D’anciens militaires du plateau d’Albion touchés par des cancers

Suivant l’armée, il n’y a pas de rapport entre les cancers de ses soldats et les missiles nucléaires, c’est d’ailleurs ce qui nous est également dit pour les populations vivant à proximité des centrales atomiques, même si le contraire tend à être prouvé

De quel mal sont atteints les anciens militaires du plateau d’Albion ? C’est sur ce territoire à cheval sur le Vaucluse et la Drôme que la France abritait, de 1971 à 1996, ses missiles nucléaires. Selon une enquête du Parisien, lundi 21 avril, des dizaines de militaires, aujourd’hui atteints de formes rares de cancer, pourraient avoir été irradiés.

“Les témoignages sont là”, écrit le quotidien. Un homme qui travaillait au refroidissement des têtes de missiles serait mort d’un sarcome en 2003. En 2011, un gendarme qui descendait dans les silos aurait été emporté par une “leucémie fulgurante” à l’âge de 70 ans. Tout comme le boulanger du village de Saint-Christol, qui jouxte la base.

L’armée nie toute contamination

Seuls deux cas font cependant l’objet d’une procédure en justice. Dont celui de Leny Paris, qui a passé un an à surveiller les têtes nucléaires, et qui tente de faire reconnaître que sa nécrose des os est liée à une irradiation. En vain pour l’instant.

L’armée, elle, rejette ces accusations en bloc. Et dément, selon Le Parisien, toute “dose significative de radioactivité pouvant avoir un impact sur la santé”. “Les études menées sur le site ont montré que son fonctionnement n’avait entraîné aucune contamination radioactive, et qu’il n’existait aucun risque d’exposition externe”, estime le ministère de la Défense. Quant aux traces de radioactivité effectivement relevées sur place, elles seraient le fait “de radioéléments d’origine naturelle, ou des retombées des essais nucléaires de 1950 et de la catastrophe de Tchernobyl”.

Retrouvez cet article sur Francetv info

27 commentaires

    • Maverick Maverick

      A mon avis, les ChemTrails ne sont pas répandus pour réduire la population, mais pour faire du fric :
      1 ) Contrôler la météo, c’est contrôler les récoltes, donc les cours des matières premières, etc.
      2 ) S’il y a du Réchauffement, la Géoingéniérie (payante) pour en limiter les effets devient indispensable
      3 ) La marchandisation du CO2, les écotaxes et les politiques de transition énérgétique, ça va rapporter un max aussi (sans parler des OGM, robots pollinisateurs & cie)
      Tout ce schéma économique ne peut pas marcher sans une population abondante, prise en otage par des moyens technologiques, par sa propre pollution et ses habitudes de consommation : Parce que c’est avec leurs impôts et taxes, ainsi qu’avec leur consommation (des besoins les plus essentiels aux plus superflus) que se feront les bénéfices. Bienvenue dans la Matrice …

  • kalon kalon

    “ou des retombées des essais nucléaires de 1950 et de la catastrophe de Tchernobyl ».
    Il faudrait m’aidé à comprendre vu qu’a l’époque le gouvernement français avait déclaré que les radiations en provenance de Tchernobyl s’étaient arrêtées à la frontière !

  • parazitologique

    Bonjour les moutons

    Entièrement d’accord avec toi kalon cela fait un moment que nous sommes irradiés sur cette planète, sans parler des catastrophes qui nous pendent au nez.
    Allez je remets le lien afin que vous puissiez constater par vous-même.

    http://www.youtube.com/watch?v=LLCF7vPanrY

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Hello,

      Je me permets un petit, mais tout tout petit clin d’œil, par rapport à ce qui est dit d’ici et d’ailleurs à propos des contaminations à la radio-activité.
      Le rayonnement des essais souterrains est généralement cantonné dans le sol et leur impact sur la vie se limite à +/- 60km autour du point de mire, suivant la profondeur et la structure des roches avoisinantes à ce dernier.
      En revanche la diffusion des particules se révèle un millier de fois plus importantes lors d’essais au sol et aériens de basse altitude, mais vu leur nombre et endroits très divers, la dissémination s’en retrouve dès lors plus étendue sous l’effet du vent.
      Et enfin les essais en atmosphère et stratosphère, heureusement, si on peut dire, peu nombreux, mais hélas plus puissants en charge, ont quant à eux, contribué à une dissémination plus complète tout autour du globe, véhiculée par les courants d’air de haute et très haute altitude.

      De toute façon l’emploi de cette matière restera pour très longtemps un héritage empoisonné pour les générations futures.

  • pourpour

    Bien fait pour leur gueule ! Nous allons les plaindre ?

  • originalteil

    Fenrirounet, as tu songé à arroser ton maîs? :)

  • originalteil

    Ah, c’est une nana? genre “cravache”?

  • Natacha Natacha

    Difficile d’échapper à tous les délices des temps modernes.

  • rouletabille rouletabille

    Payés pour manipuler des munitions à l’Uranium (réfléchis haha)sont irradiés AUSSI? comme c’est triste,hahahaahahahh