[Mémoire] Propagande ordinaire en 1941…

Vous croyez que ça a changé depuis? Comme cité plus bas, « toutes ressemblances » ……surtout qu’il n’y avait pas internet dans les années 1940.

[Mémoire] Propagande ordinaire en 1941…

On m’a envoyé cet intéressant ouvrage de propagande collaborationniste de Vichy de juin 1941.

Toute ressemblance etc. O Berruyer

Darlan en 1942./wikipedia

I. — ASPECT GÉNÉRAL DE LA VIE FRANÇAISE

a) ALLOCUTION DE L’AMIRAL DARLAN.

L’Amiral Darlan, vice-Président du Conseil, a adressé le 11 juin, au peuple français, le message radiodiffusé suivant :

Français,

Dans mon précédent message, je vous ai dit que le Maréchal a pris en mains les destinées du pays à l’époque la plus critique de notre histoire.

Prendre le pouvoir dans des circonstances pareilles n’est pas le fait d’un ambitieux, mais bien celui d’un grand patriote.

Nous n’aurons jamais assez de reconnaissance pour notre Chef qui a fait don de sa personne à la France pour la sauver.

Or, sauvée, elle ne l’est pas encore. L’heure n’est pas venue des disputes stériles et des critiques acerbes contre le gouvernement.

L’heure est à la discipline et à l’union.

La défaite engendre toujours le malheur. Et c’est une tradition française de rendre le gouvernement responsable des malheurs du peuple. Nos misères présentes, nous les devons au régime qui nous a conduits à la défaite; c’est lui le responsable, et non le gouvernement du Maréchal qui, héritier d’une situation désastreuse, s’efforce de remédier aux maux dont vous souffrez et d’en réduire la durée.

Il lui faut, pour réussit, du courage, de la ténacité, de l’abnégation et l’appui de la nation. Si la nation ne veut pas comprendre, elle périra.

Nombreux sont ceux qui cherchent à obscurcir l’entendement de la nation.

Comme vous êtes nerveux, inquiets parce que vous êtes malheureux, beaucoup d’entre vous croient tout ce qui se raconte, tout ce qui se chuchote, sans même prendre parfois la peine de réfléchir —
ils tiennent pour des vérités indiscutables ce que leur rabâche tous les jours une radio clandestine ou dissidente payée par une puissance étrangère.

Ils ne se donnent pas la peine de faire le rapprochement pourtant si troublant, entre la propagande gaulliste et la propagande communiste qui, par les mêmes moyens, veulent atteindre le même but: faire naître le désordre dans notre pays, accroître la misère de la population pour empêcher la France de revivre.

Et cela porte à penser que les mots d’ordre auxquels obéissent les chefs communistes, que les subsides qu’ils reçoivent peuvent venir de l’occident de nos frontières.

Français, méfiez-vous et secondez le gouvernement dans sa lourde, dans sa très lourde tâche.

Cette tâche du gouvernement est triple :

  • Améliorer la situation présente du peuple français;
  • Préparer la paix dans la mesure où le vaincu peut le faire;
  • Préparer l’avenir de la France dans la nouvelle Europe.

Il est bon de vous rappeler que l’armistice n’est pas la paix.

L’armistice est une suspension des hostilités dans des conditions fixées par le vainqueur et Acceptées par le vaincu. Il peut être dénoncé unilatéralement par le vainqueur.

Pour la France, ne pas appliquer loyalement l’armistice et donner, de ce fait, motif au vainqueur de le dénoncer équivaudrait au suicide pour elle, pour son Empire.

Appliquer l’armistice, sans essayer d’en atténuer les conditions, c’est maintenir l’état de choses dont vous souffrez grandement.

L’armistice étant un acte signé par l’Allemagne et par nous, si nous voulons le modifier, il nous faut négocier avec l’Allemagne.

Le Maréchal m’a chargé de cette négociation.

Il en approuve les développements.

Pourquoi, vous dites-vous, les Allemands, qui sont vainqueurs, acceptent-ils de négocier ?

Parce que l’Allemagne qui a le dessein de reconstruire l’Europe, sait qu’elle ne pourra le faire utilement qui si les diverses nations européennes appelées à participer à cette reconstruction le font de leur plein gré. Aussi domine-t-elle sa victoire pour nous permettre de dominer notre défaite.

Sachons donc la dominer et penser à la France de demain.

Croyez-vous par exemple, que l’armée d’occupation accepterait de diminuer ses réquisitions et ses prélèvements, si elle avait le sentiment d’une hostilité persistante de notre part ?

Croyez-vous que nos prisonniers nous seraient rendus par l’Allemagne, si elle avait la sensation qu’en agissant ainsi, elle devrait grossir le nombre de ses ennemis ?

Croyez-vous que nos agriculteurs, chassés de leurs fermes, pourront y retourner, si les Allemands ont l’impression que la France reste l’ennemie héréditaire ?

Ces quelques exemples vous suffiront, je pense, pour vous faire comprendre la nécessité des négociations que, sur l’ordre du Maréchal, je poursuis depuis plusieurs semaines pour améliorer notre situation présente.

C’est la première tâche du gouvernement.

La deuxième est la préparation de la paix.

La situation actuelle est sans précédent dans l’histoire. L’une des puissances avec lesquelles nous devons traiter est en guerre avec une autre puissance et ses troupes en opérations occupent une partie de notre sol. La signature d’une paix définitive demeure chose difficile, tant que les grands problèmes posés par le conflit actuel n’ont pas reçu de solution.

Mais, dès maintenant, et sans attendre la fin des hostilités, le devoir du gouvernement est d’agir de telle sorte que soit créé un climat favorable à l’établissement d’une paix honorable. Ce climat ne peut être créé que si nous dominons notre défaite. Cela veut dire qu’il faut nous appliquer à régler notre conduite sur la raison.

Mettez-vous courageusement en face du réel, ne vous abandonnez pas à des réactions sentimentales, qui n’auraient d’autre résultat que d’élargir encore, à notre seul détriment, le fossé que tant de luttes ont creusé entre deux peuples voisins et que nous devons, de part et d’autre, pour la paix de l’Europe, commencer à combler.

Si ce climat ne pouvait être créé, je craindrais une paix désastreuse pour la France. Cette crainte n’est pas fondée sur une impression, elle l’est sur une certitude.
La troisième tâche du gouvernement est de préparer l’avenir de la France dans la Nouvelle Europe. Cette tâche ne peut être utilement entreprise que si la deuxième est menée à bonne fin.

Si nous n’obtenons pas une paix honorable, si la France amputée de nombreux départements, privée d’importants territoires d’outre-mer, entre dans l’Europe nouvelle diminuée et meurtrie,elle ne se relèvera pas. Nous et nos enfants vivrons dans la misère et dans la haine qui engendre la guerre.

La nouvelle Europe ne vivra pas sans la France placée au rang que son passé,sa civilisation et sa culture lui donnent le droit d’occuper dans la hiérarchie européenne.

Français, ayez le courage de dominer votre défaite. Soyez assurés que l’avenir du pays est intimement lié à celuide l’Europe.

Si, pour vous engager dans la voie que le Maréchal et son gouvernement vous invitent à suivre, il vous faut vaincre des illusions ou consentir des sacrifices, puisez votre force dans la certitude que cette voie est pour notre Patrie la voie unique du salut.

c) LE CHEF DE L’ÉTAT.

Hommage des journalistes professionnels.

Le jeudi 5 juin, s’est tenue à Lyon, une assemblée des journalistes résidant actuellement en zone libre. Ils ont constitué un Comité de défense des journalistes professionnels, dont le siège se trouve 200, rue Paul-Bert, à Lyon (3e).
Au début de leur réunion, ils ont voté l’ordre du jour suivant:

« 136 journalistes professionnels représentant 369 mandats, réunis pour la discussion de leurs intérêts professionnels, conscients de la haute mission qui leur incombe dans la réalisation de la Révolution nationale, décidés à faire tout leur devoir en secondant le gouvernement dans la lourde tâche de redressement national par l’union de tous, autour du chef de l’Etat, qui, trois fois, sauva la Patrie, donnant l’exemple de l’abnégation, assurent le Maréchal Pétain et ses collaborateurs de leur entier dévouement et leur font confiance pour la défense de leurs intérêts moraux et matériels. »

Source Les-crises.fr

A lire aussi, à propos des millions empruntés par le FN à une banque Russe..

[2 poids, 2 mesures] Ils sont vraiment énormes chez Mediapart…

Et voir l’article du Saker-Français sur l’affaire des Mistral

En reportant sine die la livraison des Mistral, la France fait preuve d’une couardise déshonorante..

6 commentaires