Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides officiellement reconnu

pesticide_nasa-dp

C’est un pas de plus vers la reconnaissance des maladies professionnelles des agriculteurs. Lundi 7 mai, est entré en vigueur un décret qui reconnaît la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle et établit explicitement un lien de causalité entre cette pathologie – seconde maladie neurodégénérative en France après Alzheimer – et l’usage des pesticides.

Un pas de plus car, dans ce domaine où règnait jusqu’ici la loi du silence, la prise de conscience des effets des produits phytosanitaires sur la santé des agriculteurs commence seulement à émerger. Et à porter ses fruits. En février, la victoire d’un céréaliculteur charentais, Paul François, qui avait intenté un procès contre le géant américain Monsanto, a constitué une première en France. La firme a été jugée responsable de l’intoxication de l’agriculteur par les vapeurs d’un de ses herbicides, le Lasso – retiré du marché en 2007 en France, alors que sa dangerosité était connue depuis plus de vingt ans.

Quelques jours plus tard, ils étaient plusieurs dizaines d’exploitants à manifester au Salon de l’agriculture, devant le stand de l’Union des industriels de la protection des plantes. Leurs revendications : le classement des affections liées à l’usage des pesticides en maladies professionnelles et le retrait des produits dangereux.

Le 30 avril, c’est une autre décision, celle de la Commission d’indemnisation des victimes d’infraction (Civi) d’Epinal, qui est venu apporter de l’eau au moulin : ce jour-là, l’Etat a été condamné à indemniser un agriculteur céréalier de Meurthe-et-Moselle souffrant d’un syndrome myéloprolifératif. D’abord reconnue comme maladie professionnelle, la pathologie est alors associée par la Civi à l’usage de produits contenant notamment du benzène.

UN DÉCRET « TRÈS ATTENDU »

Dans ce paysage qui commence doucement à évoluer, le décret concernant la reconnaissance de la maladie de Parkinson était donc « très attendu », note Guillaume Petit. L’agriculteur appartient à l’association Phyto-victimes, créée en mars 2011, et avec laquelle Paul François a, l’un des premiers, brisé le silence en attaquant Monsanto. Lui a attendu quatre ans avant de voir sa pathologie reconnue comme maladie professionnelle. « Combien voient leur demande refusée ? Combien aussi y renoncent, devant la difficulté ? », interrogeait-il lors de la création de cette association.

L’entrée de la maladie de Parkinson dans les tableaux des maladies professionnelles du régime agricole facilitera donc les démarches pour les agriculteurs chez qui cette pathologie aura été diagnostiquée moins d’un an après l’usage de pesticides – le texte ne précise pas lesquels. « C’est une reconnaissance officielle qui est, déjà, importante sur un plan symbolique, note Guillaume Petit. Mais c’est aussi le moyen, pour l’agriculteur, d’être pris en charge financièrement, en fonction de son taux d’incapacité à poursuivre son travail. »

EN DIX ANS, CINQ MALADIES LIÉES AUX PESTICIDES RECONNUES

Jusqu’ici, selon Yves Cosset, médecin du travail national adjoint à la Mutuelle de la santé des agriculteurs (MSA), seuls vingt cas de maladies de Parkinson ont été rapportés aux comités de reconnaissance des maladies professionnelles en dix ans. Dix ont été acceptés, dix refusés. Dans la même période, seuls quatre ou cinq cas de maladies ont été officiellement reconnus comme causés par les pesticides.

Au total, ce sont 4 900 pathologies qui sont reconnues chaque année comme maladies professionnelles chez les agriculteurs. Mais plus de 90 % d’entre elles sont des TMS (troubles musculo-squelettiques), le reste des cas étant principalement liés aux animaux et à la poussière de bois ou d’amiante, selon Yves Cosset.

Article complet sur Le Monde

17 commentaires

  • laspirateur

    Et 37 millions d’abeilles en moins au Canada! On les laisse faire ou on les fusille ces connards?

    http://alerte-la.blogspot.fr/2013/07/37-millions-dabeilles-trouvees-mortes.html

    • Itsmie

      Quelle catastrophe ces abeilles!!

      Ils mentionnent les mesures prises par l’UE mais ne disent pas que c’est pour 2 ans et que l’interdiction ne porte pas sur toute l’année…

      Et que, à l’issue de ces 2 ans, on constatera que, malgré la non utilisation de ces produits, les abeilles meurent quand même et ils pourront de nouveau en permettre l’utilisation!

      Ils disent aussi qu’elles meurent à cause de l’enrobage des graines de maïs mais en France, on continue à utiliser ces graines enrobées!!

  • Itsmie

    On reconnaît le lien mais ça n’implique rien du point de vue utilisation de ces merdes!!

    Franchement, si les gens sont encore assez débiles pour les utiliser tant pis pour eux!

    A partir de maintenant, puisque que le lien est établi, je ne vois pas pourquoi on indemniserait ceux qui les utiliseront malgré tout…

    • Astate

      Et l’employé du champs agricole qui travaille, et utilise, comme son patron l’exige, ces produits chimiques dangereux, sans sensibilisation, formation, protection et suivi medical?

      Les malades sont souvent du même coté.

      • Itsmie

        Tu veux parler du pauvre petit exploité qui n’est au courant de rien???

        Tout le monde sait que c’est toxique… c’est d’ailleurs clairement écrit sur les emballages… faut arrêter d’infantiliser les adultes, chacun a un cerveau et un libre arbitre!

      • Astate

        Je veux parler du mec qui doit travailler pour survivre.

        Les ACD ont des voies de pénétration différentes, les conséquences varient suivant les produits utilisés, les concentrations, les fréquences et durées d’expositions, les aptitudes de dispensions, le milieu,…
        http://www.inrs.fr/accueil/risques/chimiques.html

        Tout le monde sait que le diesel est considéré comme un produit CMR. C’est d’ailleurs clairement expliqué dans les FDS.
        T’es en apnée quand tu croises une voiture?

        Faut arrêter de croire qu’on doit agir suivant ta raison et voir le monde à travers tes yeux.

        T’as un cerveau : fais en usage.

      • Itsmie

        Ah ouais, il doit travailler pour survivre alors il empoisonne les autres.. ben oui …

        Donc pour survivre on peut refiler des cancers et des leucémies aux gosses des autres… mais bien sûr!
        Quoi de plus normal?

        Et MES yeux ne sont pas concernés.. à moins que tu ne penses que tout ça ne soit qu’une vue de mon esprit!!
        Allez, c’est bon, t’as raison, c’est normal d’empoisonner sciemment la bouffe des autres pour gagner sa croûte…

        Et toi t’as une conscience?

        « Un agriculteur malade? Un empoisonneur de moins! »

        ON AVANCE!!
        J’ai dit!!!

      • Astate

        Tu interprètes.

        Le sujet de l’article (et du commentaire auquel j’ai répondu) traite de la reconnaissance des MP.

        Tu n’es pas sans savoir que toutes activités (humaines ou non) génèrent des impacts sur l’environnement(au sens large).

        Je partage ton idée : certains produits phytosanitaires ( qui étrangement ne sont pas couverts par la réglementation REACH)sont polluants et ne permettent pas une agriculture pérenne.

        Le fait est qu’ils sont utilisés, et rarement par ceux qui les produisent et en tirent un réel profit.
        Les premières victimes directes de ces produits sont les utilisateurs.

        Le consommateur, pour lequel ton attention semble tournée et dont tu fais parti, doit, à mon avis, plus se préoccuper d’une contamination chronique liée au mode de vie actuel, que chercher un bouc émissaire aupres de personnes qui, dans la grande majorité des cas, vivent dans des conditions similaires aux tiennes.

        Des agriculteurs polluent et consomment de façon irraisonnée les ressources naturelles. C’est certain.

        Reconnaitre et indemniser les MP liées à ces produits ne peut etre que positif dans la prise de conscience commune, et, grace aux enjeux financier et pénal, permettre à terme de mieux encadrer, réduire et arrêter leurs utilisations ( ex: cas de l’amiante).

  • Zangao

    J’ai un champ de pommiers en face de la maison que « l’agriculteur » « traite » 2 fois par jour !!!! et il vends ses pommes sur le bord de la route ………..

  • odin29

    Zangao. Et ses pommes il doit dire qu’elles sont 100% bio… C’est pareil pour tout. Moi ma voisine vendait des oeufs  » bio  » en plein hiver, d’un même calibre, de la même couleur et ses poules ne voyaient jamais le soleil. Marre d’être pris pour des c…

  • Yanne Hamar

    Alors, ceux qui utilisent des produits dangereux se plaignent des conséquences ? Ils ne savaient pas ? Et les combinaisons c’est pour faire joli? Franchement, ceux que l’appât du gain rend malade ne méritent que ce qu’ils ont.
    Comme l’a écrit Michel Tarrier : »ils ont aimé la chimie, ils adoreront la chimio » Zut à la fin de plaindre les empoisonneurs !!

    • Itsmie

      Tout à fait de ton avis!
      Et pour parfaire mon ignoble image j’ajouterais :
      « Un agriculteur malade? Un empoisonneur de moins! »

      ON AVANCE!!

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Pour ce qui est des abeilles,
    Ce que m’expliquait récemment un apiculteur :
    il faut les soigner et les protéger.
    1 – Ne pas prendre tout leur miel ,c’est leurs réserves pour l’hiver .
    2 – Certains apiculteurs leurs donnent à la place de la saccharose,ou du sucre
    3- Pour la récolte du miel ,il le fait pratiquement sans protection ,car il connaît ses abeilles, il sait ce qu’il doit faire pour ne pas se faire piquer,pas de geste brusque donc pas besoin de produit pour les neutraliser et au final les empoisonner.
    4 – Il ne vends pas le rayon de miel (qui est très bon d’ailleurs l’équivalent de la gelée royale ),c’est leurs petites alvéoles quelles ont fabriquées, donc pas de destruction de leur environnement vital.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    C’est un tout ,à cela vous ajouter les pesticides et OGM and Co,dans certaines contrées ou il y a de la culture intensive et c’est la destruction assurée de milliers d’abeilles.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Le maladies dites ,dégénératives ,Alzheimer ou Parkinson.

    La docteur Kousmine a traitée ce sujet tout au long de sa vie , elle en a conclue que la cause principale était l’empoisonnent du milieu intérieur du à la putréfaction du système digestif qui empoisonnait toutes les cellules (notre aquarium ambulant) en traversant les parois des intestins .Ceci était démontré par ses expériences. Elle a soigné des milliers de personnes déclarées comme irrécupérable par la médecine de l’époque .

    Il est à noter d’ailleurs que 80 % des cancers sont d’origines digestives ,principalement dans les deux coudes les plus importants du colons et dans la partie terminale .
    Elle fut radiée de l’ordre des médecins et pour cause.

    Une bonne alimentation et un bon hygiène de vie ,permet d’éviter ce genre de maladie.

    Ne pas prévoir c’est déjà gémir Léonard De Vinci

    Ce qui ne blanchie pas pour autant les pesticides .