnecter … au plus tôt !
    Un jour elle pourrait cesser de nous supporter. :)

    Pour ceux qui l’auraient raté. :)
    http://enquetedesens-lefilm.com/

  • Marrant de voir qu’il faille les propos de chercheurs canadiens pour découvrir que l’homo sapiens est un primate prédateur redoutable.

    Tellement efficace, qu’il a quasiment éradiqué tous les concurrents de sa niche écologique.

    En espérant qu’il arrive à réaliser son potentiel « humain »…