Chroniques de la MERDE. Deuxième partie : le Monde Libre Globalisé

Le Monde Libre Globalisé (GLURB)

Le Monde Libre Globalisé est constitué de l’ensemble de ses membres (et plus particulièrement des membres de l’Union Européenne des Républiques Démocratiques, la MERDE). Cependant, et contrairement à l’idée reçu, les membres du Monde Libre Globalisé (prononcer GLURB), n’ont en pratique comme en théorie, aucune idée de ce qui peut constituer le GLURB et sont pour la plupart totalement ignorants du fait qu’ils en sont membres et qu’une telle institution existe (si jamais elle existe).

Cela s’explique naturellement par le fait que le GLURB n’existe pas en théorie, bien qu’il se comporte comme tel dans la pratique. Dans les faits on peut toutefois présupposer l’existence pratique du GLURB par les méfaits de toute une série d’institutions supranationales qui dépassent de la MERDE, (celles là bien connues des membres du GLURB que ce soit en théorie ou en pratique). Elles sont en théories indépendantes des différents membres qui les composent mais sont en pratique subordonnées aux membres les plus influents dont elles constituent les outils de gouvernance globalisée. Les membres influents du GLURB sont, comme chacun l’ignore en théorie mais le reconnaît bien volontiers dans la pratique, les hauts représentants du Bouffisme que l’on appelle couramment les Patrons. De par leur qualité de hauts représentants de la doctrine et leur altitude de croisière élevée, ils dépassent continuellement de la MERDE.

Ainsi on ne s’étonnera pas que la doctrine officielle du GLURB, inexistante en théorie mais appliquée dans la pratique, soit « plus de liberté pour tout le monde ». Cette doctrine, inexistante en théorie, ne s’applique en pratique qu’à elle-même. Ainsi, « plus de liberté » signifie en pratique « plus de liberté pour le Bouffisme » et l’expression « pour tout le monde » signifie en réalité « pour le Bouffisme ». Ce qui donne en pratique : « plus de liberté pour le Bouffisme pour le Bouffisme ». Formule que l’on peut résumer ainsi : « plus de liberté pour le Bouffisme » sans que le sens en soit altéré.

Comme on peut le constater, la doctrine du GLURB est relativement proche de celle du Bouffisme qui est en théorie « toujours plus pour tout le monde », et qui en pratique se traduit par « toujours plus pour le Bouffisme ». En condensant les deux doctrines, et sans que cela n’altère le sens aussi bien théorique que pratique de l’une comme de l’autre, on obtient ainsi : « toujours plus de liberté pour le Bouffisme », que l’on peut traduire dans la pratique, sans que cela n’altère le sens, par le terme de globalisation qui présente l’avantage d’être bien connu de tout le monde, que ce soit en théorie ou en pratique.

Pour résumer on peut donc dire que le GLURB constitue en pratique le gouvernement du Bouffisme, bien qu’il n’existe pas en théorie. Le GLURB est contrôlé en pratique par les Patrons et poursuit les buts du Bouffisme selon sa doctrine « plus de liberté pour le Bouffisme ». Pour ce faire il s’est doté de toute une série d’institutions supranationales qui existent en théorie comme en pratique et dont les membres font automatiquement parti du GLURB sans le savoir. On peut comparer le GLURB à une bactérie : tout le monde l’attrape mais personne ne le sait. Quant à ceux qui essayent de se protéger, ils ne perdent rien pour attendre…

4 commentaires