Une centrale nucléaire recherche 4.000 cocottes-minute pour transporter des matériaux sensibles…

No comment…

Img/terresacree.org

L’industrie nucléaire a souvent recours à des autocuiseurs…

Le centre de recherche nucléaire de Valduc, près de Dijon (Côte-d’Or), cherche 4.000 cocottes-minute pour transporter des matériaux «sensibles», rapporte France info. Ce centre du CEA a lancé un appel d’offres sur Internet pour trouver «4.000 autocuiseurs en acier inoxydable destinés au transport de matériaux sensibles, et garantissant un niveau de sûreté et de confinement parfaitement maîtrisé».

«Tous les établissements nucléaires font ça»

Alors que le CEA se fait généralement très discret sur ses activités, cette annonce publique a étonné et inquiété tous les opposants à l’énergie nucléaire. Un porte-parole du collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs (Cedra) s’est indigné du fait qu’«on nous présente Valduc comme un site high-tech, on n’imagine pas un site comme ça chercher de vulgaires cocottes minutes… Donc la question c’est pour quoi faire?»

Personne ne sait ce que ces cocottes-minute transporteront. Mais le président de la structure d’échange et d’information sur Valduc (Seiva) assure que tout est normal dans cette annonce: «On peut fabriquer des contenants de radioprotection mais qui coûteront une fortune, et qui ne seront pas mieux que l’autocuiseur qu’on trouve dans le commerce. Tous les établissements nucléaires font ça dans le monde entier», a-t-il déclaré à France info. 

Un article d’ Audrey Chauvet pour 20Minutes/planète
Voir:

note ♥♥: Une alerte de niveau 3 (classement INES) est lancée par le Japon, des centaines de tonnes d’eau très radioactives, se déversent de manière incontrôlable  dans la nature. ( Source audio FranceInter 7h45) 

Reçu le 12.08.2013

Signez la pétition pour exiger que l’AIEA reconnaisse 4 catastrophes nucléaires majeures à Fukushima !

Depuis le 11 mars 2011, ce n’est pas une seule catastrophe nucléaire majeure qui a lieu à Fukushima, mais quatre !

En mars, les cœurs de trois réacteurs sont entrés en fusion et plusieurs explosions ont endommagé les bâtiments réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi.

La quatrième catastrophe vient d’être révélée après plus de 2 ans de mensonges : en avril 2011, l’eau contaminée du réacteur n°2 s’est répandue dans l’océan causant la plus forte pollution radioactive en mer de l’Histoire. Et depuis… les réacteurs éventrés continuent de déverser d’énormes quantités de radioactivité dans l’environnement et l’océan.

J’exige de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA) qu’elle classe les 4 catastrophes de Fukushima en tant qu’accidents majeurs, soit au niveau 7, le niveau maximal de l’échelle internationale INES de classement des accidents nucléaires.

SIGNER LA PETITION

Le Réseau « Sortir du nucléaire » remettra cette pétition à l’AIEA, à l’autorité de sûreté nucléaire française, ainsi qu’au gouvernement français.

source Réseau Sortir du Nucléaire

CATASTROPHE n°1 : fusion du cœur du réacteur N°1 CATASTROPHE n°2 : fusion du cœur du réacteur N°3 CATASTROPHE n°3 : fusion du cœur du réacteur N°2 CATASTROPHE n°4 : plus gros rejet radioactif en mer de l’Histoire

7 commentaires