Bonne nouvelle: Bientôt, plus d’aiguilles pour réaliser les prises de sang

L’aiguille plantée dans la veine pour un prélèvement sanguin, c’est bientôt du passé, pour le plus grand bonheur des bélonéphobes, les phobiques des aiguilles, mais également des enfants. Seul hic qui n’en serait pourtant pas un suivant l’article, c’est que la dose de sang prélevé est relativement réduise, seulement 0,15 centimètre cube, ce qui serait suffisant pour réaliser certains examens comme le cholestérol, les infections, l’évolution des cellules cancéreuses et le taux de sucre. Jusqu’à présent, des tubes d’une contenance de 05 à 10 millilitres étaient utilisés, soit de 05 centimètres cube à 10 centimètres cube, bien loin des 0,15 centimètre cube…

111123_oh15g_rivn-prise-sang_sn635

Des chercheurs de l’université Wisconsin-Madison et de la société Tasso Inc. ont développé un appareil pouvant recueillir des échantillons sanguins sans piqûre.

Appliqué contre la peau durant deux minutes, l’appareil génère un léger vide permettant au sang de couler dans un petit tube. Plutôt que d’extraire le sang des veines, qui sont des canaux clos, l’appareil récolte le sang à partir des capillaires, des vaisseaux sanguins microscopiques. Il recourt à une technologie dite microfluidique. « À cette échelle, la tension de surface prend le pas sur la gravité », expliquent les concepteurs.

L’appareil permet de récolter 0,15 centimètre cube de sang, ce qui est suffisant pour tester le cholestérol, les infections, l’évolution des cellules cancéreuses et le taux de sucre (glycémie). La procédure était presque indolore.

Le projet est soutenu par des organismes gouvernementaux américains. Une subvention reçue de la DARPA (Defense Advanced Research Project Agency), organisme de recherche du département de la Défense américain, a pour objectif le développement d’une technologie permettant de stabiliser le sang pour qu’il survive une semaine sans devoir être mis au froid, ce qui permettrait de prendre des échantillons dans une grande variété de situations.

Article complet sur Psychomedia.qc.ca

Les risques possibles d’un prélèvement sanguin étaient d’ailleurs nombreux, nous pouvons citer dans le lot:

  • l’hématome, pouvant être provoqué par un garrot trop serré ou un prélèvement difficile (Veines invisibles, trop profondes, veines très fines, roulantes,etc…)
  • les malaises pouvant être provoqués par le jeun ou le stress du patient
  • un problème d’infection

Entre autres problèmes possibles

 

4 commentaires

  • engel

    Bonjour le « bleu » post opératoire, digne du fameux effet suçon de l »amoureux(se).
    En fait ces caincains, ils ont inventé quoi?

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    C’est bien de vouloir nous aiguiller vers de nouveaux procédés de vampirisation :)
    Perso, le jour ou l’on tentera de me prélever du sang, c’est que je serai déjà mort …

    M.G.

    • samlours94

      Perso, le jour ou l’on tentera de me prélever du sang, c’est que je serai déjà mort …
      Réflexion digne d’un témoin de …Gévéor …
      Si toi ,tes mômes êtes un jour bien malades, tu seras bien content d’avoir recours aux aiguilles pour chercher ce qui ne va pas …

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        Conclusion bien hâtive cher Samlours94, les apparences sont parfois trompeuses !

        En relisant mes divers commentaires tu te rendras compte que pour moi, toutes les religions, y compris les témoins de Jéhovah (qui n’ont rien à voir avec la piquette du père Pompanon) ne sont qu’intoxications mentales. Pour simplifier, j’exècre toutes formes d’endoctrinement, religieux ou politique pour ne citer que les principaux, où la raison doit céder sa place à la foi ou à la soumission.

        Concernant mon aversion à l’égard des prises de sang, ou toute autre intrusion corporelle :) c’est une histoire de confiance en la médecine « moderne », que je n’ai toujours pas …

        M.G.