Fusion froide : le chat (E-Cat) est enfin sorti de sa boîte

Par Jean-Pierre Cousty

Il y a plus d’une vingtaine d’années, déjà, la science découvrait une nouvelle forme d’énergie révolutionnaire, laquelle reste encore largement inexpliquée dans sa théorie. D’abord révélée par deux scientifiques de renom, MM. Pons et Fleischmann en 1989, la fusion froide, ou LENR (Low Energy Nuclear Reaction ou réactions nucléaires à basse énergie), cette découverte a rapidement été mise à l’écart par la physique nucléaire conventionnelle et officiellement oubliée.

Pas par tout le monde car il y a 4 ans, un ingénieur italien, Andrea Rossi, réussissait à mettre au point un appareil, empiriquement (il dit avoir essayé des centaines de combinaisons), avec l’aide du Prof. Focardi. Cet appareil baptisé, E-cat, pour « energy catalyzer » ne cesse d’émerveiller ceux qui l’ont vu fonctionner. Il s’agit d’un petit tube contenant une poudre mystérieuse, principalement du nickel en présence d’hydrogène, laquelle, échauffée au démarrage par une résistance, délivre une chaleur pouvant atteindre 1400°C et cela pendant plusieurs mois avec un très bon rendement (COP1).

Depuis, bien sûr, il y a eu de nombreux détracteurs avec des épisodes très virulents2 car la fusion froide ne rentre pas dans la bonne orthodoxie de la physique nucléaire classique. Comment peut-on imaginer la fusion froide alors que la science officielle ne considère la fusion des atomes d’hydrogène qu’à des températures extrêmement élevées, identiques à la température de surface du soleil, de l’ordre de plusieurs millions de degrés. Voir l’étude en cours avec la construction pharaonique du fameux Tokamak, d’ITER, de Cadarache.

Malgré l’enjeu considérable de la découverte ainsi que les congrès annuels répétés, dans plusieurs pays du monde, dont les États-Unis, la Corée, et bien d’autres, les médias traditionnels sont restés discrets et ont passé sous silence toutes les péripéties d’essais, de contre-essais, pendant presque quatre ans3.

Mais aujourd’hui, et pour la première fois, des essais ont été effectués par une équipe de scientifiques d’universités (italienne et suédoise) totalement indépendante et soumise au strict protocole des comités de lecture. Les essais ont commencé en mars 2014 et le rapport final vient juste de « fuiter », le 8 oct. 2014, sur le net, avec semble-t-il, l’approbation de l’ingénieur A. Rossi. Ce rapport devrait permettre à l’ingénieur Rossi de sortir de l’ombre pour marquer sa victoire totale sur ses nombreux détracteurs. Le but, pourtant, n’étant pas de faire taire les critiques mais d’apporter au monde la certitude d’une découverte extrêmement importante.

E-Cat

Voici quelques extraits du préambule du rapport :

« … Le réacteur nommé e-cat contient une petite charge d’hydrogène, de la poudre de nickel avec en plus quelques additifs, principalement du lithium. La réaction est amorcée par la chaleur de résistances autour du tube du réacteur. Les mesures de la puissance émise du réacteur ont été exécutées avec une image thermique à haute résolution. […] Les données ont été rassemblées pendant 32 jours de suite en mars 2014. Le réacteur a été mis à environ 1260 ºC dans la première moitié du test et à environ 1400 °C dans la deuxième moitié. Le bilan énergétique mesuré a apporté un COP* d’environ 3.2 et 3.6 pour respectivement les 1260 ºC et 1400 ºC des essais. L’énergie nette totale obtenue pendant les 32 jours exécutés était environ 1,5 MWh. Cette quantité d’énergie est beaucoup plus grande que celle qui pourrait être obtenue de n’importe quelle source chimique connue dans le petit volume du réacteur… La composition d’isotope dans le lithium et le nickel a changé considérablement après les tests… Aucune radioactivité n’a été détectée à l’extérieur du réacteur pendant l’essai. »

Les auteurs poursuivent : « Même dans les scénarios les plus conservateurs, nous avons des valeurs qui nous permettent de conclure que le réacteur étudié ici ne peut être considéré comme une source conventionnelle d’énergie. »

Ces spécialistes insistent pour dire que les performances n’ont pas été poussées à l’extrême, ce n’était pas l’enjeu, et que les 32 jours d’essais ne constituent pas une indication de durée maximale d’utilisation. Rossi a par ailleurs indiqué avoir fait des essais sur des durées de six mois en continu, avoir fait fonctionner son appareil en auto-alimentation et avoir obtenu des C.O.P supérieurs avec d’autres paramètres. Le rapport donne cependant beaucoup d’informations de tous ordres, même sur la composition de la poudre contenue dans le tube. Il s’agit d’une poudre très fine de nickel, avec du lithium, du fer, de l’aluminium et de la poudre donnant de l’hydrogène comme catalyseur, avec de l’oxygène et du carbone. Ce n’est pas avec ce type d’indications qu’il devrait être possible de copier le procédé de l’ingénieur Rossi.

Les auteurs concluent : « En résumé, la performance du réacteur E-cat est remarquable. Nous avons un dispositif d’énergie thermique généreux, compatible avec des transformations nucléaires, mais il fonctionne à basse énergie et ne donne ni déchets radioactifs nucléaires, ni n’émet de radiation. D’après la culture générale de base de la physique nucléaire ceci ne devrait pas être possible… Les résultats d’E-Cat sont trop remarquables pour ne pas donner suite. De plus, si l’E-Cat prouve ses performances dans la durée avec de nouveaux tests, l’invention E-Cat a un grand potentiel pour devenir une source d’énergie importante. »

Ce que ne dit pas ce rapport c’est que le prix de revient de cette énergie nouvelle est absolument minime et que le nickel (très peu est consumé dans la réaction et il peut être recyclé) est un métal abondant sur terre.

Nous avons désormais une preuve officielle que l’avenir de l’énergie mondiale ne se fera peut-être pas dans un futur proche par des éoliennes ou du solaire mais par la mise en application de cette fusion froide même si cela prend plusieurs décennies.

Article complet sur Contrepoint, merci à Laurent pour le lien

 

16 commentaires

  • gnafron

    depuis le temps que le chat était enfermé dans sa boite,
    plus personne ne savait s’il était vivant…
    j’avais même fini par penser tristement que tout cela n’était
    qu’enfumage
    bon, c’est vrai qu’octobre, c’est un bon mois pour les trucs
    révolutionnaires..hé! hé!
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • gnafron

    mais ces salauds vont ruiner le marché du carbone !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_du_carbone

    • Oui, c’est presque çà en fait!
      Question justification et détails théoriques çà se vaut. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      Plus sérieusement à propos de l’E-cat: Un procédé qui met si peu de matériel en oeuvre et qui n’a été copié par aucun pays, aucune compagnie, aucune organisation (même illégalement), tout çà parce-que la « science conventionnelle » ne s’y intéresse pas, çà relève plutôt du chat-tartine que d’un projet sérieux !

      De plus, vu les composants employés dans le mélange, ce générateur n’aurait rien d’écologique.

  • On devait déjà acheter l’e-cat domestique il y a 2 ans … on attends toujours, et en on est encore aux « rapports ».

    Super si ca existe, mais franchement, pour avoir suivi l’affaire depuis un moment, ça sent le serpent de mer.

    Mais bon … attendons de voir. Tant que c’est pas commercialisé, tout ça nous fait une belle jambe. Et faudra voir a quel prix … qui pourra se l’offrir en dehors d’Attali et ses pots ?

  • aloamars

    bonne nouvelle

    si ça permet de sortir des taxes eco-rakette et augmenter la pollution à cause des politiques écologiques ça serait pas mal
    politique écologique:
    – doublement des bouchons en région parisienne en 15 ans
    – augmentation du co2 partout dans tous les pays utilisant des éoliennes
    etc…

    • 哟哟山羊

      L’écologie politico business répressive est très dangereuse. Y compris en allemagne, les vapeurs du carburant sans plomb sont hyper cancerigènes. Merci à nos écoco deutchlandais.

      • vaick

        bien sur le sans plomb contient du benzene connu et reconnu cancerigene par la medecine du travail (cancer du sang)
        l ethanol n est pas formidable non plus pour la sante et encore moins pour moteurs (surtout les joints)produit extrêmement corrosif

  • Bonom

    Bonjour les enragéshttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif
    Si cette technologie (que je suis depuis le début) existe vraiment, les revendications légitimes émises par les Kanaks risquent de se compliquer d’avantage… Car à l’heure actuelle, en plein « Age d’or » des 1% et au même titre que les autres ressources naturelles, ils seront surement victimes d’un false flag grotesque et classés, comme tous les autres, dans la catégorie « terroriste ». N’oublions pas que le nickel sert aussi à rendre le métal inoxydable. Dassault et nous, en sommes très gourmands. Sans lui, le rafale ne serait plus Le Rafale et l’inox qu’un vulgaire bout de fer qui rouillerait à la première flotte… entre autres. Kanaky porte déjà en elle beaucoup de cicatrices qui déchirent ses montagnes et ce Pays commence à peine à imposer ses conditions, sans révolution, face à la prostitution intellectuelle des grandes firmes. Certains diront que la consommation de nickel de l’E-cat est infime. C’est que je ne maîtrise pas la transcendance qui donne cette énergie. Est-ce que les marchés vont ajuster les cours de cette matière première? La France est présente en Nouvelle-Calédonie et cette île représente 30% du nickel mondial… Espoir énergétique contre peur environnementale. Le dilemme est cruel. Mais en l’état actuel de notre philosophie énergétique… mes craintes semblent viscérales. Le goût du prestige est flatteur pour l’homme, et le Kanak, comme tous autres indépendantistes, du Yunnan au Pays Basque en passant par les Amériques et le reste du monde… est avant tout un homme.
    L’E-cat c’est bien mais alors, peut être, après la révolution…

  • babaorom

    Non, la fusion froide est un attrape-couillons.

    Déjà en 2012 la commercialisation devait commencer, mais retards et ambitions de produire des catalyseurs encore plus performants ont retardé cette commercialisation.

    En 2013, peu de nouvelles. Ils améliorent encore le rendement ?

    Fin 2014, ils démontrent une production d’électricité qui… ne pourrait pas être expliquée par les méthodes conventionnelles… A moins d’une mauvaise manipulation ou encore des mesures non conventionnelles, ou d’une annonce purement mensongère ?

    Bref, on nous refait le coup de la découverte de la fusion froide, du coup faudra encore attendre des années pour une commercialisation. Et à ce moment là, on redécouvrira que la fusion froide permet une production d’électricité inexplicable par les méthodes conventionnelles…

    Voir cet article et les commentaires associés :
    http://www.supercondensateur.com/fusion-froide-et-supercondensateur

    • vaick

      « la fusion froide est un attrape-couillons » bien rapide conclusions d une technologie qui vous dépasse
      les plus petits esprit ont les plus gros prejugès
      victor hugo
      comme pour tesla et le courant alternatif ridiculiser par edison !
      « jouer avec le courant alternatif est une perte de temps personne ne l utilisera jamais »
      thomas edison 1889
      pasteur a son epoque a ete victime de cretins comme pierre pachet
      « la ridicule theorie des germes de louis pasteur relève de la fiction » 1872
      et c est valable dans divers domaines aviation « une machine plus lourde que l air ne pourrait jamais volès »en medecine etc ….
      a la mort de Nikola Tesla, en 1943, la Cour suprême américaine frappa de nullité le brevet de la radio de Marconi, reconnaissant un peu tard l’antériorité des travaux de Tesla
      se mefier par principe des détracteurs
      tres souvent de scientifiques incompétent ou vendu aux lobbyistes , on comprends les énormes intérêts financier a conserver le petrole et les filières nucléaire classiques.
      en 1931, le Dr. Nikola Tesla fit des essais sur route d’une berline Pierce Arrow haut de gamme propulsée par un moteur électrique à courant alternatif, tournant à 1.800 t/m, alimenté par un récepteur de l’énergie terrestre ,Le récepteur d’énergie (convertisseur d’énergie gravitationnel) avait été fabriqué par Tesla lui-même.

      http://www.arcturius.org/chroniques/la-voiture-a-energie-libre-de-nicolas-tesla-a-78-ans-et-fini-sa-vie-au-fond-dune-casse/

      l helium 3 ,les reacteurs a thorium,l energie libre et quand toutes ces nouvelles technologies et d autres a venir ne seront plus sabotées par la finance et de pseudo scientifiques serviles , le monde pourras se tourner vers le meilleur pour le plus grand bien de l humanité

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    « Production d’énergie pas cher », c’est impensable vous pensez bien, ils trouveront bien le moyen de t’enterrer ça comme le reste, http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif c’est comme si c’était fait ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • Arnaque pour soutenir et manipuler le prix du nickel avant l ouverture de nouveau forage en nouvelle calédonie? –
    Si la fusion froide devait marcher, il faudrait discrètement retarder la sortie du produit, pour vendre un maximum de petrol le plus cher possible et le plus rapidement possible.