Faillite: Pourquoi la France est la prochaine sur la liste…

Excellent article qui résume la situation financière française actuelle. N’oubliez pas que la hausse des taux français entraînera de facto comme en Grèce, une hausse massive des impôts et des coupes budgétaires massives, le tout pour la fin d’année ou début 2014.
Article original: businessinsider.com
Traduction Maître Confucius
steel worker arcelormittal france protest

3Le côté émotionnel du moi a tendance à imaginer la France, comme la princesse dans les contes de fées ou de la Madone dans les fresques, comme dédiés à un destin exalté et exceptionnel. Instinctivement, j’ai l’impression que la Providence l’a créée, soit pour des succès complets ou pour des malheurs exemplaires. Notre pays, car il est entouré par les autres tels qu’ils sont, doit viser haut et se tenir droit, sous peine de danger mortel. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans grandeur3.

– Charles de Gaulle, à partir de ses mémoires

 

Récemment il y a eu une vague d’accidents de train horribles dans les nouvelles. Presque inévitablement, nous découvrons qu’il y avait une erreur humaine en cause. Il y a près de quatre ans, j’ai commencé à écrire sur l’accident de train économique qui était venu en Europe et plus particulièrement en Grèce. Il était clair à partir des chiffres que la Grèce aurait à faire un défaut, et je pensais à l’époque que le Portugal ne serait pas trop loin derrière. L’Espagne et l’Italie avaient besoin clairement une restructuration massive. Pour une partie du problème, j’ai souligné le déséquilibre significatif entre les exportations et les importations dans tous les pays ci-dessus.

Dans la zone euro, il n’existait aucun mécanisme par lequel les taux de change pourraient être utilisés pour équilibrer les différences de coût du travail entre les pays de la périphérie et ceux de la partie nord. Et puis il y a la France. J’ai écrit dans cet espace depuis un certain temps que la France a le potentiel pour devenir la prochaine Grèce. J’ai passé beaucoup de temps à revoir la situation européenne, et je suis plus que jamais convaincu que la France est sur le point de devenir le plus important accident de train économique en Europe dans les prochaines années.

Nous avons changé d’orientation au début de l’année au Japon en raison de la vraie crise qu’il se prépare. Au cours des prochains mois, je vais commencer à me recentrer sur l’Europe sur les trains qui menacent de sortir de leurs rails. Et fidèle à son habitude, cette épave sera entièrement due à une erreur humaine, couplée avec une grosse cuillère de l’orgueil.

 Cette semaine, nous allons jeter un bref regard sur les problèmes de développement en Europe et ensuite faire une série de plongées en profondeur entre maintenant et le début de l’hiver. La crise européenne à venir ne sera pas affichée la semaine prochaine, mais va commencer à jouer dans une salle de cinéma près de chez vous l’année prochaine. La lettre d’aujourd’hui se terminera par une petite spéculation sur la façon dont le conflit se développe entre la France et l’Allemagne et avec le reste de ses voisins.

France: Sur le fil de la Périphérie

Je pense que je dois d’abord reconnaître que le marché n’est manifestement pas d’accord avec moi. Le marché des OAT françaises (Obligations Assimilables du Trésor), de leurs obligations à long terme, ne voit pas de risque. Le tableau suivant est une comparaison des taux d’intérêt pour la plupart des pays développés, que je reproduis pour ceux qui sont intéressés par les détails comparatifs. Notez que les taux français sont inférieurs à ceux des États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Maintenant, je comprends que les taux d’intérêt sont fonction de la politique monétaire, les anticipations d’inflation, et la demande de monnaie, qui sont tous liés à la croissance économique, mais encore ….

130825 01

Les voisins de la France, l’Italie et l’Espagne, ont des taux qui sont environ le double de la France. Mais, comme nous allons le voir, les économies sous-jacentes ne sont pas tellement différentes pour les trois pays, et vous pouvez faire une bonne affaire si la trajectoire de la France est la pire.

«Non: France n’est pas en faillite» – Vraiment?Nous allons commencer par un exemple remarquable de deux orgueils et ignorance économique publiée plus tôt cette année dans  Le Monde.  Sous le titre  « Non: France n’est pas en faillite  » par Bruno Moschetto, professeur d’économie à l’Université de Paris I et HEC,  qui a fait le cas suivant. Apparemment, il a écrit cela avec un visage impassible. Si vous n’êtes pas seuls, s’il vous plaît essayez de ne pas rire à haute voix et embêter les gens autour de vous.Non, la France n’est pas en faillite …. L’affirmation est fausse économiquement et financièrement. La France n’est pas et ne sera pas en faillite, car il serait alors en état d’insolvabilité. Un Etat ne peut pas être en faillite, dans sa propre monnaie, à des étrangers et résidents, puisque celui-ci serait invité à rembourser sa dette par une augmentation immédiate de la fiscalité. En résumé, l’État est à ses citoyens, et les citoyens sont les garants d’obligations de l’Etat. En dernière analyse, «L’Etat, c’est nous. » Pour être dans un état de cessation de paiement, un état devrait être endetté dans une monnaie étrangère, incapable de faire face aux engagements en devises dans cette monnaie….

En fin de compte nos dirigeants ont tous les moyens financiers et politiques, à travers la perception des impôts, à faire face à nos échéances en euros. Et d’ailleurs, nos prêteurs renouvellent régulièrement leur confiance, et les taux n’ont jamais été aussi bas.Quatre choses sautent à l’esprit quand je lis cela. Tout d’abord, le professeur, en disant un pays n’est pas en faillite, car il serait alors insolvable est un peu comme dire à votre fille de ne peut pas être enceinte, car sinon elle va avoir un bébé. Dire que quelque chose est impensable ne signifie pas qu’il ne peut pas arriver.Deuxièmement, contrairement à votre compréhension apparente et la compréhension de vos partenaires de la zone euro, en particulier l’Allemagne, la France ne dispose pas de sa propre monnaie. Les Grecs, les Portugais, les Italiens et espagnols ont tous découvert qu’ils ne peuvent pas imprimer leur propre monnaie, peu importe combien ils aimeraient pouvoir. Vous êtes tous liés dans une expérience économique erronée appelé l’euro. Vous mourrez avec. Pour toutes fins utiles, vous êtes en effet redevable dans une monnaie étrangère. Sur votre chemin actuel, vous aurez bientôt vous rendre en Allemagne et dans le reste de l’Europe pour demander une dispense spéciale parce que vous êtes en France.

Si cette évolution n’était pas si tragique potentiellement, avec des conséquences économiques terribles pour le monde entier, il serait un théâtre surtout amusant.Troisièmement, je trouve l’utilisation du terme  invité  dans l’expression «invité à rembourser sa dette par une augmentation immédiate de la fiscalité » être tout à fait une merveilleuse expression française. Votre taux d’imposition sont déjà parmi les plus élevés en Europe. À un taux d’imposition supérieur à 75%, vos entrepreneurs et hommes d’affaires quittent le pays en masse. Cette icône de l’éveil économique, la star du tennis Serena Williams, a récemment commenté dans  Rolling Stone  magazine «75% ne semble pas légal. » Gérard Depardieu et bien d’autres pas aussi célèbre sont d’accord et ont déjà quitté le pays. Vous allez recueillir moins, pas plus, les impôts des riches avec votre augmentation remarquable irréfléchie du taux d’imposition supérieure. Il suffit de regarder à travers le canal de l’Angleterre pour constater la fuites des capitaux.Quatrièmement, enfin, vous avez clairement pas fait vos devoirs sur les crises économiques. Le fait que les taux d’intérêt soient bas et que vos prêts se reconduisent  régulièrement signifie simplement que vous n’avez pas encore rejoint votre propre  Big Bang! .

Chaque pays qui tombe dans une crise est en mesure d’obtenir du financement à des taux bas à droite jusqu’au moment où il ne peut pas. Il s’agit de la confiance des investisseurs, et j’avoue volontiers que maintenant vous l’avez. Mais à travers ses politiques que le gouvernement actuel fait tout ce qu’il peut pour détruire la confiance du marché obligataire aussi rapidement que possible. Et la France est particulièrement dépendant de sources non-françaises pour le financement de sa dette.Examinons quelques faits, le professeur Moschetto:1. Votre pays est en récession et a été pendant près de deux ans. Même le gouvernement commence à reconnaître que la croissance est et sera plate. Standard & Poor pense que votre taux de croissance peut être aussi bas que -1,5%. Jean-Michel Six de Standard & Poors a récemment fait remarquer, «Le déficit du compte courant croît mois après mois, et cela signifie qu’il dépend de plus en plus sur le reste du monde pour financer sa croissance.

Selon moi, la France a obtenu seulement une année de sursis. « Une des façons de faire face à une crise de la dette est de faire croître votre moyen de s’en sortir. Vous ne faites pas ça. Le nombre de nouvelles installations industrielles créées par des étrangers a baissé de 25% l’an dernier, et la création d’emplois a chuté de 53%. Ernst & Young a déclaré le langage du corps anti-marché de la France était devenue presque « répulsif » à des investisseurs extérieurs, et une série de conflits de travail amères n’a pas aidé (source:  The Telegraph).

La production industrielle française est toujours en baisse, et à la fois votre fabrication et de service PMI sont parmi les pires en Europe, bien pire encore que celles de l’Italie et de l’Espagne, qui sont tous deux clairement en déroute financière.Le graphique ci-dessous PMI est de Mars, mais Août était encore en territoire négatif (graphique gracieuseté de Josh Ayers de Paradarch Advisors).2. Votre croissance de la dette est insoutenable. La France connaît actuellement les plus bas taux d’emprunt effectifs qu’elle a eu pendant 30 ans, permettant d’assurer la totalité des augmentations de la dette. Les paiements d’intérêts et les intérêts exprimés en pourcentage du PIB sont au plus bas de tous les temps.Voici une analyse sommaire d’à peu près la meilleure équipe de recherche autour, à Bridgewater:La France aborde le point dans sa phase d’expansion de la dette dans lequel les coûts de service de la dette va augmenter plus vite que les revenus provoquant un squeeze. Les graphiques ci-dessous transmettre cet aperçu. Ils montrent les dettes de la France en hausse par rapport aux revenus tandis que les taux d’intérêt ont chuté de sorte que les frais de service de la dette ont diminué relativement malgré les dettes supérieures.

Lorsque les frais de service de la dette tombent par rapport au revenu, qui laisse plus d’argent pour des dépenses, stimulant l’économie. Tant le taux sans risque et les spreads de crédit ont baissé à peu près aussi loin que possibles. En conséquence, le redressement net des paiements de service de la dette qui est venu de la baisse des taux d’intérêt sera supprimé. Si les taux augmentent, en particulier si les deux des taux sans risque et le crédit se propagent, le projet de service de la dette devra augmenter avec plus d’intérêt.Cela signifie que soit (a) les frais de service de la dette va augmenter en proportion du revenu, en serrant ainsi la consommation et en réduisant la croissance économique (b) il y aura une accélération de l’endettement pour payer à la fois les exigences accrues en matière de service de la dette et l’augmentation de la croissance de la consommation (ce qui est un signe certain d’une bulle insoutenable) ou (c) les revenus provenant d’autres sources doivent augmenter. Comme la croissance des revenus est fonction de la croissance de la productivité et de la compétitivité sur les marchés mondiaux, et la France ne fait pas beaucoup pour améliorer la productivité et la compétitivité, nous n’attendons pas de revenus au profit des variations de ceux-ci.

Cela signifie que la croissance de service de la dette et la dette va accélérer jusqu’à ce que la bulle de la dette explose ou que la croissance de la dette augmente et la croissance économique ralentit. Puisque la croissance douloureuse lente n’est pas une option, il est plus probable que la croissance de service de la dette et la dette va accélérer jusqu’à la bulle éclate. Cela aura des conséquences importantes pour l’ensemble de la zone euro.La France se rapproche de la fin de sa capacité à jouer avec sa dette. Bien que la France a proposé une grande partie de sa dette à des comptes hors bilan pour ses programmes sociaux, la dette totale se développe tellement que les agences de notation devront commencer à prendre préavis.3. Le niveau de la dette française est à des sommets d’après-guerre et commence à se rapprocher de celle des pays périphériques. Notez dans le tableau ci-dessous à partir de Bridgewater qu’en Allemagne la dette non financière totale a diminué ces dernières années, la dette de l’Europe périphérique dans l’agrégat a augmenté à peu près stablement, mais la dette de la France augmente de façon spectaculaire. A ce rythme, la France fait face à l’accumulation de nouvelles dettes, il ne sera pas long avant que votre situation financière soit assez similaire à celle de vos voisins périphériques.

Votre déficit budgétaire cette année est susceptible d’être bien plus que 4%, bien au-dessus du niveau spécifié dans vos engagements envers la zone euro. Le chien de garde du budget de la France, la Cour des Comptes, appelle à des coupes budgétaires beaucoup plus profondes que M. Hollande propose. Les syndicats et les employés du gouvernement, ainsi que beaucoup de parti de M. Hollande, sont en rébellion de communication. La France a besoin profondément de réformes du travail pour se rendre plus compétitif, mais il n’y a tout simplement pas de volonté politique ou la capacité de le faire.Votre budget sociale (dépenses sociales) est actuellement de 35% de votre PIB total. De mon ami Josh Ayers, curieusement appelé  Sex Drugs et la dette,  vient l’analyse suivante:Créé en 1945, ce système de protection sociale est entièrement capitalisé. Le schéma (leur mot, pas la mienne) a pris des proportions grotesques. Comme le montre le graphique 5, les dépenses de protection sociale française dépassent maintenant le reste du monde par une marge considérable.Mauldin Quelle est ce passif éventuel? Eh bien, les gouvernements sont un peu drôle au sujet de la transparence. Alors qu’ils convoitent les détails sombres de l’ensemble de votre histoire proctologique, ils n’aiment pas divulguer leurs propres obligations sociales en matière d’information, en particulier-capitalisation, bilan et hors bilan.

En 2009, la BCE a commandé un rapport à partir du Centre de recherche pour les contrats générationnels qui ont cherché à quantifier la valeur actuelle des pensions du gouvernement et des régimes de sécurité sociale pour chaque membre UE. Alors que leurs données se termine à 2006, le rapport estime que la France a eu le plus grand passif total non capitalisé par rapport au PIB, à 362,2%, soit EUR 6,5 milliards de dollars.Comme les échecs des régimes de retraite américains l’ont prouvé, la solidarité est juste un autre mot pour système pyramidal. Le schéma reste solvant tant que les contribuables sont plus nombreux que les bénéficiaires. Mais tout va jackfu [note de John: C’est un terme d’économie technique] lorsque le pourcentage des contribuables commence à se contracter.En France, les pourcentages des deux payeurs et les bénéficiaires évoluent désormais dans le mauvais sens. Bien que le pourcentage des bénéficiaires intensifs aux cheveux blancs de la population totale a été en augmentation constante au cours des 25 dernières années, le pourcentage des contribuables a commencé à décliner. Est-il surprenant alors que les deux explosions majeures du déficit budgétaire français aient coïncidé avec le déclin à la fois de l’année-vieux démographique 30-49 au milieu des années 1990, puis plus tard avec le pourcentage d’accélération des 60 ans démographiquement dès la fin des années 2000?5. La France est dans une impasse économique profonde, et ce n’est pas la substance à partir de laquelle les récupérations importantes sont apportées.

La confiance des consommateurs dans votre pays, était au plus bas depuis 40 ans en Juin. Une étude récente de la Fondation Pew a déclaré que le soutien français pour le projet européen est en panne de 60% à 40% au cours de l’année écoulée. Seulement 22% pensent maintenant que l’intégration économique de l’UE est positive.Le taux de chômage français est à un sommet en 15 ans de 11,2% et a augmenté pendant 26 mois consécutifs. Le chômage des jeunes français se situe à 25,7%. Le FMI a récemment publié un rapport qui suggère que les réformes économiques proposées par M. Hollande ne vont pas assez profondes et ne seront pas de nature à réduire le chômage par rapport aux niveaux à deux chiffres d’ici la fin de la décennie.La France a connu une érosion chronique de la compétitivité de la main-d’œuvre contre l’Allemagne en vertu de l’union monétaire en raison des accords salariaux plus élevés. De  53 % à  35 % en France et en Allemagne depuis 1999. Les coûts salariaux horaires français sont maintenant 5 % supérieurs à 36,40 €, alors même que la productivité allemande, c’est mieux. Le FMI a déclaré que la France a commencé à perdre du terrain face à l’Italie et à l’Espagne qui se serrent la ceinture ou réduisent les salaires. Le souci principal est « une perte constante de parts de marché, à la fois globalement et par rapport à ses voisins.»  (The Telegraph)6.

Les avoirs étrangers de la dette française sont de 50% supérieurs à ceux de l’Italie et quatre fois plus élevés que ceux de l’Espagne. Alors que les investisseurs se sont inquiétés de la dette espagnole et italienne, ils tournaient en 1 milliards de dollars de la dette du gouvernement français sur l’hypothèse que la dette française était plus sûr. Le simple fait est que la France ne peut pas imprimer sa propre monnaie, il dépend donc de la bonté des étrangers. Bridgewater estime que si la France était jugée uniquement sur ses fondamentaux, sa propagation à l’Allemagne devrait être d’environ 3,5% plutôt que de 50 points de base en vigueur. Si ce genre de différentiel ont été réalisés par le marché, la France n’aurait pas d’espoir, sous le régime actuel, de faire passer son déficit sous les 3%, et encore moins au-dessous de la croissance du PIB nominal, qui est le nombre plus important.7. Comme les pays périphériques de la zone euro, la France a commencé à subir un important déficit commercial. Sans entrer dans le calcul, en termes très généraux, vous ne pouvez pas réduire votre dette et un déficit commercial en même temps. Cela a été l’un des principaux problèmes de la Grèce, le Portugal, l’Espagne et l’Italie. Restructuration et déficit commercial sont douloureux en ce qu’il nécessite un ajustement à la baisse de la monnaie ou une réduction des coûts de main-d’œuvre (ou une augmentation de la productivité du travail).

Lorsque les dévaluations ne sont pas possibles, l’ajustement est généralement porté sur les épaules des travailleurs sous la forme de réductions de salaires et licenciements. Cela signifie bien sûr, une baisse des recettes fiscales et des déficits plus importants, venant à un moment où ils sont les plus difficiles à gérer. La France doit simplement devenir plus compétitive. Les nouvelles entreprises ne sont pas créés, et les entreprises existantes partent. Certes, Bruxelles n’a pas aidé, avec l’imposition d’une flopée de nouveaux mandats qui augmentent les coûts par rapport au reste du monde. Google « crise de poulet français» et «manifestations d’œufs françaises » pour voir pourquoi les exportations sont en baisse. Les exportations de volailles françaises ont chuté de 1,2 milliard € à moins de 200 M € sur 10 ans.8. Les dépenses du gouvernement français est déjà à 56% du PIB, et la dette au PIB est supérieur à 90%. À quel moment le marché va commencer à s’inquiéter d’un piège de la dette? Combien pouvez-vous payer d’impôt? Et vous voulez vraiment augmenter les impôts dans une période de faible croissance? Vous ne pouvez pas imprimer de l’argent sans l’accord de l’Allemagne et le reste de l’Union européenne. La réduction des dépenses de 4 à 5% au cours des prochaines années entraînera une récession beaucoup plus grave que ce que vous avez connu. (Il suffit de demander à la Grèce ou de l’Espagne.)Quand je regarde vos options en France, Professeur, je ne vois que de mauvais choix. Peut-être que vous pouvez parler à l’Allemagne pour signer un chèque pour couvrir vos déficits, mais pour ma part, je ne serais retenir mon souffle.

Demandez à Chypre comment cela s’est passé. La seule façon pour obtenir le reste de l’Europe à signer des chèques est l’accord pour renoncer à votre souveraineté budgétaire.Compte tenu de l’état d’esprit de l’opinion publique française telle qu’elle est exprimée dans les sondages, quelle est la probabilité que la France acceptera de telles conditions? Mais alors, si vous ne voulez pas faire face à l’austérité forcée, quel choix avez-vous? Les créanciers étrangers ne vont pas continuer à accorder des prêts à la France tout simplement parce que c’est la France.Je dis tout cela avec un coeur lourd, parce que j’aime vraiment la France. J’aime la campagne française, l’histoire, l’art et de Paris. Mes nombreuses expériences en France ont toujours été agréables et ont créé de nombreux souvenirs agréables. Mais la réalité est ce qu’elle est. Vous avez rencontré des dettes, et maintenant le paiement est dû.

 

Alors, quel est le catalyseur d’une crise française?

Alors, pourquoi la France bénéficie-telle d’aussi faibles taux d’intérêt? La réponse simpliste est que le marché ne voit tout simplement pas le risque. Mais là encore, il n’a pas vu le risque en Grèce ou en Italie ou en Espagne avant leurs crises. Je pense que le catalyseur pourrait venir au cours de la dernière partie de l’année ou au cours du premier semestre de 2014. Il y a deux événements qui pourraient servir. Tout d’abord, quelque chose doit être fait très bientôt sur le Portugal. Les Portugais vont avoir besoin d’une autre injection de capitaux. Leur économie est à l’envers; leur dette par rapport au PIB continue de croître plus vite que les revenus, et en réalité ils ont besoin de faire défaut sur une partie de leur dette. Le Portugal va étouffer lentement dans les paiements d’intérêts massifs requis pour le service de sa dette.

Le problème est que toute décote sur la dette mettrait les banques portugaises (qui sont les plus gros détenteur de la dette portugaise) dans l’insolvabilité. Le seul garant de banques portugaises dans la structure actuelle est le gouvernement portugais, ce qui signifie que, pour prendre annuler une partie de la dette qu’elle doit déjà aux créanciers, le gouvernement devra emprunter plus d’argent pour donner aux banques. Ils vont faire deux pas en arrière pour chaque pas en avant.

Après Chypre, il est maintenant évident que l’UE et la BCE sont parfaitement disposés à voir de grands déposants et des créanciers obligataires subordonnés de banques assumer les pertes  plutôt que d’assumer une responsabilité mutuelle. Si les mêmes principes sont appliqués aux banques portugaises que celles  appliquées à ceux de Chypre, cela ferait une mauvaise situation financière du Portugal encore plus désespérée. Et pourtant, si la BCE renfloue les banques portugaises sous une fiction juridique, Chypre aurait une réelle justification pour d’éventuelles poursuites. Il n’y a tout simplement pas de bonnes solutions pour le Portugal sans que quelqu’un encourir beaucoup de douleur. Mais une crise bancaire portugais signifierait une ruée sur les banques italiennes et espagnoles. C’est vraiment aussi simple que cela.

Tout le monde a dit, et le marché croit de toute évidence, que la Grèce était « one-off » et qu’aucun autre pays aurait besoin pour prendre une annulation de dette. Si le Portugal est le cas, alors le facteur de contagion que l’Europe s’inquiète de la Grèce va vraiment entrer en jeu. Si l’Allemagne et les autres pays du noyau dur permettent au Portugal à défaut d’une certaine manière, que feront-ils pour l’Italie et l’Espagne? Que va faire la France? Est-il soutenir davantage l’austérité pour le Portugal, ou sera le français qui va plaider pour le soutien des contribuables européens au Portugal (laissant ainsi entendre que la France devrait être en mesure d’accéder au même financement à un certain moment dans l’avenir)?

Le Portugal a lui-même plongé dans ce qui peut seulement être appelé austérité sévère et souffre économiquement pour elle. Combien peut-on demandé aux Portugais de supporter? La réponse pourrait être, beaucoup plus, à moins que l’Allemagne et d’autres veulent signer un assez gros chèque. Italie, l’Espagne et la France seront à l’affût.

Si les investisseurs privés dans des banques portugaises sont obligés de prendre des pertes, les déposants des banques italiennes et espagnoles deviendront nerveux. Toute personne faisant attention aux fondamentaux français va commencer à remettre en question le régime actuel des taux bas.

Et puis il y a les tests européens de résistance des banques qui sont prévues pour le début de 2014. Celles-ci ont été reportées afin que la BCE puisse faire sa propre analyse, mais le temps pour eux se rapproche rapidement. Les régulateurs veulent avoir une méthodologie uniforme sur toute la zone euro pour le calcul des créances douteuses, ce qui permettra aux banques d’utiliser des «pratiques locales» pour masquer les mauvaises créances. En outre, il n’est pas encore clair comment les nouveaux tests de résistance des banques vont traiter la dette souveraine. Jusqu’à présent, la dette souveraine en Europe a été considéré comme sans risque, et les banques ont levier jusqu’à autant que 40 à 1 sur la dette souveraine. Les banques portugaises, par exemple, n’ont pas à réserver contre l’achat de la dette portugaise, pas plus que les banques italiennes ou espagnoles quand ils achètent la dette de leur propre pays. Toute modeste restructuration de la dette nationale entraînera des faillites bancaires massives, et pas seulement dans les pays périphériques, mais dans toute l’Europe.

Il est question de commencer à exiger des réserves contre la dette souveraine, mais cela signifierait que les banques devront lever des capitaux importants dans le but d’apporter leurs ratios exigés Tier 1 en conformité. Bonne chance pour lever des dizaines de milliards d’euros qui seraient nécessaires dans l’environnement actuel du marché.

Les tests de résistance des banques qui ont été administrés il y a quelques années étaient une blague, et tout le monde le sait. C’était tout un clin d’oeil. Afin de soutenir une quelconque crédibilité, la prochaine série de stress tests devra être beaucoup plus grave. Comment le nouveau régime réglementaire de la BCE traite-t-il la dette souveraine?. Ce sera dans une large mesure dire au monde comment ils sont sérieux au sujet des tests de stress. Après la Grèce, et après avoir examiné les problèmes actuels du Portugal et de l’Espagne (et en particulier les banques espagnoles), qui peut dire sans sourciller qu’il n’y a absolument aucun risque sur la dette souveraine? Mais s’il y a un risque, il doit y avoir des réserves en contrepartie?

La France ne peut être la France sans grandeur

Ces deux événements avec le Portugal et les stress test des banques européennes porteront l’attention des marchés retour sur les fondements de la dette européenne et l’euro. Il est fort possible que le déficit budgétaire français sera de plus de 5% en 2014. Dans un discours prononcé la semaine dernière, François Hollande a parlé de la façon dont la France aura le plein emploi, une troisième révolution industrielle, et le logement abordable d’ici 10 ans. La justice sociale sera atteint, et le changement climatique sera abordé. Il y avait beaucoup de belles paroles sur la façon merveilleuse dont l’avenir sera, mais pas beaucoup de détails sur la façon d’y arriver.

À un certain moment, le marché ne pourra plus se contenter de belles paroles: il va exiger une action. Cette action va être difficile à produire, compte tenu de la politique intérieure de la France. Les décisions de la France fait, avec ceux de l’Allemagne, va déterminer l’avenir de l’expérience de l’euro. Et la situation n’est pas aussi simple que de demander si la France va obtenir ses finances en ordre ou si l’Allemagne va signer un chèque.

Offrez-moi un instant et je vous offre un scénario très spéculative, mais intéressant. Les exportateurs allemands aimeraient voir un euro plus faible, mais l’Allemagne ne veut pas permettre à la Banque centrale européenne d’imprimer de l’argent. Cependant, les dirigeants allemands vont reconnaître qu’à un moment donné, si la zone euro doit maintenir une union monétaire, il doit également avoir une union fiscale. Un éclatement de la zone euro serait désastreuse cher pour tout le monde mais surtout pour l’Allemagne. Il y aura un effet  » live or die » par toutes les parties à maintenir l’euro. Si l’Allemagne et les autres membres financièrement sains de l’Union européenne peuvent persuader les pays périphériques d’adopter des règles qui exigent rigueur budgétaire en échange d’une mutualisation de la dette, alors que ce serait permettre à la BCE de monétiser les déficits dans l’intérim, et donc potentiellement affaiblir l’euro .

Ce scénario nécessiterait l’accord des membres de la zone euro à renoncer à une grande partie de leur autonomie fiscale à Bruxelles. Cela va devenir la question centrale en ce qui concerne l’existence de l’euro d’ici quelques années. Dans une drôle de façon, la zone euro va entrer dans sa propre guerre des monnaies interne que les pays périphériques continuent d’avoir des problèmes d’endettement.

La situation sera exacerbée par la crise budgétaire qui fera bientôt engloutir France. Il viendra précisément au moment où l’Allemagne devra permettre à la BCE pour accueillir le marché obligataire français, comme il l’a fait pour l’Italie et l’Espagne, et la France sera à son tour invité à entrer dans une période d’austérité, à la fois comme Italie et l’Espagne ont fait (très douloureusement).C’est à ce moment que la survie ultime de l’euro sera décidée.

Bien que je ne pense pas que l’euro va survivre, je dois admettre que je ne suis pas très convaincu. L’euro n’a jamais été une monnaie véritablement économique; elle a été créée comme une déclaration politique, et est une monnaie politique. Le problème de l’Europe est que l’union monétaire nécessite finalement une union fiscale. Tout comme les différents états des Etats-Unis doivent équilibrer leurs budgets, c’est ce qui pourrait être exigé des pays qui font partie d’une union budgétaire européenne. Étant donné que la plupart de l’Europe a des problèmes du droit de dépenses tout aussi graves (ou pire!) Que ceux des États-Unis, il n’y aura pas une union budgétaire européenne sans beaucoup de controverse politique.

L’Allemagne est-elle prête à payer la note pour le reste de l’Europe, compte tenu de la contrainte budgétaire sérieuse qui va s’imposer sur son propre budget? La France va être prêt à abandonner le contrôle de son processus budgétaire à Bruxelles? Telles sont les questions sur lesquelles reposent euro.

Charles de Gaulle a déclaré que «la France ne peut être la France sans la grandeur. » Le chemin courant est que la France va emprunter  non la grandeur renouvelée, mais plutôt l’insolvabilité et la tourmente. La France est destinée à être groupé avec ses cousines périphériques méditerranéennes, ou pour être considéré comme faisant partie du solide noyau de l’Atlantique Nord? Le monde est bien mieux lotis avec une grande France, mais la France ne peut atteindre la grandeur que par ses propres actions.

Article original: businessinsider.com
Traduction Maître Confucius

OBSERVATION PERSONNELLE & CONCLUSION

On a vu que la France a les taux les plus bas…. alors qu’elle est super endettée…alors qu’elle aurait dû être attaquée sur les marches financiers depuis longtemps..
 
Question : pourquoi lui accorder autant de faveur (pour une autre raison, que c’est pire ailleurs donc on investit chez vous) ?
 
Réponse : créer les ingrédients d’une révolution dont seule la France est capable vu son passé et qui fera tâche d’huile en Europe 

Pour conclure, et rattacher le tout aux prophéties, la conjonction de la guerre au Moyen Orient avec l’effondrement financier (et ses conséquences en terme de troubles sociaux, guerre civile…), facteur d’un effondrement sociétal et spirituel…va apporter sur un plateau le Nouvel Ordre Mondial. Les gens seront dans un tel désespoir et désarroi, qu’ils appelleront de leur voeu, le faux messie à savoir l’antichrist.

8 commentaires

  • oliver_speed oliver_speed

    Bonjour,

    je suis astrologue et la vidéo que tu as mis en lien je l’ai déjà vu. Alors certes cet astrologue s’est trompé pour la réélection de sarkozy en revanche je confirme les aspects planétaires de tensions qui ont eut lieu depuis la crise de 2008, actuellement et jusqu’en 2016 – 2017. Il y aura une révolution française voir un printemps européens dès 2014. déjà la fin d’année va être très tendue, le début de la guerre mondiale va avoir lieu. Voir ci joint ma vidéo sur les transits de la france pendant les 2 ans à venir :

    http://www.youtube.com/watch?v=0VVEtfuKxjQ

  • Ted

    Ca risque de… ce sera peut être.
    Tout cela ce n’est que du pipeau. Cela fait 30 ans que le mois de septembre risque d’être chaud, que cela va péter au printemps. En attendant le peuple vit dans la peur et dans la crainte et se soumet de plus en plus. Je pense que seul un élément extérieur tel qu’une éventuelle guerre en Syrie serait de nature à précipiter les événements. En cas de problème d’approvisionnement en carburant par exemple, les stocks dans les magasins seraient rapidement épuisés et le pays connaîtrait une guerre civile à la suite des inévitables pillages. Mais wait and see bien que l’histoire est certainement déjà écrite par l’élite des peuples.

  • marco marco

    je suis entierement d’accord avec la conclusion de ce texte que j’ai du lire en diagonale tellement il est long!

    l’antichrist sera un prince, nous sommes de plus en plus nombreux à regarder vers l’Angleterre.
    au départ il sera adulé, c’est une certitude.

    pour ceux qui pleure que cela met du temps à venir, ne vous méprenez pas, car plus tard cela arrivera, et plus nombreux sont les gens qui sont au courant grace à la multitude d’information alternatives.
    plus cela tarde et plus nombreux nous sommes à nous préparer et à connaitre leurs plans.
    plus c’est retardé, et plus de gens sont au courant.
    c’est une course contre la montre.

    le crack sera majeur, exceptionnel, il va entrainer le chaos, plus personne ne peut le nier, pour peu qu’il s’informe.
    donc profitez en.

    le crack et la guerre n’auront pas lieu en septembre
    car certains evenements doivent arriver avant.

    c’est pour cela que j’ai dit que les attaques chimiques ne sont que des bruits de bottes, c’est pas l’heure.

    pour les impatients: « Ca risque de… ce sera peut être. »
    sachez que le systeme est sous perfusion, il est déjà mort, donc ces gens ne se trompe pas, c’est juste « repousser » chaque fois par les mesures qu’on connait.

    mais pourtant ils sont tres pressés d’en découdre en fait, on l’a bien vu, ils leur faut bloquer d’urgence le net.

    ils deviennent nerveux, impatient d’en découdre!
    mais cela viendra. ça c’est sur.

  • Fenrir

    Je ne connais pas ce John Mauldin.
    Mais ce que je comprend en diaganole, c’est que cet enfoiré de capitaliste anglo-saxon, est en train de miser sur notre éventuelle faillite pour se gaver de pognon en spéculant sur les obligations françaises.
    Le tout en s’appuyant sur l’avis (au combien crédible) des agences de notations…
    De plus, il compare notre système fiscal ou l’impot sur les revenus ne représente quasi plus rien par rapport aux taxes diverses (tva, carburants,…).
    La dette est une arnaque pour gogos.
    Prenez un peu de temps pour voir cette vidéo si vous ne la connaissez pas.
    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/09/30/147-comprendre-la-dette-publique-en-quelques-minutes
    La France est riche, il souhaite simplement continuer à la piller.
    Je m’énerve !
    Vais me coucher.
    A bientôt les ME.

  • do39

    De toute façon, tôt ou tard, tout va péter… alors préparez-vous concrètement, cessez de discuter, agissez : maison à la campagne, loin de la ville, potager-poulailler-verger… sortez le fric des banques et convertissez en matériel physique concret et durable : stock alimentaire, matériaux divers, pièces jaunes et grises, moyens de défense… le reste n’est que du pipeau… vos enfants et petits-enfants vous remercieront !

    • Fenrir

      Ben, pour ma part, cela fait dés années que c’est fait. Depuis j’améliore à la marge sur les petits détails…
      Autrement, je m’amuse à blaguer avec vous pour essayer de transmettre mon expérience…
      Faut bien s’occuper et s’amuser un peu…
      Euh, concernant les piéces jaunes et grises, je vous recommande plutôt des éléments trocables plus facilement : médicaments (désinfectants, antibiotiques et sulfamides, antalgiques,…), produits d’hygiéne (savon, brosses à dents, dentifrice,..), munitions, et surtout produits addictifs (alcool, tabac, drogues,…), outils de 1ère nécessité (couteaux, briquets, pierre à briquets, allume-feu au magnésium,…), etc, etc,…
      Bon courage à tous !
      Que la Force soit avec vous !