Droguez-vous, prostituez-vous, l’avenir du pays en dépend !

La nouvelle norme comptable de calcul du PIB d’Eurostat, l’organisme européen chargé des statistiques économiques, va tenir compte à partir de cette année de ce que les économistes appellent pudiquement  « l’économie souterraine », à savoir principalement le trafic de drogue et la prostitution. Des pays comme l’Italie se frottent d’avance les mains puisque les activités de la mafia dans ce domaine devraient permettre de doper leur PIB dés l’an prochain et de présenter des statistiques économiques plus florissantes aux investisseurs.

En France, l’INSEE refuse quant à elle de se plier (pour l’instant) à ces nouvelles méthodes de calcul, en mettant en avant le fait que les transactions effectuées dans le cadre de la prostitution, notamment, ne sont pas librement consenties, les prostituées étant dans les faits exploitées par des proxénètes. On pourrait avancer la même chose dans le cas du trafic de drogue pour lequel les clients ne sont pas non plus réellement libres d’effectuer ou pas la transaction puisqu’ils sont par définition drogués donc dépendants.

Les conditions du « marché » s’appliquant à l’économie souterraine ne sont pas non plus satisfaisantes puisqu’elles n’apportent pas toujours une liberté de choix au consommateur ni  une information transparente capable d’éclairer ce dernier et de lui permettre de prendre des décisions d’achat rationnelles. Je passe sur les entraves à la concurrence et à la réglementation que l’on peut constater du côté des producteurs de l’économie souterraine, dont la première reste le travail forcé et l’esclavagisme, l’absence de réglementation du travail et de représentation syndicale, de CHSCT si cher à Rebsamen, et plus généralement l’absence de respect des normes sanitaires et de traçabilité des produits, comme de l’obligation d’information des consommateurs (LOL)…

A ces éléments il faudrait ajouter l’argument moral, à savoir qu’il est moralement douteux de prendre en compte dans le calcul du PIB le fruit d’activités illégales et criminelles.

Finalement la nouvelle norme statistique d’Eurostat nous en apprend beaucoup sur l’économie actuelle et sur les indicateurs comme le PIB. Le premier enseignement, qui sera plutôt une confirmation pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des idées économiques, c’est que la science économique telle qu’elle est envisagée aujourd’hui par les élites dirigeantes, est profondément immorale. Non pas toute la science économique, puisque les écoles Marxistes ou Keynésiennes assignaient à cette dernière un but transcendant, une mission d’émancipation, de progrès social, et subordonnaient ainsi le champ de l’économie à celui du politique.

L’idéologie libérale-monétariste actuelle et ses dogmes de l’auto-régulation du marché, de l’homo-oeconomicus guidé par des choix rationnels, de l’allocation optimum des ressources par le jeu du libre marché et plus généralement la présupposition de l’efficience de la « main invisible » des relations commerciales sur toute autre forme de régulation sociale, sont la racine directe de la vision purement transactionnelle et commerciale de l’activité humaine qui se traduit dans des outils de mesure dénués de toute portée morale et donc incapables de quantifier autre chose qu’une somme ou un volume de transactions.

Cette idéologie reste aveugle à tout ce qui fait le vivre ensemble, à tout ce qui cimente les communautés humaines et qui les fait se doter d’institutions, de lois, de religions et de morale. Cette vision purement comptable et commerciale aboutit donc en toute logique à cette forme d’aberration moderne de la mesure de la santé économique d’une nation qu’est le PIB, et à la prise en compte des activités criminelles ( qui sont par définition  nuisibles à la société) dans celui-ci.

On ne saisit toute l’absurdité de cette logique comptable qu’en la poussant à son terme, comme vient de le faire Eurostat. La hausse de la consommation de drogues et de la prostitution constitueront désormais des potentiels de croissance économique à part entière. On peut donc imaginer que des pays désireux de valoriser ces gisements jusqu’à présent inexploités mènent des politiques de développement de ces différents secteurs.Cela au nom de la croissance économique ou de la lutte contre le chômage.

Les écoles ne pourraient-elles pas  se charger dés à présent de mener des actions de sensibilisation auprès des jeunes afin de les inciter à consommer davantage de drogue et à se prostituer ? Ne peut-on pas dés à présent supprimer certaines coutumes et institutions anti-économiques comme le mariage, afin de libérer de nouveaux gisements de prostitution ? En effet, à l’intérieur de chaque femme mariée sommeille une prostituée économiquement valorisable, chaque chômeur pourrait également créer sa propre activité dans la prostitution ou le trafic de drogue. Au lieu de cela l’activité reste entravée par une réglementation envahissante qui décourage toute initiative personnelle. Pierre Gattaz pourrait d’ailleurs vous le confirmer.

Bien que le gouvernement français ait entre baillé la porte à un allègement de la législation avec le mariage homosexuel et l’ouverture prochaine d’un marché de l’adoption et de la procréation enfin libéré des entraves familiales soi disant « naturelles » (ce que la nature donne gratuitement n’est par définition pas valorisable économiquement),  beaucoup reste à faire pour se débarrasser de ces institutions traditionnelles complètement dépassées et qui freinent de par leur inertie la croissance économique dans le contexte moderne de la compétition mondialisée.

Français, françaises, retroussez-vous donc les manches, droguez-vous, prostituez-vous, l’avenir du pays en dépend !

 

Guillaume Borel pour les moutons enragés

15 commentaires

  • GROS

    Si on peut joindre l’utile à l’agréable, pourquoi pas.

  • leprixdelavie leprixdelavie

    l’Économie souterraine ça comprends aussi le « travail » des tueurs à gages et des proxénètes d’enfants !!!

    Alors avis aux tueurs à gages, travaillez plus votre travail est reconnu d’utilité publique.

  • quidam31

    « En France, l’INSEE refuse quant à elle de se plier (pour l’instant) à ces nouvelles méthodes de calcul, en mettant en avant le fait que les transactions effectuées dans le cadre de la prostitution, notamment, ne sont pas librement consenties, les prostituées étant dans les faits exploitées par des proxénètes. »

    L’exploitation de la population par les banquiers n’est pas librement consentie non plus…

  • nuronuro nuronuro

    hahaha

    bientôt dans les déclarations de revenus on trouvera quelque nouveau formulaire:

    _revenu encaissé pour ventre de canabis, déduire en frais réels : installation d’arrosage, soleil, électricité et loyer du hangar
    _revenu encaissé pour prostitution , les caresses bénéficiant d’une intéressante ‘niche » fiscale: déduire en frais réel: capote fouet et nutella , deduire aussi les protège genou ;o
    _revenu encaissé pour braquage de banque: cochez la case pour ne pas être pendu , sale voleur !!!

    On peut tout imaginez la dessus
    On devrait euthanasier les chômeurs pour ensuite dire : vous voyez on a réduit la courbe et augmentez les bénéfices des PF.

    C’est vraiment de pire en pire .

  • Mortimer Mortimer

    Pour faire bonne mesure ils devraient intégrer le trafic d’armes, de l’ivoire, d’organes, etc etc.

    Plus ça va et plus je retrouve des faits d’actualité qui collent à diverses prédictions ou prophéties.
    Quand je les lisais, ça me paraissais peu crédible et pourtant…

  • A parce que vous croyez que pour les autres activtés les acteurs ( prestataires et consommateurs ) sont si libres que ça ?

  • Eaglefeather Eaglefeather

    Comme dit sur http://lesmoutonsenrages.fr/2014/06/03/lavenement-de-la-bete-est-proche-sa-fin-aussi/
    encore peu de temps pour voir les index à la consommation, s’envoler à cause de ces deux « nouveaux pans » dans l’économie.
    Bientôt on verra le prix du beurre, du lait et du pain augmenter parce qu’il y a plus de putes et plus de camés !

    Enfin on sait d’où vient la perversité et la drogue, de certains milieux pour le moins « aisé » dont le monde politique y adhère aux côté de nombreux autres bien sûr !!

  • SOFTCONTACT

    En partant de se principe les on va tout autoriser pourvu que cela rentre dans le PIB.Je pense au greffe organes consenti ou non,a la pédophilie réseau etc….BELLE AVENIR QUE SONT EN TRAIN DE NOUS FAIRE NOS ELUS DE MERDE !!!!

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      et partant du principe de ton principe, les contrats de tueurs à gages pourraient rentrer dans le calcul du PIB…Alors comme à mon habitude je me propose à des tarifs très abordables biensûrs pour éliminer celles et ceux sans qui tout cela n’aurait été possible.
      à voir biensûr si cette activitée peut-être déclaré en sasu car trop de faux frais pour un statut d’auto entrepreneur à moin que je crée une coopérative :)