Santé: Augmenter sa « graisse brune »

graisse_brune_690x350© Inconnu

Cinq études publiées courant 2009 ont montré que l’homme adulte possède de la graisse brune qui, au lieu de stocker les lipides comme la graisse blanche, brûle les calories [1]. La présence de graisse brune était bien connue chez les nourrissons. Elle leur sert à produire de la chaleur, et ainsi éviter l’hypothermie. Elle est aussi abondante chez les animaux qui hibernent. À la fin de l’hiver, leur graisse brune s’active pour brûler la graisse blanche et ainsi réchauffer l’animal.
Enfin, on retrouve de la graisse brune chez les petits mammifères vivant dans les zones froides, où elle leur sert également de « radiateur » intégré. Chez l’homme adulte, les scientifiques avaient toujours pensé qu’il n’y avait pas de graisse brune.

Selon un article paru dans la revue « La Recherche » :

« Cette conviction était si bien ancrée chez les physiologistes qu’ils n’ont, pendant des années, pas prêté attention à diverses observations qui la remettaient en cause. Il faut dire que ces observations étaient réalisées dans un champ d’investigation éloigné du leur : l’imagerie médicale en cancérologie. Et que les articles en faisant état étaient publiés dans des journaux spécialisés de médecine nucléaire, peu susceptibles d’arriver sous leurs yeux.[2] »

Les cancérologues, en effet, ont l’habitude de localiser les tumeurs en recherchant les tissus consommant beaucoup de calories. Or, ils se sont aperçus qu’il y avait des zones du corps de l’adulte qui, sans être cancéreuses, brûlaient beaucoup plus de calories que les autres : les zones de graisse brune, qui se trouvent le long du cou et des clavicules.

Les cellules de graisse brune, que les médecins appellent « adipocytes bruns » (adipo : graisse, et cyte : cellule, en grec) sont très différentes des cellules de graisse blanche. Elles sont très riches en mitochondries, les petites centrales électriques des cellules. Et ces mitochondries, pour permettre à la cellule de remplir ses fonctions (comme, par exemple, se contracter pour les cellules musculaires), ne produisent pas de l’énergie cellulaire. Elles fabriquent uniquement de la chaleur, ce qu’on appelle « thermogenèse ».

C’est très important pour vous parce que cela signifie que si vous avez beaucoup de graisses brunes, ces graisses vont brûler des calories.

Or, des recherches toutes récentes ont montré qu’il est possible d’augmenter vos quantités de graisse brune tout simplement en portant des vêtements moins chaud, en dormant dans une atmosphère plus fraîche [3], et en frissonnant [4]. Vous mettre suffisamment au frais 10 à 15 minutes par jour pour frissonner augmentera autant votre « bonne » graisse brune que de faire de l’exercice physique modéré. Le frisson est en effet une réaction naturelle de contraction des muscles pour produire de la chaleur et réchauffer le corps, lorsque la température est insuffisante. Les frissons démarrent lorsque la température ambiante descend en dessous de 16°C, et que l’on porte des vêtements légers.

La graisse brune contre le diabète et l’obésité

Le Dr Paul Lee de l’Institut de recherche médicale Garvan à Sydney (Australie), explique que : « L’intérêt pour le domaine des graisses brunes a beaucoup augmenté ces dernières années parce que leur capacité à brûler de l’énergie en fait une possible cible thérapeutique contre l’obésité et le diabète [5]. »

Les recherches qu’il a menées ont permis d’établir que 50 g de graisse brune permettent de brûler jusqu’à 50 g de graisse blanche par jour (300 kilocalories). Les personnes qui ont beaucoup de graisse brune ont aussi moins de glucose dans le sang. Les graisses brunes pourraient donc permettre de lutter à la fois contre l’obésité et le diabète.

Transformez votre graisse blanche en graisse brune !

La bonne nouvelle est que vos cellules de graisse blanche sont capables de se transformer en cellules de graisse brune. Cela se produit sous l’effet d’une hormone découverte par les chercheurs de l’Université d’Harvard en 2012, l’irisine. Cette hormone est produite par les muscles lorsque vous faites de l’exercice physique et… lorsque vous frissonnez.

Selon les tests qu’ils ont menés, vous fabriquez autant d’irisine en frissonnant pendant 10 à 15 minutes qu’en faisant une heure de vélo. Mais l’effet est encore plus fort lorsque vous prenez l’habitude de vivre, et surtout de dormir, dans une atmosphère fraîche. Une étude publiée en juin 2014 dans la revue « Diabètes » indique que dormir dans une chambre à 19°C augmente la quantité de graisse brune chez l’homme de 30 à 40 %, tandis que dormir à 27°C la réduit [6]. Pendant la journée, vivre dans un intérieur à 19°C est largement suffisant. Malheureusement, la tendance actuellement est de chauffer toujours plus les immeubles, de nombreuses personnes, surtout âgées, montant le thermostat à 22°C, une température suffisante pour diminuer fortement leur taux de graisse brune, et provoquer une prise de poids.

À bon entendeur, salut !

Notes :

[1] Études menées par Saverio Cinti, à l’université d’Ancone avec Jan Nedergaard, Wouter van Marken Lichtenbelt à l’université de Maastricht, Ronald Kahn au Joslin Diabest Center de Boston, Pirjo Nuutila, à l’université de Turku, en Finlande, et Masayuki Saito du Tenshi College à Sapporo.

[2] 4 Graisse brune contre graisse blanche

[3] ‘Good’ brown fat stimulated by cold, study shows

[4] Irisin and FGF21 Are Cold-Induced Endocrine Activators of Brown Fat Function in Humans, Paul Lee et al., published in Cell Metabolism, 4 February 2014.

[5] Shivering ‘as good as exercise’ for producing brown fat

[6] Temperature-acclimated brown adipose tissue modulates insulin sensitivity in humans.

Source: Santé Nature Innovation via Sott.net

 

4 commentaires