Les enjeux de la neutralité du Net

Je relaie une interview passionnante et très accessible de Benjamin Bayart par Thinkerview sur les sujets de la neutralité du net et de l’avenir du réseau mondial. Benjamin Bayart fut le président d’un des plus anciens fournisseurs d’accès, French Data Network. Au menu donc, les volontés d’hégémonie et de régulation du CSA, les attaques des FAI contre la neutralité du réseau, l’espionnage des citoyens et les Big Data, les questions géostratégiques sur l’avenir de la régulation du net et la montée d’un « totalitarisme soft ».

4 commentaires

  • Poursuivre avec Benjamin Bayart :

    AUDIO : Benjamin Bayart – Libertés numériques surveiller et punir ici : http://www.cratzy.fr/?p=6914

    Bradley Manning condamné aux Etats-Unis, Julian Assange reclus à Londres, Edward Snowden réfugié en Russie, Evo Moralès (le président Bolivien), bloqué plusieurs heures en Autriche : tous ont été pris récemment dans les filets d’une toile qui semble n’avoir pas de limite (ni géographique, ni éthique, ni même technique).
    Pour avoir publié des documents classifiés de l’armée américaine sur internet (c’est le cas de MANNING et d’ASSANGE), ou pour avoir fait des révélations a propos d’internet (sur la surveillance généralisée qui y a cours : c’est le cas de SNOWDEN), ces trois hommes risquent très gros (le premier vient d’ailleurs d’être reconnu coupable, et attend le quantum de sa peine, les autres se cachent).
    Quand à Evo MORALES, président de la République d’un état souverain, parce qu’il a été soupconné d’avoir aidé Edward SNOWDEN, il a été retenu, pendant plusieurs heures, au mépris du droit international, sur l’aéroport de Vienne, (il raconte d’ailleurs l’épisode lui-même dans les colonnes du Monde Diplomatique).

    Alors, peut-on considérer que tout cela est lié, et cohérent ?
    Que nous disent ces événements, sur cette société en transformation profonde, sous l’effet du developpement des réseaux ?
    Est-ce qu’internet, si on n’y fait pas attention, peut un un jour devenir un outil qui ne servirait plus qu’à surveiller, et punir ? Ou au mois à soupçonner ?

    Invités des Matins d’Été : Benjamin BAYART, Fondateur et porte-parole de French Data Nerwork (qui est le plus ancien fournisseur d’accès à internet indépendant et associatif), spécialiste en télécommunication, et militant de la neutralité du net, et des logiciels libres.

    Et puis Amaelle GUITON, journaliste. Auteur de « Hackers : au coeur de la résistance numérique » (Diable Vauvert).

    ===============================================

    AUDIO : Benjamin Bayart – A-t-on encore besoin d’espions
    ici : http://www.cratzy.fr/?p=6907

    « Cherche machine à écrire, si possible portative …
    Clavier cyrillique mais surtout silencieux
    Modèles Triumph, Olympia, Olivetti acceptés
    Taquet de tabulation et ruban encreur, fournis SVP »
    C’est ce qui s’appelle se mettre au goût du jour…
    Et ce sont les services secrets russes qui ont décidé de s’adapter à l’air du temps
    Comment empêcher les grandes oreilles américaines et britanniques de traîner du côté de Moscou ?
    En les bouchant avec du bon vieux papier et tiens, pourquoi pas, de l’encre invisible…
    L’appel d’offres a été officiellement lancé la semaine dernière par le FSO issu de l’ancien KGB.

    Ainsi donc désormais, tout le monde surveille tout le monde
    Et le programme d’espionnage américain Prism ne serait que la partie émergée de l’iceberg.
    Les Etats-Unis surveillent l’Union européenne qui surveille les Etats-Unis qui surveillent la Chine qui le leur rend bien
    Que des Etats, des puissances se surveillent entre elles rien de très neuf
    Ce qui l’est davantage c’est que les particuliers les intéressent aussi.

    « L’Europe, quel numéro de téléphone ? » demandait un jour Henri Kissinger pour rire
    Si Barack Obama osait la plaisanterie il ne serait absolument pas crédible
    Les révélations d’Edward Snowden ont confirmé ce que beaucoup savaient déjà :
    Les services secrets américains ont le carnet d’adresses le plus fourni de la planète
    Grâce notamment à des fournisseurs devenus mercenaires du renseignement d’Etat j’ai nommé (encore eux) Google ou Facebook.
    A quoi ressemble l’espionnage nouvelle génération et en quoi diffère-t-il de celui de la Guerre froide?
    Les hackers et les pros des algorithmes vont-ils mettre les agents secrets à la porte ?
    Et qui sont ces nouveaux profils que recrute en France la DGSE ?
    A-t-on encore besoin d’espions ?

    Invité(s) :
    Patrick Pesnot, producteur de « Rendez-vous avec X » sur France Inter, auteur de « Les grands mensonges de l’histoire » (Ed. Hugo Doc, mai 2013)
    Jean Guisnel, journaliste spécialiste des questions de défense et d’espionnage, auteur de « Guerre dans le cyberespace » à reparaître fin août 2013 avec une postface inédite (1997, La Découverte)
    Benjamin Bayart, expert en télécommunications et militant de la neutralité du net, et des logiciels libres.

    ====================================================

    VIDEO : Entretien avec Benjamin Bayart par « La Taverne des Pirates » ici : http://www.cratzy.fr/?p=6280

    ====================================================

    VIDEO : Une contre-histoire de l’Internet ici : http://www.cratzy.fr/?p=5137