Les dernières news du conflit Palestine-Israël

Mise à jour 14H50: La trêve est terminée, le conflit a repris

Plutôt que d’enchainer les articles sur le blog, autant faire une petite compilation chaque jour qui évoluera au fil des heures.

Commençons par la principale info: John Kerry a annoncé un cessez-le-feu de 3 jours pour des « raisons humanitaires », comprendre par là  que durant 3 jours, les palestiniens recevront « l’aide humanitaire dont ils ont un besoin urgent » et leur offriront un répit pour « enterrer leurs morts, s’occuper des blessés et se réapprovisionner en denrées alimentaires », si bien sur Israël respect ce cessez-le-feu… Mais j’ai quelques doutes sur la raison « humanitaire » de cette trêve comme expliqué un peu plus bas…

israel-palestine-small

Pour la première fois depuis le début du conflit à Gaza, Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas ont accepté un cessez-le-feu de trois jours à partir de vendredi matin, après 24 jours d’une guerre dévastatrice et meurtrière dans l’enclave palestinienne.

« Israël a accepté la proposition faite par les Etats-Unis et l’ONU d’un cessez-le-feu humanitaire de 72 heures à partir de 08H00 (05H00 GMT) vendredi », a dit, sous couvert de l’anonymat, un collaborateur du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Un porte-parole du Hamas a confirmé qu’il avait accepté d’observer cette trêve si son adversaire faisait de même.

Selon un communiqué commun de John Kerry et du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, ce « cessez-le-feu sans pré-conditions et qui pourra être étendu » n’empêchera pas l’armée israélienne, qui a déclenché les hostilités le 8 juillet et est entrée dans la bande de Gaza le 17, de poursuivre ses opérations derrière ses positions actuelles.

Peu avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, l’armée a annoncé la mort de 5 soldats, tués jeudi soir par des tirs d’obus palestiniens du côté israélien de la frontalière. Pendant la nuit, notamment dans le secteur de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, 14 Palestiniens ont été tués, selon les secours. Le pilonnage de l’armée israélienne s’intensifiait également au nord de l’enclave, dans le secteur de Jabaliya, selon un journaliste de l’AFP.

Les tirs de roquettes s’étaient eux ralentis dans la nuit, sept projectiles ayant été tirés depuis Gaza sur les localités israéliennes frontalières, selon l’armée. « Les combats ne vont pas s’arrêter à 08H00 pile, ce genre de choses mettent toujours un peu de temps à se mettre en place », prédisait un journaliste de la radio militaire israélienne.

« Ce cessez-le-feu est très important pour donner aux civils innocents un répit dont ils ont bien besoin face à la violence », a déclaré John Kerry à New Delhi. Les 1,8 million de civils de Gaza recevront « l’aide humanitaire dont ils ont un besoin urgent » et leur offriront un répit pour « enterrer leurs morts, s’occuper des blessés et se réapprovisionner en denrées alimentaires », a ajouté le secrétaire d’Etat. Ce cessez-le-feu devait aussi permettre aux deux parties d’engager, avec la médiation de l’Egypte, des négociations « de fond ».

Article complet sur Lalibre.be

J’ai quand même quelques doutes, raisons humanitaires ou bien le délai nécessaire pour livrer les armes dont Israël à besoin pour continuer son oeuvre funeste? Car John Kerry l’a bien précisé hier, il faut permettre à Israël de s’auto-défendre:

Les États-Unis ont confirmé mercredi avoir réapprovisionné Israël en munitions, quelques heures après avoir fermement condamné l’attaque d’une école de l’ONU à Gaza.

L’armée israélienne avait demandé un réapprovisionnement le 20 juillet afin de remédier à la baisse de ses stocks, a indiqué le Pentagone. Le
ministère américain de la Défense a approuvé la vente trois jours plus tard.

« Les États-Unis se sont engagés à garantir la sécurité d’Israël, et il est crucial pour les intérêts nationaux américains d’aider Israël à développer et à maintenir une capacité d’autodéfense forte et réactive », a déclaré John Kirby, un porte-parole du Pentagone, dans un communiqué.

« Cette vente d’armement est cohérente avec ces objectifs », a-t-il estimé.

Une partie des munitions provient d’un stock entreposé par l’armée américaine sur le sol israélien à l’usage de Tsahal pour les cas d’urgence, d’une valeur d’environ un milliard de dollars (746 millions d’euros).

Article complet sur 7sur7.be

Comme précisé dans le premier article: « Ce cessez-le-feu devait aussi permettre aux deux parties d’engager, avec la médiation de l’Egypte, des négociations « de fond. » Et c’est là que je sors de ma poche cet article relayé par le site Sott.net sur l’Egypte qui aurait facilité l’assaut sur Gaza par le pays qui ne fait que dans l’auto-défense:

L’hécatombe organisée par Israël à Gaza ne pourrait se faire sans la complicité des régimes arabes. LÉgypte, l’État arabe le plus peuplé et le plus puissant, a joué un rôle crucial pour ce qui est de rendre possible le lancement de cette offensive génocidiaire contre une population palestinienne sans défense.

Depuis qu’il a chassé le président Mohamed Morsi des Frères musulmans (FM) et commencé en juillet dernier un régime de terreur, le dictateur militaire égyptien Abdoul Fattah al-Sissi a suivi l’exemple de ses prédécesseurs, Hosni Moubarak et Morsi quant au contrôle du point de passage de Rafah à la frontière Sud de Gaza. En bloquant l’unique point d’entrée de l’enclave appauvrie qui ne soit pas contrôlé par Israel, il a transformé Gaza en une prison à ciel ouvert pour ses 1,8 millions d’habitants.

Ce régime tributaire des Etats-Unis a collaboré avec Israël pour durcir encore plus le blocus en déclarant qu’Hamas était une organisation terroriste et en faisant exploser ou en inondant les tunnels reliant Gaza à l’Egypte. Cette suppression d’un lien vital utilisé pour faire passer en contrebande de la nourriture, des fournitures médicales, du matériel de construction et de l’essence dont dépendent les Palestiniens de Gaza, a fait monter les prix en flèche.

En début d’année, les forces de sécurité égyptiennes avaient mis en place une zone tampon ou zone vide près de Rafah, s’étendant sur 300 mètres dans des zones habitées et sur 500 mètres dans des zones ouvertes et détruisant des maisons dans cette zone. Le but avéré était d’empêcher que des activistes islamistes du Sinaï Nord se servent de Gaza comme d’une base pour attaquer le Sinaï.

La péninsule du Sinaï a connu une série d’attaques montées par des djihadistes, qui visaient les gazoducs reliant l’Egypte, Israël et la Jordanie, ainsi que des forces de sécurité égyptiennes. Vu que les intérêts égyptiens correspondent dans une large mesure à ceux d’Israël, l’Egypte a étroitement collaboré avec Tel Aviv pour réprimer les djihadistes.

La pénurie de carburant pour l’approvisionnement en courant est telle en Egypte que le gouvernement est en train d’envisager que les sociétés énergétiques qui y exercent leurs activités soient autorisées à importer du gaz auprès de compagnies israéliennes. BG, anciennement British Gas, a entamé des négociations avec Israël pour fournir pendant 15 ans 7 milliards de mètres cubes de GNL (gaz naturel liquéfié) par an à l’Egypte.

La dernière agression d’Israël contre Gaza, cyniquement et à tort nommée Opération Bordure de Protection a été coordonnée de près avec l’Egypte – qui avait fait évacuer la veille ses gardes-frontières à Rafah pour qu’ils ne soient pas atteints par le bombardement israélien. L’armée a intensivement patrouillé la frontière du Sinaï pour empêcher que des groupes militants n’y lancent des attaques aux côtés du Hamas, la branche des Frères musulmans qui contrôle Gaza. Rien que la semaine passée, des militants du Sinaï avaient tiré des roquettes sur Israël. Les forces de sécurité égyptiennes ont dit avoir empêché que des militants ne tirent deux roquettes supplémentaires sur Eilat, station balnéaire du Sud d’Israël.

Le bombardement israélien a touché des bâtiments situés du côté égyptien de la frontière sans que ceci ne provoque de réaction hostile de la part du Caire. Selon un article paru sur le site web Al-Monitor, des avions de combat ont ciblé à l’aide de bombes à concussion hautement explosives les points d’entrée de tunnels situés dans le Sud de Gaza dans le but de détruire les entrées du côté palestinien et une partie des tunnels souterrains.

Article complet (et assez conséquent) sur Sott.net

Il y a quand même un pays qui a osé déclarer Israël comme un pays terroriste, certes, ce n’est pas un des plus grands sur la scène internationale, mais c’est le premier pas qui compte, il s’agit de la Bolivie:

La Bolivie a placé Israël sur sa liste d’États terroristes pour protester contre les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza.

Le président bolivien Evo Morales a annoncé la décision mercredi lors d’une rencontre avec des enseignants dans la ville de Cochabamba.

«Nous déclarons (Israël) État terroriste», a-t-il déclaré, indiquant que l’offensive sur Gaza «démontre qu’Israël n’est pas un garant des principes de respect de la vie et des droits élémentaires qui régissent la coexistence pacifique et harmonieuse de notre communauté internationale».

Source et article complet sur Lapresse.ca

Et pendant ce temps, pendant que les morts se multiplient, que les hôpitaux et les écoles sont pilonnés, certains manifestent à Paris non pas pour la paix entre les deux pays, mais pour soutenir Israël:

Avec des slogans tels que « Israël légitime défense », « aujourd’hui on est tous LDJ », ou « Hamas, Al-Qaïda même combat », jeudi 31 juillet, 5.000 manifestants pro-israéliens se sont rassemblés à Paris, selon les organisateurs, pour soutenir l’offensive sur Gaza.

Le rassemblement s’est déroulé devant l’ambassade d’Israël, dans le centre de Paris, à l’appel de toutes les grandes organisations juives de France (Crif, Consistoire, Fonds social juif unifié, UEJF…). La manifestation était placée sous haute surveillance: rues alentour bouclées, l’accès au cortège filtré par la police et un important service d’ordre mobilisé.

Source+grosse vidéo intox sur Fdesouche

C’était trop beau! La trêve devait durer 72 heures, elle n’aura duré que 1h30! Et bien sur, chacune des parties s’accuse…

L’armée israélienne a mis fin vendredi au cessez-le-feu avec le Hamas dans la bande de Gaza, où un de ses soldats a probablement été capturé près de Rafah (sud), un casus belli pour Israël.

« A environ 09H30 ce matin », au moment où un cessez-le-feu était théoriquement en cours, « les forces armées israéliennes ont été attaquées alors qu’elles neutralisaient un tunnel » dans la région de Rafah (sud), a expliqué l’armée dans un communiqué. « Selon les premières indications, un soldat israélien pourrait avoir été enlevé par des terroristes durant cet incident », poursuit l’armée.

Suscitant une émotion considérable en Israël, le rapt en juin 2006 du soldat franco-israélien Gilad Shalit avait déclenché cinq mois d’opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza. Le soldat avait été libéré en octobre 2011 en échange d’un millier de prisonniers palestiniens.

Au Caire, le numéro deux du Hamas, Moussa Abou Marzouk, a déclaré à l’AFP que « toute opération (du Hamas) avait été conduite avant le début du cessez-le-feu », sans confirmer ni démentir l’enlèvement d’un soldat israélien, précisant que toute annonce d’une telle capture était du ressort de la banche armée du Hamas à Gaza.

Interrogé pour savoir si la trêve, qui était théoriquement entrée en vigueur à 08H00 (05H00 GMT), était terminée, le porte-parole de l’armée Peter Lerner a répondu par l’affirmative.

« Israël annonce que le Hamas a ainsi mis fin au cessez-le-feu humanitaire et empêché les habitants de Gaza d’en bénéficier », a précisé un communiqué, qui promet de « prendre des actions fortes en réponse à l’agression du Hamas et des autres organisations terroristes dans la bande de Gaza ».

Pour le Hamas, « c’est l’occupation qui a violé le cessez-le-feu »
Dans un communiqué, le coordinateur spécial pour le Moyen-Orient à l’ONU Robert Serry a jugé que si ce rapt était confirmé, « il constituerait une violation grave du cessez-le-feu humanitaire (…) par les combattants palestiniens, de nature à être condamnée dans les termes les plus forts ». M. Serry est « profondément inquiet des conséquences graves sur le terrain qui pourrait résulter de cet incident ».

Le Hamas, qui réclame un retrait des forces israéliennes de l’enclave palestinienne, a renvoyé la responsabilité d’une reprise des hostilités sur son adversaire: « C’est l’occupation qui a violé le cessez-le-feu », a déclaré son porte-parole à Gaza Fawzi Barhum. « La résistance palestinienne a agi au nom de son droit à l’autodéfense pour arrêter les massacres de notre peuple », a ajouté le porte-parole.

Source: 7sur7.be

3 commentaires