Zero Hedge: Le FMI prêt a fermer la porte aux USA et son Dollar

RECTIFICATION d’erreur dans le titre, il faut lire: Le FMI n’est pas prêt à fermer la porte aux USA et au Dollar. Merci à Menthalo! Volti.

« Comme je l’ai écrit, les informations ont été saturées avec l’histoire des otages impliquant éventuellement des militants islamiques à Sydney, en Australie. Comme beaucoup, je suis préoccupé par les conséquences d’une telle onde de choc qu’un tel événement va générer dans nos structures sociopolitiques. Cependant, alors que la plupart du monde a été distrait par l’issue de cette crise (bonne ou mauvaise) pendant au moins une semaine, je pense qu’il y a une autre situation beaucoup plus importante et dangereuse.

Prêt de 40 personnes peuvent être détenues par un extrémiste supposé, à Sydney, mais le monde entier est actuellement retenu en otage économiquement parlant, par des banques internationales. C’est la crise actuelle dominante, qui a nécessairement besoin d’être analyser de façon alternative.

Comme je l’avais prédit le mois dernier, « Nous venons d’assister au « dernier rebondissement » de l’économie mondiale, » à la forte volatilité maintenue dans les marchés mondiaux, après une chute d’avant-garde de 10 % des actions en Octobre en prémisse de ce qui était à venir.

Nous nous attendions à cette déstabilisation après la recapitalisation des liquidités de la Fed, et des marchés qui ne nous ont pas déçu jusqu’ici. Ma position a toujours été que la liquidité d’un QE3 ne pouvait que maintenir l’illusion en ce sens d’une santé économique manipulée – à moins, bien sûr, que la Réserve fédérale puisse mettre en œuvre de nouvelle injection de liquidités en préparation d’une nouvelle catastrophe financière. C’est-à-dire que les banquiers centraux ont construit le mensonge sur la capacité de reprise par la fiscalité américaine, et se sont ensuite éloigné de ce soutient en prévision de ce qu’ils prévoyaient. Si les marchés devaient s’effondrer tout le stimulus serait officiellement actif (c’est à dire tous les leviers utiliser pour maintenir l’illusion), mettant stratégiquement les banquiers avec la corde au cou. Ce qu’on ne souhaite pas si tant est que cela puisse arriver ?

Cela ne veut pas dire que les banques centrales individuelles et même des devises ne sont pas fiable dans le grand ordre des choses. En fait, l’objectif à long terme de la mondialisation, a été de consolider tous les systèmes monétaires et les banques centrales sous le contrôle extérieur du Fond Monétaire International et la Banque Mondiale, comme je l’ai souligné dans « explication sur le Endgame économique. »

Cet article particulier n’était qu’un résumé d’une tendance dangereuse, sur lequel j’ai été préoccupé pendant des années; à savoir la stratégie des financiers internationaux pour créer un scénario ou la chute du dollar serait imputée a des boucs émissaires déjà déterminés à l’avance. Je n’ai aucune idée de ce que feront ces boucs émissaires – si tant est qu’il y ait de trop nombreux déclencheurs possibles pour un désastre fiscal. Ce que je sais, cependant, c’est le but final: supprimer le statut de réserve mondiale du dollar et  faire pression sur le peuple américain afin de le soumettre ou même le pousser à solliciter l’administration centralisée de notre économie par le FMI.

L’illusion perpétuée dans le courant dominant est que le FMI serait en réalité une institution dominée par les USA. J’ai souligné à maintes reprises pourquoi c’est une erreur. Le FMI comme toutes les banques centrales est dominé par le cartel de la banque et de la finance internationale. Les banques centrales sont des organisations mondialistes pour une mise en avant, et je me souviens souvent de la citation de l’initié élitiste Carroll Quigley, qui, quand j’entends des gens qui suggèrent que les banques centrales sont en quelque sorte indépendantes les unes des autres ou que la Réserve fédérale est la « source singulière de maux économiques du monde, disait :

Il ne faut pas sous estimer le fait que les chefs des principales banques centrales du monde entier, ne soient pas détentrices de pouvoirs substantiels sur la finance mondiale. En réalité ils n’en ont pas. Ce sont plus des techniciens et des agents de banquiers dominants placés dans leur propre pays, propulser au plus haut, tout en sachant qu’ils peuvent être éliminer tout aussi vite.

Les commandes des fonds mondiaux étaient dans les mains de ces banquiers d’investissement (également appelé les banquiers ou «internationaux» «marchands») qui sont restés en grande partie dans les coulisses de leurs propres banques privées non constituées en société. C’est alors formé un système de coopération internationale et de domination nationale qui s’est retrouvé entre les mains du privé, plus puissantes et plus secrètes que celles de leurs agents dans les banques centrales.
Personne ne peut maintenant s’opposer à cette réalité après avoir constaté des faits tangibles que Goldman Sachs dicte la politique de la Réserve fédérale, comme indiqué ici .

Et, plus récemment, nous savons maintenant que les banquiers internationaux contrôlent les législations politiques, et que le Congrès a adopté avec peu de résistance un projet de loi qui nie les restrictions Frank-Dodd sur les produits dérivés et place les contribuables américains et les détenteurs de comptes sur la balance pour plus de $ 303000000000000 en titres de créances toxiques. Le projet de loi est, à toutes fins utiles, un «bail-in » mesuré dans le déguisement. Et il a été poussé à travers l’influence directe du PDG Jamie Dimon de JPMorgan Chase.

La Réserve fédérale, le gouvernement américain et le dollar sont aussi durables aux élites que tout autre appendice économique ou politique. Et il peut être remplacé à volonté avec encore une autre structure illusoire si cela favorise leurs objectifs de centralisation totale. Cela a été fait pendant des siècles, et je ne vois pas pourquoi quelqu’un serait supposer changer les règles du mondialistes, leur tactique étant maintenant de préserver le système « dollar ». Ils appellent cela le «Nouvel Ordre Mondial», mais c’est vraiment le même ordre monétaire du vieux monde dans le chaos qui a toujours été exploité. Tapez l’ancienne / nouvelle vision du monde du FMI.

Alors que l’univers des investissements a été hypnotisé par la détérioration du rouble et du pétrole russes, le FMI en a profité pour glisser un autre objet.

Dans les articles de la dernière année, j’ai averti que le plan visait à détrôner le dollar et le remplacer par un régime spécial de droits de tirage panier en devises qui serait accéléré, après qu’il soit devenu clair que le Congrès américain refuserait de passer les réformes du FMI de 2010 proclamant « l’inclusivité » (intégration) pour les économies en voie de développement, y compris les nations BRICS. Le dernier projet de loi des budgets a retiré toutes mentions de réformes du FMI. Le FMI, par sa présidente Christine Lagarde, a insisté sur le fait que si les États-Unis n’approuvaient pas sa part des réformes, le FMI serait obligé de poursuivre un scénario «Plan B». Les détails sur ce « plan B » n’ont pas été divulgué, jusqu’à maintenant.

Le Financial Times a rapporté que le FMI s’éloignait des Etats-Unis en affirmant son pouvoir de retirer le droit de veto Américain au sein de l’institution, ce dont ils avaient toujours joui dans l’institution. Cette action est un avertissement brutal aux têtes dirigeantes et à ceux qui croient que les États-Unis sont dans une situation économique dangereuse pour le monde, et que le FMI n’est pas une extension de la politique internationale américaine. En tout état de cause, le FMI comme les Etats-Unis sont des extensions des pouvoirs bancaires internationaux, tout comme les BRICS sont ni plus ni moins que des marionnettes pour la même oligarchie financière égoïste qui réclame le même paradigme qu’un FMI contrôlé, que Vladimir Poutine avait ouvertement admis:

« Dans le cas BRICS nous voyons un ensemble d’intérêts stratégiques qui coïncident. Tout d’abord, c’est la volonté commune de réformer le système monétaire et financier international. Dans la forme actuelle, il est injuste pour les BRICS et les nouvelles économies émergentes en général . Nous devrions prendre une part plus active dans le FMI et la gestion de la Banque mondiale. Le système monétaire international lui-même dépend beaucoup trop du dollar américain, ou, pour être plus précis, sur la politique monétaire et financière des autorités américaines. Les pays BRICS veulent changer ça …  »
Et bien sûr, les Chinois ont prononcé leur fidélité au concept de monnaie mondiale du FMI:

La crise économique mondiale montre les « vulnérabilités inhérentes et des risques systémiques dans le système monétaire international actuel », a déclaré le gouverneur Zhou Xiaochuan dans un discours publié lundi par la banque. Il a recommandé la création d’une monnaie constitué d’un panier de devises mondiales et contrôlées par le Fonds monétaire international et a déclaré qu’il aiderait « à atteindre l’objectif de préservation de la stabilité économique et financière mondiale. »
Les BRICS ne sont pas les seuls pays exigeant des États-Unis de perdre son «influence» supposée sur le FMI. L’Allemagne, le pilier économique de la zone de Euro, a appelé l’Amérique à renoncer a son pouvoir de veto restitué en 2010, tout comme la mesure des réformes qui avait été annoncée.

La décision du FMI d’éliminer éventuellement le droit de veto des États-Unis et, par conséquent, l’influence américaine sur les décisions du FMI, peut venir dès le premier trimestre de l’année prochaine. C’est la grande « réinitialisation économique» dont C. Lagarde à fait la promotion ad nauseam dans plusieurs interviews et des discours au cours des six derniers mois. Toutes ces mesures aboutissent à ce que je crois que ce sera une annonce plus officielle d’une déclassification du dollar américain comme monnaie de réserve mondiale.

Avec la perte imminente du droit de veto, j’en ai également parler sur les préoccupations de la conférence de DTS à venir en 2015. Cette conférence a lieu seulement une fois tous les cinq ans. Je soupçonne que le FMI prévoit d’annoncer l’introduction du yuan chinois dans le panier du DTS, et que cela coïnciderait avec une décharge du dollar constant autour du globe. Plusieurs grandes économies ont déjà abandonné le dollar dans le commerce bilatéral avec la Chine, ça a provoqué des tensions entre les Etats-Unis et l’Est, qui ont exacerbé le problème (géopolitiquement parlant).

La date de la conférence de DTS a été annoncé, et la réunion semble avoir été fixée pour Octobre 2015. Fait intéressant, cet article lié de Bloomberg note que la Chine peut faire un « effet important lors de son introduction dans le DTS et dans « le statut de réserve » officielle l’année prochaine , mais avertit que les Etats-Unis « peuvent utiliser leur droit de veto » pour bloquer l’adhésion de la Chine. Je dois rire de l’absurdité de tout cela, car il y a beaucoup de gens dans le monde dans l’analyse économique qui croient encore que le développements de la mondialisation, et que la dérive financière sont des éléments très « aléatoires. » Je suppose que si tout est aléatoire, il est une coïncidence assez accommodante que les États-Unis se retrouve  sur le point de perdre leur veto au sein du FMI juste avant qu’ils soient sur ​​le point d’interférer sur l’acceptation des BRICS dans le giron du DTS et ainsi risquer de supplanter le dollar.

C’est ça, mesdames et messieurs ; c’est la fin de la partie qui ce produit juste devant vos yeux. L’année 2014 est la nouvelle 2007, avec tout le potentiel négatif, mais 100 fois plus explosif avant d’entrer dans 2015. Notre nation a croupi dans une dégradation lente des conditions financières pour des années, cachées par des statistiques économiques fausses et des cours boursiers manipulés. Tout cela a été un prélude à un événement beaucoup plus frénétique et choquant. Je crois que nous allons voir la suite du chaos du marché à partir de maintenant, avec une tendance à la baisse abrupte mélangé avec de brefs mais insuffisants rebonds. Je m’attends à une grêle de crises géopolitiques plus importantes dans la prochaine année pour tenter de couvrir la volonté d’un abandon du dollar.

En fin de compte, la mort du dollar sera salué dans le courant comme une «bonne chose et nécessaire. » Ils vont l’appeler le «karma. » Ils vont l’appeler le «progrès». Ils vont même l’appeler la «décentralisation» et un succès pour le marché libre. Mais il ne se sentira pas comme un développement positif pour le peuple américain, qui va souffrir grandement de la perte d’influence du dollar, pour ne pas dire son effondrement. Seuls les altruistes dans les fondements du système bancaire parallèle comprendront que tout cela est une mascarade destinée à cacher la centralisation complète de la gouvernance économique souveraine entre les mains des mondialistes, avec l’aide du FMI et de la BRI comme «héros fiscaux, » pour sauver le monde d’une destruction économique, que les élites ont secrètement créé.

Source: ZeroHedge

Traduction Bobbafett84 pour lesmoutonsenrages

 

38 commentaires

  • vaick

    on remet ca
    en 2009
    Le FMI de DSK était prêt au remplacement du dollar comme monnaie de réserve internationale
    une nouvelle unité monétaire, le Droit de Tirage Spécial (DTS – SDR en anglais), définie comme un panier de plusieurs monnaies. La valeur du DTS est la moyenne pondérée des taux de change des monnaies nationales qui la composent. Elle est déterminée par les politiques monétaires de plusieurs pays. Mais le FMI n’a aucun pouvoir d’émission autonome lui permettant de gérer la liquidité mondiale.
    cela ne plaisait pas a washington donc dsk a été shooter par le departement d etat us avec une mise en scene hollywoodienne

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-fmi-de-dsk-etait-pret-au-94494

    La fin du Dollar est imminente c est inevitable.. mais quel coup foireux vont ils encore nous sortir ?
    ce qui est constant est que le pire est toujours a venir

    si lagarde est la dessus qu elle planque ses arrières

    http://www.chaos-controle.com/archives/2014/07/08/30216016.html

  • fliouguer

    « Tout se resserre.
    Oui, il y aura accusation mensongère pour faire la guerre à la Russie. Ils n’en sont pas à un mensonge près.
    Celui-là est sous « faux drapeau », comme c’est toujours le cas pour agresser un Pays.
    La guerre contre le rouble va se retourner contre le dollar parce que le temps du mensonge est passé.
    L’Europe tergiverse mais n’est pas acquise – par ses élites libres – au système US.
    Il n’y a pas une prise de conscience certaine qui entraîne la bonne réponse en temps voulu.
    Les graines sont semées. Les germes sortent de terre, les racines sont ancrées solidement. Les meilleurs des hommes sont prêts à se lever. Les consciences sont prêtes.
    Sous faux drapeau : oui, on peut le dire – puisque l’Ukraine accuse à tort la Russie constamment et est le fer de lance de la guerre contre la Russie – cela viendra de l’Ukraine aussitôt relayé par la prise de position USA-OTAN :
    une déclaration de guerre. Tout le monde s’y attend. Nous ne faisons que montrer la réalité.
    (Tu n’as pas à avertir, ils sont tous prévenus, tes écrits sont suivis.)
    Nous sommes dans les dernières heures de « paix » : l’affrontement en Europe. Pour Nous la guerre est engagée depuis longtemps, mais personne ne veut prononcer le nom.
    La fausseté a atteint tous les niveaux de communication, ce que Nous disons est Vérité devant tous. Nous n’inventons rien.
    On tait aux hommes : l’état de la Terre, l’état du monde, l’inévitable,
    et les hommes ignorants ne cherchent pas non plus à s’informer.
    Seuls les volontaires s’investissent. Ils sont peu nombreux, mais déterminés.
    La colère gronde partout. Elle va s’étendre encore. La guerre va faire des ravages et mettre un point final à la folie destructrice qui précipite le monde dans la spirale de la mort.
    En fin de compte : la guerre est le coup d’arrêt de l’hégémonie USA-Israël-Daech.
    Nous y reviendrons. Il faut cela pour que le monde survive à lui-même : moins de destructeurs, moins de pollueurs, moins d’humanité complice et incapable de participer au futur des hommes.
    Les problèmes terrestres et climatiques ne sont pas interrompus. Attendez-vous au pire.
    Les vidéos sont un outil précis, la clé … » Le 18.12.2014

    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/la-guerre-%C3%A0-la-russie/

  • parousnik

    Allons je doute que les Otanaziens se risquent à une guerre militaire contre la Russie. Trop risqué pour ces lâches pilleurs. Frapper le Russie c’est condamner l’Europe et les EU a subir des explosions nucléaires, alors même s’il ne reste rien de Moscou il ne restera rien de Paris, Londres, Berlin, New York, Washington… etc et que feront les chinois… sinon ce venger de ce que l’occident lui a fait subir
    il n’y a pas si longtemps.

  • c’est parti mon kiki,
    « 16 agences de renseignement prédisent l’effondrement des USA pour Mai 2015 »

    http://fr.awdnews.com/%C3%A9conomie/5829-16-agences-de-renseignement-pr%C3%A9disent-l%E2%80%99effondrement-des-usa-pour-mai-2015.html

    alors comme dirait le contrarien, le plan de Noel est garanti.
    http://www.lecontrarien.com/2014/11/25

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    ceux qui ont mis en place les US et son $ décident de changer d’arme…en quoi ça va changer quoique ce soit pour nous( en bien j’entends).
    $ € rouble yenn bannane ….. qu’on nous tire dessus avec un M16 un FAmas ou une Kala l’issue est la même

  • PhildeFer

    Vivement les prédictions pour 2015 d’Elisabeth Tessier… ;-)

  • C’est bien, l’article il tourne, sans pour autant citer le blog, mais bon, je m’en tape un peu aussi…. http://www.wikistrike.com/2014/12/alerte-le-fmi-va-fermer-la-porte-aux-usa-et-a-son-dollar.html

    • voltigeur voltigeur

      Surtout repris avec la même faute de syntaxe dénoncée
      par Thierry92 « si tenter que » au lieu de « si tant est que »,
      mais ils ont cité le traducteur…j’ai un peu corrigé l’orthographe
      C’est pour ça qu’il faut mettre traduit par xxx pour les moutonsenrages.

  • Tyr

    Un duel Hillary Clinton/Jeb Bush pour 2016?

    On connait déjà le nom du perdant: les USA.

  • Bobbafett84

    Juste une petite précision, concernant la traduction du « panier de devises » qui en fait ne traduit pas nécessairement une monnaie mondiale mais la possibilité d’une devise commerciale à l’image de ce que l’Union Européenne avait un temps créer avec l’ECU, mais qui n’a jamais pu s’imposer comme devise de référence dans les échanges économiques européens comme internationaux, du fait que les marché préféraient continués a fonctionner avec le dollar, la livre, le yen, et le deutschemark.

  • Autopromo : j’ai expliqué il y a des années que la clé de voute du système dollar c’est leur droit de véto au FMI.
    Sans ça le dollar ne serait déjà plus LA monnaie de réserve/échange mondial.

    Et la, on rigole plus, parce que sans le dollar « bretton woods » les US sont mouru !!

    • engel

      Svp développe,
      Car pour moi, je pensai que c’était son assise sur le pétrole.

      • Rapidement parce que c’est une longue histoire, et de mémoire (les chiffres peuvent être inexact, c’est un ordre de grandeur)

        Fin de la 2ème guerre mondiale, US = grand vainqueur avec 80% de l’or du monde, un pays non dévasté.
        Bretton Woods = les US imposent que le dollar soit la monnaie d’échange internationale unique + convertibilité en or.

        1971 : Nixon met fin a la convertibilité dollar/or après que DeGaule ai demandé le rappatriement de l’or français, et après l’avoir fait tomber par une révolution colorée (Mai 68) et après le pic pétrolier US.

        Le dollar est la seule monnaie d’échange autorisée pour le pétrole.

        A partir de la, les US peuvent acheter du pétrole grâce à la planche a billet. Ce qui fait que « le dollar c’est notre monnaie, c’est votre problème ».

        Entre temps on a Saddam Hussein qui veut vendre son pétrole en Euro et qui se fait dégager fissa. Et quelques autres épisodes du même genre.

        Depuis la crise de 2008 et les QE successif la Chine (et même Sarko) demandent à ce que le statut du dollar soit réformé, que la monnaie d’échange internationnale soit modifiée pisque :
        * les US n’ont plus d’OR
        * les US exportent leur crise
        * les US ont un droit de seigneurage qui n’est plus justifié (Chine = n°1 mondial, Europe qui conteste aussi).

        Donc pour réformer ce statut, ça se passe au FMI. Hors, les US ont un (le seul) droit de veto, et bloquent cette réforme.
        L’idée serait de passer au DTS (droit de tirage spéciaux du FMI) avec un panier de monnaies derrière.

        Bien sûr, il s’agit du plan pour la mondialisation, les US sont un obstacle (et un allié en même temps ce qui complique un peu les choses).

        http://yoananda.wordpress.com/2011/07/28/breche-si-quand-les-usa-perdent-leur-aaa/
        http://yoananda.wordpress.com/2010/10/19/la-guerre-monetaire-pour-les-nuls/

        Y a milles choses à dire sur le dollar et le pétrole … mais bon …
        En gros, si ce que dit ZH est juste, alors … ca va tanguer sévère. On a fait des guerres mondiales pour moins que ça.

      • Itsmie

        QE ???
        Question idiote : qu’est-ce?

      • Quantitive Easing.
        Ce n’est pas de la création monétaire mais de la CIRCULATION monétaire, aux US du moins, en Europe c’est de la création même si on ne fais pas officiellement de QE.
        Toujours est-il que ça a faussé le marché obligataire et que les chintok n’ont pas apprécié et ont réalisés depuis qu’ils sont en guerre économique (cf aussi le livre sur la conspiration mondiale bancaire qui fait un tabac en Asie).

      • Itsmie

        Merkiiii pour l’explication!

  • Lapige

    Le FMI prêt à fermer la porte aux US et au $?
    Euh bon, à un moment faut y regarder à deux fois avant de dire des trucs bizarres.
    -Le FMI est l’outil du libéralisme en général et des USA en particulier pour asservir les pays récalcitrants à leur domination.
    Revoir son bilan dans TOUS les pays où il a sévi est assez révélateur. Grèce en dernier.
    De plus:
    -Le siège est aux USA (plus pratique pour le lobbying US « musclé »).
    -Le premier contributeur (autant dire actionnaire) du bidule est … les USA et de très très loin.
    Ce qui lui donne un pourcentage de votes au sein dudit FMI absolument imbattable.
    S’y ajoutent ceux des « satellites » genre GB, Australie, Canada et ainsi de suite.
    En clair, plus vous êtes riche, plus vous contribuez et plus vous dictez vos conditions à l’institution.
    Ceci étant bien compris, si demain le FMI s’avise (ce qui n’arrivera JAMAIS -et pour cause) de juste suggérer ce que vous dites, les USA se retireront immédiatement de l’organisation, ce qui signifiera sa mort instantanée.
    http://www.tribuforex.fr/Apprendre_FMI.php
    Suffit de voir ce qu’il s’est passé quand l’Unesco a reconnu la Palestine.

    • engel

      Je le pense aussi.

    • Norbert

      Lapige,

      Tu as tout pige……..c’est exactement cela.

      L’Euro,monnaie commune( et pas unique comme se plait a dire mensongerement Sannat), est un panier de monnaies compose de Franc,de Deutschmark et +++++)
      et on s’apercoit qu’apparemment cela ne marche pas tres bien.

      Arretez de revez,supputez,les choses se passeront tel qu’ en auront decide ceux qui tirent les ficelles,vu l’etat actuel de l’eveil des masses…..

      Nous sommes en guerre permanente, economique pour les pays imbriques dans l’economie mondiale et relle pour les pays servant de boucs emissaires ou etant recalcitrants.
      La guerre faisant partie de l’economie et de la prise de nouveaux interets par les memes.
      Les peuples ne sont que les pales figurants de ce grands theatre mondial et les acteurs principaux actuels sont Obama ,Poutine……
      Le bon et le mechant tout cela est une question de point de vue et donc de quel cote de la barriere vous vous placer.
      Pour la perennite de l’humain cette lutte ou dualite durera jusqu’a la fin de l’homo sapiens.
      Le bien et le mal venant de la meme source et chacun se nourissant l’un de l’autre, donc aucun des 2 ne pourra etre eradique mais au mieux s’equilibrer.

      Personne ne sait de quoi sera fait l’avenir mondial,gerer le notre sera deja pas si mal .

      Aucun economistes ou diseuses de bonne aventures ne connait l’avenir a part ceux,peut etre, qui tentent de manipuler le monde a leurs seuls profits car ils en ont partiellement les renes mais ceux la ils ne parlent jamais ou tres peu au peuple mais ils agissent dans l’ombre.

      Et nous ,que faisons nous??????

    • Non non non, c’est en cours depuis plusieurs années tout ça, et tu te trompes parce que « au dessus » des USA il y a le soleil, et puis au dessus encore le « nouvel ordre mondial ».
      Les US ne sont qu’un outil (et obstacle) pour y parvenir.
      ZH a raison, j’en ai parlé il y a des années, tout ça est inéluctable.

  • Thierry92 Thierry92

    Il serait bien que Zéro Hedge engage un correcteur ou une correctrice digne de ce nom.

    Si tant est qu’ils en aient les moyens.
    « Ce qu’on ne souhaite pas si tenter que cela puisse arriver »

    • voltigeur voltigeur

      C’est gentil à Bobbafett84 d’avoir assurer la traduction,
      alors une petite faute de syntaxe que tous ont certainement
      corrigé est pardonnable vu la longueur de l’article.
      « Ce qu’on ne souhaite pas si « tant est » que cela puisse arriver »

  • BA

    Connaissez-vous le çavapétisme ?

    Et vous-même, êtes-vous çavapétiste ?

    Vendredi 19 décembre 2014 :

    Le déclinisme débouche sur le « çavapétisme ».

    C’est l’hiver des espoirs. Les milieux économiques et financiers parisiens ne trouvent « plus aucun motif » de croire que la situation du pays va aller mieux. Et d’égrener les déceptions : les réformes vont s’arrêter sitôt votée la loi Macron. Regardez Valls qui se range à gauche et Hollande qui prépare « le rassemblement » de son camp avant la bataille de 2017.

    Le pétrole qui chute, le dollar qui monte sont des bonnes nouvelles venues d’ailleurs pour Noël. On s’y accroche, mais pour en mesurer immédiatement l’insuffisance. Idem, on évoque le succès confirmé des grands groupes, mais pour souligner que 2014 aura été l’année de beaucoup de départs, pas de sièges sociaux, mais de dirigeants et de services entiers. On se réjouit des « successfull start-up » françaises, comme Lending Club la semaine passée, mais pour en déplorer l’exceptionnalité.

    L’Europe s’enfonce. La croissance allemande s’est étouffée, elle végète à 1 % et Berlin n’a pas la moindre intention d’engager une politique de relance. Le plan Junker montre l’impuissance des Etats membres à trouver « du vrai argent », comme dit le même Macron, pour faire redémarrer le PIB. La cause profonde du mal européen est cernée : « la distanciation qui s’est installée » entre Paris et Berlin, comme l’avoue l’ancien Premier ministre germanophile Jean-Marc Ayrault lui-même. Partout l’extrême-droite grimpe, l’extrême-gauche aussi, dans les pays méditerranéens. En Europe, mais surtout en France, grossissent les peurs, les replis sur soi, les ressentiments et les exaspérations.

    Encore deux ans et demi à tenir, comme çà, avant 2017 ? Est-ce possible ? Voilà plusieurs années que les déclinistes ont décrit cette France qui glisse doucement vers le bas, irrémédiablement. Ses corps constitués sont arthrosés, paralysés, incapables du sursaut que dicte la situation. La classe politique est prisonnière du déclin, voire incompétente et couarde. Le lent déclin est finalement accepté comme moins douloureux que la remise en cause des avantages acquis, des rentes, des habitudes. Après tout, les deux tiers des Français, les « in », ceux qui ont un CDI dans une grande entreprise ou qui sont fonctionnaires, vivent bien, leurs salaires augmentent… La France a une préférence pour le déclin.

    Dans les rangs des déprimés, aux déclinistes s’ajoute aujourd’hui une nouvelle catégorie : les « çavapétistes », selon le bon mot que m’a soufflé le dirigeant d’un grand organisme public. Les « çavapétistes » pensent que « ça ne peut pas durer », « ça va péter ». La France n’est pas le pays des réformes, mais le pays des révolutions, expliquent-ils. Nous en vivons la confirmation, attention donc à celle qui vient, elle est pour très bientôt, la colère monte, elle est à nos portes.

    Où ? D’où viendra-t-elle ? C’est le mystère des révolutions. On ne sait jamais avant ce qui met le feu aux poudres. Mais les « çavapétistes » ont tout de même cinq scénarios.

    1- D’abord la rue. Chaque usine qui ferme, chaque réforme provoque son défilé. Ouvriers, taxis, médecins, notaires… Les « anti » ne font pas masse, chacun reste de son côté. Mais les Français ont les nerfs à fleur de peau, leurs exaspérations sont telles qu’une coagulation opportuniste est possible. Un jour, tous unis contre… L’année 2015 sans sortie du tunnel va encore échauffer les esprits aigris. Sait-on où cela mènera ?

    2- Ensuite les jeunes. François Hollande voulait en faire la priorité de son quinquennat, mais la jeunesse ne lui en fait aucun gré. L’habite un mélange de profond désintérêt pour la politique et un haut degré inflammatoire. Les crédits qui manquent ici, les suppressions d’enseignement là… et le feu prend. A Nanterre, en 1968, tout est parti de l’accès au dortoir des filles… et l’immense de Gaulle, à la fin, tomba.

    3- La surprise. Les bonnets rouges qui mobilisent toute la Bretagne ? Les « zadistes » écolos qui font école pour bloquer toute atteinte aux grenouilles des marais ? Ailleurs ? N’importe où ? Veillez aux étincelles…

    4- Les marchés financiers. C’est bien entendu la thèse de beaucoup. La France sans réforme, la France des déficits qui glissent, des promesses toujours démenties, la France bloquée joue avec un autre feu : celui de ses taux d’intérêt. Quand la Fed américaine va relever les siens, la planète financière sera entièrement secouée et nul ne peut en prédire les conséquences. Même si la BCE se met à racheter des dettes des Etats, comme prévu au printemps 2015, elle ne pourra pas empêcher le « spread » entre France et Allemagne de s’écarter et le coût des emprunts de s’alourdir de plusieurs milliards. Il faudra immédiatement couper dans les dépenses d’autant, mais le risque sera gros de s’engager dans la spirale qui a mené l’Italie ou l’Espagne vers le gouffre, en 2010. Ce serait le début de « la crise française » et, regardez en Russie, tout se passe alors très vite, la crédibilité de la France peut aller au tapis en quelques jours et le gouvernement avec.

    5- Dernier scénario, qui commence à prendre corps, curieusement, dans les milieux économiques: une victoire de Marine Le Pen. Ce serait le moyen de « lever l’hypothèque ». Comme elle mettrait la France à genoux, par dévaluations massives et nationalisations de force, elle ne tiendrait pas six mois. Le paysage politique pourrait enfin se reconstruire autour des réformistes de gauche et de droite.

    Le « çavapétisme » est une forme de dernier espoir. Du chaos renaîtra une France redevenue normale, ayant enfin décidé d’épouser son époque et de se remettre en avant. Mais il est bien triste d’en arriver à souhaiter la crise. Le pays n’a-t-il plus assez de forces, d’atouts, de responsables courageux, pour s’éviter une catharsis ?

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0204026278458-le-declinisme-debouche-sur-le-cavapetisme-1076628.php

    • d’autant plus que quand ça va péter ça ne va déboucher sur rien de bon, juste du chaos et beaucoup de misère et de souffrance. Bien pire que ce qu’on a maintenant.

      • engel

        Malheureusement comment pourrait-il en être autrement!
        Avec une masse, qui au quotidien trouvent normal de rouler en Audi,Bwm,Mercedes, bien qu’ils n’aient tout juste les moyens de financer une 2CV.

      • engel

        …Et les cons frustrés « qui le valent bien » se défoulent sur les premiers venus.
        Et c’est rarement bon et rarement les bons!

      • on est tous le con de quelqu’un et dans la situation actuelle, c’est de plus en plus la « guerre » (pour l’instant rapport de force chez nous et guerre chez d’autres) de tous contre tous.
        C’est comme si la planète entière était prise de folie, et toutes les lignes de faille sociales s’ouvrent.
        * gauche vs droite,
        * nationaux vs cosmopolite
        * privé vs public
        * vieux vs jeune
        * allogène vs indigène
        etc…

        un beau merdier.

        Les causes sous-jacentes sont hors de notre contrôle « humain ». On est dans de la dynamique systémique, du chaos au sens mathématique (et pas au sens Naomi Klein).
        Cf les travaux de François Roddier … et ceux de la physique sociale (nouveau domaine très prometteur).

        Ce que tu décris vaguement comme les comportements de « consomateurs abrutis » n’est qu’un épiphénomène, et le résultat d’un effet de loupe cognitif qui est plus une résultante qu’une cause de la dynamique sous-jacente.