Grams, un moteur de recherche pour le dark Net

Un nouveau moteur de recherche est apparu, celui-ci permettant de faire sensiblement comme Google, mais dans le darkweb et de manière anonyme. Grosse méfiance quand-même face à une telle information qui est en train de faire le tour des salles de presse…

2,5 gr d’héroïne? 0,7 Bitcoin, soit environ 250 euros. Un pistolet Glock 9mm? 1.600 euros. Un faux passeport danois? 800 tor_675euros. Dans les méandres du dark Net, ces 90% du Web non indexé par les moteurs de recherche traditionnels, tout se vend. A condition de savoir où acheter. C’est là qu’arrive Grams, un moteur de recherche qui veut devenir le Google du côté obscur.

On n’accède pas à Grams par son navigateur traditionnel. Il faut installer le client TOR, qui anonymise le trafic à travers plusieurs relais intermédiaires, et coller l’adresse http://grams7enufi7jmdl.onion dans le champ URL. On atterrit alors sur un moteur aux couleurs de Google –il y a même le bouton «J’ai de la chance».

Article complet sur 20minutes.fr

Une grosse méfiance donc, car avec Tor, l’anonymat est très relatif. Dernièrement, des centaines de sites ont été fermés et des arrestations ont eu lieu:

Les polices des Etats-Unis et de 16 pays européens ont fermé des centaines de sites internet transformés en marché noir de la drogue et des armes, cachés derrière le paravent du réseau Tor.

Dix-sept personnes ont été arrêtées lors de cette large opération internationale lancée jeudi par les polices américaine et de 16 pays européens, a précisé vendredi l’office européen de police Europol.

Un total de 414 sites ont été fermés, assure l’organisation, qui a refusé d’indiquer comment les policiers avaient réussi à identifier les vendeurs et administrateurs des sites.

« Il faut bien se rendre à l’évidence que les délinquants utilisent des technologies de pointe pour commettre leurs méfaits et dissimuler les preuves et ils se cachent derrière les frontières internationales pour échapper aux forces de police », a affirmé la procureure adjointe du ministre de la Justice américaine, Leslie Caldwell.

Cette vaste opération commune visait ces marchés noirs « fonctionnant comme des services cachés sur le réseau Tor », a expliqué Europol.

Tor, logiciel libre et gratuit, est une plateforme qui garantit l’anonymat sur internet. « The Onion Router », son nom originel d’où est tiré l’acronyme Tor, permet de superposer des couches de protection afin de ne pas être découvert.

Plus d’informations sur larep.fr

Et les utilisateurs eux aussi sont étroitement surveillés par la NSA:

« Ceux qui veulent dissimuler leur trace sur internet ont forcément quelque chose à cacher ». C’est suivant cette réflexion que la NSA a fait des utilisateurs du réseau anonyme Tor l’une de ses cibles favorites, n’hésitant pas à employer tous les moyens à sa disposition.

La fuite de nouveaux documents classés secrets révèle que la NSA effectue une surveillance poussée, en violation des lois, des gestionnaires, volontaires et même visiteurs du site de Tor aux États-Unis et en Europe.

Tor (The Onion Router, qui peut se traduire littéralement par le routeur oignon) est un réseau décentralisé, qui permet de rendre anonymes les échanges de ses utilisateurs en procédant à un routage en oignon pour brouiller les données. Des précédents rapports avaient déjà fait état des assauts infructueux de la NSA pour casser l’anonymat que procure le réseau à ses utilisateurs.

Selon la chaîne de télévision allemande Das Erste, à l’origine de ces révélations, dans le cadre du programme XKeyscore (outil ultime d’espionnage de la NSA, qui permettrait d’examiner quasiment tout ce qu’un utilisateur fait sur Internet), la NSA surveillerait les principaux nœuds de Tor. Das Erste cite notamment le serveur dirigé par Sebastian Hahn en Allemagne. Ce serveur appelé « Directory Authority » est un élément central de Tor, car il permet à un utilisateur Tor de télécharger la liste de tous les nœuds Tor.

Les serveurs dans le réseau Tor figurant dans cette catégorie ne sont pas nombreux. Le code source du programme Xkeyscore que détient Das Erste permet d’en dénombrer seulement 9, répartis en deux groupes, pour distinguer ceux faisant partie de l’alliance Five Eyes (agences de sécurité alliées de la NSA dans l’espionnage).

En agissant ainsi, la NSA peut collecter des métadonnées sur les utilisateurs de Tor lors de leur première connexion au réseau.

La NSA procéderait également à une analyse des mails adressés aux gestionnaires de Tor. Pour contourner le blocage de Tor dans certains pays, dont la Chine, il est possible de demander par mail aux gestionnaires une liste de serveurs privés, plus discrets, pour se connecter au réseau. La NSA intercepterait systématiquement tous ces mails.

Suite et fin sur Developpez.com

Méfiez-vous d’internet, et de l’anonymat qui vous est promis par certains sites, l’anonymat total n’existe pas hormis pour certains hackers expérimentés qui savent comment procéder.

7 commentaires

  • Scoob

    c’est marrant que tu post ça , j’ai fais des recherches sur ça cette nuit.

  • Le Vieil Anar

    C’est clair que je serais la NSA ou n’importe quel service de renseignements, je commencerais par le Darkness…

  • Bardamu

    Le secret de TOR, c’est qu’il partage votre IP avec les autres utilisateurs ! Pendant que vous téléchargez anonymement les 43 saisons de l’inspecteur Derick, un autre upload des images pédophiles avec votre IP !

    • hotchiwawa

      Clair!
      J’avais déjà averti à ce sujet lol.

      Ils mettent quelques centaines d’ordi de la NSA connectés à TOR et ils se chopent tranquillement les IP des boulets qui s’y connectent.

  • M SE

     » 2,5 gr d’héroïne? 0,7 Bitcoin, soit environ 250 euros. Un pistolet Glock 9mm? 1.600 euros. Un faux passeport danois? 800 tor_675euros. Dans les méandres du dark Net, ces 90% du Web non indexé par les moteurs de recherche traditionnels, tout se vend. A condition de savoir où acheter. C’est là qu’arrive Grams, un moteur de recherche qui veut devenir le Google du côté obscur.

    On n’accède pas à Grams par son navigateur traditionnel. Il faut installer le client TOR, qui anonymise le trafic à travers plusieurs relais intermédiaires, et coller l’adresse http://grams7enufi7jmdl.onion dans le champ URL. On atterrit alors sur un moteur aux couleurs de Google –il y a même le bouton «J’ai de la chance».

    Article complet sur 20minutes.fr »

    => 20minutes dit n’importe quoi et ne connaît rien du sujet comme les autres torchons du genre, LME vous qui êtes les premiers à critiquer ces torchons sur des articles que des journalistes débiles publient sans rien y connaître vous êtes régulièrement entrain de publier des articles de ces choses comme étant une « source » (sauf quand vous comparez avec d’autres sources les sources plus officielles avec des sources plus officieuses en montrant que les sources officielles c’est du « caca boudin viva la révolution ». Par ailleurs l’article parle de Grams qui n’est qu’un moteur de recherche accessible uniquement en utilisant TorBrowser et non de ce qu’il serait possible de se procurer via le réseau Tor, vous diabolisez encore le réseau Tor au même titre que ce que les gens appellent « journal » qui dès qu’ils parlent de Tor parlent tout de suite des méchants terroristes et des méchants messieurs qui vendent de la drogue et des armes mais de rien d’autres, dès le début de l’article vous mettez dans l’ambiance « journalistique ».

    « Les polices des Etats-Unis et de 16 pays européens ont fermé des centaines de sites internet transformés en marché noir de la drogue et des armes, cachés derrière le paravent du réseau Tor.

    Dix-sept personnes ont été arrêtées lors de cette large opération internationale lancée jeudi par les polices américaine et de 16 pays européens, a précisé vendredi l’office européen de police Europol.

    Un total de 414 sites ont été fermés, assure l’organisation, qui a refusé d’indiquer comment les policiers avaient réussi à identifier les vendeurs et administrateurs des sites.

    « Il faut bien se rendre à l’évidence que les délinquants utilisent des technologies de pointe pour commettre leurs méfaits et dissimuler les preuves et ils se cachent derrière les frontières internationales pour échapper aux forces de police », a affirmé la procureure adjointe du ministre de la Justice américaine, Leslie Caldwell.

    Cette vaste opération commune visait ces marchés noirs « fonctionnant comme des services cachés sur le réseau Tor », a expliqué Europol.

    Tor, logiciel libre et gratuit, est une plateforme qui garantit l’anonymat sur internet. « The Onion Router », son nom originel d’où est tiré l’acronyme Tor, permet de superposer des couches de protection afin de ne pas être découvert.

    Plus d’informations sur larep.fr »

    => Bande de cons débiles de larep.fr, qui publient juste ce que dit le tout puissant chef d’Europol et le tout puissant chef du FBI sans préciser que les centaines de sites fermés et saisis étaient hébergés aux mêmes endroit pour la pluspars (des hébergeurs collaborateurs médiocres) et que la sécurité laissé grandement à désiré puisque beaucoup des individus qui tenaient ces sites utilisaient des conneries de GMail ou que leur site n’était pas sécurisé, la faille n’est pas du réseau Tor mais elle est ailleurs, DÉSINFORMATION OBLIGE (on a l’habitude de la désinformation permanente peu importe les « camps »).

    Bon je ne vais même pas répondre à la suite de l’article qui contribue à l’instrument de la peur « Et les utilisateurs eux aussi sont étroitement surveillés par la NSA » tandis qu’il est possible de contourner de mille manières la « surveillance de la NSA ».

    « Le secret de TOR, c’est qu’il partage votre IP avec les autres utilisateurs ! Pendant que vous téléchargez anonymement les 43 saisons de l’inspecteur Derick, un autre upload des images pédophiles avec votre IP ! »

    => La connerie ne s’arrêtera jamais, elle est perpetuelle.