le pentagone se prépare à une rupture civile de masse…

Si nous avions un doute sur la capacité de râler, critiquer, apporter des solutions,  sans que cela porte à conséquence, nous voilà rassurés Big Brother étudie à coup de millions, la façon de désamorcer les bombes à retardements que sont les peuples en colère. Merci Thierry92.

Img/UPR.FR

Un article paru dans le journal britannique « The guardian » : le Pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Le journal The Guardian – plutôt classé à gauche sur l’échiquier politique britannique – s’est fait une spécialité, depuis maintenant plusieurs années, d’ouvrir ses colonnes et son site Internet à ce qu’il est convenu d’appeler des whistleblower (traduit approximativement par « lanceurs d’alerte » en français). C’est-à-dire à des citoyens ordinaires (fonctionnaires, chercheurs, universitaires,…), qui décident d’informer le grand public d’un danger ou de dérives dangereuses ou criminelles qu’ils ont pu constater dans leur métier, en interpellant les pouvoirs en place et en suscitant la prise de conscience de leurs contemporains.

Parmi les affaires les plus récentes, The Guardian a par exemple été l’un des principaux médias dans le monde à donner en 2013 la plus large couverture possible à Edward Snowden, ancien employé de la CIA et de la NSA, qui a rendu public les programmes de surveillance de masse de la NSA.

S’inscrivant dans cette ligne éditoriale, The Guardian a publié voici quelques jours – le 12 juin 2014 sur son site Internet – un long article de Nafeez Ahmed, universitaire et journaliste spécialiste de la sécurité internationale.

Cet article révèle au grand public l’existence d’un programme – « l’initiative de recherche Minerva » – lancé par le ministère américain de la Défense, qui consiste à mettre les sciences sociales et les recherches anthropologiques au service opérationnel des militaires américains.

Parmi les objectifs clairement annoncés figure celui d’amener l’armée américaine à étudier la façon dont apparaissent les mouvements de protestation populaire (impliquant plus de 1 000 participants en activité de façon durable) dans 58 pays (dont les États-Unis eux-mêmes), et de la préparer à neutraliser ces mouvements.

L’un des programmes de recherche a ainsi organisé des exercices militaires dans lesquels les participants étaient chargés de repérer ceux qui ‘‘causaient les problèmes’’, ceux qui ‘‘résolvaient les problèmes’’ et le reste de la population. L’objectif opérationnel était de définir une campagne « d’informations » « permettant de déplacer le centre de gravité de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui constituait ‘‘l’état final désiré’’ de la stratégie de l’armée.»

Il ne s’agit pas de suppositions « conspirationnistes », mais de faits établis. Et il ne s’agit pas d’opérations anecdotiques. L’initiative de recherche Minerva doit bénéficier de 75 millions de dollars sur cinq ans et a bénéficié pour cette seule année d’une dotation de 17,8 millions de dollars votée par le Congrès américain. Pour mémoire, le budget alloué par le Congrès à la Commission d’enquête sur le 11 septembre a été de 14 millions de dollars. 

Autant dire que cet article est très intéressant et qu’il me semble devoir être largement diffusé en France.

Je remercie le service de traduction de l’UPR (Elisabeth McCormick) pour avoir traduit en français cet article dont la version originale en anglais peut être consultée ici : http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/jun/12/pentagon-mass-civil-breakdown?CMP=twt

 

le pentagone se prépare à une rupture civile de masse

Les sciences sociales se militarisent afin de développer des « outils opérationnels » visant à cibler des militants pacifiques et des mouvements de protestation.

publié par Nafeez Ahmed le 12 juin 2014

 

Le Pentagone finance des recherches en sciences sociales dans le but de modéliser les risques de « contagion sociale » qui pourraient compromettre les intérêts stratégiques américains. Photographe : Jason Reed/REUTERS

Le Département de la Défense américain (DoD) finance un programme de recherche universitaire dont le but est de modéliser la dynamique, les risques et les points de basculement de troubles civils à grande échelle à travers le monde, sous la supervision de diverses agences militaires américaines. Ce programme de plusieurs millions de dollars est conçu pour élaborer des « éclairages pertinents pour les combattants » à court et à long terme, destinés aux hauts fonctionnaires et décideurs de « la communauté de la défense ». Il vise également à informer la politique menée par « les commandements de terrain.»

Lancée en 2008 – l’année de la crise bancaire mondiale – « l’initiative de recherche Minerva » du DoD a noué un partenariat avec les universités, «visant à améliorer la compréhension de base des forces sociales, culturelles, comportementales et politiques qui façonnent les régions du monde d’importance stratégique pour les États-Unis.»

Parmi les projets retenus pour la période 2014-2017 figure une étude dirigée par l’Université de Cornell, gérée par le Bureau scientifique de recherche de l’US Air Force, visant à développer un modèle empirique « de dynamique de mobilisation du mouvement social et des phénomènes de contagion. » Ce projet déterminera « la masse critique (points de basculement) » des contagions sociales à partir de l’étude de leur « empreinte numérique » dans les cas de « la révolution égyptienne de 2011, des élections de 2011 à la Douma en Russie, de la crise du carburant subventionné au Nigéria en 2012, et des manifestations au parc de Gazi en Turquie en 2013. »

Les messages sur Twitter et les conversations seront examinés « afin d’identifier les personnes qui se mobilisent dans une contagion sociale et le moment à partir duquel elles se mobilisent. »

Un autre projet attribué cette année à l’Université de Washington « cherche à découvrir les conditions dans lesquelles les mouvements politiques visant à des changements politiques et économiques à grande échelle prennent naissance » ainsi que leurs « caractéristiques et conséquences ». Ce projet, géré par le Bureau de recherche de l’Armée américaine, met l’accent sur « les mouvements à grande échelle impliquant plus de 1 000 participants en activité de façon durable ». Il couvrira 58 pays au total.

L’an dernier, l’initiative Minerva du DoD a financé un projet permettant de déterminer « Qui ne devient pas un terroriste et pourquoi ? ». Ce projet, cependant, confond les militants pacifiques avec les « partisans de la violence politique », qui se démarquent des terroristes en cela qu’ils ne versent pas eux-mêmes dans le « militantisme armé ». Le projet énonce explicitement qu’il va étudier les activistes non violents :

« Dans chaque société, nous trouvons beaucoup d’individus qui ont en commun les mêmes arrière-plans  démographiques, familiaux, culturels ou socio-économiques que ceux qui ont décidé de s’engager dans le terrorisme et qui, cependant, s’abstiennent eux-mêmes de prendre les armes, même s’ils peuvent être favorables aux objectifs finaux de groupes armés. Dans le domaine des études sur le terrorisme, les études n’ont pas, jusqu’à tout récemment, tenté de regarder ce groupe de contrôle. Ce projet ne traite pas des terroristes, mais des partisans de la violence politique. »

Chacune des 14 études de cas du projet « implique des entretiens approfondis avec plus de dix militants et activistes de partis et d’organisations non gouvernementales qui, bien que favorables aux causes radicales, ont choisi la voie de la non-violence. »

J’ai contacté le chercheur principal du projet, le Professeur Maria Rasmussen de l’École d’études supérieures du Centre naval américain, en lui demandant pourquoi les activistes non violents travaillant pour les ONG devraient être assimilés à des partisans de la violence politique  – et quels « partis et organisations non gouvernementales » sont ainsi étudiés. Mais je n’ai reçu aucune réponse.

De même, le personnel du programme Minerva a refusé de répondre à une série de questions similaires que je leur ai soumises, demandant notamment comment les « causes radicales » promues par les ONG pacifistes pouvaient constituer une menace potentielle à la sécurité nationale susceptible d’intéresser le DoD.

Entre autres questions, j’ai demandé :

  • « Le Département américain de la Défense voit-il les mouvements de protestation et l’activisme social dans différentes parties du monde comme une menace pour la sécurité nationale américaine ? Si oui pourquoi ? »
  • « Le Département de la Défense américain considère-t-il les mouvements politiques visant un changement politique et économique à grande échelle comme une question de sécurité nationale ? Si oui pourquoi ? »
  • « L’activisme, la protestation, les ‘’mouvements politiques’’ et bien sûr les ONG sont des éléments vitaux d’une société civile saine et de la démocratie. Pourquoi le DoD finance-t-il des recherches pour étudier de telles questions ? »

Le Dr Erin Fitzgerald, directeur du programme Minerva m’a répondu  : « J’apprécie votre intérêt et je suis heureux que vous nous contactiez pour nous donner l’occasion d’apporter des clarifications », avant de me promettre une réponse plus détaillée. Au lieu de quoi, j’ai reçu la vague déclaration suivante du bureau de presse du DoD :

« Le Département  de la Défense prend au sérieux son rôle en matière de sécurité des États-Unis, de ses citoyens, des alliés de l’Amérique et de ses partenaires. Alors que tous les défis concernant la sécurité ne provoquent pas de conflit et que tous les conflits n’impliquent pas l’intervention de l’armée américaine, Minerva contribue à financer des recherches en sciences sociales fondamentales qui aident le département de la Défense à mieux comprendre ce qui provoque l’instabilité et l’insécurité dans le monde entier. Par une meilleure compréhension de ces conflits et de leurs causes préalables, le Département de la défense peut mieux se préparer au futur environnement de sécurité dynamique. »

En 2013, Minerva a financé un projet de l’Université du Maryland, en collaboration avec le laboratoire Pacific Northwest National du département américain de l’énergie, pour évaluer le risque de troubles civils dus au changement climatique. Ce projet triennal de 1,9 million de dollars élabore des modèles pour anticiper ce qui pourrait arriver aux sociétés, selon un éventail de scénarios de changements climatiques potentiels.

Dès le départ, le programme Minerva a été prévu pour fournir plus de 75 millions de dollars sur cinq ans dédiés à la recherche en sciences sociales et comportementales. Pour cette seule année, il lui a été alloué un budget total de 17,8 millions de dollars par le Congrès américain.  

Une communication par courriel interne destiné au personnel de Minerva – référencée dans un mémoire d’ expertise de 2012 – révèle que le programme est orienté vers des résultats rapides destinés à être directement applicables aux opérations sur le terrain. Le mémoire faisait partie d’un projet financé par Minerva  visant à « contrer le discours musulman radical » à l’Université de l’État de l’Arizona.

Un courriel interne du Professeur Steve Corman, chercheur principal du projet, fait état d’une rencontre organisée par le Programme de Modélisation Humaine, Sociale, Culturelle et Comportementale (HSCB) du Département de la Défense, programme dans lequel des hauts responsables du Pentagone indiquent que leurs priorités sont « de développer des capacités rapidement disponibles » sous forme de « modèles et outils pouvant être intégrés aux opérations ».

Corman précise dans son courriel que, bien que le responsable du Bureau de Recherche navale, le Dr Harold Hawkins, ait assuré d’emblée aux chercheurs de l’Université que le projet n’était qu’« un effort de recherche courant, donc nous ne devrions pas être préoccupés par son application pratique », la réunion a en réalité montré que le DoD cherche à « mettre en application les résultats ». Corman conseille à ses chercheurs de « penser à présenter les résultats, les rapports, etc., de telle sorte qu’ils [le DoD] puissent clairement voir leur application comme outils qui peuvent être mis en place sur le terrain. »

De nombreux chercheurs indépendants critiquent ce qu’ils considèrent être les efforts du gouvernement américain en matière de militarisation des sciences sociales au service de la guerre. En mai 2008, l’Association Américaine d’Anthropologie (AAA) a écrit au gouvernement américain pour souligner que le Pentagone n’a pas « le genre d’infrastructure pour évaluer la recherche anthropologique [et autres sciences sociales] » d’une manière qui assure « un examen par les pairs, rigoureux, objectif et équilibré » ; elle a demandé que de telles recherches soient gérées à la place par des organismes civils comme la Fondation National des Sciences (NSF).

Le mois suivant, le DoD a signé un protocole d’entente (Memorandum of understanding) (MoU) avec la NSF afin de pouvoir coopérer à la gestion de Minerva. En réponse, l’AAA a mis en garde que, même si les propositions de recherche devaient désormais être évaluées par des comités d’examen du mérite de la NSF, « les fonctionnaires du Pentagone auront le pouvoir de décision au moment de déterminer qui siègera aux comités d’examen » :

«… Il reste des inquiétudes dans la discipline que la recherche soit financée uniquement lorsqu’elle prend en compte l’ordre du jour du Pentagone. Les autres critiques du programme, notamment le Réseau des anthropologues engagés, ont fait état de leurs inquiétudes quant à un programme susceptible de décourager la recherche dans d’autres domaines importants, et de saper le rôle de l’Université comme lieu de discussion indépendant et de critique des instances militaires ».

Selon le professeur David Price, anthropologue culturel à l’Université de Saint-Martin à Washington DC et auteur de La militarisation de l’anthropologie : Les sciences sociales au service de l’État militarisé : « Lorsque vous regardez chaque élément d’un grand nombre de ces projets, ils se présentent comme des sciences sociales normales, d’analyse textuelle, de recherche historique et ainsi de suite ; mais lorsque vous additionnez tous ces morceaux, ils partagent tous des thèmes de lisibilité avec toutes les distorsions résultant de la sur-simplification. Minerva travaille à la production des éléments de l’empire d’une façon qui peut permettre aux gens de dissocier leurs contributions individuelles du projet d’ensemble. »

Le Professeur Price a précédemment exposé comment le programme HTS (Human Terrain Systems) du Pentagone – programme conçu pour intégrer des spécialistes des sciences sociales dans le domaine des opérations militaires – conduit régulièrement des scénarios de formation dans les régions « à l’intérieur des États-Unis. »

Citant une critique sommaire du programme envoyée aux directeurs d’HTS par un ancien employé, Price a rapporté que les scénarios de formation HTS « ont adapté COIN [contre-insurrection] pour l’Afghanistan et l’Irak » à des « situations internes aux États-Unis » où la population locale était considérée d’un point de vue militaire comme une menace pour l’équilibre du pouvoir et de l’influence et une contestation de la loi et de l’ordre ».

Price rapporte qu’un exercice militaire impliquait des militants écologistes protestant contre la pollution provenant d’une centrale au charbon près du Missouri, dont certains étaient membres de l’ONG environnementale bien connue Sierra Club. Les participants furent chargés d’« identifier ceux qui ‘‘résolvaient les problèmes’’», ceux qui ‘‘causaient les problèmes’’ et le reste de la population, qui devait être la cible d’opérations d’informations afin de déplacer le centre de gravité de l’opinion vers cet ensemble de valeurs et de points de vue qui constituait ‘‘l’état final désiré’’ de la stratégie de l’armée. »

Ces exercices militaires s’inscrivent dans le droit fil d’une série de documents du Pentagone qui indiquent que la surveillance de masse de l’Agence de la Sécurité Nationale (National Security Agency – NSA) est en partie motivée par la préparation à l’impact déstabilisateur des chocs à venir, environnementaux, énergétiques et économiques.

James Petras, professeur de sociologie à l’Université de Binghamton à New York, partage les inquiétudes de Price. Les sociologues financés par Minerva et liés aux opérations de contre-insurrection du Pentagone sont impliqués dans l’« étude des émotions survenant lorsqu’on alimente ou que l’on réprime des mouvements déterminés par une idéologie » ajoute-t-il, notamment pour « contrer des mouvements populaires. »

Minerva est un excellent exemple de la profonde étroitesse d’esprit et de la nature défaitiste de l’idéologie militaire. Pire encore, la mauvaise volonté des responsables du DoD pour répondre aux questions les plus fondamentales est symptomatique d’une évidence : dans leur mission à toute épreuve pour défendre un système mondial de plus en plus impopulaire qui sert les intérêts d’une infime minorité, les agences de sécurité n’hésitent pas à peindre le reste d’entre nous comme des terroristes en puissance.

——————————————————————————————-

Le Dr Nafeez Ahmed est un universitaire et un journaliste spécialiste de la sécurité internationale. Il est l’auteur du Guide de l’utilisateur de la crise de civilisation : et comment la sauver ainsi que du roman de science-fiction à paraître, ZÉRO POINT.

Source UPR.FR

 

 

53 commentaires

  • Fenrir

    « Ils » peuvent toujours se préparer…

    Mais les « résolveurs de problèmes » sont de plus en plus nombreux…

    Et « Ils » sont le problème…

    Nous vaincrons !

    Nous sommes les plus nombreux…

    Et le sommes un peu plus chaque jour.

    Toute avalanche ne démarre-t-elle à partir d’un simple flocon de neige…

    • Zugzwang

      Oui, et puis il n’y a pas besoin de se regrouper et de crier pour se faire comprendre. Le mec qui ne veut pas regarder les émissions américaines, qui veut pas manger Mc Do, qui veut pas acheter de la musique américaine, qui refuse d’utiliser Google, Ebay, FaceBook, Amazon, … qui refuse d’aller aux Etats Unis, d’utiliser les dollars, de parler anglais, qui refuse toute notion américaine, … ce mec là, il n’y aura programme pour le tracer.
      Alors comme je dis, le militantisme, ça commence individuellement par soi-même, pas besoin de se regrouper. Encore une fois, il faut que chacun fasse ce qui lui semble bon et mette de côté ce qui lui semble être néfaste pour sa vie et celle de ses proches.
      Laissons les américains se faire un cancer du cerveau sur des questions de comportement de la société, la leur sera morte avant qu’ils aient compris que notre comportement n’est pas une simple équation mathématique à 5 ou 10 variables. Quand 7 milliards d’individus intéragissent entre eux et avec un environnement contenant des milliards de paramètres, il n’y a aucune chance qu’un quelconque organisme de mesure, calcule et anticipe nos comportements.
      Leurs calculs sont inutiles (on le voit sur les questions économiques, nucléaires, météorologiques, et tant d’autres), ils comprendront vite que au final, que la meilleure chance qu’ils ont de nous forcer, c’est de mettre l’armée dans les rues, organiser la censure et l’élimination par tous les moyens des « rebelles »… Il n’y avait pas besoin de « calcul » pour ça. Encore du temps, de l’énergie et du fric foutus en l’air.

      • Frane

        Retires leur l’armée ils ne sont plus rien. Les militaires sont des humains qui savent réfléchir et désobéir aux ordres. Du moins c’est ce que je veux croire.
        Il faudrait un coup d’Etat aux states, une bombe dans la gueule quoi pour les recadrer et leur apprendre ce mot : humilité; ce n’est pas s’humilier !!!!

      • eructite eructite

        Comment expliquer le « pouvoir américain » dans nos sociétés au quotidien en sachant qu’ils n’ont pas déployé leur armée dans nos pays ?
        Tout simplement parce que le vrai pouvoir de ce pays est le contrôle des finances et des places financières internationales. Leur armée ne sert que quand ce pouvoir ne rencontre pas de succès importants, permettant l’implantation de leur économie prédatrice ( Irak, Lybie, Iran, Syrie, Ukraine, Afghanistan, etc ). De surcroît c’est cette même utilisation de l’armée qui maintient leur économie en à peu près bon état étant donné qu’elle crée de la consommation ( armes médicaments, etc ) et qu’elle permet à leurs entreprises de mettre la main sur des richesses dans des territoires extra-territoriaux.
        Le colonialisme mondialisé dans toute sa splendeur.
        Malheureusement, je ne pense pas que ce pays soit agonisant. Au contraire.

      • kalon kalon

        Je te cite: « le vrai pouvoir de ce pays est le contrôle des finances et des places financières internationales »
        Et si ce pouvoir leur échappe, ce qui devient une évidence avec la montée en puissance des « BRICS », que restera t’il de leur pouvoir ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      • kalon kalon

        Des porte avions qui peuvent être coulés à 500 Km de distance par des torpilles a gravitation expédiées de sous marins « invisible » ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
        « black hole » comme ils les appellent

      • engel

        Torpille à CAvitation.

      • eructite eructite

        Si ce pouvoir leur « échappe » comme tu dit, je doute que cela soit le fait des « BRICS ». Ces états restent minoritaires tant au niveau des superficies, des richesses territoriales, des populations comme des volumes d’affaires.

        Les États Unis ont toujours su financer et s’allier financièrement avec les puissances montantes ( pays du golfe principalement jusqu’à présent dont le Quatar, les Émirats arabes, etc ). Assurant ainsi leur hégémonie future sur les places boursières en contrôlant les richesses ou en s’assurant de la primauté d’accès à ces dernières. Dès qu’un pays fait montre de la volonté de s’émanciper de ce contrôle il se retrouve aux prises de la plus pernicieuse des guerres ( Voir la première guerre du Golfe, la seconde et bientôt la troisième. Mais aussi les printemps colorés, comme on les appelle ou encore la guerre au terrorisme mené en Afghanistan, en Syrie, etc ).
        Même si désormais leur tactique semble avoir changé ( on ne finance plus les états [ hors Israël ] mais les groupuscules qui peuvent apporter de l’instabilité dans les régions intéressantes en terme de ressources ou de transport des ressources depuis des pays voisins ) le but reste le même. S’assurer que demain l’économie Américaine gardera sa « main-mise » sur les richesses essentielles à la pérennité de leur économie.

        Que font les BRICS pour contrer cela ? Pas grand chose… Même si la Russie et la Chine semblent vouloir accélérer leurs interactions sans passer par le système monétaire imposé par les States, le reste des pays des BRICS se contentent de tenter un protectionnisme dans leurs frontières. Mais cela n’empêche pas des entreprises multi-nationales américaines de continuer à tirer des bénéfices de ces pays, puisque de facto elles sont implantées de façon très durable sur leurs marchés et dans l’inconscient consumériste des gens ( cf la tristement célèbre « Coca Cola Compagny » ou encore les consortium de fabrication / distribution d’armes, ou les laboratoires pharmaceutiques, ou encore Monsanto, etc).

        Le pétrole s’échange toujours en dollars, les agences de notation qui font référence sont toujours américaines ( même si une chinoise vient de voir le jour avec pour objectif de concurrencer ces dernières ) et se basent avant tout sur l’économie américaine pour indiquer les grandes tendances économiques.
        De surcroît le fonctionnement des marchés internationaux étant toujours indexés aux cours du dollars nous finançons de facto le remboursement de la crise américaine puisque nous consommons une monnaie sur laquelle nous n’avons aucun contrôle et dont la création se passe aux États unis.

        Le seul espoir que j’entrevois serait l’exigence de la Chine du remboursement de la dette américaine dont elle est le principal créancier ( de mémoire + de 80% mais à vérifier et j’ai la flemme, j’avoue ). Ceci entrainerait une crise économique insurmontable pour les États Unis. Mais il est peu probable que ces derniers se contentent d’une récession monstrueuse dans leurs frontières et qu’au contraire ils inventent encore une histoire à dormir debout pour expliquer qu’il faut que l’OTAN attaque immédiatement la Chine et leurs alliés ( avec bien entendu la pleine participation de la fameuse armée américaine )

        Je suis certes très pessimiste dans mon analyse ( mais le monde m’a rendu pessimiste ) mais il me paraît vraiment très peu probable que cette nation accepte de perdre son hégémonie commerciale et financière après tant d’années à avoir asservi le monde sans nous faire le don d’un baroud d’honneur qui plongerait la planète entière dans un chaos ignoble.
        Encore une fois, je ne prône qu’une chose contre cette nation : ne pas consommer ce qu’elle produit ( depuis le coca cola jusqu’à l’Iphone, en passant par Windows et MacDonald, etc, etc, etc… ) Ainsi ils ne pourront pas prétexter un protectionnisme de nos pays occidentaux pour leur imposer quoi que ce soit commercialement ou militairement et nous pourrons regarder ce pays récolter la récession qu’il nous exporte depuis les années 90.
        C’est méchant pour leurs populations qui ne veulent, comme nous, que vivre tranquillement mais nécessaire à la survie de la planète entière et à la nôtre. Ce sont malheureusement là les concepts de cette mondialisation outrancière qui s’est tant développé ce siècle. Vivre sur le dos des autres ou mourir. Et bien pour une fois, que ça ne soit plus l’Europe, l’Afrique, l’Asie qui paient la crise américaine et leur ineffable propension à exploiter les autres pour s’assurer confort, richesse et volonté de puissance. Il serait salvateur pour nos nations modernes de refuser de continuer à se faire VOLER par leur politique financière et commerciale à sens unique.

        En gros pour faire tomber les États Unis, ne consommez plus ce qu’ils produisent ( et limitez l’utilisation des produits pétroliers ! ). Quand nous serons asses nombreux dans le monde à faire ainsi, ils s’écrouleront d’eux même. Sinon, préparez vous et vos enfants à subir la guerre économique qu’ils nous mènent depuis si longtemps et peut être même à pire.

        P.S. : je ne suis pas expert en armement ni très intéressé par le sujet, mais il ne me semble pas qu’ils soient les seuls à développer des petits joujoux technologiques dangereux. En France on peux même se vanter d’avoir pas mal d’entreprises qui continuent à concourir au grand jeu de « celui qui a la plus grosse ». Question de sécurité nationale diront certains, nécessité pour assurer un avenir radieux à la planète diront d’autres, hypothèse de la reine rouge, pérennisation d’une économie…
        Personnellement je ne vois pas en quoi construire des armes pourrait être salvateur étant donné qu’il se trouve toujours un fou furieux pour les utiliser un jour ou l’autre.

      • kalon kalon

        Je te cite: « Ces états restent minoritaires tant au niveau des superficies, des richesses territoriales, des populations comme des volumes d’affaires.  »
        Penses tu qu’il faille considérer les 2/3 de l’humanité comme partie minoritaire ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif
        – 132 pays sur les 192 pays existants viennent de participer à un congrés ( G77 + 1) ou les états unis n’étaient pas invités ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
        – En séance pleniére à l’ONU, les états unis n’ont plus de majorité stable
        – les états arabes s’éloignent des états unis car leur dollar devient dangereux à capitaliser;
        – et bien d’autres choses trop nombreuses à décliner ici.
        Tu sais, le monde change et les états unis devrons s’adapter à ce changement ou périr http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

      • eructite eructite

        Alors je reprends ce que je t’ai répondu ^^
        « Si ce pouvoir leur « échappe » comme tu dit, je doute que cela soit le fait des « BRICS ». Ces états restent minoritaires tant au niveau des superficies, des richesses territoriales, des populations comme des volumes d’affaires.  »

        Le « G77 » et les « BRICS » sont deux entités différentes même si une partie des « BRICS » participent au « G77 » ( en fait tous sauf la Russie )

        Précision, précision, précision….

        BRICS : http://fr.wikipedia.org/wiki/Br%C3%A9sil,_Russie,_Inde,_Chine_et_Afrique_du_Sud
        G77 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_des_77
        Là où effectivement, j’avais tort, c’est sur le terme des superficies puisque j’avais omis le décompte de la surface du Brésil et de l’Inde. Effectivement en superficie les BRICS sont plus qu’importants ( sans être majoritaires non plus quant aux terres émergées )
        Par contre oui, ils restent minoritaires en terme de population ( presque 3 milliards sur plus de 7 milliards actuellement ), minoritaires en volumes d’échange ou d’affaire ( rien que les bourses de Paris et Londres font la majorité du commerce du continent eurasiatique. rajoute les states et tu approche du chiffre total mondial. Les bourses asiatiques sont certes importantes mais pas encore assez pour réellement faire la différence dans le calcul ), minoritaires en ressource ( le gaz russe ne suffit pas à contrebalancer les mines canadiennes, africaines, européennes, les gisements pétroliers du moyen orient, du golfe du mexique, du cercle arctique, etc )

        Personnellement je prie assez benoitement pour qu’ils ne s’adaptent pas ou alors pas avec leur forme et fonctionnement actuel. Un retour à des États indépendants qui n’aient pas autant de poids dans le monde qu’actuellement en quelque sorte. ( et accessoirement, un démantèlement de leurs services secrets, de leurs armées, de leurs milices, de leurs multi-nationales, de leurs organismes de « presse », etc )

        Le problème quand on réagit à chaud sur un sujet c’est qu’on ne prends pas forcément le temps de bien cerner les propos sur lesquels ont intervient. Ne me fait PLUS dire ce que je ne dis pas STP. ( ça fait 3 fois déjà ) Je vais finir par te prendre en grippe alors qu’on a une approche du monde et des dérives de nos sociétés modernes, approchantes.
        Le français est une langue très riche qui permet beaucoup de variantes de langage pour exprimer toute une diversité d’opinions et de sentiments. J’entends pouvoir continuer à user de cette langue de façon plutôt soutenue pour bien exprimer avec exactitude mes propos sans être obligé de me limiter en vocable pour m’assurer que les différents intervenants ne puissent plus me prendre en défaut sur des incompréhensions de leur fait.
        La première victoire de la Novlangue est de limiter l’utilisation du vocabulaire pour faire disparaitre dans un premier temps les nuances de langage puis dans un second temps les notions elles mêmes. Ne te fait pas victime de ce système pernicieux.
        Et désolé si je fais des phrases à rallonge qui obligent à une gymnastique intellectuelle pour en saisir tout le sens, je ne suis qu’esclave de mes maitres à penser.

      • kalon kalon

        Ben , disons les BRICS et leur collatéraux alors
        Tu sais, ces derniers temps, à part les atlantistes, tout les autres commencent à éviter les Américains car cà sent le sapin !
        Même Netanyahou commence à reluquer du coté de Moscou !
        Comme je t’ai dit, les temps changent http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • kalon kalon

        La nouvelle « route de la soie », tu en as entendu parler ?
        Il s’agit, ni plus ni moins que l’inversion totale des mouvements commerciaux et financiers à l’échelle planétaire.
        Dans cette configuration, les Etats Unis d’Amérique vont se retrouver quelque part du coté du pôle nord ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

      • eructite eructite

        Pour ce qui est des atlantistes qui sont le nez dans les fesses des Etats Unis, il ne reste en gros que l’Europe qui va droit à l’abattoir ( traité transatlantique ! )

        Pour la nouvelle route de la soie, je suis très assidument tout ce qui relève de la géo-politique. Donc ce « renversement » ne m’a pas échappé.
        ( petite remarque concernant « Réseau Voltaire », ils ne me semblent pas être une source très impartiale ;) )
        http://reseauinternational.net/strategie-guerre-moscou-sera-morts-sera-fatale-aux-etats-unis/
        ( encore un média qui n’est pas totalement impartial non plus mais qui est plus prolixe en terme de sujets et plutôt hétéroclite dans sa ligne éditoriale )
        http://www.les-crises.fr/
        ( un site ultra pointu qui VÉRIFIE a 200% ses infos, un peu le bastion de la ré-information des catégories socio-professionnelles plus « éduquées » avec une personne charismatique et plutôt reconnue pour ses ouvrages sur la crise financière en t^te de l’écriture des articles )

      • engel

        Plus »éduquées » signifie plus prétentieuse car imbus de son savoir régurgité?

  • Après avoir encouragé et contrôlé des mouvements subversifs dans les pays qui voulaient détruire, les USA s’occupent maintenant de détourner et/ou persécuter la dissidence chez eux. C’est l’hôpital qui se fout de la charité, et ce n’est pas la première fois pour eux!

    • eructite eructite

      @ Engel : Je peux pas répondre sous ton message

      Il ne faut pas méjuger sans connaitre. Plus « éduqué » signifie simplement qu’ils utilisent un langage plus diversifié et que leurs analyses et réactions prennent en compte des paramètres plus nombreux que sur une grande partie des sites d’information.
      L’éducation permet parfois de ne pas se tromper d’ennemis. Ainsi là bas pas de chasse aux sorcières du côté du NwO ou des Illuminatis ( j’écrirais un article que je soumettrai a Benji sur ces sujets prochainement au passage ;) ) mais une critique très dure des choix économiques et politiques qu’un conspirationniste attribuerait à ces mouvances. L’ennemi affiché est plus souvent les militaires ( de tout poil et de toute nation ), les économistes ( qui prévalent en matière d’économie sur de nombreux choix politiques ) ou encore sur les choix géo-stratégiques des pays eux même.
      Il n’est nulle prétention à redistribuer un savoir acquis tant que le discours ne se fait pas au détriment de ceux qui ne savent pas.
      Le respect peut aussi prévaloir chez les gens qui exercent des professions dites « supérieures » ou que la population moyenne assimile ( bien souvent à tort ) à l’élite.
      Ainsi un avocat, un juge, un professeur, un huissier ( pour ceux-ci, je doute ), un chef d’entreprise, un responsable de projet, un économiste, un auteur de revue/lire économique, etc; cristalliserons plus « facilement » contre eux une vindicte populaire les accusant de faire partie d’une « élite ». Alors que franchement il y a aussi des humains parmi ces gens. Il ne faut pas diviser les populations selon des notions d’éducation, de niveau de vie ou de revenu ou encore de niveau de langage. C’est cette division qui empêche les peuples de se soutenir pour se révolter contre les véritables « élites » qui sont spoliatrices de libertés, d’égalité et de fraternité. « Diviser pour mieux régner » peux parfois être une technique de chef d’entreprise, rarement une technique de « petit chef » mais est par contre toujours une technique d’homme politique ou de patron de grand groupe.
      Donc ne partons pas avec des idées préconçues envers des gens qui ont juste eu la « malchance » de recevoir une éducation plus poussée que la nôtre. Ils peuvent eux aussi concourir au titre d’humain.

      P.S. : ça va mon niveau de langage ne me catalogue pas, à tes yeux, du côté des « élites dangereuses » ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • Berrurier

    La société des états unis d’Amérique est déjà agonisante du fait de son économie qui est morte. Ils veulent nous faire croire qu’ils sont encore une super puissance parce qu’ils ont le petro-dollar, mais le dollar est une monnaie de Monopoly et les plus grandes puissances n’en veulent plus. Le réveil va être douloureux pour tout le monde.

  • So So

    La traduction du titre « Pentagon preparing for mass civil breakdown » par « le pentagone se prépare à une rupture civile de masse » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.giflaisse songeur ; j’opterais plutôt pour « Le Pentagone prévoit le catalogage généralisé des populations civiles ». En s’appuyant sur les recherches universitaires en sciences sociales et en sciences du comportement, les militaires cherchent à affiner les mailles du crible pour discriminer les terroristes « purs » de leurs sympathisants – actifs ou passifs, des théoriciens – pratiquants ou de salon, des agitateurs sociaux – adeptes de l’affrontement violent ou de la non-violence, des moutons bêlants et des inoffensifs. Le but étant d’intervenir avant que les situations dégénèrent (et sans doute également de provoquer des situations qui dégénèrent… à leur seul profit – vive les révolutions colorées)http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif.

    Après les mises en application (de 1973 au Chili, en passant par les grèves des mineurs anglais de 1984, jusqu’aux actuels conflits moyen-orientaux) des théories fumeuses de Milton Friedman (le plus célèbre des Chicago Boys et lauréat du prix Nobel, se basant sur les travaux de Milgram), pouvait-on vraiment s’attendre à autre chose ?

    @ Fenrir : les « résolveurs de problèmes » ne sont pas ceux auxquels tu penses ; il s’agirait plutôt de ceux qui, en cas de tension sociale, tartinent la vaseline…

    • kalon kalon

      Ce catalogage n’a pas beaucoup de pertinence car dans le cas de la révolution française, ce sont des « terroristes » de salon qui l’ont provoquée !
      La réussite d’un conflit social ressemble un peu a ce que l’on appelle des « attracteurs étranges » dans les théories appliquées aux systèmes chaotiques.
      C’est un ensemble vers lequel un système évolue de façon irréversible.
      Ou, ce que l’on nomme l’effet « papillon » en climatologie qui démontre que le battement des ailes d’un papillon en Amérique peut, par effet évolutif, créer un typhon en Chine !
      En résumé, la réussite ou l’échec d’une révolution sont imprévisibles, même par les ordinateurs les plus puissants. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

      • kalon kalon

        La politique américaine est typique de ce genre d’évolution.
        Elle déclenche des conflits qui, par effet évolutif, échappe à tout contrôle humain dés que le système sous tendu par ce déclenchement continue son évolution de façon chaotique et irréversible.
        C’est une politique « d’apprenti sorcier » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      • kalon kalon

        Et c’est aussi tout ce qui fait la différence entre la politique Américaine et la politique Russe.
        Obama provoque des conflits qui échappent rapidement à son contrôle, là ou Vladimir Poutine réagit après coup à l’évolution du conflit pour l’accompagner et mieux le ramener vers une évolution qui lui soit plus favorable.
        A son avantage, il a mit 20 ans pour se construire les outils de sa politique, là ou Obama doit inventer les outils de la sienne au fur et à mesure ou les conflits évoluent.
        Deux perceptions politiques totalement opposées ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

      • So So

        Cela fait l’objet d’autres études, sous couvert d’amélioration de la SÉCURITÉ (évacuation d’un local en cas d’incendie, par exemple)http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif, portant sur les déplacements/mouvements de foule (en se basant sur les théories relatives à l’écoulement des fluides ou à l’évolution des systèmes chaotiques) dont on retrouve les applications sur le terrain dans le déploiement des forces de l’ordre lors des manifestations (qu’elles soient sportives, culturelles ou syndicales…)

      • kalon kalon

        C’est exact mais si ajoutes un seul « hystérique » dans une masse de 100 personnes calmes, tout le système échappe au contrôle !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    • Fenrir

      Yo So*,

      Y en a au moins une qui suit… ;0D

      Je l’avais bien compris ainsi pour son utilisation dans cet article.

      Mais je me suis octroyé le droit de l’utiliser en nous l’appropriant.

      Car, c’est nous les « résolveurs de problèmes », alors même qu' »Ils » nous considèrent comme des « Causeurs de problèmes ».

      Et tu sais bien à quel point, j’apprécie de « causer »…
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • Tyr

    Je ne comprends pas pourquoi l’expression anglaise « whistleblower » pose autant de problèmes de traduction pour les francophones.
    En France, il existe depuis longtemps l’expression « sonneur de tocsin » qui veut dire à peut près la même chose, c’est à dire alerter les populations et prévenir d’un danger.

    • So So

      Peut-être parce que les traducteurs français ont toujours tendance à privilégier la traduction littérale http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif et « le sonneur de tocsin » contrairement au « sonneur de cor »(comme dans le cas de Roland à Roncevaux) ne souffle pas dans son instrument pour donner l’alarme mais tire sur la corde actionnant le battant de la cloche (d’où l’expression « tirer la sonnette d’alarme »)http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif ; les expressions les plus approchantes de « whistleblower » qui pourraient être admises dans cette optique seraient « siffler la fin du match – ou la fin de la récré », et comme le rayonnement de la France repose davantage sur ses célèbres fromages au lait cru http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif que sur ses manufactures de sifflets, c’est finalement la solution « lanceur d’alerte », faisant abstraction du média pour se recentrer sur le sujet agissant, qui a été retenue…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Et oui ils commencent à chier sérieusement dans leur ben !

    La réduction de population mondiale passera par tous ceux qui s’opposeront physiquement à leur système ou ayant simplement l’idée de le faire ; …et le Grand Nettoyage est prévu et sera effectif tôt ou tard, soyez en sûr !
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    • kalon kalon

      Je vais te paraître « mystérieux » mais pour moi, le décès du fils « Rockefeller » dans cet « accident » d’avion commence à changer beaucoup de chose dans l’évolution de cette « crise »
      Le « NOM » vient de comprendre qu’il n’est plus invincible !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        La question qui me semble importante: est-ce réellement un accident ???
        Dans le cas contraire, l’effondrement US pourrait être bien plus rapide, je pense.

      • kalon kalon

        Mais oui, Confiture, c’était un accident !
        Un accident de chasse, mais un accident quand même !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Fenrir

      « MOLON LABE »

      et

      « Toca y se gausas »

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Grand marabout 3.0.1 Grand marabout 3.0.1

    c’est sur qu’avec 49 millions de yankees,le ventre vide,ils peuvent s’attendre à des problèmes…
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  • « Le Département de la Défense prend au sérieux son rôle en matière de sécurité des États-Unis, de ses citoyens, des alliés de l’Amérique et de ses partenaires. »

    La sécurité des citoyens contre leur gré. C’est magique.

    C’est bien gentil de donner le mauvais rôle aux agitateurs, mais je ne vois pas l’intérêt de sauvegarder des institutions de traîtres et d’empoisonneurs appartenant à une oligarchie d’oppresseurs. Ils avaient leurs boucs émissaires, en la présence de terroristes fanatiques, là ce ne sont, pour la plupart, que des citoyens engagés qui espèrent un avenir meilleur. Ils font le nid des extrémistes.

    Imaginez une femme qui vient vous séduire, vous épouse et vous mène ensuite une vie infernale. Elle vous trompe, elle empoisonne vos repas, elle vide vos comptes, elle vous laisse travailler pour deux, elle dirige votre vie, elle vous fait la morale, et elle délaisse vos enfants. Et dès que vous commencez à élever la voix, elle appelle les flics… Qu’est-ce que vous faîtes ? Soit vous vous soumettez, avec vos enfants en prime, soit vous partez.

    Certains disent « Aime la France ou quitte la ». Ce n’est pas cette France que l’on aime, et cette femme ne représente pas la France. Nous n’avons pas à subir ce mariage forcé à la limite de la prostitution, où le gouvernement jouerait le rôle d’un proxénète, qui après avoir été un beau parleur se montre être une brute esclavagiste. Sommes-nous des hommes ou des femmes exploitées ?

  • Alfred de Musset – Allégorie du Pélican

     » Dans cet extrait de ‘La Nuit de mai’
    Musset emprunte à la symbolique religieuse
    le thème du pélican
    où la douleur devient une ‘sainte blessure’
    offerte, par le poète, en un ‘divin sacrifice’.

    Cette légende du pélican,
    qui donne ses entrailles pour nourrir ses petits,
    remonte à l’Égypte ancienne.
    Reprise par les bestiaires grecs et médiévaux,
    elle deviendra liée au Christianisme.
    Elle figure également dans la symbolique des Rose-Croix,
    des Francs-Maçons et des Cathares.

    Musset en fait ici l’apologie d’une esthétique de la douleur.

    Illustration :
    Mosaïque — Cathédrale d’Aix-la-Chapelle, Allemagne.

    Ambiance musicale :
    Extraits du 2e mouvement du Concerto pour violoncelle n° 2 en si
    mineur, op. 104 d’Antonín Dvořák, avec l’aimable permission du
    violoncelliste John Michel.  »

    MOUSELAND – LE PAYS DES SOURIS

    Flёur / Fleur. Шелкопряд. О жизни, кошках, смерти и любви…

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Article intéressant:les plans se précisent et se peaufinent

    La stratégie de guerre de Moscou sera sans morts, mais sera fatale aux Etats-Unis

    L’aide de Poutine propose une alliance anti-dollar pour forcer les États-Unis à mettre fin à la guerre civile

    Sergueï Glazyev, le conseiller économique de Vladimir Poutine, a publié un article décrivant un plan pour «saper la puissance économique des Etats-Unis » afin de forcer Washington à arrêter la guerre civile en Ukraine. Glazyev croit que la seule façon d’obliger les Etats-Unis à renoncer à ses plans pour le démarrage d’une nouvelle guerre froide est de planter le système du dollar.

    http://voiceofrussia.com/2014_06_18/Putins-aide-proposes-anti-dollar-alliance-to-force-US-to-end-Ukraines-civil-war-8030/

    • kalon kalon

      apparemment, Poutine a gagné sur toute la ligne !
      – Remplacement du « ministre des affaires étrangères qui avait insulté Poutine
      – démission de l’ensemble de la RADA et donc, nouvelles élections
      – « cessez le feu » unilatéral de Kiev dans l’Est
      – Accord de libre échange Ukraine – Europe, on ne parle plus de l’adhésion de l’Ukraine à l’Europe mais d’un accord de libre échange ( la nuance est d’importance ! )
      – L’adhésion de l’Ukraine disparait du programme !
      Ils iront planter leur missiles « patriote » au pôle Nord !
      Un seul point noir: adoption de la loi martiale jusqu’aux prochaines élections, ce qui est à double tranchant car cela laissera les mains libres aux forces de « sécurité »

      Gagner la guerre sans combat ! Bravo à la Russie http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif
      http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/l-ukraine-va-sceller-son-rapprochement-avec-l-ue-53a31a00357059db44bfaeeb

    • kalon kalon

      Belle éclairciehttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif en cours, c’est le moins que l’on puisse dire !

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        Oui, c’est vrai.
        Poutine a de très bons conseillers autour de lui, c’est ce qui fait ca force aussi.
        Et Ils n’ont pas encore grillées toutes les cartouches, alors que les US s’épuisent avec leur stratégie guerrière connue d’avance.

      • kalon kalon

        Ben oui, gagner les guerres sans combat ou faire énormément de victimes et perdre toutes ses guerres !
        Il n’y a pas photo ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • eructite eructite

    Avant de crier « victoire » voyons quel autre coup fourré les américains vont tenter pour reprendre la main. Ils ne laisseront pas leur économie s’effondrer sans réagir.
    Et le traité transatlantique n’est pas la solution idéale pour sauver leur économie. Nous ne sommes en Europe que 740 millions d’habitants. Si ce territoire devient leur seule grande zone de commerce au monde il est clair qu’elle ne suffira pas écouler les produits de leurs entreprises.
    Économiquement ils vont devoir étendre leur influence si la solution proposée par la Russie est retenue par une majorité de pays dans le monde.
    Géo-politiquement, ils n’accepteront jamais d’être évincés de la scène ( ou de la cène en l’occurrence ) internationale.
    Militairement, ils ne sont pas du tout aussi faibles qu’on peux le lire ici ou là. Leur course à l’armement ne s’est pas arrêté avec la fin de la guerre froide.

    La solution pour un monde ne paix ? Démanteler les États Unis, leur imposer le retour à la loi « anti-trust » et remettre en fonctionnement les systèmes protectionnistes des économies mondiales qu’ils ont incité à faire tomber au cours des deux dernières décennies au nom du « libre commerce ».
    Et je ne parle même pas du sort qu’on devrait réserver à leurs grandes banques…. Jetons un œil du côté de l’Islande pour çà. Revoir aussi le fonctionnement de leurs « fonds de pension » qui sont de facto l’un des bras armés de la guerre économique qu’ils livrent au monde.

    • kalon kalon

      Je ne sais pas ce que tu en pense, mais pour moi, ce traité « commercial » ressemble beaucoup plus à un traité politique qui ne veut pas dire son nom car, au niveau commerciale, cela ne va pas apporter grand-chose !
      Au niveau politique, par contre, cela modifie radicalement les rapports de force entre les états et les multinationales ainsi que la mise sous tutelle américaine du droit commercial européen.
      Outre que cela va nous mettre de fameux bâtons dans les roues pour commercer avec la Russie et la Chine ( mais cà, c’est écrit en très petits caractères dans le traité)
      De fait, cela va isoler l’Europe du reste du monde en l’emprisonnant dans la sphère d’influence américaine et nous livrer « pieds et poings liés » aux multinationales assassines !

      • kalon kalon

        en analysant certaines de ses dispositions, on peut même se rendre compte que ce « traité » s’inscrit AU DESSUS de la plupart des constitutions des états afin qu’il ne puisse être attaqué comme anticonstitutionnel.
        On en arrivera à ce que les bâtiments abritant les sièges sociaux des multinationales deviendrons des zones de non droit car jouissants, tel les ambassades ou les installation de la commission européenne du statut d’extraterritorialité.
        Et de cela, personne n’en parle même les plus opposants au traité.
        dernière chose, et non des moindres, la langue officielle du traité est l’anglais et nous n’en disposons que de traduction en français et la nuance est TRES importante car si la langue française peut être très précise, l’anglais est une langue qui peut faire dire tout et son contraire.
        Raison pour laquelle, tout les anciens traités internationaux étaient rédigés en français avec traduction anglaise;
        Ici, c’est l’inverse ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • eructite eructite

    Le sujet du traité transatlantique est très très vaste et très compliqué.

    Tout d’abord personne n’a pu lire en intégralité ce traité, puisqu’il est encore actuellement en cours de rédaction/négociation et que de surcroît il est SECRET.
    Les bribes dont on a pu ENTENDRE PARLER ici et là sont certes très inquiétantes mais n’incluent aucune source, aucun texte officiel. Un bruit à couru comme quoi il était disponible sur le site de l’Union européenne, mais malgré mes recherches, je n’ai pu le trouver. Donc nous sommes dans l’expectative sur ce sujet. Si quelqu’un dispose du texte dans la globalité de ce qui à été rédigée ou même une partie, je suis preneur. ( d’ailleurs aucun site d’information ou de ré-information ne l’a publié, donc je ne dois pas être le seul )

    Prenons tout d’abord ce qui à « filtré » à ce sujet :

    – d’après « Marianne » : http://www.marianne.net/Traite-transatlantique_r1537.html
    Premier média d’envergure nationale à avoir parlé au public de ce traité. Avant le sujet restait l’apanage des sites et blogs d’information / ré-information ainsi que des sites conspirationnistes. Leur analyse est plutôt pointue et sans concession. Ils alertent effectivement sur les dangers d’un tel accord pour nos économies ( sous entendu économies européennes ).

    – d’après « Le Figaro » : http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2014/05/22/31007-20140522ARTFIG00392-tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-traite-transatlantique-sans-jamais-oser-le-demander.php

    – d’après  » Le Monde » : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/22/traite-transatlantique-le-poulet-aoc-va-t-il-disparaitre_4424100_4355770.html

    – d’après « Le Monde Diplomatique » : http://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/WALLACH/49803 ( on notera la reprise de l’article sur le site « Les Crises » d’Olivier Berruyer ici : http://www.les-crises.fr/traite-transatlantique-typhon/ )

    – d’après « Le Monde Politique » : http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/22/traite-tafta-l-assemblee-vote-la-suite-des-negociations-avec-plus-de-transparence_4424077_823448.html

    Il est assez amusant de voir le changement de ton entre 3 versions d’un même groupe de presse. Comme quoi ce « journal » change bien de ton en fonction du public visé. Un méRdia dans toute sa splendeur vomitive.

    – d’après « Le Canard Enchainé » : En raison de la politique de ce journal de vendre ses articles même anciens, je n’arrive pas à trouver celui que je voulais vous mettre en ligne. En gros ils se font défenseurs du traité… Étrange quand il y a encore quelques mois il s’en faisaient les vertueux pourfendeurs… Lisez à ce sujet le billet d’humeur sur Marianne ;)

    – d’après « Les Échos » : http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203574674692-traite-transatlantique-il-faut-tout-reprendre-a-zero-1014307.php

    – d’après « ATTAC » : https://france.attac.org/se-mobiliser/le-grand-marche-transatlantique/

    – d’après « wikileaks » : ce site nous parle du TPP soit « Trans Pacific Parthership Agrement ». Apparemment, ils sont plus préoccupés par ce qui se passe avec l’Asie/Australie/Nouvelle Zélande qu’avec l’Europe.
    La différence notable c’est que ce traité ne contient aucune clause quant au secret de ses négociations. Il est donc aisé d’en trouver des parties sur le net.
    La question qui se pose est la suivante. Wikileaks serait il en plein péché de mensonge par omission ?

    – d’après « Wikipedia » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_de_libre-%C3%A9change_transatlantique
    Ici on a l’historique du début des négociations, les applications possibles, les risques de dérive… mais de texte point. A ce sujet, une partie de ce qui est écrit sur ce site :
    « Les travaux se font dans le plus grand secret et les citoyens ne peuvent avoir accès aux documents préparatoires25. Afin de répondre à cette critique, la Commission européenne fournit quelques éléments d’informations sur son site26, mais le détail des points envisagés ou déjà traités reste secret. 11 pays de l’UE s’opposent par exemple à la diffusion du contenu du mandat, et le contenu des accords obtenus lors des réunions de chaque cycle de négociation n’est pas diffusé27. »
    Ils oublient de dire que les États Unis se sont fortement opposés à ce que ce traité soit accessibles aux populations ( incluant également les directeurs d’entreprises, les élus ne participant pas aux négociations, les médias, le « bas peuple » ). Il va de soit qu’une telle chape de secret ne va pas rassurer qui que ce soit quand à son contenu, surtout si on mets en relation avec ce point les révélations de Snowden quand à l’écoute systématique des députés européens en charge de la négociation de ce traité.

    La liste des réactions méRdiatiques pourrait encore être longue ( j’exclue Marianne des méRdias. Ils ont prouvé par le passé, et le prouvent à chaque numéro, qu’ils ne sont à la botte d’aucun politique… Un média salvateur dans ce monde de vendus ). Il est assez amusant de voir de nombreux journaux populaires ( pour ne pas dire populistes ) font leur ligne éditoriale sur la défense du poulet aoc ou du camembert quand il s’agit en réalité de mort programmée d’une économie entière. On peux ainsi observer que malgré leur pseudo engagement à défendre les intérêts des français, une fois encore ils ne font que « minimiser » l’impact réel de ce traité en n’en mettant en exergue qu’une infime partie.

    Pour synthétiser ce que j’ai pu en lire, il est clair qu’après le « plombier Polonais », que monsieur Sarkozy faisait mine de défendre lors du traité de Rome/Lisbonne, c’est au tour du « plombier Américain » de débarquer sur notre territoire. Et si l’envie nous prenait, pour protéger nos emplois, de lui imposer l’obtention d’une carte verte pour venir exercer chez nous il nous faudrait alors faire face aux foudres de la multinationale qui nous l’enverra ( ne rêvons pas, un artisan œuvrant dans une petite entreprise américaine n’aura pas les moyens de venir exercer chez nous… ). Et si cette dernière doit faire condamner un état pour s’assurer de pouvoir pratiquer le libre échange malgré nos populations, ça n’en sera que double aubaine pour elle.

    Le TAFTA, de facto est une mesure pour sauver l’économie américaine du marasme qui l’a gagné après la crise de 2007. Comme le traité de Lisbonne devait relancer l’économie européenne… Seulement de quelle économie est il question ici ? Pas la nôtre. Encore une fois, nous ne sommes perçus que comme des consommateurs. A croire que les dirigeants ont oublié qu’avant de consommer, il nous faut gagner l’argent nécessaire pour acquérir des biens et des services.

    Passons sur le bœuf aux hormones, le poulet aux antibiotiques, les ogm, le fromage aseptisé. Ces produits nous seront tôt ou tard imposés comme norme. La technique à toujours été de produire le moins cher possible pour le consommateur tout en limitant les capacités financières de ce même consommateur, s’assurant ainsi qu’il n’ait pas le choix que de manger le produit de multi-nationales de la malbouffe. Pour ceux qui ne mangent pas déjà des produits dont la fabrication est douteuse, vous pouvez être sûrs que ce choix ne vous sera pas laissé très longtemps.
    A une échelle plus locale, je rappelle que cette loi existe depuis 1981 en France et qu’elle vous interdit de cultiver / céder les semences ( gratuitement ou non ) / commercialiser les récoltes si la variété n’entre pas dans le catalogue des semences. -> http://www.gnis.fr/files/decret_81605.pdf
    L’Europe s’est fait écho de cette loi en 2002 de façon encore plus restrictive que la France -> http://www.gnis.fr/files/directive200253ce.pdf
    Le traité Trans-atlantique ne fera qu’exacerber encore ce problème en permettant à des entreprises qui brevettent le vivant ( Syngenta, Monsanto, etc ) d’empêcher l’accès à l’autosuffisance des populations.

    D’autres traités qui se négocient ou se sont négociés dans le dos des peuples :
    – le traité de Rome : rejeté par référendum par les Français et les Hollandais. Il fut très peu modifié avant d’être ratifié en 2007. C’est devenu le traité de Lisbonne en application depuis 2009.
    – le TISA : http://www.contrelacour.fr/tisa-union-europeenne-commerce-service/
    – le FATCA : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-droit-etasunien-s-impose-sur-le-territoire-europeen-25659.html

    Ce qu’on peux en conclure, c’est que cette défiance des peuples envers ces traités « secrets » n’est pas nouvelle. Elle résulte directement du fait que nous savons pertinemment qu’au nom du libre échange et de l’économie moderne, nos dirigeants sont prêts à nous sacrifier sur l’autel des bénéfices. Lorsque que les Français ont dit NON au traité européen, les hommes politiques ( Sarko comme d’hab’…. ) nous ont imposé leur vision de l’Europe alors même que nous étions contre. Il est donc tout à fait logique que dans l’inconscient collectif une telle disposition puisse effrayer les populations quand à leur avenir. Et je rajouterai même que ces craintes sont salutaires ! Enfin les gens se renseignent sur la sauce qui les accompagnera quand ils seront servis aux « grands » de ce monde. Et encore une fois, merci à touts les politiques plus empressés d’accepter les cadeaux ( pourtant interdits par la LOI ) des LOBBYS plutôt que de défendre les intérêts des PEUPLES qui les ont ÉLUS !

    Donc, je le répète : il faut REJETER ce(s) traité(s) et arrêter de consommer les produits issus de l’économie américaine. Malheureusement, ici on est sur un site de gens qui se renseignent. Il y a donc fort à parier que ce n’est pas le genre d’endroits pour mener une tribune pour la défense de nos intérêts nationaux. Malheureusement, encore une fois, les endroits où il faudrait prôner cet anti américanisme ( n’ayons pas peur des mots contre les maux ) sont aux mains de grand groupes qui se sentent plus d’accointances avec le modèle américain et qui nous vendent de la merde estampillée « made in usa » à chaque instant.
    Il faut également militer pour une VRAIE reconnaissance du VOTE BLANC afin que nous puissions leur montrer qu’on ne veux plus de ces VENDUS aux postes de gouvernance Françaises et Européennes !
    La récupération du pouvoir PAR LE PEUPLE et POUR LE PEUPLE comme on pourrait rêver de voir dans chaque démocratie. Et plus de pouvoir par l’argent et pour l’argent que l’on ne peux que constater dans notre ploutocratie élective.

    P.S. : la langue officielle du traité est comme dans toutes les institutions européennes : l’anglais. Cela à toujours été le cas. ;) Même les accords entre la France et l’Allemagne pour l’établissement d’une force armée commune dans les années 80 s’est déroulée en anglais. L’Anglais est la seule langue parlée et/ou comprise par la majorité de la population mondiale. Elle est certes moins riche que le chinois, le français, le japonais mais ne permet pas du tout de faire dire le contraire de ce qui est écrit. Ce ne sont là que des élucubrations conspirationnistes. ;)
    Vérifie la véracité de tes sources, use de ton libre arbitre, ne te laisse pas manipuler par des gens qui ne cherchent qu’à attirer le plus grand nombre de lecteurs en faisant du sensationnalisme pour toucher plus de revenus par les publicités du site.