La crise en Ukraine dope les pourparlers commerciaux USA-UE

Mais quel heureux hasard!!! La « crise ukrainienne » risque de réduire l’importation du gaz russe en Europe, mais les américains sont là et sont ravis de pouvoir nous fournir, et cela passe bien évidement par le traité transatlantique bien sur! Avec cela, nous serons encore plus dépendant des USA. Elle pas belle la vie?

transatlantismeLa crise en Ukraine et les tensions avec la Russie illustrent la nécessité d’un renforcement substantiel des liens économiques entre les Etats-Unis et l’Union européenne (UE), a déclaré samedi le représentant américain au Commerce.

Michael Froman a notamment évoqué la perspective d’exportations de gaz naturel américain vers l’Europe en citant les compagnies françaises Total et GDF Suez.

Quatre jours avant le sommet UE-USA mercredi à Bruxelles en présence du président américain Barack Obama, Michael Froman a jugé que le raisonnement « ne pourrait jamais être plus fort » qu’en ce moment en faveur du pacte de libre-échange en cours de négociations depuis juillet entre les deux parties.

« Quand on regarde le monde aujourd’hui, il y a de puissantes raisons pour que l’Europe et les Etats-Unis s’associent pour démontrer qu’ils peuvent porter leur relation à un nouveau niveau », a-t-il dit à la presse à Bruxelles.

« Les développements récents soulignent l’importance de la relation transatlantique. Aussi bien du point de vue stratégique qu’économique, le raisonnement en faveur du TTIP ne pourrait jamais être plus fort », a-t-il ajouté, en utilisant le sigle américain du « partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » en cours de discussions.

Si elles aboutissent, les négociations déboucheront sur le plus important accord de libre-échange jamais conclu puisqu’il couvrirait près de 50% de la production économique mondiale, 30% du commerce international et 20% des investissements directs étrangers. A Washington comme à Bruxelles, on estime qu’il pourrait générer un surcroît d’activité de plus de 100 milliards de dollars par an des deux côtés de l’Atlantique en créant un marché de 800 millions de consommateurs.

LICENCES D’EXPORTATION

Les révélations sur l’espionnage américain en Europe et les soupçons selon lesquels un tel pacte favoriserait essentiellement les grandes entreprises multinationales contribuent cependant à susciter des réticences chez les citoyens américains et européens vis-à-vis de ce projet.

Les dirigeants européens ont toutefois saisi l’occasion de la crise en Ukraine, à laquelle la Russie a pris la Crimée, pour alerter sur les risques liés à la dépendance de l’UE à l’égard de Moscou en matière d’approvisionnements énergétiques.

Or, les Etats-Unis pourraient jouer un rôle dans ce domaine.

Michael Froman a souligné à quel point un accord de libre-échange faciliterait pour les compagnies européennes les exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) des Etats-Unis vers l’Europe. Une telle évolution pourrait même intervenir avant la conclusion formelle du pacte, comme le souhaitent la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Dans le cadre de la législation actuelle, le département de l’Energie doit accorder des licences d’exportation aux compagnies qui en réclament. Avec un accord de libre-échange (FTA), ces licences seraient délivrées automatiquement.

Article complet sur Boursorama

7 commentaires

  • lelievremilou

    Nous importerons du GNL des USA quand ils n’importeront plus eux mêmes de gaz de l’étranger !!! Ils ne produisent déjà pas suffisamment pour leur propre consommation. alors !!
    D’autre part le transport maritime impose des infrastructures très onéreuses que l’on a, effectivement à Marseille, Nantes, Le Havre, et Dunkerque. Mais ces équipements ne seraient pas suffisants pour alimenter le territoire. Pour l’instant ils ne viennent qu’en complément des gazoducs (Russie, Algérie….).
    Il faut également savoir que le coût du gaz transporté par voie maritime est beaucoup plus onéreux (infrastructures + navires+équipages+liquéfaction du gaz+ etc…)

    Donc finalement nous avons tout à perdre en déclarant la guerre économique à La Russie, sur le plan énergétique.

    Paraît il, également que les USA ne sont absolument pas équipés pour accueillir des navires méthaniers. Tout reste à faire.
    J’espère que l’on ne donnera pas suite à cet accord transatlantique, de toutes manières.

  • polemile

    Contrat de vente des deux navires Mistral dénoncé, c’est une facture de 2 milliards d’euro pour la France. Mais pas seulement et voici que pointent les mesures de contre sanction lorsqu’on se frotte à une superpuissance. C’est l’économie entière qui va prendre un coup, ce qu’on a vraiment pas besoin actuellement.
    Le gaz pour l’Europe, c’est en grosse partie â cause de choix politiques de l’Allemagne sur le nucléaire. Ils ont fermé leurs centrales nucléaires sous la pression des verts pour produire l’électricité à partir du gaz.
    Nous voila, en France partiellement dépendant du marché Européen du gaz provenant de la Russie.
    Heureusement que nous avons nos centrales nucléaires pour limiter la casse.

  • rouletabille rouletabille

    Non,non,vous verrez bientôt le GAZ de SCHISTE comme SURVIE,hahaha,le gaz Amerloquer en France sera obligatoire,des forages sous contrôles des armées genre Polonaises associées aux 2 autres,l’OGM par mirador protégé,la viande sous hormones clonée ,C’EST EXTRA..

  • polemile

    De toute façon, gaz de schiste, gaz russe …..
    C’est reculer pour mieux sauter…..
    Nous ne verrons pas la fin de ce siècle……
    Les rėserves terrestres de toutes les matières premières s’épuisent dramatiquement.
    La première cause c’est la démographie galopante.
    Tout sera consommé avant la fin de ce siècle et la société humaine n’aura guère le choix que de survivre dans des conditions pires qu’à la préhistoire.
    Car il n’y aura plus d’animaux et la terre sera complètement polluée, l’eau ne sera plus consommable.
    Je vous joins un lien qui traite du sujet.

    Nous ne verrons pas la fin de ce siècle..
    Vous savez pourquoi?…parce qu’on sera mort de vieillesse’…..(un peu d’humour noir après un vote blanc).