Le dilemme de «l’Ouest» après Debaltsevo : que faire de Porochenko?

Le « roi du chocolat » Porochenko, continue de nier, qu’il y ait eu un chaudron à Debaltsevo. Un des militaires ukrainiens ayant échappé à l’enfer de Debaltsevo (est de l’Ukraine) a déclaré au quotidien britannique The Independent que Piotr Porochenko les avait envoyés au « carnage ». Voir l’article. Maintenant, le gros problème de ce « roi » en passe d’être déchu (?), va être d’expliquer au restant de ses troupes, abandonnées par leur hiérarchie, comment cela a pu se produire. Il n’y a pas eu de retrait dans l’ordre, et il y a des témoins. Il commence à être bien gênant le « roi » pour l’Occident? L’Altesse devra t-elle surveiller ses arrières?? l’avenir nous le dira. Les deux versions sont à lire pour tenter de comprendre.

Wikipedia

Le 18 février 2015 – Source Moon of Alabama

Bien que chacun d’entre nous ait donné le meilleur de lui-même – les courageux combats des forces militaires et navales, la diligence et l’assiduité de Nos serviteurs de l’État, et le dévouement de Nos cent millions de sujets – la guerre n’a pas tourné nécessairement à l’avantage du Japon, et la situation générale du monde a évolué contre nos intérêts dans tous les domaines.

L’empereur Hirohito admettant la défaite du Japon

Le président fantoche ukrainien Porochenko aurait dû prononcer un discours similaire. En effet, la guerre en Ukraine n’a pas non plus tourné nécessairement à l’avantage de son gouvernement. Mais le discours de Porochenko (voir ci-dessous) a été encore plus déconnecté de la réalité que les euphémismes de Hirohito.

Il y a environ six jours, plusieurs milliers de soldats du gouvernement ukrainien se sont trouvés encerclés dans la poche de Debaltsevo. La seule route vers les lignes amies était minée et sous le feu direct et indirect de l’opposition. Plusieurs tentatives pour sortir et entrer dans le chaudron ont été repoussées, non sans occasionner de grosses pertes en vies humaine et en matériel.

Depuis hier, après avoir sérieusement préparé leur artillerie, les troupes fédéralistes prennent d’assaut la ville. Elles affirment qu’environ 3000 soldats gouvernementaux y sont morts et qu’environ 1000 se sont rendus (vidéo) et ont été emmenés en captivité. Quelques centaines ont réussi à s’échapper à la faveur de la nuit, la plupart du temps à pied, et sont arrivés aujourd’hui à Artemivsk, une ville contrôlée par le gouvernement située à quelques 30 kilomètres au nord de Debaltsevo. D’autres ont fui vers le sud, loin de leurs propres lignes, en s’enfonçant plus profondément dans la poche. Ils seront ramassés en temps voulu. D’énormes quantités d’armes et de munitions ont été abandonnées aux fédéralistes. Des reporters qui se trouvaient à Artemivsk ont vu arriver 40 ou 50 morts et quelques 200 blessés. Selon ces journalistes, ils avaient été tués ou blessés en s‘enfuyant sous les tirs de la milice et non dans les combats antérieurs de Debaltseve. Ceux qui ont réussi à s’en sortir vivants sont très en colère contre leurs supérieurs.

La réunion de Minsk 2.0 a été organisée en urgence par la chancelière allemande Angela Merkel quand la situation autour de Debaltsevo s’est détériorée. Mais au cours des négociations à Minsk, Porochenko a affirmé qu’il n’y avait pas de poche et que ses troupes avaient le plus parfait contrôle de la situation. Le président français François Hollande a tenté de lui expliquer la situation réelle, mais en vain.

Le cessez-le-feu a été organisé, mais le chaudron de Debaltsevo n’a pas été mentionné dans les protocoles [puisqu’il n’existait pas!, Note du Saker]. Les fédéralistes en ont donc raisonnablement conclu que la poche était à l’intérieur de leurs lignes telles qu’elles avaient été reconnues et qu’elle pouvait être éliminée sans violer le cessez-le-feu. Au cours des derniers jours, nous avons entendu très peu de protestations occidentales contre cette action des autonomistes. Y avait-il un accord tacite pour faire manger sa cravate à Porochenko à l’instar de son nouveau conseiller Saakachvili [vidéo ici, Note du Saker]?

Ce que je viens de décrire est la réalité. Et voici la version délirante que Porochenko en a livrée dans son discours d’aujourd’hui:

Je peux vous dire maintenant que ce matin les Forces armées ukrainienne, conjointement avec la Garde nationale, ont achevé l’opération planifiée et organisée du retrait d’une partie des unités de Debaltsevo. Nous pouvons dire que 80% des troupes ont déjà été retirées. Nous attendons deux autres colonnes. Les soldats de la 128e brigade, certaines unités de la 30e brigade, le reste des 25e et 40e bataillons, les Forces spéciales, la Garde nationale et la police ont déjà quitté la région.

Nous l’avons affirmé et prouvé: Debaltsevo était sous notre contrôle, il n’y avait pas d’encerclement, et nos troupes ont quitté la région d’une manière planifiée et organisée avec toutes les armes lourdes: tanks, APC, les pièces d’artillerie automotrices et les véhicules.

Tout cela prouve la préparation au combat des forces armées et l’efficacité du commandement militaire. Je peux dire que, malgré la violence des tirs d’artillerie et des MLRS (lance-roquette multiples), aux dernières nouvelles, nous n’avons que 30 blessés sur plus de 2 000 hommes.

Beaucoup de journalistes occidentaux arrivent maintenant à Debaltsevo et il y aura bientôt des reportages sur la catastrophe réelle et les pertes réelles subies par les troupes gouvernementales ukrainiennes à cet endroit. Elles seront difficiles à cacher.

Il va devenir difficile pour l’Ouest de continuer à travailler avec Porochenko. Tout le monde a vu qu’il était complètement à la masse. On ne peut plus le faire passer pour celui qui détient la vérité, le valeureux chevalier blanc qui lutte contre les forces obscures de la Russie.

Que vont faire l’Ouest, Obama et son Département d’État néocon connifié? Vont-ils préparer un coup d’État contre Porochenko ou ont-ils d’autres moyens de se débarrasser de leur marionnette devenue inutile ? Ont-ils une autre idée pour sauver la situation?

Traduit par Dominique, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone.

Voir aussi:

Des soldats ukrainiens battant en retraite de Debaltsevo se soûlent et tirent en l’air dans les rues d’Artemovsk.

Inondant la ville d’Artemovsk suite à la débandade de Debaltsevo (est de l’Ukraine), des soldats ukrainiens démoralisés se plaignent d’un commandement incompétent, d’une situation désastreuse et de pertes colossales, rapporte le New York Times…/… lire la suite sur Sputnik

 

 La version Occidentale

Ukraine: dans les gravats de Debaltseve des femmes affamées et des rebelles hilares

Au milieu du carrefour, à la sortie de Debaltseve, des rebelles cosaques et russes se congratulent avant de quitter le champs de bataille. Autour d’eux, une voiture retournée, des blindés calcinés, des maisons éventrées et sur le côté, par terre, un soldat mort recouvert du drapeau ukrainien.

Les combats ont cessé vendredi à Debaltseve, laissant entrevoir la violence des affrontements qui ont traumatisé cette ville, nœud ferroviaire stratégique de l’est de l’Ukraine que les rebelles prorusses ont arraché à l’armée ukrainienne à l’issue de plusieurs semaines de combats acharnés.

Dans le centre de cette ville qui comptait 25.000 habitants avant le conflit, les traces des bombardement sont partout. Le dernier étage d’un immeuble d’habitations a été perforé par l’artillerie. Dans un autre, des pièces entières ont été soufflées. Les toits en tôle des commerces sont déchiquetés, un pont presque entièrement détruit.

La plupart des immeubles sont encore debout mais partout, le sol est maculé de gravats, de vitres explosées, de morceaux de mortiers. Au milieu d’une rue, une roquette Grad est à moitié enfoncée dans le bitume: elle n’a pas explosé.

«Quand on est arrivés dans la ville il y a une semaine, les combats ont été très durs», raconte Sacha, un cosaque moustachu en treillis. «Les Ukrainiens étaient dans des tranchées et nous, nous sommes arrivés par les petites rues étroites. On s’est battus à la kalachnikov et au lance-grenades. Il y a même eu des combats dans des bâtiments. C’était des combats de rue».

– ‘On tremblait de peur’ –

Lire la suite sur 20Minutes

14 commentaires