Les cadres de l’EIIL ont été formés par les états-unis, la France et le Royaume-Uni

Selon un article du journal américain WND traduit par Sam-la-Touche et compilant des informations parues dans différents médias, il apparaît que l’EIIL qui mène actuellement une offensive d’envergure pour s’emparer de Bagdad et créer un vaste califat islamique en Irak, serait un pur produit des services secrets occidentaux. Les combattants de l’EIIL auraient ainsi été formés, et encadrés à partir de 2012, soit au moment de son entrée en Syrie, afin d’être utilisés contre le régime de Bachar-al-Assad. Selon différentes sources, des camps d’entrainement ont été créés à cet effet en Turquie et en Jordanie et des instructeurs américains, britanniques et français auraient participé à la formation des djihadistes (et de Mehdi Nemmouche ?).

Les membres de l’Etat islamique d’Irak et du Levant, ou EIIL, ont été formés en 2012 par des instructeurs états-uniens travaillant dans une base secrète en Jordanie, selon des responsables jordaniens bien informés.

Les fonctionnaires ont déclaré que des dizaines de membres de l’EIIL ont été formés dans le cadre de l’aide secrète aux insurgés visant le régime du président syrien Bachar al-Assad. Les fonctionnaires ont déclaré que cette formation n’a pas été conçue pour servir à une future campagne en Irak.


Les autorités jordaniennes ont déclaré que tous les membres de l’EIIL qui ont reçu une formation US pour combattre en Syrie ont d’abord été sélectionnés en raison de l’absence de liens avec des groupes extrémistes comme al-Qaida.

En Février 2012, WND a été le premier à révéler que les Etats-Unis, la Turquie et la Jordanie ont constitué une base d’entraînement pour les rebelles syriens dans la ville jordanienne de Safawi dans la région désertique au nord du pays.

Ce rapport a depuis été corroboré par de nombreux autres compte-rendus dans les médias.

En mars dernier, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a rapporté que les Etats-Unis entraînaient des rebelles syriens en Jordanie.

Der Spiegel a rapporté que des participants et des organisateurs s’entrainaient, mais qu’il n’était pas clair si les Etats-uniens travaillaient pour des entreprises privées ou émanaient de l’armée US, le magazine a toutefois déclaré que certains organisateurs portaient des uniformes. La formation en Jordanie aurait porté sur l’utilisation des armes antichars.

Le magazine allemand a rapporté que quelque 200 hommes ont reçu cette formation au cours des trois mois précédents dans le cadre d’un plan états-unien visant à former un total de 1 200 membres de l’Armée syrienne libre dans deux camps dans le sud et l’est de la Jordanie.

Le journal britannique The Guardian a également signalé qu’en mars dernier, les formateurs US aidaient les rebelles syriens en Jordanie en compagnie d’instructeurs britanniques et français.

Selon Reuters, le porte-parole du Département de la Défense des États-Unis a refusé de commenter immédiatement le rapport du magazine allemand. Le ministère français des Affaires étrangères et de la défense de la Grande-Bretagne ont également déclaré qu’ils se refusaient également à faire tous commentaires à Reuters.

Les autorités jordaniennes ont contacté WND devant les craintes que les violences sectaires en Irak se répercutent dans leur propre pays ainsi qu’en Syrie.

L’EIIL a déjà posté une vidéo sur YouTube menaçant de se déplacer en Jordanie et de «massacrer» le roi Abdallah, qu’ils considèrent comme un ennemi de l’Islam.

WND a rapporté la semaine dernière que, selon des sources du régime jordanien et syrien, l’Arabie saoudite a armé l’EIIL et que les Saoudiens sont une force motrice dans le soutien de ce groupe lié à al-Qaïda.

WND a en outre indiqué que, selon une source chiite en contact avec un haut fonctionnaire du gouvernement du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, l’administration Obama avait eu connaissance depuis deux mois que le groupe lié à al-Qaida qui a pris plus de deux villes irakiennes et maintenant menace Bagdad a également entraîné des combattants en Turquie.

La source a déclaré à WND qu’au moins l’un des camps d’entraînement du groupe de l’Etat islamique d’Irak et du Levant et en Syrie, l’EIIL, se situe dans les environs de base aérienne d’Incirlik près d’Adana, en Turquie, où se trouvent du personnel et du matériel états-uniens.

Il a déclaré Obama « complice » dans les attaques qui menacent le gouvernement Maliki que les Etats-Unis ont pourtant contribué à installer lors de la guerre en Irak.

La source a déclaré que, après la formation en Turquie, des milliers de combattants de l’EIIL ont été en Irak par le biais de la Syrie pour se joindre à l’effort d’établir un califat islamique soumis à la loi islamique stricte, ou Charia.

Source : Le-Blog- Sam-la-Touch

7 commentaires