Le pétrole du Kurdistan a t-il motivé l’intervention militaire américaine contre l’EIIL ?

C’est ce que suggère un article très bien documenté, comme souvent, du blog finance. Selon l’analyste Elisabeth Studer, la progression de l’EIIL dans le nord Irak mettrait en péril les capacités exportatrices du Kurdistan, or cette région de l’Irak est le deuxième centre pétrolifère du pays. La présence de l’EIIL au Nord de la Syrie avait déjà été motivée par le contrôle des champs pétroliers, ce qui avait du reste probablement motivé le conflit avec le front Al-Nosra. L’entrée de l’EIIL en Syrie avait en effet fait suite à la levée de l’embargo de l’Union Européenne sur les exportations de pétrole Syrien au printemps 2013, décision qui avait pour but de permettre le financement de la « rébellion ». Le pétrole Kurde est lui d’or et déjà disponible sur le marché de l’exportation, via la Croatie et la Turquie, et un pipeline d’une capacité de 100000 barils/jours alimente cette dernière…

Selon le le site d’information « Jutarnji List », cité par l’agence de presse Reuters, un pétrolier transportant du pétrole brut du Kurdistan irakien est entré dans le porte croate Omisalj. Ce pétrolier contenant 80.000 mètres cubes de pétrole devait être déchargé dimanche.
Il s’agit de la quatrième cargaison d’une telle envergure de brut en provenance du Kurdistan irakien, chargée dans un port de Turquie, à destination de la Croatie.

Un tel événement est loin de devoir être pris à la légère car il démontre qu’en dépit de ses désaccords avec le gouvernement central de Bagdad sur l’exportation du pétrole, le Kurdistan a pu trouver des débouchés pour sa production.

Selon David Rigoulet-Roze, spécialiste des questions énergétiques au Moyen-Orient, s’exprimant sur TV5Monde, du pétrole du Kurdistan est exporté depuis janvier, via des camions citernes vers la Turquie.
Autre alternative en dehors de la voie maritime : depuis mai 2014, un pipeline ayant pour destination le port turc de Ceyhan permet également de fournir la Turquie en hydrocarbures. Laquelle assume pleinement ses relations économiques avec cette région d’Irak. Elle affirme même haut et clair destiner ce pétrole au marché international.

Le gouvernement du Kurdistan a en effet décidé d’octroyer des concessions pétrolières à des entreprises étrangères (Exxon Mobil, Chevron, Total) sans l’aval de Bagdad, avec l‘ouverture d’un oléoduc partant de Tak Tak (raffinerie dans la région d’Erbil), d’une capacité actuelle de transit vers la Turquie de 100 000 barils jour, pouvant atteindre à terme 400 000 barils jour.

A noter que le Kurdistan irakien produit 125 000 barils/jour et souhaite porter sa production à 200 000 barils/jour dans les prochains mois, puis à 400 000 barils/jour à la fin 2014. La construction de nouveaux sites de pompages est envisagée afin de porter le volume extrait à 1 million de barils/jour.

L’Irak unitaire est le deuxième pays de l’OPEP en terme de réserves pétrolières, après l’Arabie saoudite. Néanmoins, son potentiel s’avère être sous-utilisé en raison de l’embargo mis en place contre Sadam Hussein.

Rappelons à toutes fins utiles que l’intervention militaire américaine qui a débuté le 8 août dernier a officiellement pour objectif de protéger les minorités religieuses du Kurdistan irakien, massacrées par les djihadistes de l’Etat islamique.

Il n’en demeure pas moins que certains analystes estiment que cette intervention américaine s’avère être quelque peu tardive, soulignant également que cette partie de l’Irak s’avère être particulièrement riche en pétrole, puisque qu’elle constitue le deuxième pôle exportateur d’Irak.

Lire la suite sur le blog finance

4 commentaires

  • Maverick Maverick

    Cette question … La mission de l’EIIL, c’est d’effacer la frontière entre la Syrie et l’Irak, pas de devenir un état pétrolier ! ET maintenant que l’Armée Syrienne Libre réclame des frappes US dans sa zone aussi, Damas et Moscou vont être bien en peine de refuser, sous peine de passer pour des complices de cette bande d’affreux …

    http://rt.com/news/180856-syria-rebels-us-airstrike-isis/

    L’alternative serait pour Poutine d’envoyer des moyens militaires (lesquels ?), mais j’avoue que je n’en serais pas forcément ravi; plus ça va, plus ça m’évoque l’Armaggeddon de l’Apocalypse; j’ai peur que ça donne des idées à certains, de voir se rassembler toutes ces armées dans le secteur, le Bien contre le Mal, toussa-toussa … http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif