Le secret des substances chimiques associées à la fracturation hydraulique

Alors que la campagne médiatique en faveur de l’exploitation des gaz de schistes se poursuit dans le monde anglo-saxon et ses alliés, un rapport parlementaire états-unien de 2011, tenu secret jusqu’à aujourd’hui, révèle les prétendus « secrets commerciaux » et autres « produits exclusifs » de la fracturation hydraulique. Il s’agit en réalité de substances cancérigènes ou polluantes, presque toutes interdites.

Toute l’industrie pétrolière et gazière des États-Unis s’est lancée dans une colossale campagne publicitaire visant à vanter les prétendus avantages de la fracturation hydraulique, une technique susceptible de faire de la Roumanie « l’Arabie saoudite du XXIe siècle  ».

Ainsi, la récente livraison de la revue bimestrielle Foreign Affairs, porte-parole du très influent Council on Foreign Relations (Conseil des relations étrangères, CFR en anglais), considère sans détour la très controversée technique de la fracturation hydraulique comme la nouvelle arme énergétique et géostratégique des États-Unis [1].

En revanche, la critique de cette technique nuisible —extraction de grandes quantités de gaz de schiste par injection massive d’eau et de substances chimiques secrètes— formulée en majeure partie par les milieux scientifiques (géologues, sismologues, chimistes, etc.) n’a pu trouver un écho favorable ailleurs que dans les publications universitaires, comme les revues Science et Proceedings of the National Academy of Sciences, dont les articles ne sont pas adéquatement diffusés par les médias contrôlés par les ploutocraties états-uniennes du gaz et du pétrole.

La critique a reproché à l’inquiétante fracturation hydraulique d’être à l’origine de tremblements de terre —ce que nie, de façon absurde, la très complaisante Commission nationale (sic) des hydrocarbures mise sur pied par le « Mexique néolibéral d’obédience itamiste [2] » sous la houlette des États-Unis—, de causer l’épuisement et la pollution de l’eau (alors que les États-Unis vivent la pire sécheresse des cent dernières années) et de favoriser le réchauffement planétaire en raison des émissions massives de méthane que cette technique produit.

Il ne manque —ou plutôt manquait— que l’identification de la centaine de substances chimiques « secrètes » qui sont injectées en même temps que l’eau.

Un premier rapport dressant l’inventaire à l’échelle nationale des substances chimiques dont se servent les entreprises du domaine de la fracturation hydraulique a pourtant été rédigé par le Congrès des États-Unis et publié avec un retard de trois ans.

Le mystère entourant l’identification de ces substances chimiques a finalement été élucidé par un rapport rédigé en 2011 par des députés démocrates de la Chambre des représentants des États-Unis siégeant à la commission de l’Énergie et du Commerce, mais révélé simplement maintenant.

La commission en question brocarde l’« innocuité de la fracturation hydraulique », ainsi que le secret qui entoure les substances chimiques utilisées avec les liquides : « aux États-Unis, entre 2005 et 2009, les 14 principales entreprises du domaine de la fracturation hydraulique ont utilisé plus de 2 500 produits chimiques contenant 750 composés parmi lesquels 650 contenaient des substances chimiques considérées comme étant des agents cancérigènes ou de dangereux polluants atmosphériques ».

Où en est cette inquiétante situation aujourd’hui, à cinq ans de distance ?

La commission dénonce l’utilisation d’une grande partie de ces substances chimiques au motif qu’elles « constituent un risque considérable pour la santé humaine et l’environnement ».

Les multinationales pétrolières et gazières, comme Halliburton et Schlumberger, utilisent pour la fracturation hydraulique des produits « contenant 29 substances chimiques ayant trois caractéristiques :
- Elles sont reconnues comme étant cancérigènes pour les êtres humains ;
- Elles sont assujetties à la Loi sur le contrôle de la qualité de l’eau (Safe Drinking Water Act en anglais) en raison des risques qu’elles comportent pour la santé publique ;
- Elles figurent sur la liste des polluants atmosphériques établie par la Loi sur l’air pur.

Par conséquent, pendant le laps de temps susmentionné, les entreprises du domaine de la fracturation hydraulique ont utilisé 95 produits contenant 13 substances cancérigènes différentes, dont le naphtalène, le benzène et l’acrylamide.

Lire la suite sur Réseau Voltaire

24 commentaires

  • Eaglefeather Eaglefeather

    Au Réseau Voltaire !

    C’est bien de dénoncé cette utilisation, mais pour être vraiment pertinent et convainquant, il l’aurait été d’avantage en ne se limitant pas qu’aux trois malheureux produits sur les 95 qui ont été jusqu’ici utilisés.
    Plus encore que leur simple énumération, une description précise de leur toxicité et des atteintes qu’ils peuvent engendrer aurait permis une meilleur prise en considération, de la part du public que vous désirez alerter !!

    • rouletabille rouletabille

      T’inquiète pas MONTENBOURG vas essayer de convaincre Hollande que c’est notre avenir..(ok,j’ai plus le lien)exc ..

      http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/01/29/montebourg-veut-promouvoir-une-extraction-propre-des-gaz-de-schiste_4356289_3244.html

      • Thierry92 Thierry92

        Y a t’il une méthode d’extraction des pourritique ?

        En dehors de la machine de Mr Guillotin?

      • rouletabille rouletabille

        Hahahah sacré Thierry92 hahha.
        Non en FRANCE à part CLIQUER ,hahaha,ceux qui ne cliquent pas sont considérés comme malades..

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        Tu cherche quoi exactement RTB ???
        qu’est ce tu veux???
        C’est quoi ton problème ???

        Tu a besoin de justifier ton inaction en trouvant des coupables,gignolo!

        Quand on ne sait pas,ou veux pas, faire de différence entre un document et une pétition.

        Tu a besoin de moutons pour défendre ta cause.(et lâche par dessus le marché)

        Et tu n’hésite pas à divulguer des mensonges pour que certains marchent dans tes magouilles.

        Va donc dans les cités parler ainsi et tu sera dans la rue des allongés,dans l’heure qui suit, alors fait bien le mariole ici et clique pour répandre ta haine ,ici tu es à l’abri des mauvais coups.
        Va y vomit ta bile ailleurs, pauvre type!

      • Capitou Capitou

        Pouuuuuuuuuuuuuuusse…….tonClic !
        :D

      • rouletabille rouletabille

        Je te cite..
        .
        « Va donc dans les cités parler ainsi et tu sera dans la rue des allongés,dans l’heure qui suit, alors fait bien le mariole ici et clique pour répandre ta haine ,ici tu es à l’abri des mauvais coups.
        Va y vomit ta bile ailleurs, pauvre type! »
        ..
        Merci,toi au moins t’est super sympa..
        Facile de voir CAPITOU appuyer du clic,ton commentaire qui me déplais bcp,continue et tque pas ici tu as trouvé ta voie ,fonce….

      • rouletabille rouletabille

        J’ai pas piger pq Confiture de Fmur m’attaque au sujet du Gaz de Schiste ?
        Que l’autre CAPITOU coome larbin,s’associe est drôle,mais bon..

      • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

        Ta pas pigé,oui c’est ça, à d’autres! joue l’innocent,la victime.
        Hypocrite en plus.

      • Capitou Capitou

        RTB, peux-tu comprendre que l’accumulation des tes interventions grincheuses et parfois, voir régulièrement quasi-insultantes, peux mener à certaines personnes de réagir comme l’a fait Confiture ?

        Pour ma part, je t’ai déjà expliqué que j’ai pris pour manque de respect flagrant les propos que tu as tenu à mon encontre récement…
        (ce que tu réitère içi même…)

        Alors, la bille est-t-elle trop lourde pour rouler, poussetonclic ou clictontroll ?

      • rouletabille rouletabille

        Oublie moi svp..

  • Merci Ender! <3 :*

    Gaz de schiste : pollution massive

    Tremblements de terre provoqués

    La Stratégie Ender

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    fracturation hydraulique

    C’est comme le Coca ,secret de fabrication,la réalité est toute autre.
    Rien d’étonnant d’ailleurs, c’est le contraire qui l’aurait été.

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      +10000

      Et oui le secrète de fabrication c’est bien pratique lorsque le but c’est d’empoisonner les gens volontairement !

  • Maverick Maverick

    « l’utilisation de carburant diesel dans les liquides servant à la fracturation hydraulique représentait la principale menace des nappes phréatiques »

    De plus en plus débile. Ils injectent du diesel pour faire sortir du pétrole. Quand on regarde la liste des composés chimiques utilisés, c’est une vraie encyclopédie ! Autant utiliser une pioche en or 24K pour chercher de l’or …

  • Capitou Capitou

    et puis la cerise sur le gateau : c’est que le rendement n’est que très légérement positif !
    (énergie dépensée pour extraire par / à l’énergie obtenue en gaz et pétroles de shistes…)

  • Capitou Capitou

    Ardèche en lutte : http://www.stopaugazdeschiste07.org/

    vous trouverez en cherchant dessus les collectifs d’autres départements concernés…

    • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

      Je suis ce scandale:je remet aussi cette info importante,dont je ne connais plus l’origine du doc.

      Le vrai scandale des Gaz de Schiste
      France Libertés a été partie prenante de la mobilisation contre l’exploitation des pétroles et gaz de schiste. Au delà de la sauvegarde des réserves en eau, c’est la vision de cette énergie que nous voulions combattre. Aujourd’hui, si la fracturation hydraulique est théoriquement interdite en France, dans les faits les permis sont toujours valables, et les premiers gisements vont être exploités, alors que de partout dans le monde des témoignages, des études et des images prouvent les conséquences dramatiques de ces chantiers.
      Marine Jobert est journaliste, elle travaille depuis 2009 sur ce dossier, bien avant que le mouvement ne prenne toute son ampleur, aujourd’hui elle nous livre sont point de
      vue sur cette mobilisation. L’historique d’abord, depuis décembre 2010 et les 300 manifestants au pied du Larzac, jusqu’en 2011 avec les milliers de personnes qui se
      réunissent au sein de collectifs pour organiser leur défense. Elle retrace ainsi leur mobilisation, leurs interrogations, leurs succès et leurs échecs.
      L’exploitation des gaz de schiste c’est avant tout une décision prise sans information et sans concertation. Pourquoi ? Pour le pétrole, pour la soi-disante indépendance
      énergétique mais surtout pour le profit de quelque uns. En effet, c’est un choix énergétique incompréhensible : la ressource est faible difficile d’accès, son exploitation n’a que 25% de rendement et elle est polluante. Il y a donc une histoire secrète des gaz de schiste.

      Une histoire qui mène de l’ancien vice-président américain Dick Cheney au demi-frère d’un certain Patrick Balkany en passant par la haute administration de notre pays. De même qu’il existe des liens profonds entre les milliardaires Paul Desmarais (membre du CA de total et suez) et Albert
      Frère (actionnaire chez Total et Suez) d’un côté, et le président Nicolas Sarkozy de l’autre.

      L’affaire des pétroles et gaz de schiste est donc un formidable révélateur de l’affaissement de l’esprit démocratique.

      Pour comprendre ce mouvements, ses raisons ses succès et ses
      échecs et pour aller plus loin, le livre nous offre une autre vision de la mobilisation contre les gaz de schiste.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Les ivrognes ,c’est le cancer de la société ,ce sont des lâches,des fourbes,des manipulateurs.