Fukushima évacué suite à un tremblement de terre de magnitude 7,3

© reuters.

MISE À JOUR Un séisme de magnitude 7,3 s’est produit dans la nuit de vendredi à samedi au large de la côte est du Japon, a annoncé le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique. Le personnel de la centrale de Fukushima a reçu l’ordre d’évacuer.

Le séisme a eu lieu à 03h10 heure locale samedi (19h10 heure belge vendredi) à une profondeur de 10 kilomètres et à 320 kilomètres au large de la ville d’Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, selon l’institut américain de géophysique, l’USGS, qui a pour sa part évalué sa magnitude à 7,5.

Un tsunami de faible ampleur a touché la côte nord-est du Japon après le puissant séisme, a annoncé samedi matin la télévision publique NHK. Cette vague de 30 centimètres a atteint Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, une ville détruite par le tsunami géant du 11 mars 2011. Elle a aussi touché d’autres endroits de la préfecture et les villes d’Ofunate et Kamaishi dans la préfecture voisine d’Iwate, a précisé la chaîne.

Les habitants de ces deux préfectures se sont vus conseiller d’évacuer les environs immédiats du littoral. « Les vagues sont en train de monter à Ishinomaki », a expliqué un commentateur de la NHK. « Le tsunami pourrait gagner en puissance, restez en alerte », a conseillé la chaîne aux habitants de la région.

D’après la compagnie d’électricité Tohoku Electric Power, citée par la chaîne, une vague de 55 cm a atteint le port d’Onagawa où se trouve une centrale nucléaire. Le personnel de la centrale nucléaire de Fukushima, sérieusement accidentée par le tsunami du 11 mars 2011, a reçu un ordre d’évacuation, a rapporté par ailleurs l’agence de presse Kyodo, citant la compagnie TEPCO qui gère la centrale, et selon laquelle aucune nouvelle anomalie n’a été observée.

Source: 7sur7.be

15 commentaires

  • gentil bombus

    mais non : tout va très bien ……

  • Eaglefeather Eaglefeather

    L’île de Honshu était à 05:00 PM(UTC) au bord d’une perturbation ionosphérique(*). A 05:10 PM(UTC) quant au séisme, il a été évalué à 7.1 et est survenu au large de Sendai (+/- 240km dans l’océan) suivi de deux répliques, une de 5.1 et une autre de 4.9, deux heures après le 7.1 et qu’à 2 km de profondeur.
    L’épicentre est actuellement localisé sur la plaque du Pacific bien avant la zone de subduction où a eu lieu celui de 2011.

    (*) http://www.ips.gov.au/Satellite/2/2

    Jusqu’ici le lien n’était pas corrélable avec une anomalie ionosphérique. Mais dans ce cas-ci, on pourrait le supposer, juste à comprendre pourquoi le séisme a eu lieu sur le bord extérieur de l’anomalie et non plus au centre de celle-ci, qui se situe plus au sud, dans la Mer des Philippines.

  • Nevenoe Nevenoe

    Quel merdier.
    Pauvres Japonais.
    Si j’étais croyant je prierais pour eux.

  • laspirateur

    Et oui le Japon doit disparaître, triste sort, commun à celui de l’Atlantide!!! Le pire n’est-il pas encore à venir pour eux? Je le crains! En l’espace de 12 jours 8 séismes de plus de Mag 6,1 aux quatre coins du globe. Des aurores boréales aux USA et une douceur printanière cette automne malgré que l’Arctique retrouve une extension « normale » de sa banquise. Les japonais se font sévèrement punir par la nature, à qui le tour?

  • laspirateur

    Je trouve assez significatif le nombre de séismes répertoriés ces deux dernières semaines pour me demander si quelque chose n’est-il pas en train de se produire sur notre planète? Je repense alors aux mayas et à la fin de leur monde…

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Oyé Oyé, …Serrez les fesses bonne gens ; …c’est à peu près tout ce que vous pouvez encore faire !

    Ah, au fait ! …c’était pas le 21/12/2012 la FIN de ce monde, …ya juste eu une petite erreur de calcul d’une année environ, c’est tout ! …Désolé !!! ;O)

    • Eaglefeather Eaglefeather

      La fin du monde fut par commodité déclarée pour 12 12 12, seulement par commodité car la méconnaissance des glyphes, liée à l’altération d’autres, ne pouvait permettre une date +/- exacte.
      Il n’empêche qu’une fin de cycle soit bel et bien en cours, non pas depuis 2012 mais bien avant déjà. Malgré certains faits et indices, le début de ce phénomène(vers les années 1700) n’est pas clairement identifié étant donné que son évolution parait y aller crescendo et telle une parabole, dont on ignore totalement où se situe son sommet !

      PS : 26 janvier 1700 séisme de 9.0 à Cascadia

  • oliver_speed oliver_speed

    il est possible qu’on soit trompé sur la fameuse date. de fin du calendrier mayas. Cette vidéo du CNRS peut en témoigner. En effet si on regarde la vidéo et notamment le passage à 9.30 mins, la supposition de la date du début du compte long est soit le 11/08/3113 ou 11/08/3114 avant J-C (si on ne tient pas compte de l’an 0) donc selon cette supposition sur le décalage d’une année, la théorie est par conséquent que l’on a pu faire erreur d’un an sur la fin du calendrier mayas. Il est donc possible que ce ne soit pas le 21/12/2012 mais bien le 21/12/2013 ! ce qui en astrologie occidentale traditionnelle coïnciderait plus avec le grand carré de fin d’année que la configuration planétaire de 2012 où il n’y avait rien de particulier.

    http://www.youtube.com/watch?v=yDzjfTMpVBU

  • robertespierre

    Trouvé à l’instant
    bonne lecture
    Help Wanted de Fukushima, mais les bas salaires, des risques élevés et les gangsters

    Article précédent Abe rejette l’appel de Koizumi à zéro des centrales nucléaires
    Suivant l’article Panneau prêt à prolonger la période d’indemnisation pour les évacués de Fukushima

    25 octobre 2013

    REUTERS

    IWAKI, Préfecture de Fukushima – Tetsuya Hayashi est allé à Fukushima pour prendre un emploi à zéro de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le pire depuis. Il a duré moins de deux semaines.

    Hayashi, 41 ans, dit qu’il a été recruté pour un travail de surveillance de l’exposition des travailleurs aux rayonnements sortie de l’usine à l’été 2012. Au lieu de cela, quand il s’est présenté au travail, il a ensuite été transféré à travers un réseau d’entrepreneurs et affecté, à sa grande surprise, l’un des plus chauds des zones de rayonnement de Fukushima.

    On lui a dit qu’il devait porter une bouteille d’oxygène et une combinaison de protection double couche. Même alors, ses gestionnaires lui a dit, le rayonnement serait si élevé qu’il pourrait brûler à travers sa limite annuelle d’exposition en moins d’une heure.

    «Je me sentais trahie et piégée », a déclaré Hayashi. «Je n’avais pas accepté de tout cela. »

    Quand Hayashi a pris ses griefs à une firme sur le prochain échelon sur l’échelle des sous-traitants de Fukushima, il dit qu’il a été congédié. Il a déposé une plainte, mais n’a reçu aucune réponse des autorités de réglementation du travail depuis plus d’un an. Tous les huit sociétés concernées, y compris assiégé usine opérateur Tokyo Electric Power Co., largement connu comme TEPCO, a refusé de commenter ou n’ont pas pu être joints pour commenter sur son cas.

    Sans travail, Hayashi a trouvé un deuxième emploi à Fukushima, cette fois la construction d’une base en béton pour des réservoirs à barres de combustible irradié. Son nouvel employeur écrémé près d’un tiers de son salaire – environ 1500 $ par mois – et lui a versé le reste en espèces dans des enveloppes en papier brun, dit-il. Les documents examinés Reuters liés à la plainte de Hayashi, y compris les enveloppes de paie et des relevés bancaires.

    Les moments difficiles de Hayashi ne sont pas rares dans l’effort estimé à 150 milliards de dollars pour démanteler les réacteurs de Fukushima et nettoyer les zones voisines, un examen Reuters trouvé.

    En examinant Fukushima conditions de travail, Reuters a interrogé plus de 80 travailleurs, les employeurs et les fonctionnaires impliqués dans le nucléaire sans précédent nettoyage. Une plainte commune: la dépendance du projet sur un réseau tentaculaire et peu scruté de sous-traitants – beaucoup d’entre eux inexpérimenté avec ses activités nucléaires et certains d’entre eux, la police dit avoir des liens avec le crime organisé.

    TEPCO se trouve au sommet d’une pyramide de sous-traitants qui peuvent fonctionner à sept ou plusieurs couches et comprend des géants de la construction tels que Kajima Corp et Obayashi Corp dans le premier volet. L’utilitaire assiégé reste en charge des travaux de démantèlement des réacteurs de Fukushima endommagés, un emploi subventionné par le gouvernement qui devrait avoir 30 ans ou plus.

    En dehors de l’usine, «Big Four» des entreprises de construction du Japon – Kajima, Obayashi, Shimizu Corp et Taisei Corp – supervisent des centaines de petites entreprises qui travaillent sur des contrats financés par le gouvernement pour éliminer la saleté et les débris radioactifs provenant des villages et des fermes environnantes ainsi évacués puissent rentrer chez eux.

    TEPCO affirme qu’il a été incapable de contrôler entièrement les sous-traitants, mais a pris des mesures pour limiter les abus des travailleurs et réduire l’implication du crime organisé.

    « Nous signons des contrats avec des entreprises basées sur le coût nécessaire pour effectuer une tâche, » Masayuki Ono, un directeur général pour l’énergie nucléaire à TEPCO, a déclaré à Reuters. «Les entreprises à embaucher leurs propres employés en tenant compte de notre contrat. C’est très difficile pour nous d’y aller et vérifier leurs contrats. »

    Le inédite nucléaire de Fukushima nettoyage à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine fait face à une pénurie approfondissement des travailleurs. Il ya environ 25 pour cent plus d’ouvertures que les demandeurs d’emplois dans la préfecture de Fukushima, selon les données du gouvernement.

    L’augmentation des salaires pourrait attirer plus de travailleurs, mais qui n’a pas eu lieu, les spectacles de données. TEPCO est sous pression pour poster un profit dans l’année pour Mars 2014 aux un plan de redressement plus grandes banques du Japon a récemment financé avec 5,9 milliards de dollars en nouveaux prêts et le refinancement. En 2011, dans le sillage de la catastrophe, TEPCO coupé payer pour ses propres travailleurs de 20 pour cent.

    Avec des salaires plats et les travailleurs rares, les courtiers du travail sont entrés dans le fossé, le recrutement de personnes dont les vies ont abouti à une impasse ou qui ont des difficultés à trouver un emploi en dehors de la zone sinistrée.

    Le résultat a été une prolifération de petites entreprises – dont beaucoup non enregistré. Quelque 800 entreprises sont actives à l’intérieur de la centrale de Fukushima et des centaines d’autres travaillent dans l’effort de décontamination en dehors de ses portes, selon TEPCO et les documents examinés par Reuters.

    TEPCO, la plus grande compagnie d’électricité cotée en Asie, avait longtemps joui des liens étroits avec les organismes de réglementation et de supervision du gouvernement laxiste. Cela est venu sous surveillance sévère après un séisme de magnitude 9,0 et un tsunami massif a frappé l’usine le 11 Mars 2011. La catastrophe a déclenché trois effondrements des réacteurs, une série d’explosions et d’une fuite radioactive qui a forcé 150.000 personnes à fuir les villages voisins.

    Efforts malheureux de TEPCO depuis pour stabiliser la situation ont été comme quelqu’un qui joue « Whack-a-mole », ministre de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie Toshimitsu Motegi a dit.

    REUTERS

    Fukushima n ° 1 centrale nucléaire
    TEPCO
    travailleurs
    rayonnement

  • robertespierre

    Le déficit en info en provenance du Japon et de la part des médias (y compris météo France) dépasse la ligne rouge
    On s’en accomode
    Pourtant taire la réalité ne change pas grand chose
    La radioactivité s’échappe
    nous expose au danger
    et fait de la censure une complice
    de non assistance à populations en danger

    ça va chercher loin!