La brigade de rebelles syriens Yarmouk s’est retournée contre les USA et leurs alliés et a rejoint les rangs de l’Etat Islamique [Debkafile]

La milice de rebelles syriens les brigades Al Yarmouk Shuhada, formée et entraînée par des officiers US et des experts de la CIA en Jordanie et soutenue par l’armée israélienne a abandonnée ses sponsors et a rejoint l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, selon les sources de Debkafile au sein de l’armée et du contre-terrorisme.

La défection soudaine de cette force anti-Assad de 2000 hommes laisse les défenses de l’armée israélienne sur le Golan ainsi que les déploiements US et jordaniens dans le nord du royaume mais également les conquêtes des rebelles pro-occidentaux dans le sud de la Syrie, en situation très précaire.

Le ralliement des bridages au camp djihadiste radical avait été négocié les deux semaines précédentes par son commandant Mousab Ali Qarfan, aussi connu sous le nom de Mousab Zaytouneh. Il était en contact direct avec le chef d’ISIS Abu Baqr Al-Baghdadi qui, selon nos sources, a récemment relocalisé son quartier général de l’Irark à al-Raqqa au nord de la Syrie.

Contrairement aux islamistes du Sinaï, Ansar Beit al Maqdis, les brigades Yarmouk n’ont pas prêtées allégeance à ISIS. Il s’agit d’une alliance opérationnelle qui constitue un grave péril pour les anciens alliés de la milice.

Pour Israël en particulier, ce nouveau développement comporte trois dangers majeurs :

1 Les brigades de Yarmouk sont positionnées tout le long de la frontière du Golan, du camp des casques bleus près du Kibbutz Ein Zivan au nord, jusqu’à la frontière israélo-jordanienne au sud. Les brigades tiennent 45 des 76 km de la frontière israélo-syrienne. Cela signifie que la majeur partie de la frontière israélienne du Golan avec la Syrie est passée sous le contrôle d’ISIS.

2 La milice contrôle des sections de la frontière entre la Syrie et la Jordanie et certains districts du sud de la Syrie près de la ville de Deraa. La connexion entre la Jordanie et le sud de la Syrie qui servait les intérêts stratégiques américains est maintenant menacé militairement par l’Etat Islamique.

3 Les troupes de l’Etat Islamique se préparent à profiter de leur nouvelle alliance stratégique en menant une offensive à travers les montagnes druzes pour rejoindre la ville de Deraa et établir une jonction de leurs forces avec celles de leur nouvel allié.

Source : Debkafile

commentaire :

On peut légitimement se demander, au vu de la situation opérationnelle engendrée par la « défection » des brigades Yarmouk et qui aboutit dans les faits à un quasi bouclage des frontières syriennes par les forces de l’Etat Islamique, si cette « défection inattendue » ne faisait pas tout simplement partie du plan initial de la coalition. L’épisode de la « défection » présenté par Debakfile constituant juste une précaution opérationnelle permettant de masquer le soutien tactique et opérationnel à ISIS et de désamorcer les accusations récurrentes dont fait l’objet la coalition américano-israélienne sur ce point. Il faut également noter que malgré la présence massive de djihadistes représentants soit-disant une « menace » pour la sécurité d’Israël, notamment au niveau du plateau du Golan, ces derniers n’ont jamais pris l’état hébreux pour cible. Ils continuent à bénéficier d’un soutien logistique et sanitaire de la part d’Israël, comme l’ont révélé récemment les observateurs de la force de maintien de la paix de l’ONU présents sur la zone frontalière…

Traduction et commentaire Ender pour les moutons enragés

6 commentaires